Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

Mathieu Mercier: Nueve y Cuarto / Galeria Ignacio Liprandi, Buenos Aires

The current exhibition at Ignacio Liprandi Gallery in Buenos Aires presents French artist Mathieu Mercier. On the occasion of his first exhibition at the gallery, Mathieu Mercier presents a series of recent works and works yet unpublished in Argentina.

Mathieu Mercier was born in 1970 in Conflans-Sainte-Honorine. He lives and works in Paris, France. In 2003, he won the award Prix Marcel Duchamp. His work has been shown in venues such as Centre Georges Pompidou, Musée d’art moderne de la villa de Paris, and Kunsthalle Nürnberg.

Mathieu Mercier: Nueve y Cuarto at Galeria Ignacio Liprandi, Buenos Aires (Argentina). Opening reception, February 21, 2013. Video by Roberto Rey, Milos Deretich, Luciana Zothner, Ángel Sánchez.

> Right-click (Mac: ctrl-click) this link to download Quicktime video file.
> On YouTube:

Text by Marie Chênel (February 20013):

Mathieu Mercier: Nueve y cuarto

À l’occasion de sa première exposition personnelle à la galerie Ignacio Liprandi, Mathieu Mercier présente un ensemble d’œuvres récentes et inédites en Argentine.
Dans la série des Scans, l’organique côtoie le mécanique dans une confrontation brutale, différents éléments – poussières, terre, fleurs – étant mis à plat à même la vitre d’un scanner des plus performants. L’appareil de reproduction utilisé a pris au piège son propre fond, lequel forme à la fois le contexte de l’oeuvre et le révélateur de son processus de réalisation. Formats, perspectives, lumière: les réflexes traditionnels de l’analyse picturale ne sont pas loin, d’autant que les objets reproduits, sciemment choisis pour leurs liens avec de grands motifs de l’histoire de l’art, renvoient pêle-mêle aux genres de la nature morte et de la vanité, à la figuration et à l’abstraction.
À cette logique de confrontation répond le système de mise en relations sous-tendant les Sublimations, du nom de la technique employée par Mathieu Mercier pour incruster à chaud des représentations d’outils d’appréhension de l’espace ou de la gamme chromatique sur des socles blancs en Corian, un matériau composite lisse et résistant. À chaque signe sublimé est adjoint avec une certaine espièglerie un objet de la vie courante – bougie, éponge, loupe – choisit dans sa forme la plus standard. Les équations ainsi posées se jouent des frontières entre disciplines scientifiques et esthétiques, entre réalité et abstraction, formant autant de «rébus visuels» dont on admire tout à la fois le fonctionnement autonome et la cohérence d’ensemble.
Ces œuvres apparaissent particulièrement révélatrices de la manière dont Mathieu Mercier travaille par associations d’idées et recoupements visuels, tout comme de son profond attrait pour la capacité de synthèse finale de l’œuvre d’art. La présence signifiante de différents outils de mesures liés à la perception, les troubles optiques provoqués par les photographies Sans titre (Verres 1 à 5) et le subtil jeu d’équilibre à l’apparence précaire de la pièce Sans titre 2001-2012, concourent à placer l’exposition dans son ensemble sous le signe d’une illusion maîtrisée, d’une réflexion sur le sens qui peut surgir du décalage entre image mentale et perception du réel.

mathieu-mercier-0213

PinterestShare

(PRO)
No Soup for you

Don't be the product, buy the product!

close
YES, I want to SOUP ●UP for ...