Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

July 01 2013

Comme d'habitude, une mine de mises en ligne intéressantes sur Monoskop : *Guy_Debord : “Cette…

Comme d'habitude, une mine de mises en ligne intéressantes sur #Monoskop :

#Guy_Debord : “Cette mauvaise réputation…” (1993)
http://monoskop.org/log/?p=8581

La critique des critiques. Ce plaidoyer pro domo est destiné à ‘rétablir la vérité complète sur beaucoup de circonstances peu connues' de la conduite de l'auteur, circonstances qui ‘sont pourtant aussi très rarement citées'. Guy Debord recopie, ‘redresse' et commente les ‘propos des médiatiques', durant les années 1988 à 1992. On peut, avec J. Savigneau, souligner l'absence totale d'humour et qualifier de ‘décourageante' la lecture de ce florilège de critiques peu crédibles.

Publisher Gallimard, 1993
ISBN 2070407004
111 pages

http://monoskop.org/images/2/22/Debord_Guy_Cette_mauvaise_reputation.pdf [#pdf]

#Jean_Epstein : Écrits sur le cinéma, 1921-1953, tome 1-2 (1974–75)
http://monoskop.org/log/?p=8533

Foreword by Henri Langlois
Introduction by Pierre Leprohon
Publisher Seghers, Paris, 1974–75
436 and 352 pages
via Reyovak

http://monoskop.org/images/8/86/Epstein_Jean_Ecrits_sur_le_cinema_1921-1953_Tome_1_1921-1947.pdf [pdf tome 1]
http://monoskop.org/images/d/db/Epstein_Jean_Ecrits_sur_le_cinema_1921-1953_Tome_2_1946-1953.pdf [pdf tome 2]

#Michel_Foucault : The Archaeology of Knowledge (1969-) [FR, ES, IT, EN, PT, AR, SR, TR, CZ, RU]
http://monoskop.org/log/?p=8485

“The Archaeology of Knowledge (L'archéologie du savoir) is a methodological treatise promoting what the French philosopher Michel Foucault calls “archaeology” or the “archaeological method”, an analytical method he implicitly used in his previous works Madness and Civilization, The Birth of the Clinic, and The Order of Things. It is Foucault's only explicitly methodological work.

The premise of the book is that systems of thought and knowledge (“epistemes” or “discursive formations”) are governed by rules (beyond those of grammar and logic) which operate in the consciousness of individual subjects and define a system of conceptual possibilities that determines the boundaries of thought in a given domain and period.” (from Wikipedia)

French edition
Publisher Editions Gallimard, 1969
275 pages

http://monoskop.org/images/b/b7/Foucault_Michel_L_archeologie_du_savoir.pdf [pdf de l'édition française]

#Thomas_Pynchon : Gravity's Rainbow (1973-) [EN, IT, HU]
http://monoskop.org/log/?p=8538

A few months after the Germans' secret V-2 rocket bombs begin falling on London, British Intelligence discovers that a map of the city pinpointing the sexual conquests of one Lieutenant Tyrone Slothrop, U.S. Army, corresponds identically to a map showing V-2 impact sites. The implications of this discovery launch Slothrop on a wildly comic extravaganza.

“Gravity's Rainbow is Pynchon's most celebrated novel. An intricate and allusive fiction that combines and elaborates on many of the themes of his earlier work, including preterition, paranoia, racism, colonialism, conspiracy, synchronicity, and entropy, the novel has spawned a wealth of commentary and critical material, including reader's guides, books and scholarly articles, online concordances and discussions, and art works. Its artistic value is often compared to that of James Joyce's Ulysses. Some scholars have hailed it as the greatest American post-WW2 novel, and it has similarly been described as ‘literally an anthology of postmodernist themes and devices'.” (from Wikipedia)

http://ge.tt/api/1/files/11BaqSk/0/blob?download [#epub de l'édition anglaise]

#littérature #philosophie #cinéma #essai #livre

June 30 2013

Berlin, ville de la « domestication » et de la « normalisation » de la « société » par la « culture » selon…

#Berlin, ville de la « domestication » et de la « normalisation » de la « société » par la « culture » selon le philosophe #Francesco_Masci dans son essai "L'ordre règne à Berlin" (titre emprunté à un article de #Rosa_Luxemburg) paru aux éditions Allia
http://www.youtube.com/watch?v=opA73140gA4
http://www.lerideau.fr/francesco-masci/6983
Francesco, quel est le point de départ de ce livre ? Pourquoi la ville de Berlin ?

Parce que la nouvelle théorie de la #modernité que j'ai essayé de construire dans mes livres précédents était très bien illustrée par cette #ville. L'Ordre règne à Berlin est différent de mes autres livres, surtout le premier (Superstitions, NDLR), dans lequel il y a encore des échos un peu littéraires presque #postromantiques, surtout dans sa composition par fragments. Mais il n'y a aucune rupture théorique. Depuis mon premier livre je travaille à construire une nouvelle lecture de la #modernité et de son évolution avec comme point de départ l'idée que la culture n'est pas une victime désignée d'une quelque force néfaste et obscurantiste, mais qu'elle participe à la « mise en #ordre » du #monde, qu'elle est une force de conservation plus qu'une force #révolutionnaire.

C'est un #discours qui n'est pas facile à saisir, parce que les gens ont un automatisme : on pense culture, donc on pense forcément à quelque chose de séparé de la #société et meilleur que celle-ci. Il est difficile de comprendre que l'on puisse avoir un regard neutre sur la culture moderne et son histoire qui en arriverait à la conclusion d'une participation active de la « #machine_culture » à l'#organisation sociale. Je voulais rompre avec l'illusion bicentenaire d'abord romantique, puis #avant-gardiste et enfin #adornienne et aussi #debordienne, d'un #pouvoir exorbitant d'ordre presque #religieux attribué aux #images et aux #événements, le pouvoir de sauver un monde a priori jugé mauvais.

Ce que j'ai essayé de démontrer de manière théorique dans mes autres livres, c'est l'emprise de ce que j'appelle la culture absolue sur le réel. J'appelle « #culture_absolue » la machine de #reproduction d'événements ou d'images #autoréférentielles, qui forment l'unique milieu où les individus sont capables de se connaître et de se reconnaitre. Ce #processus de #substitution d'un monde constitué d'#images et d'événements à une #réalité potentiellement #conflictuelle est au centre même de notre modernité, une modernité qui est essentiellement culturelle, c'est-à-dire qui est en train de réaliser les promesses de ses origines grâce à la culture, d'une manière « imaginaire ». La modernité est en train de réaliser ses promesses originaires, l'#émancipation de l'individu vis-à-vis d'une société totale, la promesse aussi d'un sujet entier ayant une maîtrise totale sur le monde, mais elle les réalise dans un espace #aseptisé et séparé de celui de la contrainte #factuelle, du monde de la #technique qui continue pourtant bel et bien à exister.

Ces promesses n'ont pas réalisé par le #politique. Le politique, entendu comme le principe conflictuel de l'#opposition ami/ennemi, à ne pas confondre avec une technique d'organisation que j'appelle la politique. Toute la complexité d'une conflictualité permanente (on peut rappeler par exemple les tumultes des factions des villes de la #Renaissance italienne chéries par #Machiavel), cette conflictualité a été, au cours de la modernité, progressivement écartée, évacuée (sauf dans les moments où elle réapparait dans l'histoire comme hyperviolence). Elle a été remplacée par des conflits imaginaires moralement polarisés qui ne franchissent jamais l'au-delà de cet horizon de la culture absolue dedans lequel ils sont renfermés.

Berlin, qui gardait des restes de cette #division éminemment politique, division inscrite dans la chair même de la ville (le #Mur, mais pas seulement), résume parfaitement l'histoire de ce passage à la culture absolue comme mode de #gestion d'une #société. En vingt ans, depuis la chute du Mur, toute l'histoire et la réalité de la ville a été non seulement effacée, mais transformée dans son essence même, avec une prise de #contrôle absolue de son #territoire, comme nulle part ailleurs en #Occident, par un #imaginaire #abstrait et #allogène.

Quand je parle d'une #réorganisation du territoire même de la ville par la culture, je ne parle pas de la #production d'événements culturels. Bien sûr, il y a des nombreuses #institutions culturelles à Berlin, les #galeries, les #musées, les #fondations, mais ce ne sont pas elles qui font de Berlin la ville où la culture absolue s'est chargée de l'organisation sociale. C'est plutôt une prise de pouvoir d'ordre ontologique

#Culture #Philosophie #Pensée_critique #Esthétique #Technique #Histoire #Urbanisme #Relégation #Allemagne #Einstürzende_Neubauten #Musique #Film #Berlin_Babylon #Hubertus_Siegert #Vidéo #Allia #livre

Problèmes de philosophie : _Valeur de la philosophie_

Problèmes de #philosophie : Valeur de la philosophie
http://www.amazon.fr/Probl%C3%A8mes-philosophie-Bertrand-Russell/dp/2228881724

Il sera bon de déterminer, en guise de conclusion, quelle est la valeur de la philosophie et pourquoi il est nécessaire de l'étudier. Il est d'autant plus utile de traiter de cette question que nombreux sont ceux qui, sous l'influence de la science ou d'une vie adonnée aux affaires, doutent que la philosophie soit rien de mieux qu'une occupation innocente mais frivole, qu'une recherche oiseuse de distinction subtile, que controverses touchant des sujets inintelligibles.

[...]

Résumons brièvement notre discussion sur la valeur de la philosophie : la philosophie mérite d'être étudiée, non pour y trouver des réponses précises aux questions qu'elle pose, puisque des réponses précises ne peuvent, en général, être connues comme conforme à la vérité, mais plutôt pour la valeur des questions elles-mêmes ; en effet, ces questions élargissent notre conception du possible, enrichissent notre imagination intellectuelle et diminuent l'assurance dogmatique qui ferme l'esprit à toute spéculation ; mais avant tout, grâce à la grandeur du monde que contemple la philosophie, notre esprit est lui-même revêtu de grandeur et devient capable de réaliser cette union avec l'univers qui constitue le bien suprême.

– Bertrand Russell

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bertrand_Russell

Bertrand Arthur William Russell, 3e comte Russell, né le 18 mai 1872 à Trellech (Monmouthshire), et mort le 2 février 1970 près de Penrhyndeudraeth (Pays de Galles), est un mathématicien, logicien, philosophe, épistémologue, homme politique et moraliste britannique.

Russell est considéré comme l'un des plus importants philosophes du XXe siècle.

[...]

L'engagement social et moral : il écrivit des ouvrages philosophiques dans une langue simple et accessible, en vue de faire partager sa conception d'une philosophie rationaliste œuvrant pour la paix et l'amour. Il s'est engagé dans de nombreuses polémiques qui le firent qualifier de Voltaire anglais, défendit des idées proches du socialisme de tendance libertaire et milita également contre toutes les formes de religions, considérant qu'elles sont des systèmes de cruauté inspirés par la peur et l'ignorance. Il organisa le tribunal Sartre-Russell contre les crimes commis pendant la guerre du Viêt Nam.

Son œuvre, qui comprend également des romans et des nouvelles, fut couronnée par le prix Nobel de littérature en 19507, en particulier pour son engagement humaniste et comme libre penseur.

June 28 2013

Une excellente analyse, dans le non moins excellent 'Jacobin Magazine', qui rappelle que Machiavel,…

Une excellente analyse, dans le non moins excellent 'Jacobin Magazine', qui rappelle que Machiavel, loin d'être un technicien du pouvoir, fut avant l'heure un théoricien de la lutte des classes ("conflitto tra gli umori", dans son langage), de la souveraineté populaire et de l'égalité. Le Prince (comme les Discours sur la première décade de Tite-Live, moins connu), est un manuel à l'usage des peuples — auxquels il dévoile les mécanismes de la domination exercée par un despote ou par l'oligarchie —, et non le bréviaire de la tyrannie.

« What Would Machiavelli Do ? », by Chris Maisano

The popular imagination gets Machiavelli all wrong — he was a patron saint of class struggle and a staunch republican.

http://jacobinmag.com/2013/06/what-would-machiavelli-do

Like Karl Marx and Adam Smith, Machiavelli is one of those canonical thinkers who are much more widely quoted than read. Far from being the evil courtier of popular imagination, in The Discourses in particular Machiavelli emerges a theorist of class struggle and an advocate of democratic control of the elites by the people in a republican polity.

As the political theorist John McCormick describes him:

Machiavelli excoriates previous writers for denigrating popular judgment and participation, and for extolling the supposedly superior governing capacities of princes and patricians. Departing from the opinion of these writers, Machiavelli argues that well-ordered republics structure themselves such that common people contain, contest and control the behavior of political and economic elites, and they place ultimate judgment over legislation and political punishment in the hands of the many and not the few. More specifically, like Rome, they establish magistracies for which wealthy and prominent citizens are ineligible, like the tribunes of the plebs, and they empower the people to veto public policies and indict individuals that threaten the common good — a common good unabashedly determined from the perspective of the people and not the elite.

The main lessons from The Discourses are that “the few always act in favor of the few,” and that the ambitions of the rich are so destructive that they must be vigorously suppressed in order to maintain the egalitarian foundations of republican liberty.

#Machiavel #idées #science_politique #philosophie #Italie #Renaissance

March 01 2013

La nature est-elle impersonnelle ? Une typologie des singularités chez Deleuze – par Didier Debaise | Entre-là

In « L’Impersonnel », colloque international organisé par le Laboratoire ERRAPHIS (Equipe de Recherches sur les Rationalités Philosophiques et les Savoirs) et EuroPhilosophie dans le cadre du programme ANR “Subjectivité et aliénation. Université Toulouse II-Le Mirail, 24-25 juin 2010.



Reposted from02mysoup-aa 02mysoup-aa

February 08 2013

O. Dubouclez, Descartes et la voie de l'analyse
Olivier Dubouclez, Descartes et la voie de l'analyse Paris : PUF, coll. "Épiméthée", 2013. 400 p. EAN 9782130606345. Prix 34EUR Présentation de l'éditeur : On a pris l’habitude de voir en l’analyse un instrument logique de décomposition et de clarification des concepts, confirmant du même coup l’évaluation critique qu’en a donnée Kant: l’analyse est un procédé stérile qui ne contribue en rien à l’expansion et au renouvellement des connaissances. Soulignant la cohérence de ses emplois historiques, le présent ouvrage cherche au contraire à rétablir l’analyse en sa fonction inventive: de l’Antiquité au XVIIe siècle, la méthode analytique constitue, en effet, une solution aux insuffisances de la déduction logique s’appuyant sur la construction et le déchiffrement des figures, elle offre une voie à la fois détournée et probante pour la résolution des problèmes. Descartes est l’héritier de cette tradition, mais il est aussi, à maints égards, l’artisan de la conception moderne de l’analyse dont il a fait la voie privilégiée de la connaissance de soi dans les Méditations métaphysiques . Accomplissement heuristique de «l’ordre des raisons» mais aussi aventure temporelle inscrite dans la durée féconde de la méditation, l’analyse se révèle alors l’instrument d’une raison radicalement inventive.
Reposted from02mysoup-aa 02mysoup-aa

February 01 2013

02mydafsoup-01
Play fullscreen
Friedrich Wilhelm Schelling: Philosoph zwischen Idealismus und Romantik - YouTube

January 03 2013

02mydafsoup-01
Play fullscreen
KenFM im Gespräch mit: Karl Albrecht Schachtschneider über: Freiheit & Souveränität - YouTube

yt-permalink

http://www.kenfm.de/wordpress/2012/11/16/schachtschneider

Kann ein Staat souverän sein - oder nur seine Bürger? Haben nicht alle Völker das Recht auf Selbstbestimmung? Was hat das Grundgesetz mit Immanuel Kant zu tun und wäre ein Kant-Studium als Vorbereitung auf ein Rechtsstudium ratsam? Philosophische Fragen die der Jurist und Staatsrechtslehrer Karl Albrecht Schachtschneider im Gespräch mit Ken Jebsen beantwortet. Schachtschneider ist zudem Referent auf der Compact-Konferenz am 24.11. in Berlin-Dahlem (Anmeldung unter http://konferenz.compact-magazin.com ).

http://www.kenfm.de
http://www.facebook.com/KenFM.de

November 21 2012

Economistes, institutions, pouvoirs

La corruption des économistes de service n'est pas formelle. Elle est de cette sorte imperceptible et pernicieuse qui laisse en permanence les corrompus au sentiment de leur parfaite intégrité, dans leur pleine coïncidence avec les institutions qui, dirait Bourdieu, les reconnaissent parce qu'ils les ont reconnues.

- La pompe à phynance / Économie, Entreprise, Idées, Idéologie, Libéralisme, Médias, Politique, Presse, Science, Groupe de pression, Philosophie, universités, economistes a gages

October 23 2012

Le bon filon de la philo

La « Semaine de la Pop Philosophie » se veut l'un des moments forts de la pensée contemporaine en France. Mais la grande absente de ce rendez-vous intellectuel et culturel pourrait bien être la philosophie elle-même.

- Le lac des signes / Communication, Culture, Idées, Intellectuels, Publicité, Marketing, Philosophie

September 11 2012

Antoine Le Grand

[Revised entry by Patricia Easton on September 10, 2012. Changes to: Main text, Bibliography] Antoine Le Grand (1629 - 1699) was a philosopher and catholic theologian who played an important role in propagating the Cartesian philosophy in England during the latter half of the seventeenth century. He was born in Douai, (at the time under rule by the Spanish Hapsburgs), and early in life was associated with an English community of Franciscans who had a college there. Le Grand became a Franciscan Recollect friar prior to...
Reposted from02myhumsci-01 02myhumsci-01

Judah Abrabanel

[Revised entry by Aaron Hughes on September 10, 2012. Changes to: Bibliography] Judah Abrabanel (ca. 1465 - after 1521), also known as Leone Ebreo, is an important transitional figure in the history of Jewish philosophy. Common to any transitional figure, however, is the problem of contextualization. In the case of Judah Abrabanel, do we regard him as the last of the medieval Jewish philosophers or the first of the early modern ones? His work, for example, is certainly in...
Reposted from02myhumsci-01 02myhumsci-01
Du bon usage de la fin du monde / Patrick Viveret 2012

Crise économique, crise financière, crise politique…. Mais où est l’homme dans tout cela ?

Pour le philosophe Patrick Viveret, la période trouble dans laquelle nous vivons doit servir de levier à une nouvelle conception de l’humanité. Un grand entretien de Laurence Difélix de la radio suisse romande

// écoutez en plus (~60 min): http://jlmi.eklablog.com/du-bon-usage-de-la-fin-du-monde-patrick-viveret-2012-a49944962



Reposted from02myhumsci-01 02myhumsci-01

The Missing Links | 3ammagazine - 2012-09-08

How to say nothing. * A performance of 4’33″ by the BBC Symphony Orchestra. * More tributes to John Cage. * Charles Ball R.I.P. * Great piece by Brian Dillon on John Stezaker. * The Biographical Dictionary of Literary Failure. * Nicholas Rombes on his Blue Velvet Project. * Tom McCarthy interviewed on France Culture. * Male anxiety and the female reader. * Scott Esposito responds to Lars Iyer‘s death-of-the-novel anti-manifesto. * “Writing isn’t a career choice in this visual age. We’re a dying breed.” Lee Rourke. * On an early interview with Malcolm McLaren, 1975 [see picture of Jordan above]. * Joe Stevens‘s photography (including an iconic shot of McLaren). * Jon Savage on Dennis Browne‘s 1978 fanzine, Dat Sun. * Bret Easton Ellis dismisses David Foster Wallace as “a fraud”. * “David [Foster Wallace] was special & the purity of his commitment to his readers & his interest in their well-being was seductive.” D.T. Max interviewed. More here. * Gabriel Josipovici on why Kafka isn’t understood. * The King’s Road music and fashion trail. * The speech Obama won’t give by Steve Almond. * How artists fell in love with chess. * Chris Killen‘s spanking new website. * Matthew Newton on the end of the suburban dream. * Jean Cocteau reads six poems (via UbuWeb). * Why Faulkner, Fitzgerald & other literary luminaries hated Hollywood. * Aleksandar Hemon on the Wachowskis. * “Spaces for contemplation & deliberation have been greatly reduced. Most people don’t spend two or three hours thinking or reading. Books seem to be artefacts from a slower time.” Junot Díaz. * The enduring saga of The Smiths. * Ludwig Wittgenstein‘s passion for looking, not thinking. * Adam Kotsko deconstructs the theories of popular philosopher Slavoj Žižek. * Internet connectivity error, Johannes Lichtman on Joshua Cohen’s Four New Messages. * Marcel Aymé, where have you been all my life? * See something say something, Ben Graves on Alfredo Jaar, bin lids & Mo Tucker. * Jarvis Cocker narrates a documentary on Ziggy Stardust. * Simon Reynolds on Roxy Music‘s debut. * Who was Humbert Humbert? * The New York Dolls in Paris, 1973. * Jayne Joso interviewed. * Midnight tourism with Badaude. * How Google & Apple’s digital mapping is mapping us. * Photoblending the 1906 San Francisco earthquake with today. * “I’m not interested in clubbing together behind some flag of the avant-garde.” Zadie Smith. * And Zadie Smith on the Subaltern podcast. * Geoff Dyer explores representations of reality through the lens of Joseph Conrad’s Heart of Darkness.

Reposted from02myhumsci-01 02myhumsci-01

Redéfinir l’individu à la lumière de sa trajectoire et de ses rencontres

Appel à contributions - Comment articuler les approches et les méthodes pour dépasser un point de vue déterminé et réducteur, ou un point de vue excluant les trajectoires de vie singulières ? Entre historicité, déterminisme et hasard, les sciences humaines et sociales, la biologie ou la philosophie développent des méthodes, des approches et des modes d’explicitation qui amènent à sortir de l'opposition binaire entre déterminisme et hasard. Il s’agit ainsi de sortir d’une tendance forte à figer les individus en des substances anhistoriques et autonomes, de même que d’interroger une conception trop forte du déterminisme, qui reviendrait à en faire la prédétermination de tout ce qui est encore à venir.

 

 

// lisez en plus: http://calenda.revues.org/nouvelle24888.html



September 06 2012

The Missing Links | 3ammagazine 2012-09-02

Christopher Hitchens is a hard act to follow. * Slavoj Žižek on the politics of Batman. * Žižek in conversation with Jonathan Derbyshire. * Full Stop continue their ‘Thinking the Present’ series with an interview with Albert Toscano. * Judith Butler responds to the Jerusalem Post‘s claims of anti-semitism. * What Pussy Riot taught the world. * Hanging out vs. being hanged, HTMLGIANT interview Jarett Kobek. * Niven Govinden interviewed. * You could spend your whole life making films & not invent a character as complex or endearing as Werner Herzog. * From Beatrix Potter to Sebald, Patrick Keiller chooses 10 books whose images are intrinsic to the work. * The accidental history of the @ symbol. * Steven Pinker explains the neuroscience of swearing. * Some 3 million books & countless artifacts were destroyed when Sarajevo’s National Library was burned to the ground 20 years ago. It was a clear attack on the cultural identity of a people. * How time is measured by memory. * Sven Birkerts‘ essay on Sebald’s Vertigo. * Teju Cole on Rubens as a compendium. * And Teju Cole in A Room for London. * Harry Mathews on finding Marie Chaix. * A critic’s manifesto. * 10 things Martin Amis loves to hate. * Against acknowledgments (& Helen DeWitt‘s defence). * This Space on the new Paul Auster. * George Saunders interviewed. * On promiscuous reading. * “The reader is taking these splotches of ink & making them real…a good reader is an artist.” Ron Rash. * The melancholy worlds of Béla Tarr. * Brian Dillon on Barthes (via @TheWhiteReview). * “I seek out subjects that plug into my own weaknesses & my own past.” John Jeremiah Sullivan.

Reposted from02myhumsci-01 02myhumsci-01

Judith Butler | differentia.wordpress ( & yt-playlist - Arte docu) 2012-09-03

“Der Mythos von der conditio humana stützt sich auf eine sehr alte Mystifikation, die seit jeher darin besteht, auf den Grund der Geschichte die Natur zu setzen.” Roland Barthes: Die große Familie der Menschen. In, ders.: Mythen des Alltags. Frankfurt/Main 1964, S. 17

Das Aktivierungspotenzial transzendentaltheoretischer Vorbehalte gegen eine soziale Wirklichkeit, die von einer faustischen Gelehrsamkeit als noch immer aufklärungsbedürfitg in Sachen Menschenrecht qualifiziert wird, dürfte auch in Zukunft nicht so schnell erschöpft sein.
Die Menge der Zumutungen und Kränkungen, die das Subjekt einerseits zu fürchten hat, und das Ausmaß an säkularen Utopien, auf die es andererseits hoffen kann, haben im Laufe der Entwicklung der modernen Gesellschaft Strukturen geschaffen, die sowohl diese Ängste als auch entsprechende Hoffnungen in einen stabilen Kokon eingewebt haben, welcher sicherstellt, dass beides für den Fortgang eines sozialen Differenzierungsprozesses unverzichtbar bleibt. Diese Ängste und Hoffnungen können nicht ersetzt werden, weil jede soziale Wirklichkeit immer angewiesen bleibt auf lebende, auf Lust und Schmerz empfindende Menschenkörper (was auch für Cyborgs gelten wird).
Das liefert Rechtfertigungsgründe für einen philosophischen Materialismus, welcher aber seine Erklärungsfähigkeit verliert, sobald Rechtfertigungstheorien, zu denen auch die von Judith Butler gehört, sich auf Differenz festlegen. Denn ein Recht auf Differenz ist soviel wie die Einsicht in eine Pflicht zu sterben. In dieser Hinsicht gibt es nichts mehr zu rechtfertigen.
So wenig Sterblichkeit eine sozial durchgesetzte Pflicht ist, so wenig ist Differenz ein sozial festgelegtes Recht. Wird aber dennoch ein Kampfgeschrei darüber angestimmt, so darf man sich fragen, was das eigentlich noch soll.

Das spricht nicht dafür, dass eine Lösung für die conditio humana eine reale Chance hätte, sondern nur, dass diese Unverzichbarkeit die Chance liefert, den transzendentalphilosophischen Wunsch- und Alpträumen mit Indifferenz zu begegnen. Da die Natur sich nicht um mich kümmert, was sollte mich da die Natur kümmern? Nicht nur eine Frage für ökologisch bewusste Konsumenten …

Reposted from02myhumsci-01 02myhumsci-01

Henry, Marxist political economy | driftwork.tumblr

…. There are thus two readings of political economy. The first integrates it with the general movement of the sciences towards scienticity and towards the exclusive reign of objectivity through increased idealisation and mathematization. The critique of political economy is the critique of everything that would retain within itself some relations to human beings, life, and individuals. It is a critique of everything that is irreducible  to the objective, to objective forms, to scientific concepts like productive forces,  relations of production etc, etc. This is a reading of traditional Marxism with its scientific and positivistic aim that culminates in structuralism.  The second the critique of political economy in the (other) Marxist sense, is no longer a naive adherence to scientific construction; instead it is really its deconstruction. It sees the whole economy as a simple value for life, as Ersatz, because each economic entity only has meaning in reference to life, and more essentially; because it proceeds from life at each instance….

Michel Henry - Barbarism. (from the section the ideologies of barbarism)

Henry goes onto say that Marxism is infected with the “defective principles of the Galilean project” (with, that is, science and scientism) where  reality and truth are not found in life but beyond it in another world…. Even though he has already stated that the “second” the critique of political economy does not adhere to this barbaric transcendental project, still Henry wants to say that because history exists there are individuals is not the same as to say because there are living individuals  there is a history…

But of course he is wrong they are equivalent and can and must be understood as the same.

link

Reposted from02myhumsci-01 02myhumsci-01
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl