Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

July 09 2013

Hadopi, la page n'est pas tournée !

Paris, 9 juillet 2013 — Contrairement à ce qu'annonce la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, la « page » de l'opposition artificielle entre les auteurs, les artistes et leur public n'est pas « tournée » en supprimant simplement la sanction de coupure d'accès au Net de la Hadopi. Il faut maintenant réformer le droit d'auteur en profondeur pour reconnaître nos droits culturels.

« Il ne s'agit là que d'un effet d'annonce. La page ne sera définitivement tournée que lorsque tout le dispositif de la Hadopi (riposte graduée, délit de négligence caractérisée, ordonnances pénales) sera définitivement abrogé, et que les droits culturels du public à partager la culture seront effectivement reconnus par la loi. Il est urgent de mettre en œuvre une réforme profonde du droit d'auteur, dans lequel le partage non-marchand, entre autres pratiques répandues permises par le numérique tel que le remix, serait légalisé. Le changement d'ère, ça n'est pas encore pour maintenant… » conclut Jérémie Zimmermann, porte-parole de l'organisation citoyenne La Quadrature du Net.

Pour plus d'informations et en discuter, vous pouvez vous rendre sur notre forum.

July 03 2012

Nous voulons partager des livres, de la musique, des films avec vous !

La Quadrature du Net a souhaité partager des œuvres avec les membres du Parlement européen et leurs assistants, avant le vote sur ACTA, afin de leur montrer l'urgente nécessité de réformer le droit d'auteur. Certaines de ces œuvres ont pour simple but de divertir, d'autres de transmettre la connaissance ou d'enrichir le débat public. Toutes innovent par leur contenu, leur mode de distribution, leur modèle économique et les relations entre les auteurs, les contributeurs et les utilisateurs. Chaque citoyen peut en faire autant, et partager une partie de la culture numérique avec ses représentants !

Dear Member of the European Parliament,
Dear Parliamentary assistant,
Dear Citizen,

We, citizens from the Internet, felt the urge to share with you these pieces of the digital culture we are building everyday through the free, open, neutral and therefore universal Internet.

You will find a collection of music, movies, and books dear to our heart and created with the same passion (we call it "Datalove"!) of sharing and reusing cultural works, and promoting such practices. This is the way culture is made!

We hope these works will help you understand that beyond voting NO to ACTA, it is urgent that the cultural practices enabled by digital technologies be encouraged through a deep positive reform of copyright, rather than repressed.

"Everyone has the right freely to participate in the cultural life of the community, to enjoy the arts and to share in scientific advancement and its benefits." - Article 27.1, Universal Declaration of Human Rights.

Happy viewing, listening, reading... and remixing!

<3


You can browse the whole selection of works at the following address: http://share.lqdn.fr

Books - Reform copyright

Sharing - Culture and the Economy in the Internet Age, by Philippe Aigrain

An in-depth exploration of digital culture and its dissemination, "Sharing" (released in 2012) offers a counterpoint to the dominant view that file sharing is piracy. Instead, Philippe Aigrain looks at the benefits of file sharing, which allows unknown writers and artists to be appreciated more easily. Concentrating not only on the cultural enrichment caused by widely shared digital media, Sharing also discusses new financing models that would allow works to be shared freely by individuals without aim at profit. Source : http://www.sharing-thebook.com/

Code and Other Laws of Cyberspace, by Lawrence Lessig

In computer science, "code" typically refers to the text of a computer program (the source code). In law, "code" can refer to the texts that constitute statutory law. In his book "Code and Other Laws of Cyberspace", Lawrence Lessig, a Harvard law professor, explores the ways in which code in both senses can be instruments for social control, leading to his dictum that "Code is law." This book, released in 2000, is especially relevant to understand how technical regulation of the Internet can lead to undermining rights and freedoms online.

The Future of Ideas, by Lawrence Lessig

"The Future of Ideas" is a continuation of his previous book Code and Other Laws of Cyberspace, which is about how computer programs can restrict freedom of ideas in cyberspace. While copyright helps artists get rewarded for their work, Lessig warns that a copyright regime that is too strict and grants copyright for too long a period of time (e.g. the current US legal climate) can destroy innovation, as the future always builds on the past. Lessig also discusses recent movements by corporate interests to promote longer and tighter protection of intellectual property in three layers: the code layer, the content layer, and the physical layer.
(version fr)

Free Culture, by Larence Lessig

In "Free Culture", Lessig masterfully argues that never before in human history has the power to control creative progress been so concentrated in the hands of the powerful few, the so-called Big Media. Never before have the cultural powers- that-be been able to exert such control over what we can and can’t do with the culture around us. Our society defends free markets and free speech; why then does it permit such top-down control? To lose our long tradition of free culture, Lawrence Lessig shows us, is to lose our freedom to create, our freedom to build, and, ultimately, our freedom to imagine.. Free Culture was released in 2005 and remains a landmark piece for the copyright reform movement.

Remix, by Lawrence Lessig

In "Remix" (released in 2008) Lawrence Lessig, a Harvard law professor and a respected voice in what he deems the "copyright wars", describes the disjuncture between the availability and relative simplicity of remix technologies and copyright law. Lessig insists that copyright law as it stands now is antiquated for digital media since every "time you use a creative work in a digital context, the technology is making a copy". Thus, amateur use and appropriation of digital technology is under unprecedented control that previously extended only to professional use.

The Wealth of Networks, by Yochai Benkler

With the radical changes in information production that the Internet has introduced, we stand at an important moment of transition, says Yochai Benkler in this ground-breaking book released in 2006. The phenomenon he describes as social production is reshaping markets, while at the same time offering new opportunities to enhance individual freedom, cultural diversity, political discourse, and justice. But these results are by no means inevitable: a systematic campaign to protect the entrenched industrial information economy of the last century threatens the promise of today’s emerging networked information environment.In this comprehensive social theory of the Internet and the networked information economy, Benkler describes how patterns of information, knowledge, and cultural production are changing—and shows that the way information and knowledge are made available can either limit or enlarge the ways people can create and express themselves. He describes the range of legal and policy choices that confront us and maintains that there is much to be gained—or lost—by the decisions we make today.

The Charter for Innovation, Ceativity, and Access to Knowledge

The Free Culture Forum was first organised as an international encounter on free culture and free knowledge that took place in Barcelona from October 30th to November 1st 2009. During the Forum more than a hundred organisations and individuals from all continents active in free culture worked together to produce a common declaration, or charter. The Forum ended up with a first version of the "Charter for Innovation, Creativity and Access to Knowledge". The present document is the interpretation of the Charter from the perspective of Free Knowledge. Note that this is work in progress.

FCF How-To for Sustainable Creativity in the Digital Era

We can no longer put off re-thinking the economic structures that have been producing, financing and funding culture up until now. Many of the old models have become anachronistic and detrimental to civil society. The aim of this document, first released in 2010, is to promote innovative strategies to defend and extend the sphere in which human creativity and knowledge can prosper freely and sustainably. This "How-To" is addressed to policy reformers, citizens and free/libre culture activists to provide them practical tools to actively operate this change.

HADOPI's findings on "Monthly expenses for cultural goods" (2011 - French)

During the MIDEM 2011, HADOPI presented its own study showing in page 45 that people who download the most are those are the cultural industries' best customers.

Answer to the Creative Content Consultation, by La Quadrature du Net

In its answer to a EU Commission's consultation on "creative content", La Quadrature calls on the EU to reconsider the EU's coercive and repressive copyright policies, while encouraging it to match words to deeds by fostering the rights of the public in the digital creative ecosystem. The document gives a hint of what should be done to start reforming copyright: repeal liberty-killer repressive schemes and Internet filtering; ban techincal restriction measures; shorten copyright terms; make the existing exceptions to copyright mandatory EU-wide; create new exceptions for not-for-profit sharing and re-use of cultural works, and give room to the development of new funding models
Movies

Movies

RIP!: A Remix Manifesto, by Brett Gaylor

"RiP!: A Remix Manifesto" is a 2008 open source documentary film about "the changing concept of copyright" directed by Brett Gaylor.
Created over a period of six years, the documentary film features the collaborative remix work of hundreds of people who have contributed to the Open Source Cinema website, helping to create the "world's first open source documentary" as Gaylor put it. The project's working title was Basement Tapes, (referring to the album of the same name) but it was renamed RiP!: A Remix Manifesto prior to theatrical release. Gaylor encourages more people to create their own remixes from this movie, using media available from the Open Source Cinema website, or other websites like YouTube, Flickr, Hulu, or MySpace.

Steal This Film, by The League of Noble Peers

"Steal This Film" is a film series documenting the movement against intellectual property produced by The League of Noble Peers and released via the BitTorrent peer-to-peer protocol. Part One, shot in Sweden and released in August 2006, combines accounts from prominent players in the Swedish piracy culture (The Pirate Bay, Piratbyrån, and the Pirate Party) with found material, propaganda-like slogans and Vox Pops.

Copying is not Theft, by Nina Paley

Nina Paley is an award-winning independent cartoonist and animator for her "Sita sings the blues" video. "Copying is not Theft", released in 2009, advocates to reconsider the act of copying in a new light, stressing the importance of copying for creativity, innovation and free speech.

Star Wars Uncut

"Star Wars Uncut" is a 2010 fan film remake of Star Wars Episode IV: A New Hope. It is a shot-for-shot recreation of the "Special Edition" version of the film made from 473 fifteen-second segments created and submitted from a variety of participants. The full film was made available on the Internet in August 2010 and can be watched for free. The project was conceived by Casey Pugh, a Web developer who was 25 at the time of the release.

Can I Get an Amen, by Nate Harrison

"Can I Get An Amen?" is a 2004 audio installation that unfolds a critical perspective of perhaps the most sampled drum beat in the history of recorded music, "the Amen Break". It begins with the pop track "Amen Brother" by 60's soul band The Winstons, and traces the transformation of their drum solo from its original context as part of a 'B' side vinyl single into its use as a key aural ingredient in contemporary cultural expression. The work attempts to bring into scrutiny the techno-utopian notion that 'information wants to be free'- it questions its effectiveness as a democratizing agent. This as well as other issues are foregrounded through a history of the Amen Break and its peculiar relationship to current copyright law.

Music

The Grey Album, by Danger Mouse

"The Grey Album" is a mashup album by Danger Mouse, released in 2004. It uses an a cappella version of rapper Jay-Z's The Black Album and couples it with instrumentals created from a multitude of unauthorized samples from The Beatles' LP The Beatles (more commonly known as The White Album). The Grey Album gained notoriety due to the response by EMI in attempting to halt its distribution, despite the fact that both Jay-Z and Paul McCartney said they felt fine with the project.

All Day, by Girl Talk

This is Mash-up mastermind Girl Talk's (real name: Gregg Gillis)'s fourth sample-heavy album. This 12-track compilation features nearly 400 samples of artists from Beck to the Beastie Boys, Radiohead to Portishead, the Arcade Fire to Alicia Key. "All Day", released in 2010, consists entirely of musical samples from other artists’ songs, often bringing together completely different musical genres side by side in harmony.

Feed The Animals - Girl Talk

"Feed the Animals" was released on Illegal Art in 2008. It is composed almost entirely of sample taken from other artists' songs, plus minor original instrumentation by Girl Talk. Gillis stated that the album was created as one long piece of music and then subsequently broken into individual songs

Night Ripper - Girl Talk

Girl Talk detonates the notions of mash-up on his third album, the violently joyous "Night Ripper", released in 2006. Rather than squeeze two songs that sorta make sense together into a small box, Gillis crams six or eight or 14 or 20 songs into frenetic rows, slicing fragments off 1980s pop, Dirty South rap, booty bass, and grunge, among countless other genres. Then he pieces together the voracious music fan's dream: a hulking hyper-mix designed to make you dance, wear out predictable ideas, and defy hopeless record-reviewing (Source: Pitchfork).

Steinski's Rough Mix

Steinski’s "Rough Mix" (released in 2011) bursts with songs and artists discussed within Kembrew McLeod & Peter DiCola’s book "Creative License: The Law and Culture of Digital Sampling" (published in April 2011 by Duke University Press). It features hundreds of songs and samples mashed together by Steinski, the sonic cut-and-paste artist best known for a hugely influential series of early-1980s twelve-inch singles popularly known as “The Lessons.” Peppered throughout the mix are soundbites from McLeod’s co-produced documentary Copyright Criminals

November 18 2011

La culture selon Sarkozy : aveuglement numérique et mépris pour les droits

Paris, le 18 Novembre 2011 – À l'occasion du Forum d'Avignon sur la culture, l'économie et les médias, Nicolas Sarkozy tente aujourd'hui un tour de passe-passe : se faire passer pour le défenseur de la culture numérique et d'Internet. La Quadrature du Net rappelle le bilan désastreux des politiques effectivement conduites, et appelle les citoyens à en juger à travers les votes à venir au Conseil de l'UE et au Parlement européen, notamment concernant l'accord anti-contrefaçon ACTA.

Reconnu internationalement comme ayant conduit la pire politique des pays développés à l'égard des libertés, des droits et de la culture numériques1, Nicolas Sarkozy se présente, comme il avait déjà tenté de le faire lors de l'eG8 de mai dernier2, en défenseur équilibré d'Internet et du droit d'auteur.

HADOPI, filtrage du Net3, intimidation constante pour stigmatiser le partage culturel sans but de profit, réduction à l'économie de toutes les activités immatérielles4, servilité à l'égard des lobbies des médias dominants, ont été des constantes de l'ensemble de la politique menée ces dernières années.

Cette politique s'est développée sur fond de méconnaissance de la réalité du partage hors marché qui se développe chaque jour sur Internet, méconnaissance hélas également souvent présente dans d'autres segments de la classe politique.

Les politiques culturelles conduites par Nicolas Sarkozy dans le champ numérique servent un club d'intérêts : au nom du droit d'auteur, on a constamment pris des mesures qui favorisent les groupes de médias proches du président et n'apportent ni ressources, ni capacités nouvelles aux auteurs et contributeurs qui font vivre la culture.

« On a décrit Nicolas Sarkozy comme le président des riches, mais il restera aussi comme le président des médias du passé, du refus de l'innovation dans les politiques du droit d'auteur et de la culture. Avec la marchandisation sans frein du domaine public et le refus des pratiques hors marché des individus, le président de “l'Internet civilisé” ignore la culture numérique. », déclare Philippe Aigrain, co-fondateur de La Quadrature du Net.

« La culture, la vraie, est celle qui s'épanouit et s'embellit dans le partage. La culture pour Sarkozy, ce sont les œuvres formatées que de grands groupes industriels imposent en verrouillant la distribution. Nous sommes tous responsables de la protection de l'Internet libre comme outil essentiel de la diversité culturelle et de la rencontre des auteurs, des artistes et du public. », conclut Jérémie Zimmermann, porte-parole de l'organisation citoyenne.

Reposted bycheg00 cheg00

October 06 2010

Les citoyens, alibi des « labs » HADOPI

Paris, le 6 octobre 2010 - L'HADOPI a annoncé hier la création de 5 « labs » et invité les experts à y postuler et les citoyens à y participer. La Quadrature du Net invite les citoyens à ne pas se laisser piéger par cette dangereuse mascarade, afin de ne pas servir d'alibi à ces « savants fous » et à leur croisade contre le partage.

Lors de cette conférence de presse, les sujets qui fâchent n'ont pas pu être abordés : les failles juridiques de la « riposte graduée »1, les accusations portées à la légère par des polices privées du copyright et l'absence de collaboration de certains grands fournisseurs d'accès, etc. toutes ces questions sont toujours sans réponse. L'Hadopi a, en revanche, annoncé la création - aux frais du contribuable - d'un portail Internet et de 5 « labs », visant à approfondir des sujets techniques, juridiques et d'usages.

Ces 5 labs, animés chacun par un expert et des internautes bénévoles, seront donc le laboratoire des savants fous d'Hadopi. À ce jour, l'usine à gaz menaçait les internautes et prévoyait de leur proposer des logiciels espionnant et contrôlant leurs usages d'Internet, appelés pudiquements « moyens de sécurisation ». Aujourd'hui, l'Hadopi prétend demander à ces mêmes citoyens de servir d'alibi en participant à l'élaboration des futures politiques répressives.

« La mascarade des « labs » montre quelle chimère on a mis en place avec l'HADOPI : pendant que sa main droite menace les usagers et les pousse à s'enfermer volontairement dans la société de surveillance généralisée, sa main gauche utilise l'argent public pour acheter quelques experts et tromper les citoyens en se faisant passer pour un laboratoire de la démocratie numérique. » déclare Philippe Aigrain, co-fondateur de la Quadrature du Net.

« Il est important que les citoyens ne participent pas à cette ridicule mascarade : elle n'est qu'une campagne de communication ! La composition des labs et la tenue des débats étant contrôlées par l'HADOPI, il est clair que ce sont les mêmes lobbies qui ont présidé à sa création qui auront le dernier mot. C'est un comble que d'inviter les citoyens à la réflexion sur la construction de leur future prison numérique ! » conclut Benjamin Sonntag, co-fondateur de l'organisation citoyenne.

  1. 1. Voir http://www.laquadrature.net/fr/hadopi-meme-pas-peur ou http://blog.sos-hadopi.fr/2010/10/04/le-premier-mail-d’avertissement-de-la-hadopi-fait-il-grief/

September 26 2010

Le partage est légitime

Par Philippe Aigrain.

Le partage de fichiers représentant des oeuvres couvertes par le droit d’auteur entre individus sans but de profit a été rendu illégal au cours des 30 dernières années dans la plupart des pays1 et dans la plupart des cas. Cela ne m’empêche d’affirmer haut et fort que l’acte de prendre une oeuvre numérique qu’on a acquis2 et de la copier, la rendre accessible à d’autres ou leur envoyer est non seulement légitime, mais une contribution essentielle à l’établissement d’une culture commune.

Je propose de défendre cette position en suivant les points suivants: montrer l’utilité du partage (délimité comme ci-dessus) et sa légitimité même sans autorisation des auteurs, montrer que lorsqu’on l’interdit, les pratiques culturelles appauvrissantes chassent les pratiques enrichissantes, et finalement affirmer que la prohibition du partage sera un jour vue comme un étonnant obscurantisme.

1. Le partage est utile et légitime même lorsqu’il concerne des œuvres dont on n’est pas l’auteur

Pendant des siècles, chacun fut libre de transmettre à d’autres des œuvres comme les livres ou les disques selon son bon vouloir. Cela fut codifié par deux mécanismes distincts : la doctrine de l’épuisement des droits par la première vente et la reconnaissance que les actes dans la sphère privée ne regardent en rien les détenteurs de droits3. Il était accepté qu’un telle transmission des œuvres était à la racine d’une culture partagée, et au bout du compte bénéficiait aux auteurs et autres contributeurs.

Avec le développement de l’informatique, de la numérisation et d’Internet, l’échelle et la portée du partage furent considérablement étendus. Son utilité n’en souffrit nullement. De fait, le partage se trouva doté d’une nouvelle fonction: contrebalancer à un certain degré la capacité des médias centralisés à concentrer l’attention du public sur un tout petit nombre d’œuvres pour maximiser le profit tiré de chaque titre. Dans l’ère de l’information, si le partage à grande échelle ne fournissait pas un canal alternatif de distribution, l’accès effectif à la culture serait sérieusement appauvri.

Depuis 2006, il m’a été possible de démontrer un effet positif important du partage de fichiers sur la diversité d’attention aux œuvres, d’abord dans le cas du partage volontaire4, et plus récemment pour le partage pair à pair eDonkey/eMule5.

2. Récompenser et financer la production des œuvres est utile en soi, et non à titre de compensation

L’informatique et Internet portent un développement explosif de la créativité, de l’expression publique et de l’échange d’information. Le nombre de personnes qui s’impliquent dans ces activités, et parmi elles, de celles qui souhaitent investir plus de temps et d’énergie pour des productions plus élaborées est en croissance constante. Réussir à fournir à autant de personnes les moyens de mieux contribuer aux communs culturels est un défi majeur, que ces moyens consistent en récompenses pour des œuvres déjà produites ou en soutien à la production de nouvelles œuvres. Comme la valeur ajoutée du numérique ne se matérialise qu’en l’absence de coûts de transaction dans le chemin de l’accès et de l’usage, de nouveaux modèles de mutualisation de ressources seront nécessaires, au-delà des soutiens publics et des marchés qui continueront à jouer un rôle important. Cette mutualisation existe déjà en partie, utilisant des mécanismes volontaires, bottom-up comme Kickstarter et Flattr, par exemple. Beaucoup pensent néanmoins (et j’en suis) qu’il sera nécessaire de mettre en place des mécanismes de contribution obligatoire de tous pour collecter et distribuer les ressources adaptées à l’échelle immense des activités informationnelles. Quels que soient les modèles qui seront mis en place, une chose est sûre, leur pertinence n’a rien à voir avec la compensation des souffrances supposées de certaines industries6. D’abord, parce que considérés macroscopiquement, ces secteurs économiques vont on ne peut mieux7. Ensuite, parce que ce qui ne va authentiquement pas bien dans chacun de ces secteurs, à savoir la concentration de l’attention du public et des revenus sur un petit nombre d’artistes et de détenteurs de leurs droits, sera en partie corrigé par un partage rendu légal. Les ressources d’une masse très étendue de créateurs seront significantivement accrues si un système de financement spécifique à Internet et socialement équitable8 est mis en place. Le reste relève de la conduite de politiques de concurrence exigeantes dans le domaine des médias.

3. Quand le partage est réprimé, de mauvais types de technologies et d’usage remplacent ceux qui sont socialement utiles

La situation présente, caractérisée par la stigmatisation et la répression du partage est profondément insatisfaisante du point de vue culturel. Les droits légitimes des usagers sont niés, l’accès non autorisé ne disparait pas, mais il est rabattu sur l’usage de technologies appauvrissantes, comme le streaming. Celui-ci, par exemple, maintient la plupart des usagers9 dans une situation de réception passive quand les technologies disponibles leur permettraient - quand ils le souhaitent de s’investir dans toute la gamme des activités qui vont de la réception critique à la production amateur ou semi-professionnelle. La guerre spécifiquement conduite contre le partage pair à pair par des moyens technologiques, juridiques ou de lavage de cerveau constitue une régression culturelle aberrante. Le résultat net de 15 ans de répression du partage de fichiers est de maintenir une part importante de la population dans des situations de réception passive et de ne permettre à une minorité de bénéficier des bénéfices des communs cuturels que dans un environnement marginalisé, stigmatisé et pollué.

4. On se demandera un jour comment il fut possible à certains de prétendre priver tout un chacun de la capacité à distribuer la culture

Agir comme un distributeur volontaire des productions culturelles10 est une capacité fondamentale de près de deux milliards d’êtres humains. Un jour, on se demandera comment il fut possible à certains d’entre nous de vouloir priver leurs concitoyens de cette capacité. Dans la Grèce antique, quand l’écriture alphabétique se répandit et permit de transcrire la parole, certains prêtres et philosophes virent dans cette capacité un sacrilège et un risque de destruction de leur civilisation11. Heureuseument, l’écriture ne fut pas mise hors la loi, mais il fallut des millénaires pour que la majorité des populations se l’approprie. Espérons qu’il ne faudra pas autant de temps, pas même un siècle, pas même dix ans, pour reconnaître le partage.

  1. 1. Pas l’Espagne, par exemple
  2. 2. Commercialement ou en la recevant d’une autre personne.
  3. 3. Je ne fais pas référence ici aux lois sur la copie privée qui ont en réalité limité les droits d’usage dans la sphère privée en les soumettant à une compensation. Ce que je souligne, c’est que pendant des siècles, le copyright et le droit d’auteur n’ont rien eu à dire des actes dans la sphère privée
  4. 4. Philippe Aigrain, Diversity, attention and symmetry in a many-to-many information society, First Monday 11,6
  5. 5. Philippe Aigrain, Sharing: Culture and the Economy in the Internet Age, à paraître en 2011
  6. 6. Si nécessaire, on pourra bien sûr démontrer, pour les besoins des nécessaires réformes des lois sur le droit d’auteur ou le copyright, que créateurs et même investisseurs sont plus que compensés des dommages éventuels qu’ils subiraient du fait d’une reconnaissance du partage. Mais ce n’est pas sur cette base que l’on peut construire les systèmes de financement de la création visant Internet.
  7. 7. Voir Felix Oberholzer-Gee and Koleman Strumpf, File Sharing and Copyright, NBER Series, 2010, p. 19-55. et mon propre travail utilisant un périmètre différent pour l’économie de chaque média.
  8. 8. C’est à dire distinct du droit d’auteur.
  9. 9. Ceux qui savent capturer les flux de streaming pour obtenir un fichier échappent à cet enfermement.
  10. 10. Sans but de profit et la plupart du temps en y investissant des ressources, au moins indirectement.
  11. 11. Voir Clarisse Herrenschmidt, Les trois écritures: langue, nombre, code, NRF, Gallimard, 2007.

September 25 2010

Grand Jeu-concours d'emails HADOPI !

  • Parce qu'il ne faut pas avoir peur de l'HADOPI (HADOPI, Même pas peur !) ;
  • Parce que les mails de l'HADOPI ont à peu près la même valeur juridique qu'un vulgaire spam ;
  • Parce qu'avec les dizaines de millions d'Euros que coûte au contribuable cette usine à gaz dangereuse et obsolète, il vaut mieux en rire qu'en pleurer :


La Quadrature du Net lance un grand jeu-concours d'emails HADOPI !


La règle en est simple : Le/la premier(e) utilisateur/trice recevant un courrier électronique en provenance de l'HADOPI, sera (après authentification du courrier) déclaré(e) vainqueur.

Il/elle remportera à ce titre, sous couvert de pseudonyme s'il/elle le souhaite :

  • Un magnifique "Pi-shirt" estampillé du logo de La Quadrature du Net ;
  • Un exemplaire du considérant 12 de la décision 2009-580 du Conseil Constitutionnel, censurant l'HADOPI 1 et liant libertés d'expression à accès au Net, sorti d'une presse à imprimer du XIXè siècle ;
  • Une IP de la société de police privée du Net Trident Media Guard ;
  • Un coup à boire sur Paris ou ailleurs ;
  • Une suggestion de réponse à l'HADOPI.

Faites parvenir vos courriers HADOPI (avec les en-têtes complets) à : hadopi @ laquadrature.net. Bonne chance !

--

N'hésitez pas à diffuser notre grand jeu en rajoutant sur votre site le code suivant:
<a href="http://www.laquadrature.net/fr/grand-jeu-concours-demails-hadopi" title="Grand Jeu-concours d'emails HADOPI !" alt="Grand Jeu-concours d'emails HADOPI !"><img src="http://www.laquadrature.net/files/jeu_hadopi.png" alt="Grand Jeu HADOPI image" />

September 06 2010

Hadopi ? Même pas peur !

Le ministre de la culture1 et l’Hadopi elle-même2 l’ont annoncé en grande pompe : ça y est, dès la rentrée, l’Hadopi est prête à envoyer ses premiers courriers électroniques aux internautes qui se seront fait prendre dans les filets de Trident Media Gard, l’entreprise chargée par les sociétés représentant les détenteurs de droits d’auteur3 de surveiller les partages de fichiers sur les réseaux pair à pair. Pourtant l’analyse des lois et décrets adoptés appelle à plus de réserves sur ces menaces potentielles. Non seulement aucune sanction ne découlerait d’une procédure intentée via l’Hadopi, mais cette dernière s’avérerait même incapable d’envoyer le moindre avertissement avant toute décision de justice.

L’Hadopi prête ? Pas tout à fait

(CC)ByNcSa Construv

On peut tout d’abord noter que les décrets publiés à ce jour font apparaître la primauté du caractère répressif dans les missions de l’Hadopi. En effet, aucun décret n’est encore paru concernant sa mission d’encouragement au développement de l’offre légale. Pourtant, l’article 331-23 du code de la propriété intellectuelle (CPI), instauré par la loi Hadopi 1, prévoit que soient fixées par décret une liste d’indicateurs sur l’offre légale, ainsi que les conditions permettant l’attribution d’un label aux services en ligne proposant une telle offre légale. L’absence de publication des décrets nécessaires à l’exercice de cette mission montre qu’elle n’est, au mieux, pas une priorité de l’Hadopi.

Juridiquement, l’action répressive de l’Hadopi pourrait être retardée par un recours déposé devant le Conseil d’État contre le décret n° 2010-236 du 5 mars 2010, relatif au système informatique de l’Hadopi. Ce traitement automatisé doit à terme permettre à l’Hadopi4 de communiquer d’une part avec les représentants des ayants droit et, d’autre part, avec les fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Or, le gouvernement a omis de consulter l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) – consultation pourtant imposée par la loi5. Ainsi, le Conseil d’État, s’il donne raison au recours déposé par le plus ancien FAI français, French Data Network (FDN), pourrait annuler ce décret et retarder d’autant l’action de l’Hadopi6.

En outre, si l’interconnexion entre le système informatique de l’Hadopi et ceux des ayants droit semble en place, le lien entre l’autorité et les FAI est encore loin d’être établi. Ce même décret du 5 mars 2010 prévoit7 en effet que les modalités de cette interconnexion soient définis par une convention avec les FAI ou, à défaut, par un arrêté ministériel. Or, à ce jour, ni convention, ni arrêté n’ont été signés.

Par ailleurs, la question du coût de la prise en charge de l’identification des abonnés n’est toujours pas réglée. Le ministre Frédéric Mitterrand déclarait en janvier lors de l’installation de l’Hadopi : « Il faut que les FAI acceptent tous de payer. On est en train de leur expliquer qu’il faut le faire. Certains l’ont admis, pas tous. » De leur côté, les FAI estiment8 que la jurisprudence constitutionnelle9 impose à l’État de prendre en charge ces coûts liés à une mission de service public, étrangère aux activités des opérateurs.

Toutefois, les quelques obstacles cités jusqu’ici ne sont pas insurmontables. Ils ne remettent pas en cause l’action répressive de l’Hadopi, ils ne font qu’en retarder la mise en branle. Il en va tout autrement des décisions sur la matérialité des infractions.

Des sanctions non automatiques nécessitent de prouver l’infraction

Dans la mission de l’Hadopi de « protection des œuvres et objets auxquels est attaché un droit d’auteur ou un droit voisin », il reste également un décret en attente de publication : celui précisant la procédure d’évaluation et de labellisation des moyens de sécurisation »10. Ces fameux « logiciels de sécurisation » avaient été imaginés dans la loi Hadopi 1, comme étant quasiment le seul moyen pour un internaute de se disculper des accusations de l’Hadopi, prouvant par leur installation qu’il n’avait pas fait défaut à son obligation de sécuriser son accès Internet.

Toutefois, le Conseil constitutionnel ayant censuré la loi Hadopi 1, notamment parce que ce point remettait en question la présomption d’innocence, il n’est resté des lois Hadopi 1 et 2 que l’obligation pour l’internaute de sécuriser son accès Internet et pour l’Hadopi de labelliser des logiciels de sécurisations respectant les spécifications qu’elle aura publiées. Mais, selon le secrétaire général de l’Hadopi11, il n’y aurait plus de lien entre ces deux obligations : l’existence de logiciels de sécurisation labellisés ne remettrait pas en cause l’envoi d’avertissements, recommandant pourtant justement l’utilisation d’un moyen de sécurisation.

La validité juridique de cet argument n’a pas bien entendu pas encore été testée, puisqu’aucun courrier électronique n’a été envoyé à ce jour. D’éventuels internautes ainsi avertis pourraient tenter de contester ces recommandations tant que l’Hadopi ne s’est pas acquitté de sa tâche de labellisation. Cependant, ce qui est révélé ici est indépendant d’une telle validité en justice. En effet, il devient maintenant indiscutable, y compris pour l’Hadopi, qu’il appartiendra à l’accusation de prouver l’infraction d’absence de sécurisation de l’accès internet, puni par une contravention de cinquième classe pour négligence caractérisée. En d’autres termes, ce sera au parquet d’apporter des preuves que l’internaute pris dans les filets de Trident Media Guard n’avait pas mis en œuvre un quelconque moyen de sécurisation.

La publication du décret définissant la négligence caractérisée a d’ailleurs permis aux juristes de confirmer cette obligation pour l’accusation de prouver la non sécurisation effective de l’accès Internet. Car la rédaction de ce décret a fait du défaut de sécurisation un élément constitutif de l’infraction et non une exception.

Dès lors, peu importe que des fuites sur la procédure de labellisation aient révélé que les moyens de sécurisation vers lesquels se dirige l’Hadopi soient bien de véritables « mouchards filtrants ». Ceux-ci, d’une part, empêcheraient l’exécution de logiciels de partage de fichiers, de protocoles particuliers ou de connexion vers des sites référencés comme proposant des téléchargements sans autorisation. Et d’autre part, toute désactivation du logiciel serait consignée dans un journal inviolable et non modifiable par l’internaute, que seul un tiers de confiance pourrait rendre lisible. Peu importe et il est même préférable de se passer d’un tel mouchard filtrant puisque celui-ci ne disculpe pas automatiquement l’internaute – présomption d’innocence oblige – mais, au contraire, il pourrait fournir des éléments de preuve à l’accusation.

Les seuls éléments de preuve que l’Hadopi pourrait fournir au parquet seraient les propres aveux de l’internaute incriminé ou le relevé d’adresse IP horodaté, recueilli par TMG. Or, il s’agit pour ce dernier d’une preuve bien fragile, constamment repoussée par les tribunaux12. Une adresse IP peut effectivement être masquée, est facilement falsifiable, etc. Aussi, pour prouver la négligence caractérisée d’un internaute, le parquet devrait diligenter une enquête ou une instruction. Ce qui apparaît peu compatible avec la volonté de sanctionner automatiquement une pratique de masse.

Ainsi, à moins que les citoyens ignorent leur droit à garder le silence, il semble bien difficile que l’Hadopi puisse un jour faire condamner quiconque. Elle ne resterait donc qu’une « machine à faire peur », ce dont ne se cachent point ses plus fervents partisans13.

Ce constat est renforcé par une circulaire que la chancellerie a envoyé fin août aux magistrats du parquet14. Cette dernière leur donne pour consigne : « dans le double objectif d’assurer la rapidité de la réponse pénale et de veiller à ce que le nouveau dispositif ne conduise à un engorgement des services de police et de gendarmerie, il conviendra d’éviter, sauf cas particulier, qu’une seconde enquête soit diligentée par ces services lorsque les éléments fournis par la HADOPI sont suffisants pour caractériser la contravention de négligence caractérisée à l’égard du titulaire de la ligne et pour assurer le caractère contradictoire de la procédure.» La fiabilité des relevés effectués par la société TMG ne cessant d’être remise en cause, on ne voit pas bien, en l’absence de toute enquête supplémentaire, comment ceux-ci seraient suffisamment solides pour établir la culpabilité des internautes. À moins, d’aveux des internautes en personne ou des « mouchards filtrants » qu’ils auraient eu la saugrenuité d’installer.

L’envoi de menaces menacé

Mais la formulation du dernier décret publié le 26 juillet 201015 relatif à la procédure suivie par la CPD pour recueillir les saisines des représentants des ayants droit, avertir les internautes et éventuellement transmettre les dossiers au parquet, fait apparaître que même ce rôle de pure intimidation pourrait être remis en question. En effet pour envoyer un quelconque avertissement, par courrier électronique, puis par lettre recommandée, l’Hadopi doit demander aux FAI les coordonnées des abonnés dont l’adresse IP a été repérée par la société TMG. Or, l’article R331-37 CPI, instauré par ce décret, dispose que « Les opérateurs de communications électroniques […] sont tenus de communiquer les données à caractère personnel et les informations mentionnées au 2° de l’annexe du décret n° 2010-236 du 5 mars 2010 dans un délai de huit jours suivant la transmission par la commission de protection des droits des données techniques nécessaires à l’identification de l’abonné dont l’accès à des services de communication au public en ligne a été utilisé à des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d’œuvres ou d’objets protégés sans l’autorisation des titulaires des droits[…] »16.

En cela, il se conforme à l’article L331-21 CPI, dont il reprend quasi à l’identique la formulation du cinquième alinéa de la loi Hadopi 117. Mais on notera que partout aileurs, dans les lois Hadopi 1 et Hadopi 218, dans les décrets d’application19 ou dans les autres alinéas de ce même décret du 26 juillet 201020, lorsqu’une éventuelle infraction est mentionnée, elle est toujours bien qualifiée de « susceptible ». Implicitement, cette infraction ne devient avérée que lorsqu’une décision de justice l’a établie.

La loi pénale étant d’interprétation stricte, l’article R331-7 CPI ne peut être compris que comme obligeant les FAI à fournir à l’Hadopi les coordonnées d’un abonné qu’une fois qu’il aura été établi qu’une contrefaçon avait eu lieu et l’implication de l’accès Internet d’une personne particulière. Mais l’Hadopi n’est pas à même de juger de la matérialité de ces deux faits. L’article L331-21-1 CPI, instauré par la loi Hadopi 2, le précise bien : « Les membres de la commission de protection des droits, ainsi que ses agents habilités et assermentés devant l’autorité judiciaire mentionnés à l’article L. 331-21, peuvent constater les faits susceptibles de constituer des infractions prévues au présent titre lorsqu’elles sont punies de la peine complémentaire de suspension de l’accès à un service de communication au public en ligne mentionnée aux articles L. 335-7 et L. 335-7-1. ». Mais en aucun cas, l’Hadopi n’a le pouvoir de juger de la matérialité d’une contrefaçon, ni que celle-ci a été opérée via l’accès Internet d’une personne particulière. Le ferait-elle qu’il y aurait tout lieu de dénoncer la présomption de culpabilité dont elle ferait alors preuve.

L’artifice, employé dès l’origine des lois Hadopi et consistant à punir non l’acte de contrefaçon mais la non sécurisation de l’accès Internet par lequel cette dernière aurait été opérée, cet artifice tombe à l’eau. Car dans tous les cas, la contrefaçon doit être prouvée et établie. De même, il doit être prouvé et établi que l’accès Internet d’une personne particulière a été utilisé lors de la commission de cette contrefaçon. Sinon, il ne peut être imputé un manquement à l’obligation de sécuriser son accès Internet. L’absence de sécurisation découle en effet de la constatation qu’une contrefaçon a été commise via cet accès Internet21. Et seul un juge peut établir ces faits, d’après les preuves apportées par le parquet ou par les représentants des ayants droit lors d’une procédure civile. Or ces derniers ne désirent avoir recours à de telles procédures, pénales ou civiles, que pour les cas mettant en cause des partages de fichiers en quantité significative. La difficulté de rassembler des preuves et les longueurs de ces procédures les réservant aux affaires les plus importantes, le reste des échanges dits « courants » est laissé à l’inoffensive procédure dissuasive de l’Hadopi, plus à même de traiter, par la peur, une pratique de masse. Mais cette dernière étant conditionnée, comme nous venons de le démontrer, par un jugement de la contrefaçon et de son lien avec un accès Internet, le serpent se mord la queue !

Le Conseil constitutionnel avait autorisé le traitement automatisé reliant les coordonnées d’un internaute à une contrefaçon que dans la mesure où l’Hadopi intervenait préalablement à une action en justice22. Mais la contravention de négligence caractérisée pour non sécurisation de son accès Internet ne peut être prononcée que suite à la réitération d’un acte pour lequel l’Hadopi a déjà envoyé une recommandation23. Par conséquent, le simple fait pour l’Hadopi d’envoyer un avertissement fait grief et est partie intégrante à la procédure judiciaire. Ce qui serait contraire à la décision du Conseil constitutionnel, si une décision de justice n’a pas autorisé préalablement cet envoi d’avertissement.

D’un rêve de machine à punir, en passant sur le papier par une machine à faire peur, l’Hadopi s’avère au final n’être qu’une machine… machinant ! Sans aucune répercussion sur la culture, la création, ni leur diffusion via Internet. Même pas peur !

  1. 1. Lors du conseil des ministres du 28 juillet 2010, le ministre de la culture et de la communication déclarait : « La Haute autorité est désormais en état de commencer son action. Autorité publique indépendante, elle déterminera le moment opportun pour adresser par mail les premiers avertissements aux contrevenants, sur la base des saisines transmises par les ayants droit. »
  2. 2. « La haute autorité est prête à lancer son action en matière de réponse graduée », a indiqué Marie-Françoise Marais, présidente de la Hadopi, lors d’une conférence de presse lundi 28 juin 2010.
  3. 3. La Société civile des producteurs phonographiques (SCPP), la Société civile des producteurs de phonogrammes en France (SPPF), la Société des auteurs compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), la Société pour l’administration du droit de reproduction mécanique (SDRM) et l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA).
  4. 4. Plus précisément, ce rôle revient à la Commission de protection des droits (CPD), toutefois les opérations de communication lancées par l’Haopi elle-même confondant les deux entités, et le présent article étant une réponse argumentée à cette communication, il y sera fait référence indistinctement à l’Hadopi ou à la CPD.
  5. 5. L’article L36-5 du Code des postes et des communications électroniques dispose que l’« Autorité de régulation des communications électroniques et des postes est consultée sur les projets de loi, de décret ou de règlement relatifs au secteur des communications électroniques et participe à leur mise en œuvre ».
  6. 6. D’autant que FDN a déposé à nouveau un recours au mois d’août, s’attaquant cette fois-ci au décret n° 2010-872 du 26 juillet 2010, relatif à la procédure devant la CPD, au motif que ce dernier décret s’appuie fortement sur celui du 5 mars précédemment attaqué et n’aurait plus de légalité si le premier venait à être annulé. Devant la précipitation de la Hadopi à communiquer que les premiers avertissements seraient sur le point d’être envoyés, ce dernier recours a été déposé sous la forme d’un référé-suspension.
  7. 7. Article 8 : « 2° D’autre part, les traitements mis en œuvre par les opérateurs de communications électroniques et les prestataires mentionnés au 2° de l’annexe au présent décret pour la collecte des données et informations mentionnées à ce même alinéa. Cette interconnexion est effectuée selon des modalités définies par une convention conclue avec les opérateurs et prestataires concernés ou, à défaut, par un arrêté conjoint du ministre chargé de la culture et du ministre chargé des communications électroniques. »
  8. 8. Ainsi, la Fédération française des télécoms, regroupant 98% des opérateurs fixes et mobiles, a réitéré ses positions au magazine en ligne silicon.fr : « La Fédération conteste la possibilité de mettre à la charge des opérateurs les coûts de mise en œuvre de l’ensemble de ce dispositif de riposte graduée. […] l’État n’a pas à faire peser financièrement sur les opérateurs les coûts d’une mission d’intérêt général étrangère à l’activité de ces mêmes opérateurs. […] Les personnes chargées de l’identification des adresses IP n’ont même pas encore été recrutées. En attendant la modification de tous les systèmes d’information des opérateurs, qui prendra au moins un an, l’identification des adresses IP se fera manuellement ».
  9. 9. Décision du Conseil constitutionnel n° 2000-441 DC du 28 décembre 2000 sur la loi de finances rectificative pour 2000 : « 41. Considérant que, s’il est loisible au législateur, dans le respect des libertés constitutionnellement garanties, d’imposer aux opérateurs de réseaux de télécommunications de mettre en place et de faire fonctionner les dispositifs techniques permettant les interceptions justifiées par les nécessités de la sécurité publique, le concours ainsi apporté à la sauvegarde de l’ordre public, dans l’intérêt général de la population, est étranger à l’exploitation des réseaux de télécommunications ; que les dépenses en résultant ne sauraient dès lors, en raison de leur nature, incomber directement aux opérateurs ».
  10. 10. Ce décret est imposé par l’article L331-32 CPI : « Après consultation des concepteurs de moyens de sécurisation destinés à prévenir l’utilisation illicite de l’accès à un service de communication au public en ligne, des personnes dont l’activité est d’offrir l’accès à un tel service ainsi que des sociétés régies par le titre II du présent livre et des organismes de défense professionnelle régulièrement constitués, la Haute Autorité rend publiques les spécifications fonctionnelles pertinentes que ces moyens doivent présenter.
    « Au terme d’une procédure d’évaluation certifiée prenant en compte leur conformité aux spécifications visées au premier alinéa et leur efficacité, la Haute Autorité établit une liste labellisant les moyens de sécurisation. Cette labellisation est périodiquement revue.
    « Un décret en Conseil d’État précise la procédure d’évaluation et de labellisation de ces moyens de sécurisation. »
  11. 11. Lors d’une interview à l’Expansion en juin 2010, le secrétaire général de l’Hadopi, Éric Walter, martelait : « Le décret de labellisation des moyens de sécurisation ne nous empêche absolument pas de démarrer. […] En outre, ce débat est un peu hypocrite: l’obligation de sécurisation date de la loi Dadvsi. Et il existe de nombreux outils, connus, pour sécuriser son accès: logiciels de contrôle parental, pare-feu, clés WEP pour les accès Wi-Fi... Le label, quand il existera, sera juste un meilleur moyen d’atteindre les objectifs de sécurisation que nous nous fixons, grâce aux spécifications fonctionnelles que nous rédigerons et qui permettront de rapprocher les produits existants de nos objectifs. »
  12. 12. Un article du Monde titre ainsi : « Usurpation d’identité, téléchargement : la fiabilité de l’adresse IP mise en cause ». Le ministre de la culture, dans une réponse à une question écrite d’un député reconnaissait : « La loi ne méconnaît pas le fait que la vigilance des internautes sera susceptible d’être trompée par des tiers qui usurperont leur adresse IP ».
  13. 13. Ainsi, la fin du mois de juillet 2010 a vu se dérouler une campagne médiatique insistant sur la « peur du gendarme » qu’inspirerait l’Hadopi.
  14. 14. Cette circulaire confirme également la chimère de sanctions massives quasi-automatiques. D’une part, en réaffirmant la prédominance des poursuites pour négligence caractérisée sur celles pour contrefaçon : « Il convient en outre de préciser que les agents de la HADOPI peuvent constater les infractions pénales prévues au titre III du CPI [NdA : i.e. contrefaçons] à la condition que celles-ci soient punies de la peine complémentaire de suspension de l’accès à un service de communication au public en ligne prévue aux articles L.335-7 et L.335-7-1 du même code (nouvel article L.331-21-1 du CPI). Cette compétence reste cependant résiduelle. […] Afin d’assurer l’adéquation entre le comportement incriminé et la réponse pénale apportée, il conviendra de privilégier, lorsque bien sûr les éléments constitutifs de cette infraction seront caractérisés, cette voie contraventionnelle pour les primo-délinquants ou pour les téléchargements d’ampleur limitée. À l’inverse, le délit de contrefaçon devra être recherché et poursuivi en cas de réitération des faits ou de téléchargements habituels et massifs via Internet en violation des dispositions relatives au droit d’auteur ou aux droits voisins ». D’autre part, en insistant sur la prédilection pour les procédures expéditives d’ordonnances pénales – qui supposent pourtant que la matérialité des faits soit simple à établir : « Par ailleurs, la procédure de l’ordonnance pénale devra être privilégiée dans le cadre de la poursuite de la contravention de négligence caractérisée du titulaire d’un accès à Internet ».
  15. 15. Décret n° 2010-872 du 26 juillet 2010 relatif à la procédure devant la commission de protection des droits de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet.
  16. 16. Nous soulignons.
  17. 17. « [Les membres de la commission de protection des droits et les agents mentionnés au premier alinéa] peuvent, notamment, obtenir des opérateurs de communications électroniques l’identité, l’adresse postale, l’adresse électronique et les coordonnées téléphoniques de l’abonné dont l’accès à des services de communication au public en ligne a été utilisé à des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d’œuvres ou d’objets protégés sans l’autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II lorsqu’elle est requise. »
  18. 18. Article L331-25 : « […] Lorsqu’elle est saisie de faits susceptibles de constituer un manquement à l’obligation définie à l’article L. 336-3, la commission de protection des droits peut envoyer à l’abonné, sous son timbre et pour son compte, par la voie électronique et par l’intermédiaire de la personne dont l’activité est d’offrir un accès à des services de communication au public en ligne ayant conclu un contrat avec l’abonné, une recommandation lui rappelant les dispositions de l’article L. 336-3, lui enjoignant de respecter l’obligation qu’elles définissent et l’avertissant des sanctions encourues en application des articles L. 335-7 et L. 335-7-1.
    En cas de renouvellement, dans un délai de six mois à compter de l’envoi de la recommandation visée au premier alinéa, de faits susceptibles de constituer un manquement à l’obligation définie à l’article L. 336-3, la commission peut adresser une nouvelle recommandation comportant les mêmes informations que la précédente par la voie électronique dans les conditions prévues au premier alinéa. »
    Article L331-21-1 : « Les membres de la commission de protection des droits, ainsi que ses agents habilités et assermentés devant l’autorité judiciaire mentionnés à l’article L. 331-21, peuvent constater les faits susceptibles de constituer des infractions prévues au présent titre lorsqu’elles sont punies de la peine complémentaire de suspension de l’accès à un service de communication au public en ligne mentionnée aux articles L. 335-7 et L. 335-7-1. »
  19. 19. Annexe du décret du 5 mars 2010 : « Quant aux faits susceptibles de constituer un manquement à l’obligation définie à l’article L. 336-3 du code de la propriété intellectuelle […] ».
  20. 20. Article R331-40 : « Lorsque, dans le délai d’un an suivant la présentation de la recommandation mentionnée au premier alinéa de l’article L. 335-7-1, la commission de protection des droits est saisie de nouveaux faits susceptibles de constituer une négligence caractérisée définie à l’article R. 335-5, elle informe l’abonné, par lettre remise contre signature, que ces faits sont susceptibles de poursuite. »
    Article R331-42 : « La commission de protection des droits constate par une délibération prise à la majorité d’au moins deux voix que les faits sont susceptibles de constituer l’infraction prévue à l’article R. 335-5 ou les infractions prévues aux articles L. 335-2, L. 335-3 et L. 335-4. »
    Article R331-43 : « La délibération de la commission constatant que les faits sont susceptibles de constituer une infraction, à laquelle sont joints, selon les cas, un procès-verbal récapitulatif de l’ensemble des faits et procédure ainsi que toutes pièces utiles, est transmise au procureur de la République près le tribunal de grande instance compétent. »
    Article R331-46 : « […] Faute pour la personne dont l’activité est d’offrir un accès à des services de communication au public en ligne de mettre en œuvre la peine de suspension qui lui a été notifiée, la commission de protection des droits délibère, dans les conditions de majorité définies à l’article R. 331-42, aux fins d’informer le procureur de la République des faits susceptibles de constituer le délit visé au sixième alinéa de l’article L. 335-7. »
  21. 21. Article L336-3 CPI : « La personne titulaire de l’accès à des services de communication au public en ligne a l’obligation de veiller à ce que cet accès ne fasse pas l’objet d’une utilisation à des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d’œuvres ou d’objets protégés par un droit d’auteur ou par un droit voisin sans l’autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II lorsqu’elle est requise. »
  22. 22. Décision n° 2009-580 DC du 10 juin 2009 (Hadopi 1) : « 28. Considérant qu’à la suite de la censure résultant des considérants 19 et 20, la commission de protection des droits ne peut prononcer les sanctions prévues par la loi déférée ; que seul un rôle préalable à une procédure judiciaire lui est confié ».
  23. 23. Article R335-5 : « […] 1° En application de l’article L. 331-25 et dans les formes prévues par cet article, le titulaire de l’accès s’est vu recommander par la commission de protection des droits de mettre en œuvre un moyen de sécurisation de son accès permettant de prévenir le renouvellement d’une utilisation de celui-ci à des fins de reproduction, de représentation ou de mise à disposition ou de communication au public d’œuvres ou d’objets protégés par un droit d’auteur ou par un droit voisin sans l’autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II lorsqu’elle est requise ;
    2° Dans l’année suivant la présentation de cette recommandation, cet accès est à nouveau utilisé aux fins mentionnées au 1° du présent II.

June 26 2010

Au poker de l'ACTA, on exporte la répression

Communiqué commun de l'April et de la Quadrature du Net

Paris, le 26 Juin 2010 - Les représentants de La Quadrature du Net et de l'April ont rencontré les négociateurs français de l'ACTA, à quelques jours du prochain round de négociations de cet accord anti-contrefaçon. Aucune réponse satisfaisante n'a été apportée sur les questions cruciales de l'interopérabilité et des dispositions visant à transformer les intermédiaires techniques du Net en police privée du copyright. Les négociateurs de cet accord illégitime, pris dans le jeu de la négociation et du rapport de force avec les États-Unis, ont-ils vraiment la marge de manœuvre nécessaire pour protéger nos libertés ?
<!--break-->
Les 9 fonctionnaires des différents ministères représentant la France à la délégation européenne1 sont unanimes : pour eux, rien de dangereux dans cet accord, et rien qui ne dépasserait les limites des droits français et communautaire.

Alors que la réunion avait pour objectif de rassurer, c'est en réalité tout le contraire : des dispositions (sanctions pénales) ont, de l'aveu même des négociateurs, été identifiées comme allant clairement au-delà de l'acquis communautaire.

De plus, aucune réponse satisfaisante n'a été apportée au sujet de points fondamentaux du texte :

  • Les négociateurs ont été incapables de garantir que les politiques qui devront être mises en place par les fournisseurs d'accès et de services pour s'exonérer d'une responsabilité juridique accrue2 n'auront pas de graves conséquences sur les libertés fondamentales. La perspective de voir les intermédiaires du Net transformés en police privée du copyright est donc confirmée.
  • Aucun droit à l'interopérabilité des « mesures techniques de protection » (DRM). Les DRM sont un frein au développement et à l'utilisation des logiciels libres. Pour les utilisateurs de logiciels libres, la seule solution pour accéder légitimement à des œuvres prisonnières de ces « menottes numériques » est le contournement. Cette solution n'a pas été garantie par les négociateurs français : les utilisateurs et les développeurs de logiciels libres pourraient donc être, lors de la transposition de l'ACTA, de nouveau soumis à une pression juridique inacceptable3.
  • L'ACTA reprend nombre de législations répressives contestées et bientôt soumises à révision au niveau européen, alors que leurs études d'impact n'ont toujours pas été réalisées (directives IPRED, EUCD, etc.). Les négociateurs ont implicitement confirmé que l'ACTA solidifierait ces législations, les rendant difficiles, sinon impossibles à modifier ultérieurement, tout en concourant insidieusement à les exporter vers les pays qui n'en ont pas d'équivalentes.

« Pressés de leur propre aveu par les négociateurs américains, les représentants français ont acté leur impuissance en disant se cantonner à la préservation des législations répressives existantes. La position française vise clairement à faire perdurer des lois et des modèles obsolètes, au détriment de toute alternative constructive tendant vers l'intérêt général. » déclare Tangui Morlier, président de l'April.

« Les négociateurs de l'ACTA jouent avec les législations répressives attaquant nos libertés comme d'autres jouent au poker. Il est urgent de réagir et de leur demander des comptes. Sinon nous accepterions implicitement que le futur d'Internet soit négocié derrière des portes closes plutôt que débattu démocratiquement. » conclut Jérémie Zimmermann, porte-parole de l'initiative citoyenne La Quadrature du Net.

  1. 1. Les 9 fonctionnaires représentaient les Ministères de la Culture, des Affaires extérieures, de la Justice et de l'Économie (DGTPE, direction générale du Trésor) en charge des négociations.
  2. 2. Responsabilité pour le stockage et la transmission de matériaux soumis au droit d'auteur par leurs leurs utilisateurs, article 2.18
  3. 3. Rappelons qu'en France il a fallu un recours au Conseil d'État pour rétablir dans les faits l'exception de contournement de DRM à des fins d'interopérabilité.

June 01 2010

Rapport Gallo : le dogmatisme du droit d'auteur gagne une bataille, mais pas la guerre

Bruxelles, le 1er juin 2010 - Le vote en commission JURI du Parlement européen sur le rapport Gallo "Application des droits de propriété intellectuelle", y compris les amendements répressifs de la rapporteure, reflète l'influence asphyxiante des lobbies industriels sur le législateur européen. Le groupe ALDE, qui à plusieurs occasions avait défendu les libertés fondamentales, s'est cette fois-ci rangé du côté des industries du divertissement. Ce vote doit faire réagir les citoyens européens et convaincre les eurodéputés des enjeux de l'évolution de nos sociétés numériques. Après le vote du rapport Gallo en session plénière, il y aura d'autres batailles législatives lors desquelles l'intérêt public, la créativité et l'accès à la connaissance devront être défendus contre une vision obsolète du droit d'auteur.
<!--break-->
Cette fois, l'approche dogmatique et ultra répressive d'une guerre continue contre le partage d'oeuvres culturelles sur Internet a prévalu au sein de la commission JURI du Parlement européen.

Le groupe ALDE, qui s'était récemmment montré attaché à la défense des libertés fondamentales au détriment des intérêts privés, a soutenu la rapporteure sarkozyste Marielle Gallo. Il s'agit d'un retour en arrière décevant, au moment où le Vice-Premier Ministre britannique, un libéral démocrate tout récemment élu, vient d'exprimer son fort rejet de ces politiques. L'acceptation de cette position répressive, qui fait l'amalgame entre le partage de fichiers en ligne et la contrefaçon industrielle, a été adoptée après un vote verrouillé d'amendements visant à contourner un débat ouvert sur des alternatives.

Même si le rapport Gallo n'est pas un texte législatif, il montre que le Parlement est peut-être incapable d'évaluer la nécessité de réformer les droits d'auteur et leur mise en œuvre pour servir le développement d'une économie et d'une société créatives. Que le rapport final soit adopté ou non dans sa forme actuelle, les citoyens exprimeront leurs opinions sur les projets législatifs à venir et reconnaîtront les responsables politiques qui démontreront leur indépendance une vision ouverte sur l'avenir.

"Le rapport Gallo montre à quel point le lobbyisme de quelques industries anachroniques peut être puissant sur le Parlement européen. Leur influence sur le processus législatif va à l'encontre de l'intérêt général et empêche le Parlement d'explorer les pistes d'une nouvelle économie créative. Cette influence doit être contrebalancée pour les prochaines batailles : la discussion à venir sur l'accord ACTA, les discussions sur les nouvelles sanctions pénales avec la résurrection future de la directive IPRED21, etc. Les mesures visant à renforcer les modèles économiques obsolètes au détriment des libertés fondamentales n'apporteront aucun bénéfice aux auteurs ni à leur public et doivent être combattues sans relâche.", conclut Jérémie Zimmermann, porte-parole du collectif citoyen La Quadrature du Net.

  1. 1. Cette directive qui allait jusqu'à pénaliser "l'incitation et l'aide" à la contrefaçon était bloquée au niveau du Conseil, et sera bientôt à nouveau présentée par le commissaire européen Michel Barnier, encouragé par le rapport Gallo.

May 31 2010

Rapport Gallo sur le futur du droit d'auteur dans l'UE : pas de compromis sur nos libertés !

Mise à jour 14h40 : le vote aura lieu à 10h00 le mardi 1er juin

Bruxelles, le 30 mai 2010 - Quelques heures avant le vote sur le rapport Gallo concernant le futur du droit d'auteur dans l'UE, la rapporteure Marielle Gallo a essayé d'inciter ses collègues à voter de faux amendements de compromis1. Mme Gallo tente de dissimuler l'incompatibilité entre deux positions contradictoires : d'un côté, la logique ultra-répressive de la rapporteure contre le partage de fichiers en ligne - ainsi que son soutien à l'accord ACTA et à la création de polices privées du droit d'auteur - et de l'autre côté, la compréhension qu'une économie florissante de la création se construira avec les internautes et non contre eux. Il est de notre devoir, à nous citoyens, d'aider les membres de la commission JURI à prendre la bonne décision en protégeant les libertés fondamentales et l'intérêt général.
<!--break-->


(CC)BySa La Quadrature du Net

Le vote des amendements déposés sur le projet de rapport de Marielle Gallo sur "le renforcement de l'application des droits de propriété intellectuelle"2 aura lieu ce mardi 1er juin vers 12h30. Ce texte non législatif est une importante déclaration politique du Parlement européen, qui aura un impact sur le futur de la politique concernant le droit d'auteur dans l'UE.

La rapporteure française Marielle Gallo, membre de l'UMP, présente un texte ultra répressif. Son projet de rapport soutient l'accord ACTA, incite à créer de nouvelles sanctions pénales et encourage la création de polices privées du droit d'auteur3, similaire au modèle de « riposte graduée » de la loi française HADOPI ou de la Digital Economy Bill britannique. Cette répression aveugle, basée sur une conception archaïque du droit d'auteur, ne peut que porter atteinte aux libertés fondamentales, notamment la liberté de communication, le droit à un procès équitable et le respect de la vie privée.

D'un autre côté, de bons amendements4 demandent l'introduction de flexibilité de telle sorte que notre cadre législatif puisse évoluer avec les nouvelles technologies et les pratiques sociales, assurant ainsi le financement des auteurs et des artistes, tout en préservant le principe de proportionnalité et l'État de droit.

La rapporteure Gallo tente maintenant de pièger ses collègues en leur faisant croire que ses propres amendements, qui ont déjà été rejetés par les représentants de différents groupes politiques, sont le fruit d'un compromis. Ces faux amendements de compromis doivent être rejetés pour s'assurer qu'un débat digne de ce nom ait lieu, et que les amendements constructifs puissent être adoptés5.

« Les faux amendements de compromis de Marielle Gallo visent à éviter un débat ouvert sur la nécessité d'adapter le droit d'auteur à l'ère numérique, tout en défendant les libertés fondamentales. Son attitude montre peu de considération pour ses collègues de la commission JURI du Parlement européen. Tout citoyen attaché à Internet et à la protection des libertés fondamentales doit contacter les membres de la commission JURI pour s'assurer qu'ils sont correctement informés des enjeux de ce vote »conclut Jérémie Zimmermann, porte parole de la Quadrature du Net, en renouvelant l'appel de l'organisation citoyenne à contacter les membres de la commission JURI avant mardi 1er juin, 12h30.

  1. 1. En réalité, ces amendements ne sont pas issus d'un compromis et rejettent la plupart des points importants des propositions de nombreux "rapporteurs fictifs" (ou "shadow rapporteurs" en anglais, eurodéputés qui représentent les groupes politiques et qui négocient ensemble les amendements de compromis)
  2. 2. Projet de rapport sur le renforcement de l'application des droits de propriété intellectuelle sur le marché intérieur : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=COMPARL&mode=XML&lang...
  3. 3. L'encouragement à la création d'une police privée du droit d'auteur est subtilement décrite par les termes « mesures non législatives » et « coopération avec le secteur privé »
  4. 4. La liste complète de amendements ainsi que les recommandations de vote de La Quadrature : http://www.laquadrature.net/wiki/Rapport_Gallo_Amendments
  5. 5. Les recommandations de vote de La Quadrature : http://www.laquadrature.net/files/20100531_Voting_Recommendation_Gallo.pdf

May 17 2010

UE: L'Agenda numérique de Neelie Kroes va-t-il compromettre les libertés?

Paris, le 17 mai 2010 -- Mardi 18 mai, l'Agenda numérique de la Commission sera rendu public. Ce document important va définir les futures politiques de l'Union Européenne en matière d'Internet et de technologies de l'information et de la communication. Une version de travail qui a fuité la semaine dernière montre que des orientations politiques majeures restent encore à arbitrer en amont de la publication. Bien que la majorité du document mette en avant des propositions constructives, certains sujets importants ne sont pas tranchés dans le texte actuel. De possibles mentions d'une application dogmatique du droit d'auteur et d'un filtrage d'Internet pourraient être insérées dans le document final à la dernière minute. Les droits et libertés des citoyens de l'UE seront-ils garantis ?


<!--break-->

Standards Ouverts

Comme l'ont signalé des analystes comparant le texte avec une version de travail antérieure, la référence aux « standards ouverts » a été effacée. Les standards ouverts jouent un rôle clé pour l'innovation, la libre concurrence et les libertés des utilisateurs sur Internet ainsi que l'environnement numérique, en ce qu'ils assurent que les nouvelles technologies resteront accessibles à toutes les parties.

La suppression de la transparence dans le calendrier de l'Agenda Numérique serait une preuve de l'influence dangereuse du lobbies des logiciels propriétaires au sein de la Commission. Sachant que la Commission avait précédemment demandé une définition des standards ouverts, la suppression d'une telle définition aboutirait à la reconnaissance des systèmes propriétaires, avec des conséquences désastreuses sur l'innovation et la compétitivité sur Internet.

Renforcement du droit d'auteur

Le document de travail contient aussi des références à des systèmes répressifs visant à lutter contre le partage de fichiers, considérés comme faisant partie intégrante de l'ordre du jour. Le texte suivant apparaît entre crochets dans le document, ce qui signifie que la Commission envisage de le mettre dans la version finale de l'Agenda Numérique.

[At the same time, in order to encourage the creative industries to offer more content on-line, we need to enhance the protection against online violations of intellectual property rights.]

The Commission will (...) [reinforce the protection against commercial scale online violations of intellectual property rights by a review of the Directive on the enforcement of intellectual property rights in 2011 consistently with the guarantees provided in the Telecoms Framework and fundamental rights on data protection and privacy.]

Toutefois, comme le soulignait La Quadrature du Net en automne dernier, le Paquet Télécom omet d'importantes garanties concernant les droits fondamentaux des citoyens européens. En particulier, il n'empêche pas les fournisseurs d'accès Internet de conclure des accords avec les ayants-droit en vue de mettre en place des ripostes graduées ou le filtrage des contenus. Cette stratégie répressive, qui fait écho à celle d'ACTA, a les faveurs de certains services de la Commission qui souhaiteraient empêcher au moyen de contrats le partage des œuvres culturelles sur le réseau.

La mention de "échelle commerciale" est également extrêmement dangereuse puisque ces mots pourraient être interprétés largement pour inclure des activités à but non lucratif entre individus telles que le partage de fichiers1. Afin de préserver la proportionnalité des sanctions, celles-ci devraient seulement concerner des infractions délibérées et à but lucratif.

Si la Commission devait conserver cette référence à cette politique répressive pour dissuader la circulation de culture et de connaissance à travers Internet, elle prendrait le risque de miner le caractère ouvert d'Internet, et de porter atteinte aux libertés fondamentales des citoyens, que sont la libre expression et la communication. Au lieu de ça, le droit d'auteur dans l'Union Européenne devrait s'adapter à ce nouvel état de fait. Des mécanismes innovants de financement et de régulation peuvent être mis en place afin d'organiser l'économie culturelle autour des pratiques sociales permises par les nouvelles technologies afin de mieux rétribuer les auteurs et artistes.

Cybercrime

Ces derniers jours, des rumeurs ont laissé entendre que la commissaire aux affaires intérieures, Cecilia Malmström, faisait pression afin que le filtrage et la coupure d'Internet soient inclus dans l'Agenda Numérique, dans le développement relatif à la cybercriminalité.

La commissaire Malmström a déjà fait une proposition de mesures de blocage à établir au niveau Européen pour la lutte contre la pornographie enfantine. Si l'objectif de la protection des enfants contre n'importe quelle sorte d'abus ou violence est bien sûr louable, le blocage et le filtrage d'Internet bien qu'inefficace soulève de sérieuses question quant au respect de la liberté d'expression. Premièrement de telles mesures risquent de conduire à la censure collatérale que serait le blocage de contenu parfaitement légal. Elles sont par ailleurs inefficaces puisque facilement contournées par des personnes ou organisations criminelles exploitant du contenu pédopornographique. Enfin, la coupure d'Internet passe souvent outre l'Autorité Judiciaire et ainsi manque de s'assurer que les sanctions sont bien proportionnées et respectueuses du droit fondamental qu'est la liberté d'expression.

À ce stade, le document de travail de l'Agenda Numérique ne recommande pas ces méthodes dangereuses et inadaptées pour lutter contre la cybercriminalité. Au lieu de s'appuyer sur le blocage de l'accès aux sites Internet, le document propose à juste titre d'encourager la coopération entre les différents services gouvernementaux en charge de la traque des organisations criminelles sur internet:

Measures to fight cybercrime do exist : to tackle sexual exploitation and child pornography, alert platforms can be put in place at national and EU levels, alongside educational activities and awareness raising campaigns.
(...)

The Commission will (…)
- present measures by 2013, including legislative initiatives, to combat cyber attacks, and rules on jurisdiction on cyberspace at European and international levels (...);
- assist Member States and Europol to create a European cybercrime center (…);
establish a European cybercrime alert platform and promote cybercrime investigation training at European level by 2012 (…);

Nelly Kroes' devrait au final refuser d'inclure la coupure et le filtrage comme un moyen de lutte contre la criminalité en ligne dans l'Agenda Numérique. La nature ouverte d'Internet ne doit pas être un prétexte à la remise en cause de l'État de droit au travers de l'instauration de mécanismes de censure. Une telle décision politique irait à l'encontre des idéaux démocratiques de l'Union Européenne.

Il ne reste que quelques heures avant que l'Agenda Numérique ne soit officiellement annoncé. C'est une initiative majeure qui va fournir un cadre de travail déterminant pour les politiques liées à Internet. Au cours de cette phase finale, le cabinet de Mme Kroes va probablement se retrouver sous la pression des lobbies industriels. Mais la Commission et les autres institutions européennes doivent s'assurer que la fantastique contribution d'Internet à nos sociétés ouvertes et démocratiques est protégée. Les libertés fondamentales et l'accès à la connaissance doivent être au cœur de l'Agenda numérique. Les citoyens de l'Union Européenne peuvent contacter le cabinet de Mme Kroes afin d'exprimer leurs souhait de voir l'Agenda Numérique européen respecter l'intérêt général et l'État de droit.

  1. 1. Cette formulation irait aussi à l'encontre du rapport sur l'Agenda numérique adopté par le Parlement le 5 mai dernier, qui indique notamment: sanctions, as one of the possible tools in the field of copyright enforcement, should be targeted at commercial exploiters before individual citizens, as a point of principle. http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=REPORT&mode=XML&refer...

April 29 2010

La Guerre de l'Accès

Par Jérémie Zimmermann.

« Considérant qu'aux termes de l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi" ; qu'en l'état actuel des moyens de communication et eu égard au développement généralisé des services de communication au public en ligne ainsi qu'à l'importance prise par ces services pour la participation à la vie démocratique et l'expression des idées et des opinions, ce droit implique la liberté d'accéder à ces services ; » - Conseil Constitutionnel, décision 2009-580 (§ 12)

<!--break-->
Cette décision du Conseil constitutionnel au sujet de la loi HADOPI est historique à bien des égards. En déclarant explicitement que la liberté d'expression implique la liberté d'accéder à Internet, les sages ont reconnu l'importance cruciale de l'accès à Internet pour nos sociétés.

Aujourd'hui, des individus dans le monde entier utilisent Internet pour apprendre, travailler, communiquer, se divertir, faire des affaires, accéder à la culture, améliorer leur existence. Internet et les technologies numériques améliorent la façon dont nous accédons et partageons la connaissance de façon plus radicale encore que l'invention de la presse à imprimer autour de 1440. Et comme avec l'imprimerie, un meilleur accès à la connaissance permet à nos libertés fondamentales de s'exercer en vue d'améliorer la société.

Les industries du divertissement, effrayées et désemparées, ne souhaitent pas s'adapter à cette nouvelle ère qui remet profondément en cause leurs modèles économiques actuels. Elles tentent donc d'utiliser la loi pour imposer des restrictions à l'accès direct aux œuvres se passant de leurs services et de leur autorisation. Cette guerre de l'accès a été menée à l'échelle nationale, mais également européenne, et désormais à l'échelle mondiale avec l'Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA) en cours de négociation.

Outre les industries du contenu, ce sont également les opérateurs télécom qui sont désormais tentés de restreindre l'accès au Net afin de privilégier leurs propres contenus et services. De telles pratiques les transformeraient en rentiers dont les modèles économiques reposeraient sur le contrôle discriminant du trafic, plutôt que sur l'investissement dans les infrastructures communes qui sont la base d'Internet. Ces comportements porteraient irrémédiablement atteinte à la neutralité du Net, principe fondateur d'Internet permettant à chacun de bénéficier de la même potentialité de participation et de contribution à cette nouvelle sphère publique en réseau.

Quelques acteurs dont les modèles économiques sont basés sur la maîtrise des canaux de distribution d'information voient dans le contrôle d'accès le moyen de maintenir leur position dominante. En brisant les barrières d'accès, Internet brise également, en toute logique, le contrôle injustifié de l'information, de la culture et de la connaissance. De même que l'imprimerie a remis en cause la position dominante que les moines copistes occupaient dans la société, le pouvoir de pans entiers d'industries devrait normalement être diminué, à mesure que le Net pénètre tout.

Dans un marché sain où la concurrence permettrait aux préférences de chacun de s'exprimer, de tels acteurs économiques s'adapteraient ou périraient. Mais ces entreprises préfèrent s'appuyer sur le soutien de politiciens partageant, afin de maintenir leur pouvoir, leurs objectifs de contrôle des médias et de la sphère publique. Ces pouvoirs économiques et politiques combinés seront-ils assez forts pour altérer radicalement la structure d'Internet?

D'un réseau libre et ouvert dans lequel chacun – tout du moins dans les pays démocratiques – a accès aux mêmes contenus, services et applications sans filtrage ni altération, le Net pourrait irrémédiablement se voir dénaturé en une interconnexion de réseaux centralisés, discriminés et filtrés. Un tel scénario de « Minitel 2.0 », semblable au réseau « ChineNet », n'est pas Internet.

Mais Internet a été construit sans ces acteurs économiques. Il a été créé par ses utilisateurs, tous pairs égaux dans un réseau ouvert et neutre. Il a évolué au fil des nouveaux usages et des innovations technologiques. Nous – citoyens, utilisateurs – pouvons revendiquer les principes fondateurs d'Internet comme notre bien commun. Nous avons le devoir d'utiliser ces technologies pour encourager tous les moyens d'expression et d'action afin de préserver le Net tel que nous le connaissons et l'aimons : un moteur pour l'innovation, la croissance économique, la démocratie et le progrès humain.

Il s'agit probablement d'une des batailles les plus importantes que nous – citoyens du monde – devons mener aujourd'hui, avec les fronts environnementaux, économiques et sociaux. Nos ancêtres se sont battus pour leurs libertés afin d'améliorer leurs sociétés, c'est désormais à notre tour de nous battre pour la liberté d'accéder à un Internet libre.

jz

April 13 2010

March 22 2010

Les Talibans du droit d'auteur à l'assaut du Parlement européen

Bruxelles, 22 mars 2010 - Avec les débats en cours autour du Rapport Gallo sur l'application des "droits de propriété intellectuelle" (DPI)1 et des rumeurs d'une imminente relance de la directive relative à l'application pénale des DPI, (IPRED2), le Parlement européen est le théâtre d'une guerre sainte. Les industries du divertissement se sont engagées dans un intense lobbying pour inonder les eurodéputés de chiffres et de statistiques erronés. Ils subissent également de fortes pressions de la part des autorités françaises. Le Parlement européen va-t-il écouter les pleurs des talibans du droit d'auteur et renoncer à protéger les libertés fondamentales des citoyens européens ?
<!--break-->
Ces derniers temps, dans les couloirs du Parlement européen, on croise plus lobbyistes du droit d'auteur qu'à l'accoutumée. Leur objectif : s'assurer que les amendements visant à modifier la substance du dogmatique rapport Gallo2 sur l'application des droits de propriété intellectuelle soient rejetés en commission. Tout ce qui contredit leurs croyances doit être évité. Ils affirment que les « pirates » diaboliques utilisent Internet pour anéantir leurs profits et sont prêts à tout - y compris enfreindre les libertés fondamentales - pour arrêter les personnes s'adonnant au partage d'œuvres en ligne.

Pour conforter leur foi, les talibans du droit d'auteur chantent toujours les mêmes cantiques. La semaine dernière, une nouvelle « étude » publiée par TERA consultants a été envoyée aux eurodéputés pour « démontrer » que le partage de fichiers sera la cause d'importantes pertes d'emploi dans l'Union européenne. Comme d'habitude, leur méthodologie est tout simplement trompeuse, et le Social Science Research Council a déjà publié un document critiquant cette étude. Les chiffres avancés par TERA consultants sont basés sur le mythe des "ventes perdues" qui part du principe que chaque téléchargement équivaut à une vente perdue (demandez à un adolescent de 15 ans qui télécharge des centaines de films s'il aurait acheté des centaines de DVD !). Cette étude ne tient pas non plus compte du fait que s'il était avéré que le partage de fichiers provoquait des pertes dans certains secteurs de l'industrie, l'argent non dépensé serait alors transféré sur d'autres activités3 qui sont probablement plus utiles pour l'économie et le bien-être social en Europe. De plus, des dizaines d'études indépendantes4 - émanant de l'OCDE, IPSOS, le ministère de l'Industrie du Canada ou d'universitaires ainsi que de sources gouvernementales - démontrent l'impact neutre ou positif du partage de fichiers sur l'économie.

Apparemment, le gouvernement français a choisi d'épauler les extrémistes du droit d'auteur. Il s'est déjà fait connaître pour avoir fait passer une loi (HADOPI) retoquée par le Conseil constitutionnel parce qu'elle restreignait la liberté fondamentale d'expression et le droit à un procès équitable. En parallèle, alors qu'il occupait la présidence du conseil de l'union européenne, le gouvernement français a défendu des positions dangereuses à l'égart des contenus numériques dans le Paquet Télécom, poussées par les lobbys des fondamentalistes du droit d'auteur. La semaine dernière, il a fait parvenir une note aux eurodéputés leur conseillant de s'opposer à tout amendement du rapport Gallo manifestant un peu de bon sens. Pour le gouvernement français, traiter séparément la contrefaçon de biens matériels d'une part, et le partage de fichiers en ligne à but non lucratif d'autre part, n'est pas une option envisageable. De même, le document explique que toute discussion concernant des solutions alternatives à cette répression absurde et dangereuse, qui a échoué constamment ces dix dernières années, doit être évitée.


Le Parlement européen va-t-il céder à l'intimidation des obscurantistes, rejetant la démarche scientifique, des usages sociétaux très répandus et même les libertés fondamentales et le processus démocratique5 ? Ou est-ce que le Parlement montrera son indépendance en se servant des technologies numériques comme outil de transformation sociale ? La commission JURI détient une partie de la réponse à ces questions.


Ressources

  • La Commission européenne fait état d'une vision dogmatique du copyright -
    Réponse de la Quadrature du Net à la communication de la Commission européenne intitulée « Renforcer l'application des droits de propriété intellectuelle sur le marché intérieur ».
  • Contenus créatifs à l'age du numérique : Réaffirmer les droits du public
    Réponse de la Quadrature du Net à la consultation lancée par la Commission européenne
  • Contribution créative - Proposition de Philipe Aigrain, co-fondateur de La Quadrature du Net.
  1. 1. Le débat sur le rapport Gallo aura lieu le 23 mars au sein de la commission JURI.
  2. 2. Marielle Gallo est une eurodéputée française sarkosyste.
  3. 3. Concerts, jeux vidéo, matériel, Internet et autres moyens de télécommunication, etc.
  4. 4. Ces études sont compilées ici : http://www.laquadrature.net/wiki/Etudes_sur_le_partage_de_fichiers
  5. 5. Le gouvernement du Royaume-Uni, soutenu par les industries du divertissement, essaye de faire passer une loi contre le partage de fichiers en contournant le débat démocratique, via une procédure spéciale, http://www.guardian.co.uk/technology/2010/mar/19/digital-bill-open-letter

February 22 2010

ACTA : menace et incompatibilité avec la législation européenne confirmées

Paris, 22 février 2010 - Un document qui pourrait être la proposition américaine du chapitre Internet d'ACTA a fuité1. S'il est authentique, ce texte confirmerait les craintes exprimées par une vaste coalition d'organisations de la société civile2 de voir les opérateurs Internet se transformer en police privée du Net. Les négociateurs de l'Union européenne doivent rejeter ces propositions qui vont à l'encontre de la législation européenne et mettent gravement en danger les droits et libertés des utilisateurs d'Internet.

Comme prévu, la proposition émanant du représentant au Commerce américain satisfait les demandes des industries du divertissement et altère radicalement la structure d'Internet. Afin de ne pas devenir responsables des infractions au droit d'auteur perpétrées par leurs utilisateurs, les fournisseurs d'accès et de services en ligne n'auraient d'autre choix que de mettre en place des systèmes de contrôle induisant de fait un filtrage du trafic d'Internet. Par ailleurs, les fournisseurs d'accès à Internet seraient contraints d'appliquer « volontairement » la « riposte graduée » qui aboutit à restreindre l'accès à Internet des utilisateurs suspectés de contrefaçon.

« Ce document montre que l'ACTA vise à imposer à Internet une régulation dictée par les industries américaines du divertissement. Les sanctions civiles et pénales pourraient rompre radicalement l'équilibre atteint par la législation européenne sur les opérateurs Internet3. Les négociateurs européens4 doivent s'opposer à ce contournement du processus démocratique visant à mettre Internet sous surveillance totale par des acteurs privés. », conclut Jérémie Zimmermann, porte parole de La Quadrature du Net.

  1. 1. Le document est intitulé « ACTA digital chapter » ou « ACTA chapitre numérique » : http://sites.google.com/site/actadigitalchapter/acta_digital_chapter.pdf...
  2. 2. 90 organisations nationales et internationales à but non lucratif du monde entier, parmi lesquelles Consumers International, Reporters sans Frontières ou encore la Free Software Foundation ont signé la lettre ouverte ACTA : http://www.laquadrature.net/fr/acta-menace-globale-pour-les-libertes-let...
  3. 3. La disposition « mere conduit » (ou « simple transport ») de la directive eCommerce exclut de manière explicite de transformer les opérateurs en auxiliaires de police privée.
  4. 4. La divulgation d'un rapport récent montre que des représentants des États Membres suivants ont participé au septième round de négocitation au Mexique : Royaume Uni, Finlande, Suède, France, Allemagne, Italie, République Tchèque (http://www.pcinpact.com/media/Report_7th-round-TPC.doc)

January 29 2010

Rapport Gallo: Le pire du dogmatisme en matière de copyright et de brevet au Parlement européen

Bruxelles, 29 janvier 2010 - Le projet de rapport Gallo1 sur le renforcement de l'application des droits de propriété intellectuelle (DPI) dans le marché intérieur a été présenté en comité JURI au Parlement européen. Ce rapport d'initiative2 est une réponse à une communication de la Commission sur ce même sujet, qui avait déjà été fortement critiquée par La Quadrature du Net3. Ce document n'a qu'un seul mérite: fournir un parfait exemple de ce qui se fait de pire en matière de dogmatisme de la "propriété intellectuelle".
(La suite en anglais)
<!--break-->
This new draft report contains so many unsubstantiated claims, misrepresentations, amalgams and horrendous recommendations that it is not possible to list them all:

  • The key strategy, already criticized by knowledgeable Members of the European Parliament (MEPs) from all political groups, is to identify counterfeiting of physical goods with online piracy, and in particular non-commercial file sharing. The report explicitly asks the Commission "to submit a legislative proposal or to amend existing legislation, particularly Directive 2004/48/EC, so as to upgrade the Community legal framework in this field on the basis of national experiences" (read three-strike laws and their privately enforced equivalents, criminalization of the provision of filesharing tools).
  • The report alleges a connection between organized crime and counterfeiting (a fact) and piracy (an absurd notion when relating to non-commercial activities). Similarly, it confuses patent and trademark infringements of drugs with the trade of fake drugs (which is of course fraudulent and severely endangers consumers).
  • The report criticizes the wisdom of the Commission who - during Nellie Kroes' hearing in front of the Parliament - hinted that the IPRED2 directive would not be re-introduced. Mrs. Gallo and Mrs. McCarthy (known for her past and unsuccessful pro-software patent action) want the criminalization of inciting and abetting non-commercial sharing back on the legislative agenda, together with criminal sanctions for patent infringements and non-commercial copyright infringements (that is when they do not exist already).
  • The report goes as far as proposing to brainwash children in order to deter filesharing, through communication campaigns.
  • The report calls to "further the negotiations" on the horrendous ACTA, a still secret international agreement that could radically expand the powers of rights holders over the whole Internet.
  • Despite a mention of "consumers", there isn't the smallest indication that the rapporteur is aware of the dangers of excessive IPR protection and its brutal enforcement for innovation and creativity.

"The report is such a caricature of copyright and patent dogmatism that it is almost impossible to amend so as to make it acceptable. MEPs who want to achieve an innovation-friendly European Union in which citizens' rights are respected should reject it. At the very least, they must ensure that all mentions of "digital piracy" are removed from the text. Criminalizing kids who share music and films as harshly as the counterfeiters of luxury products or the producers of fake medecine is absurd and totally unacceptable", says Jérémie Zimmermann, co-founder and coordinator of La Quadrature du Net.

"Mrs. Gallo has just replaced Mr. Toubon as the head of the JURI commitee working group on authors' rights. Instead of taking a fresh look at this complex issues and admitting the failure of fifteen years of unjustified extension and hardening of IPR enforcement, she is endorsing it blindly and calls for more of the same doomed policies", concludes Philippe Aigrain, co-founder of La Quadrature du Net.

  1. 1. Marielle Gallo, rapporteur de ce rapport sur l'application des droits de propriété intellectuelle, est un membre du PPE au Parlement européen
  2. 2. Un rapport d'initiative est un rapport non-législatif appelant, le cas échéant, à un un projet législatif
  3. 3. http://www.laquadrature.net/en/dogmatic-ipr-enforcement-fails-to-address...

January 13 2010

Questions au Commissaire-désigné Kroes sur la neutralité du Net et les libertés dans l'environnement numérique

La Quadrature du Net a envoyé cette lettre aux membres des comités ITRE et CULT du Parlement européen afin de les enjoindre de poser les questions ci-dessous à Neelie Kroes, Commissaire désignée pour l'agenda numérique, lors de son audition le jeudi 14 janvier 2010.

Tout citoyen se sentant concerné par les questions liées aux libertés dans l'environnement numérique peut contribuer en appelant les membres des comités ITRE et CULT afin de s'assurer que la Commissaire Kroes prenne publiquement position sur ces sujets essentiels.

Cher Membre du comité ITRE/CULT

Le 14 janvier, vos collègues et vous-même conduirez l'audition de la Commissaire Neelie Kroes. Nous vous prions de profiter de cet important échange de vues entre le Parlement européen et la Commissaire désignée pour l'Agenda numérique afin de défendre des politiques européennes valorisant le progrès social permis par la société en réseau, en posant des questions spécifiques à ces sujets.

Nous serions honorés si ces questions pouvaient vous aider à déterminer l'engagement de Madame Kroes à défendre les valeurs européennes fondatrices que sont la liberté, la démocratie et l'État de droit.

Neutralité du Net

  • Selon vous, quel est l'importance du principe de neutralité du Net? Plus précisément, pensez-vous que l'Union Européenne doit imposer ce principe aux fournisseurs d'accès Internet, qu'ils soient fixes ou mobiles? En tant que Commissaire, quel démarche entreprendriez-vous pour garantir ce principe afin d'éviter que les opérateurs n'imposent des restrictions à l'accès aux ressources en ligne?
  • Quelle importance attachez-vous à la préservation du régime de responsabilité limitée dont bénéficient actuellement les intermédiaires techniques (tel que les fournisseurs d'accès Internet et les services d'hébergement)?

Plus d'infos: http://www.laquadrature.net/fr/net_neutrality

Accès au Net, filtrage du web et droit fondamentaux

  • Quelles peuvent être les attentes légitimes des consommateurs européens concernant le droit à l'accès à Internet ? D'un point du vue juridique, pensez-vous qu'il serait bon que l'ordre juridique de l'UE garantisse qu'aucune restriction de l'accès à Internet des citoyens ne peut être mise en place sans décision préalable de l'autorité judiciaire ?
  • La Commissaire est-elle d'accord pour dire que le blocage de sites Internet est la source de nombreux problèmes sur le plan du respect des principes démocratiques et de l'État de droit, dans l'UE et comme dans le reste du monde ? À votre avis, ces mesures sont-elles un moyen efficace de faire appliquer le droit pénal ?

ACTA

  • Quel est votre avis sur les négociations actuelles relatives à l'Accord commercial de lutte contre la contrefaçon (ACTA), qui comporte des sanctions civiles et pénales ?
  • Pensez-vous qu'un tel accord doit contenir des dispositions criminalisant le partage de fichiers en ligne sans but commercial?
  • Pensez-vous que cet accord doit augmenter la responsabilité des intermédiaires techniques pou la transmission et le stockage d'œuvres sous copyright?

Plus d'infos: http://www.laquadrature.net/fr/ACTA

Droit d'auteur et droits voisins

  • Les politiques de mise en œuvre de la propriété intellectuelle doivent-elles être mises en place au travers d'accords volontaires entre ayant-droits et fournisseurs d'accès Internet? Plus spécifiquement, quels sont selon vous les dangers, sur le plan de la liberté d'expression et du droit à la vie privée, de tels accords?
  • À l'OMPI, les États-Unis ont récemment déclaré que les exceptions au droit d'auteur était importantes pour l'accès à l'information, l'expression culturelle, et pour assurer la pleine participation des citoyens dans les sociétés démocratiques. Actuellement, le droit de l'Union européenne ne contient aucune exception obligatoire, mis à part pour des raisons techniques. Pensez-vous que les exceptions (non-obligatoires) au droit d'auteur actuellement prévues dans la législation de l'UE sont adaptées aux technologies contemporaines? Défendrez-vous des exceptions obligatoires à l'échelle de l'UE pour l'enseignement et la recherche (au sens ou de telles exceptions doivent être mises en place dans tous les États-membre)? Est-il raisonnable de se diriger vers la création d'une licence collective étendue ou d'une licence légale autorisant l'échange non-commercial d'œuvres culturelles sur le réseau, dans l'esprit d'un “cultural flat-rate” ou de la contribution créative?
  • Quelle initiative comptez vous pour accroître l'accès des citoyens européens aux contenus culturels sur Internet? Comment aideriez-vous à augmenter la diversité des œuvres accessibles en ligne? Comment pensez-vous que l'UE puisse davantage soutenir des nouveaux entrants innovants sur le marché culturel en ligne?
  • En tant que Commissaire, envisagez-vous de poursuivre la politique actuelle de l'UE consistant à allonger la durée du droit d'auteur et des droits voisins? Quelle est votre opinion concernant l'effet des allongements rétroactifs de la durée de protection des œuvres littéraires et artistiques sur le marché culturel? Cela augmente-t-il l'incitation à investir dans de nouvelles créations, cela a-t-il l'effet opposé, ou bien cela n'a-t-il aucun effet?
  • Pensez-vous qu'un système unifié de contentieux relatif aux brevets devrait être établi dans l'UE? Si un tel système était mis en place, pensez-vous qu'il serait nécessaire de confier à une Cour de second degré le pouvoir de juger des appels interjetés et ainsi de déterminer la jurisprudence afférente au droit des brevets?

Philippe Aigrain, Gérald Sédrati-Dinet, Benjamin Sonntag, Jérémie Zimmermann.
Co-fondateurs de La Quadrature du Net.

January 11 2010

Questions au Commissaire désigné Reding sur les libertés dans l'environnement numérique et ACTA

La Quadrature du Net a envoyé cette lettre aux membres des comités LIBE et JURI du Parlement européen afin de les enjoindre de poser les questions ci-dessous à Viviane Reding, Commissaire désignée pour la Justice, les Droits fondamentaux et la Citoyenneté, lors de son audition le mardi 12 janvier 2010 à 13h.

Tout citoyen se sentant concerné par les questions liées aux libertés dans l'environnement numérique et l'accord ACTA peut contribuer en appelant les membres des comités LIBE et JURI afin de s'assurer que la Commissaire Reding prenne publiquement position sur ces sujets essentiels.

Cher Membre du comité LIBE/JURI

Le 12 janvier, vos collègues et vous-même conduirez l'audition de la Commissaire Viviane Reding. Nous vous prions de profiter de cet important échange de vues entre le Parlement européen et la Commissaire désignée pour la Justice, les Droits fondamentaux et la Citoyenneté pour défendre des politiques européennes valorisant le progrès social permis par la société en réseau, en posant des questions spécifiques à ces sujets.

Nous serions honorés si ces questions pouvaient vous aider à déterminer l'engagement de Madame Reding à défendre les valeurs européennes fondatrices que sont la liberté, la démocratie et l'État de droit.

Accès au Net, filtrage du web et droit fondamentaux

  • Quelles peuvent être les attentes légitimes des consommateurs européens concernant le droit à l'accès à Internet ? D'un point du vue juridique, pensez-vous qu'il serait bon que l'ordre juridique de l'UE garantisse qu'aucune restriction de l'accès à Internet des citoyens ne peut être mise en place sans décision préalable de l'autorité judiciaire ?
  • La Commissaire est-elle d'accord pour dire que le blocage de sites Internet est la source de nombreux problèmes sur le plan du respect des principes démocratiques et de l'État de droit, dans l'UE et comme dans le reste du monde ? À votre avis, ces mesures sont-elles un moyen efficace de faire appliquer le droit pénal ?

ACTA

  • Quel est votre avis sur les négociations actuelles relatives à l'Accord commercial de lutte contre la contrefaçon (ACTA), qui comporte des sanctions civiles et pénales ?
  • Pensez-vous qu'un tel accord doit contenir des dispositions criminalisant le partage de fichiers sans but commercial ?

January 08 2010

Sarkozy et Internet: Entre farce et dogmatisme inquiétant

Paris, le 8 janvier 2010 – Nicolas Sarkozy vient d'annoncer qu'il mettrait en œuvre certaines préconisations du rapport qu'il a commandité au producteur et lobbyiste du disque Patrick Zelnik. Ces dispositions « sur mesure » existent avant tout pour servir les intérêts des amis de la présidence. Bien que risibles, elles révèlent un dogmatisme inquiétant dans lequel les droits du public et l'intérêt général disparaissent au profit de quelques industries désemparées… les copains d'abord !
<!--break-->
C'est officiel : Les contribuables français devront mettre la main à la poche pour payer des millions de copies de fichiers musicaux. Rien de plus normal en période de crise économique et tandis que les universités et les hôpitaux sont à l'agonie. Cette mesure, qui s'annonce toute aussi efficace que la machine à punir HADOPI inaugurée aujourd'hui en grande pompe, révèlent une vision d'Internet étroite, dangereuse et dogmatique de la part du Président de la République.

Écartée d'un revers de main, la contribution créative était pourtant la seule voie d'évolution qui aurait pu mettre fin à cette absurde « guerre contre le partage », menée par les industries du divertissement contre les consommateurs et citoyens. Elle aurait également permis de reconnaitre enfin les droits du public à hauteur des nouveaux usages sociaux, tout en apportant des financements supplémentaires pour la création. Qu'importe ! Alors que de nombreuses études gouvernementales et indépendantes confirment1 que le partage d'œuvres sur Internet, entre individus et sans but commercial, a un impact neutre voire positif sur l'économie de la création, le dogme des intermédiaires impose de fermer les yeux.

« Punir et taxer pour combattre ce que l'on ne comprend pas, voilà une drôle de façon de considérer le futur d'Internet… Tout un programme pour la création et son public ! », ironise Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du Net. « Ces mesurettes fades et coûteuses sont au niveau de la farce HADOPI. Il faut garder à l'esprit qu'après la répression du partage d'œuvres sur le réseau, le pouvoir en place semble bien décidé à poursuivre son entreprise de contrôle de l'Internet, notamment avec la censure du Net amorcée par la future loi LOPPSI. », conclut-il.

  1. 1. Voir la liste non-exhaustive recensée sur notre wiki: http://www.laquadrature.net/wiki/Documents

January 06 2010

Futur du droit d'auteur: La Quadrature appelle la Commission à réaffirmer les droits du public

La Quadrature du Net a soumis sa réponse à la consultation lancée par la Commission européenne concernant "les contenus créatifs en ligne". La Quadrature appelle la Commission à revenir sur les éléments coercitif et répressif du droit d'auteur européen, et l'encourage à joindre les actes aux paroles en réaffirmant les droits du public dans l'écosystème créatif sur Internet.

Téléchargez "Creative Content in the Digital Age: Reasserting the Rights of the Public" en PDF (en anglais).

Executive Summary

Cultural rights. The 1948 Universal declaration of human rights, article 27 :
(1) Everyone has the right freely to participate in the cultural life of the community, to enjoy the arts and to share in scientific advancement and its benefits.
(2) Everyone has the right to the protection of the moral and material interests resulting from any scientific, literary or artistic production of which he is the author.

The Internet and other information and communications technology bring about a fundamental change in the political economy of communications and, through the development of new modes of production and distribution of cultural works, represent an opportunity for a more inclusive and democratic cultural sphere. Given these structural changes, the overall objective of cultural policy in the digital age should go back to the founding principles of copyright: increasing access to creative content such as music, books, and movies while rewarding artists and ensuring investment in a wide variety of works.

The result of more than three decades of expansion of informational property rights, today's copyright regime is by far too rigid and is in practice profoundly at odds with the digital environment. If our societies are to fully benefit from the Internet, lawmakers need to move away from brutal enforcement of outdated and restrictive “intellectual property” regimes and demonstrate pragmatism. In particular, one fundamental fact needs to be acknowledged by policy-makers and cultural businesses alike: digital technologies allow for the perfect replication of cultural goods at virtually no cost. Regulations that run counter to this reality – for example by trying to alter the architecture of the Internet in order to deter copyright infringements, or by imposing technical measures that artificially recreate the scarcity that existed in the “old” cultural economy – defy common sense and hold back socio-economic progress while being often unrealistic from a technical point of view.

Accordingly, the European Digital agenda should reject such endeavors and seek to reorganize the Internet-based creative economy around the emancipatory practices enabled by new technologies, such as the sharing and re-use of creative works. These practices promise a participatory culture where people can not only access, share and comment the works of others, but also use new tools to express their own. If the European Union adapts copyright law in accordance with new technologies, a vibrant and innovative commercial cultural economy can develop along with other financing schemes to support this new creative ecosystem and provide appropriate monetary rewards for creators. Some cultural industries will undoubtedly complain about this evolution, in which they will loose the control they exerted on distribution channels and see their rents eroded. However, society as a whole will benefit from a new-found balance between the rights of the public and the interests of authors and producers. Otherwise, copyright will face a disastrous legitimacy crisis.

  • The fist part of this document discusses some fundamental elements of EU copyright policy that are not addressed by the Commission's consultation paper. We take the view that to achieve the goal of a “modern, pro-competitive, and consumer-friendly” digital single market for creative content, the coercive and repressive components of European copyright policy need to be revised.
  • In the second part, we turn to some of the possible actions outlined in the Commission's document. We make the case for a unified EU legal framework for the Internet-based creative economy that would foster the rights of the public in the digital environment, while pointing out to regulations and funding mechanisms that would sustain the renewed creative economy.

(En lire plus)

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl