Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

September 11 2013

En Allemagne, la Bavière veut taxer les automobilistes étrangers

En #Allemagne, la Bavière veut taxer les automobilistes étrangers
http://fr.myeurop.info/2013/09/11/en-allemagne-la-bavi-re-veut-taxer-les-automobilistes-trangers-12202

Delphine Nerbollier

Les #autoroutes_allemandes sont vieillottes. Le président de la région bavaroise a trouvé la solution pour les rénover : taxer les voitures étrangères. #Angela_Merkel dit « Nein ». La chancelière veut éviter une sortie de route à la veille des élections.

Les automobilistes étrangers devront-ils bientôt (...)

#Société #Politique #Europe #auto #élections_allemandes #infrastructures #routes #transports #voiture

September 08 2013

Une autre approche de la banlieue totale, dont parlait Bernard Charbonneau » [Article] Le…

Une autre approche de la banlieue totale, dont parlait Bernard Charbonneau

 » [Article] Le despotisme de l’image, par Dmitry Orlov
http://www.les-crises.fr/le-despotisme-de-l-image

Dans de plus en plus d’endroits, le #transport public est rendu impossible par une situation appelée « l’étalement urbain », qui, plus que tout autre chose, encourage la dépendance à la #voiture. La cause de l’étalement urbain est le pavillon de #banlieue, et, tout comme ce serait une erreur de regarder la voiture strictement comme une forme de transport, c’est une erreur de regarder la maison de banlieue strictement comme une forme de #logement. Bien qu’elle fournisse un ensemble d’équipements modernes, elle doit aussi se conformer à une certaine image, et, tout comme pour la voiture, nous allons voir que c’est cette image qui explique le mieux à la fois son emplacement et sa forme typique.

C’est une idée fausse et répandue que la fonction principale d’une maison de banlieue est de fournir un abri, alors qu’il est tout à fait évident et clair qu’elle est de fournir un stationnement. Dans une société dépendante de la voiture, l’accès est contrôlé en limitant et en contrôlant la capacité de se garer. Le stationnement public est toujours limité et souvent pas disponible, et le stationnement semi-public — dans les magasins, les centres commerciaux, les parcs de bureaux et autres institutions privées — est limité à ceux qui ont de l’argent à dépenser ou à ceux qui ont là des transactions commerciales d’une autre manière. Bien que la voiture confère la liberté de mouvement, c’est la liberté de se mouvoir, via les routes publiques, entre des lieux où l’on n’est pas libre, mais où l’on doit accomplir une fonction sociale spécifique, que ce soit travailler, acheter, ou quelque autre activité socialement autorisée. Même si vous souhaitez échapper aux restrictions de la société pendant un moment, et passer du temps dans un coin sauvage, vous vous apercevrez que, dans une société dépendante de la voiture, même la nature suit les horaires de bureau, et qu’elle ferme ses parcs de stationnement peu avant l’obscurité.

En bref, la seule liberté que la voiture confère est la liberté d’aller et venir entre des lieux où l’on n’est pas libre, et la seule véritable exception à cette règle est sa propre allée de garage. Aucune habitation de banlieue convenable ne peut s’en passer : c’est votre propre route privée qui mène à votre propre maison privée. Cette image impose qu’elle soit coûteusement et inutilement recouverte, et non avec des pavés, car alors se serait une allée piétonne plutôt qu’une allée de garage, mais avec de l’asphalte. Les allées de garage banlieusardes ne sont pas recouvertes pour le bénéfice des voitures, qui peuvent s’accommoder de routes en terre, et clairement pas pour le bénéfice des véhicules tout terrain à présent courants, mais pour le bénéfice de satisfaire un penchant inné chez les conducteurs : le désir de posséder un bout de la route.

La fonction symbolique de la maison de banlieue est de servir de lieu de repos final au bout du long voyage de retour chez soi. La paix et le calme sont considérés comme ses caractéristiques les plus essentielles, et bien que les préoccupations manifestes soient la sûreté et la sécurité, sa source est le désir irrationnel d’une paix ultime. Si un habitant de la banlieue devait échanger à la fois la voiture et la maison pour un appartement à l’intérieur des limites de la ville, la probabilité accrue de devenir la victime d’un crime violent serait plus que compensée par la probabilité réduite de mourir dans un accident automobile, et donc le choix n’est pas rationnel du point de vue de la sécurité.

La véritable préoccupation n’est pas la sécurité mais l’incarnation d’une image de paix abstraite. Les plans locaux d’#urbanisme et les arrêtés municipaux restreignent les loisirs bruyants et la déviation des normes de la communauté, car il est sacrilège de violer l’éternel sommeil du banlieusard. La banlieue idéale présente une étendue ininterrompue de pelouses manucurées parsemées de petits monuments néoclassiques, tous légèrement différents et pourtant tous essentiellement pareils. C’est le décor essentiel d’un cimetière : la maison est en fait une crypte familiale. Sans surprise, la destination finale de la voiture-mort est la maison-mort.

#habitat #urbain_diffus
http://seenthis.net/messages/166201

August 19 2013

Une série d'entretiens avec Augustin Berque, que j'ai découvert il y a quelques années grâce à Mona

Une série d’entretiens avec Augustin Berque, que j’ai découvert il y a quelques années grâce à @Mona http://www.peripheries.net/article184.html, et qui approfondit bien les choses concernant l’#empreinte_écologique dans sa dimension humaine (aspect qui reste dans un angle mort de la plupart des discours écolos).
Résumé de ce que j’en retiens :

1. Il ne faut pas réduire le problème à sa dimension écologique http://www.dailymotion.com/video/xfvyhz_il-ne-faut-pas-reduire-le-probleme-a-sa-dimension-ecologique_web
Les écologistes ne se posent pas le problème de l’#écoumène, cela reste dans un angle mort du mouvement écolo actuel. Or notre relation à la Terre n’est pas uniquement écologique, elle est également écouménale, elle implique aussi des systèmes techniques et des systèmes symboliques. C’est cette dimension technique et symbolique qui fait notre rapport au monde en tant qu’humains. Notre monde humain repose sur les écosystèmes mais il les dépasse également, il nous faut comprendre en quoi notre monde est + que des écosystèmes.

La technique est bel et bien une extériorisation, qui prolonge notre corporéité hors de notre corps jusqu’au bout du monde ; mais le symbole est au contraire une intériorisation, qui rapatrie le monde au sein de notre corps. Quand le robot Sojourner saisit cette pierre, là-bas sur Mars, il prolonge, grâce à la technique, le geste ancestral de l’Homo habilis, qui, voici deux millions d’années, investit dans un galet aménagé, tenu à bout de bras, une fonction jusque-là uniquement exercée par les incisives au-dedans de la bouche. Mais inversement, c’est avec ma bouche, ici et maintenant, que je parle de Mars et de Sojourner, qui sont loin dans l’espace, et d’Homo habilis, qui est loin dans le temps. Je peux le faire grâce à la fonction symbolique, laquelle, sous ce rapport, consiste donc à rendre présentes au-dedans de mon corps des choses qui en sont physiquement éloignées. Cela, ce n’est pas une projection ; c’est, tout au contraire, une introjection. La trajection, c’est ce double processus de projection technique et d’introjection symbolique. C’est le va-et-vient, la pulsation existentielle qui, animant la médiance, fait que le monde nous importe. Il nous importe charnellement, parce qu’il est issu de notre chair sous forme de techniques et qu’il y revient sous forme de symboles. C’est en cela que nous sommes humains, en cela qu’existe l’écoumène, et c’est pour cela que le monde fait sens

extrait de « Ecoumène, introduction à l’étude des milieux humains »

2. « Ce monde là court à la catastrophe... » http://www.dailymotion.com/video/xgp64m_ce-monde-la-court-a-la-catastrophe_webcam
On n’a pas qu’un corps animal, on a aussi un #corps_médial, fait de projections et d’introjections. Ce corps n’existe qu’en lien avec le monde. L’humain et le monde que construit l’émergence de l’espèce humaine sont co-dépendants. C’est le rapport entre ces systèmes (techniques et symboliques) extérieurs à notre corps et leur effet en retour sur le corps animal qui explique l’émergence de l’espèce humaine. On humanise l’environnement par nos systèmes symboliques, on l’anthropise par nos systèmes techniques. C’est l’effet retour des symboles et des techniques sur notre corps qui nous fait humains.
Cette notion de co-dépendance (ou co-suscitation) a été beaucoup plus creusée dans les traditions asiatiques que dans les traditions européennes. On pourrait avoir tendance à les rejeter car ces réflexions (dans les civilisations asiatiques) font aussi appel à des éléments religieux et mystiques, mais on aurait tort de se priver de ces sources-là car elles peuvent être des inspirations utiles pour pouvoir changer de rails.

3. La pulsion de retour à la « nature » détruit la « nature » http://www.dailymotion.com/video/xgp786_la-pulsion-de-retour-a-la-nature-detruit-la-nature_webcam
Une des pires façons actuelles d’habiter le monde est ce qu’il appelle « l’#urbain_diffus », ou que d’autres appelle « suburbia », soit vivre loin des centres urbains tout en continuant à avoir avoir un mode de vie urbain, sur le modèle pavillon + #voiture qui est l’idéal de beaucoup de gens. En arrière plan de cet idéal se trouve l’aspiration à vivre près de la « #nature » (même si cette « nature » se traduit factuellement par du gazon et des thuyas). C’est en partie un mode de vie de riches qui s’est plus moins démocratisé avec la société de consommation, qui chez certaines élites anciennes incluait l’observation de la nature, mais excluait (ou forcluait, pour reprendre son terme) le travail #paysan, le travail qui consiste à obtenir une production alimentaire par aménagement de la nature.
Outre cette « démocratisation », cette aspiration à vivre près de la « nature » provient d’une pulsion très ancienne qui est celle du retour à la matrice originelle (ou nostalgie du sein maternel). Cette pulsion, dans la façon dont elle s’exprime aujourd’hui, a des résultats destructeurs tant au niveau écosystémique qu’humain.

4. Nous assistons à la transformation de l’humain en cyborg http://www.dailymotion.com/video/xgpcuz_nous-assistons-a-la-transformation-de-l-humain-en-cyborg_webcam
Le mode de vie campagnard et son rapport particulier à la terre subsistent aujourd’hui à l’état relictuel dans l’occident. Le développement de la société de consommation à partir des années 1950 a engendré l’extinction de la culture paysanne, laissant place à des entrepreneurs agricoles fonctionnant sur un mode civilisationnel urbain.
L’urbain diffus défait la ville et défait la campagne, par un système mécanique qui se développe selon sa propre logique. Tout se construit en fonction de l’usage de la voiture, qui tue pourtant 1.5 millions de gens par an dans le monde. On adapte nos espaces à l’#automobile plutôt que l’inverse.
Au-delà de cette omniprésence et ces dégâts humains causés par la voiture, les systèmes mécaniques transforment l’humain en cyborg (être ne pouvant pas vivre sans machine), dans la mesure où on pense le monde en terme de machine (pensée mécaniciste moderne issue entre autres de Descartes).

5. « Il n’est pas certain que je veuille laisser une épitaphe » http://www.dailymotion.com/video/xgpcyt_il-n-est-pas-certain-que-je-veuille-laisser-une-epitaphe_webcam
D’après lui il faudra sûrement une catastrophe pour servir de déclic au dépassement de l’idéal pavillon + voiture, au changement de notre rapport au monde.

Fukushima n’a visiblement pas suffi. Ce serait peut-être bien également de chercher à rendre plus désirable, dans l’imaginaire collectif, l’urbain compact (libéré autant que possible de la voiture), et de cultiver (ou recréer là où il a disparu) le rapport particulier à la terre du mode de vie campagnard.

August 12 2013

Tesla, la dernière coqueluche de la Silicon Valley - LeMonde.fr

Tesla, la dernière coqueluche de la Silicon Valley - LeMonde.fr
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2013/08/12/tesla-la-derniere-coqueluche-de-la-silicon-valley_3460275_3234.html

Retour sur le fonctionnement de Tesla, l’entreprise qui fait de la #voiture électrique une réalité. Tags : internetactu fing internetactu2net voiture électricité #voitureelectrique

#électricité

« Werner_Herzog signe un film contre les textos au volant (en anglais) »

« #Werner_Herzog signe un film contre les textos au volant (en anglais) »
http://www.rue89.com/rue89-culture/zapnet/2013/08/11/cineaste-werner-herzog-signe-film-contre-les-textos-volant-anglais-244874

Le documentaire, « From One Second To The Next » (« D’une seconde à l’autre ») dure 35 minutes et est produit par l’opérateur téléphonique américain AT&T dans le cadre de sa campagne de prévention « It Can Wait » (« ça peut attendre »).

Herzog y fait témoigner les proches de quatre victimes d’un accident de la route provoqué par un conducteur rédigeant ou lisant des SMS au moment fatal.

https://www.youtube.com/watch?v=_BqFkRwdFZ0#at=769

#voiture #mort #vidéo

August 08 2013

La bonne idée : et si les périurbains prenaient le car ? - Terra eco

La bonne idée : et si les périurbains prenaient le #car ? - Terra eco
http://www.terraeco.net/Fractures-francaises-vote-barbecue,50427.html

Isolée, appauvrie, déclassée et tentée par le vote frontiste. Voilà le portrait de la « France périphérique », soit au moins 10 millions de Français qui vivent dans les nouveaux territoires de la ville, ces « espaces périurbains » toujours plus loin du centre.

Leur principale difficulté, c’est de se déplacer.

Madrid, un modèle

Et si la solution pour ces habitants, c’était le car ? Non, on ne parle pas là des bus, qui roulent au pas et desservent les centre-villes. On parle bien des #autocars, qui peuvent prendre l’autoroute et s’arrêtent peu, comme ceux qui conduisent les écoliers. Madrid a misé sur eux depuis quinze ans. Dans la capitale espagnole, pas moins de 350 lignes d’autocars circulent dans sa grande périphérie.

Plusieurs milliers de véhicules transportent chaque jour entre 40 000 et 100 000 personnes, soit 15% du trafic de la ville. Pour Simon Cohen, directeur de recherche à l’Ifsttar (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux), « l’exemple madrilène est une réussite emblématique ». Son principal point fort ? « Le report modal. » En clair, les cars transportent les habitants de la périphérie vers les grandes gares du réseau de transport, où ils peuvent prendre le bus ou le métro et rejoindre le centre-ville facilement. Les usagers gagnent du temps et de l’argent, le tout pour un investissement public assez faible, estimé à 3,5 millions d’euros par kilomètre de ligne.

Et en France ? « Nous sommes très en retard sur tout ce qui concerne l’usage de la route pour autre chose que la voiture individuelle. Il n’y a pas d’équivalent de l’expérience madrilène en France », déplore Simon Cohen.

http://www.terraeco.net/local/cache-vignettes/L450xH364/Capture_d_e_cran_2013-06-28_a_11-15-39-3a234.png

#transports #voiture #transports_en_commun

Votre parking est-il plus grand que votre chambre à coucher ? - Terra eco

Votre #parking est-il plus grand que votre #chambre à coucher ? - Terra eco
http://www.terraeco.net/Votre-parking-est-il-plus-grand,50804.html
Je me suis souvent posée la question

Comparer l’espace dédié au #stationnement des voitures et celui laissé aux êtres humains. L’idée vient de Seth Goodman, un jeune architecte américain, animateur du blog Graphing parking qui dénonce la politique de stationnement dans son pays.

Le résultat de ses recherches est impressionnant. Dans la plupart des villes américaines, la loi impose de construire – en moyenne – 1,5 place de stationnement pour tout nouveau logement comptant deux chambres. Or, l’espace occupé par ces emplacements – et par les voies permettant d’y accéder – équivaut à 45 m2. C’est plus de la moitié d’un appartement classique aux Etats-Unis et bien plus que la taille d’une chambre à coucher, calcule l’architecte (voir son infographie ici). En clair, les voitures ont plus de place pour dormir que les humains. Seth Goodman a depuis été imité par un architecte s’intéressant à des villes plus petites de l’Ouest américain et par un blogueur canadien. Leurs conclusions sont les mêmes : ces normes ne correspondent pas aux besoins et aboutissent parfois à des situations absurdes.

http://graphingparking.files.wordpress.com/2013/07/final-cascadia-apartments-landscape.png

Comme on le voit ci-dessus, les exigences sont très variables. On estime toutefois que la règle la plus répandue en France est de prévoir une place de parking pour chaque appartement de moins de trois pièces et deux emplacements pour les superficies supérieures. C’est moins donc qu’en Amérique du Nord. Il n’empêche, la construction d’un logement de deux ou trois pièces avec une seule chambre nécessite, dans la plupart des villes, la construction de 25 m2 de parking, soit plus que la plupart des chambres. Et les règles en vigueur empêchent déjà des projets immobiliers intelligents de voir le jour.

#voiture #béton #urbanisme #cartographie_radicale

July 10 2013

L'ère de la taxe kilométrique a commencé - The Atlantic Cities

L’ère de la taxe kilométrique a commencé - The Atlantic Cities
http://www.theatlanticcities.com/commute/2013/07/era-pay-mile-driving-has-begun/6150

L’Oregon a été le premier état américain a mettre une taxe à la pompe, sur l’essence. Mais c’est aussi l’un des premiers à y mettre fin pour développer une taxe sur le nombre de kilomètre parcouru. Pour l’instant, un programme pilote doit regarder les options possibles pour l’instauration de cette taxe. L’idée est de taxer ceux qui conduisent le plus par rapport à ceux qui font le moins de kilomètres. Le programme de l’Oregon n’est pour l’instant qu’un modeste pilote. Mais il pourrait bien être un (...)

#voiture #transport #fiscalité #citelabo #villelegere

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl