Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

August 02 2013

TERRA 816: Reduce Reuse Recycle-tron

Bjorn, a surly viking transported to the present through mysterious circumstances, must come to terms with Resource Conservation (Reduce, Reuse, Recycle) through the expert coaching of high school students Brenda and Mickey, and their biology teacher, Mr. Wilson. The film is composed of two parts: a narrative and a music video, both overlain with motion graphics. These films were shown to focus groups of 6th-8th grade students to test the educational value and appeal of music videos and motion graphics. This film was sponsored by the Mr. Rogers Memorial Scholarship. Produced by Seth Ring.

July 24 2013

Interprète pour concerts de rap en langue_des_signes | Slate

Interprète pour concerts de #rap en #langue_des_signes | Slate
http://www.slate.fr/story/74717/interprete-concerts-rap-langue-signes-sourds
Super bravo à Holly Maniatty

Comme Killer Mike, la plupart des gens n’ont jamais vu un interprète en langue des signes traduire du hip-hop en temps réel. Mais Maniatty a 13 ans de pratique, et utilise son talent d’interprète –et des recherches approfondies sur ses sujets– pour mettre la musique à la portée des sourds.

« Il m’a regardé et m’a dit : “Quoi ? Tu vas traduire le concert ?” »

Pour se préparer, Maniatty a consacré plus de 100 heures à étudier les Beastie Boys, mémorisant les paroles, repassant d’anciens concerts. Pour plus de précision et d’authenticité, elle s’est également renseignée sur les signes dialectaux : de la même façon qu’un rappeur d’Atlanta utilise un argot différent d’un rappeur du Queens, selon leur région d’origine les locuteurs en langue des signes utilisent des signes différents. Savoir signer flingue ou brother comme on le fait dans telle ou telle région est crucial pour être authentique.
S’adapter à chaque rappeur

Interpréter un concert de rap en langue des signes va au-delà de la traduction littérale. Il faut décrire les situations, faire comprendre le contexte et raconter l’histoire. Bien souvent, elle parle en deux langues à la fois –avec les mains, et avec la bouche, puisqu’elle rappe en même tant que l’artiste.

http://www.youtube.com/watch?v=8KLlX-ys2t4

May 28 2011

The time of grime - in pictures

Don't Call Me Urban! is the result of a 12-year project documenting London's grime scene by Simon Wheatley



Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl