Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

September 27 2013

L'arbre à Palabre | ARTE

L’arbre à Palabre | ARTE
http://palabre.arte.tv/fr

L’arbre à palabre vous invite à faire l’expérience de six #langues menacées de disparition. Choisissez celle que vous souhaitez explorer et découvrez dans les branches de son arbre à palabre quelques-uns de ses mots en VO.

et en visitant le site je suis arrivée sur cette page
Le symbole, pour obliger les gamins à parler français
Ah, le raffinement des œuvres civilisatrices !
http://palabre.arte.tv/docu/fr/cat-symbol

Le « symbole », de triste mémoire, était un objet honteux utilisé dans les écoles, tant en France métropolitaine que dans les anciennes colonies, pour forcer les enfants à parler français et à oublier leurs propres langues maternelles.

Basé sur la délation, le principe était simple mais redoutable : lorsqu’un élève était surpris à parler sa langue, l’instituteur l’affublait d’un objet, symbole de son arriération : queue de vache, sabot etc. en France ; crâne de singe, bouses de vache etc. en Afrique.

L’enfant devait alors porter ce « symbole » autour du cou jusqu’à ce qu’à son tour il débusque un autre camarade fautif. Et en fin de journée, le dernier à porter le symbole était puni : châtiments corporels, séances de moquerie générale, amendes, devoirs supplémentaires etc.

#langage #colonialisme

September 25 2013

"« Faire bouger les lignes » : pourquoi Baudelaire tressaille dans sa tombe"

"« Faire bouger les lignes » : pourquoi Baudelaire tressaille dans sa tombe"
http://blogs.rue89.com/les-mots-demons/2013/09/24/faire-bouger-les-lignes-pourquoi-baudelaire-tressaille-dans-sa-tombe-23

L’expression m’intriguait : en voilà une belle généalogie, depuis sa naissance poétique jusqu’à son intronisation officielle dans la langue de bois.

Comme le feront les parnassiens dix ans plus tard, #Baudelaire est engagé dans la réflexion sur l’art pur (« l’art pour l’art ») et la beauté comme idéal inaccessible. Il consacre à cette dernière un surprenant poème :

(...) Je trône dans l’azur comme un sphinx incompris ;
J’unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes ;
Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.
(...)

Dans l’esprit de Baudelaire, « le mouvement qui déplace les lignes », c’est la manifestation des émotions : le rire, les pleurs. La beauté, froide et impassible, idéale et absolue, en est incapable.

(...) 129 ans plus tard, François #Mitterrand donne une interview à Serge July, directeur de Libération, pour fêter les trois ans du « changement ». Grand lecteur, il connaît bien Baudelaire. Grand séducteur, il peut glisser dans ses propos un vers du poète. Mais il écorche celui qu’il cite alors, lui donnant le sens inverse à celui du sonnet. July lui demande si son aile gauche ne résiste pas trop à son goût au virage libéral en cours : « Peut-on dire que les conservatismes de gauche se renforcent actuellement au sein de votre majorité ? » Mitterrand :

« Mais non, mais non ! [...] Qu’il y ait des scléroses un peu partout, mais c’est la vie ! Elle n’épargne ni l’esprit, ni le corps. La noblesse de l’homme est d’aller quand même de l’avant, de rester disponible. “J’aime le mouvement qui déplace les lignes.” »

Quand il dit « lignes », Mitterrand pense aux lignes idéologiques – pauvre Baudelaire !

Mais l’expression marque les esprits. Les « mitterrandolâtres » la reprennent, l’écorchant un peu plus (« fait bouger » au lieu de « déplace »). Puis le reste de la classe politique adopte le faux vers baudelairien. Dès qu’il s’agit de transgression des lignes de clivages (gauche-droite ou droite-FN) on fait « bouger les lignes »...

#langage #histoire

August 21 2013

« Les Voies de Lucile », dans l'Atelier de la création (France_Culture)

« Les Voies de Lucile », dans l’Atelier de la création (#France_Culture)
http://www.franceculture.fr/emission-l-heure-du-documentaire-les-voies-de-lucile-rediffusion-de-l-

Très beau #documentaire sur une jeune fille que l’on a pris longtemps pour, comme elle dit, « la baveuse au fond du couloir » : il n’y avait que ses cris et ses grognements, jusqu’à ce qu’un appareil lui permette de s’exprimer.

Lucile à l’âge de 7 ans est « entendue » pour la première fois. Elle en a 16 aujourd’hui autant d’année pour exister enfin dans le regard de ses parents, grâce a une parole redonnée, a la redécouverte de son intégrité.

Lucile est porteuse d’un #handicap qui la rend dépendante dans tous les actes de sa vie. Elle est entourée de ses parents Marie et Gilles qui découvrent jours après jours, que les limites sont celles qu’ils se créent. De Maxime et Emma ses frère et sœur. Mais également de trois accompagnatrices de vie dont Maroussia, qui l’aident dans la journée. Tous pratiquent une méthode de #communication particulière qui permet avec l’aide d’un petit clavier de lui redonner la parole, de lui prêter leur voix.

Ce processus de communication destiné à pallier l’absence de #langage chez des personnes dans l’impossibilité de s’exprimer se pratique avec l’aide d’un partenaire, appelé “facilitant” qui accompagne le mouvement de la main sur le clavier et lit les phrases qui s’inscrivent. La succession des mots s’impose au facilitant, sans que celui-ci ne connaisse à l’avance le contenu du texte. Pour cela, il se rend totalement disponible et permet au "facilité" de laisser « couler les mots sur le clavier » parfois même par un simple contact physique c’est une sorte de langage empathique, une communication « qui sauve de la folie »

En parvenant ainsi à faire part de ses besoins, de ses sensations, de ses sentiments, Lucile acquiert davantage d’autonomie dans l’acceptation de ce qu’elle a et de ce qu’elle n’a pas. Mais c’est avant tout une considération nouvelle, un regard qui change. Celui du sens de sa vie, celui de ses proches, de ses camarades du Collège de Forcalquier.

« Je ne suis pas un maitre spirituel, pas plus qu’une baveuse amoindrie », ce sont ses mots. Lucile nous révèle les choses de l’invisible, une toute petite partie de son monde intérieur, de sa conscience entière.

http://media.radiofrance-podcast.net/Fpodcast09/12490-26.07.2013-ITEMA_20505601-0.mp3

Certaines de ses phrases me font diablement penser à #Joë_Bousquet.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jo%C3%AB_Bousquet

#poésie #audio #radio

August 05 2013

Quand Petite Poucette écrit (Le Café Pédagogique)

Quand Petite Poucette écrit (Le Café Pédagogique)
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/06/19062013Article635072261688668540.aspx

L’étude confirme combien l’écrit occupe une place centrale dans la vie quotidienne des adolescents. SMS, messageries instantanées, réseaux sociaux en sont les principaux vecteurs, mais il emprunte d’autres modalités : lettres, créations narratives, écrits fonctionnels du quotidien, citations ou poèmes recopiés, réflexions et notes personnelles via journal intime ou sur supports variés, y compris scolaires comme les cahiers et classeurs… […] Cette importance de la communication influe sur les manières d’écrire et produit de nouvelles conventions […] Sans doute, l’école aurait-elle tout intérêt à prendre conscience de cette appétence des adolescents pour l’écriture, y compris dans sa dimension fondamentalement relationnelle : à multiplier et diversifier les situations de production de textes, à leur donner un vrai destinataire, autrement dit à mettre en place des dispositifs d’écriture autres que le sempiternel « devoir » sur « copie »…

[…]

L’étude montre encore combien les adolescents ont développé une forte adaptabilité, acquis une capacité à utiliser différentes variantes de la langue […] Les auteurs font d’ailleurs remarquer que le langage SMS lui-même est plus complexe qu’on ne le pense et obéit à des règles, « auxquelles on ne déroge pas impunément, sans risque de sanction sociale […]. Toutes ces constations donnent à penser qu’il une y a bien là une forte conscience des situations énonciatives et des codes linguistiques, une forme d’intelligence et de maîtrise de la langue plus subtile qu’on ne le croit. […]

L’étude souligne enfin combien les adolescents, bien qu’ils ne soient pas brillants (ou peut-être parce qu’ils ne se le sont pas ?), ne font guère preuve de laxisme en matière d’orthographe. […] Les auteurs montrent en particulier combien les ados se révèlent « très conformistes lorsque l’on parle d’orthographe » […]

Des aspirations à une vraie maitrise de la langue apparaissent aussi : les adolescents s’inventent des codes stricts, adhèrent fondamentalement aux normes scolaires, évoluent peu à peu dans leurs pratiques pour coller davantage à celles-ci. Il apparait dès lors que les pratiques d’écriture numérique de Petite Poucette ont développé chez elle une qualité essentielle : l’éducabilité.

#éducation #TICE #écriture #langage #sms

August 04 2013

*le surréalisme n'aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre*…

le surréalisme n’aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre

Ferdinand Alquié

André Breton par Marguerite Bonnet
http://www.jose-corti.fr/auteursfrancais/breton2.html

Cet #homme de la #quête n’a jamais eu le goût des #voyages lointains. A l’errance de Breton, suffisent la #ville et les #rues ; homme du voyage #intérieur, il demeure avant tout un sédentaire et un #terrien : « la grande #aventure #mentale » est tout ce qu’il importe de courir.

[Ses] premiers #textes, tout appliqués qu’ils soient au bien-dire, nous emmènent au-delà des influences, vers les constantes d’une nature qui cherche, d’emblée, dans la culture, ce qui s’accorde à ses directions instinctives.

http://www.youtube.com/watch?v=1rwHcEo4JY4

A l’écoute des #œuvres de son #temps pour reconnaître vers quoi tend sa propre sensibilité, il la découvre plus accordée, dans ses oscillations, à l’inéprouvé, à l’#inattendu, au #mouvant, qu’à la #permanence du connu, si parfaite qu’en soit la réalisation. Ce qui bouge, même s’il est difficile de saisir le sens du #mouvement, supplante pour lui ce qui demeure.

Il s’oppose en #art à toute anecdote – « Ecrire n’est pas forcément raconter » – comme à la représentation de la vie réelle, même interprétée, la jugeant « à peine moins servile que l’imitation fidèle » ; il veut atteindre à une #réalité autre qui, #tangentielle à celle du #monde #objectif, appartient en propre à l’œuvre et impose de ne la juger que selon ses propres lois.
(...) Fort de l’exemple de la peinture de #Braque et de #Picasso, c’est pour une existence pleinement autonome de l’œuvre qu’il combat, refusant de la rapporter avant tout à un réel préexistant. Mais il ne tombe pas non plus dans le #formalisme : « aucune #liberté formelle ne pourra jamais remplacer ce que est l’#âme même de la poésie ».
(...) Ce qui vient, ce qui, furtivement, est déjà arrivé, c’est la certitude que l’#écriture #automatique délivre, irréfutable : il faut que le poème meure pour que la poésie vive.

L’expérience de l’#automatisme, dès le premier moment, tend à supprimer ou du moins à affaiblir l’opposition entre ce qui est en nous et ce qui est hors de nous, l’arbitraire n’étant arbitraire que pour notre ignorance et ouvrant en réalité en direction du monde comme des êtres, une autre voie de #connaisssance et de #communication.

Le caractère « sans précédent » des #Champs_magnétiques, selon l’expression d’#Aragon, leur est donné non seulement par la méthode d’édriture dont lils relèvent, mais aussi par la visée à laquelle pour Breton ils répondent. Dans la grande quête parfois hagarde où, depuis 1916, il se trouve engagé pour confondre l’aventure poétique t la vie, ils marquent un tournant, mais un tournant périlleux : "Les Champs magnétiques dit #André_Breton dans ses notes, « c’est le désir d’écrire un livre dangereux ».

La poésie de toutes parts, déborde les poèmes ; elle déborde le #langage même ; elle se fait existence. En choisissant de s’abandonner à la parole en dérive, Breton trouve provisoirement un solution au #conflit angoissant de l’écriture et du silence ÷ il n’écrit plus, il est écrit. C’est pourquoi l’écriture automatique figure alors une délivrance.

La notion de surréalisme (…) rassemble sous l’appellation d’automatisme psychique, à côté de l’écriture, tous les modes d’expresion découverts – et à découvrir – capables d’amener au jour sans médiation réflexive les pulsions de l’inconscient dont la réalité enfouie s’oppose aux « #réalités_sommaires » de la #conscience. Le second temps de la définition, annoncé comme l’acception #philosophie du terme, vise à fonder en raison le surréalisme en l’établissant « sur la croyance à la réalité supérieure de certaines formes d’associations négligées jusqu’à lui, à la toute-puissance du #rêve, au jeu désintéressé de la #pensée ». C’est dire que l’homme n’est pas ce qu’il croit être et que la méthode de connaissance définie par l’#automatisme lui révèlera sa vraie nature, « les étendues illimitées où se manifestent ses désirs ».

Rien dans le Manifeste ne postule une #transcendance ; il n’y a pas d’ambiguïté dans la revendication qui ferme la définition ; non content d’assigner pour tâche au surréalisme l’expression du « fonctionnement réel de la pensée », Breton lui attribue le pouvoir de changer l’existence, ici et maintenant.
Réduire le Manifeste à une #déclaration de guerre à la raison est simplifier excessivement les #choses ; c’est à l’#avènement d’une nouvelle raison qu’il œuvre, celle qu’invoquait #Rimbaud, raison plus large, capable d’intégrer l’ensemble de la réalité humaine. #Alquié,[dans sa Philosophie du surréalisme] est tout à fait fondé à écrire : « le surréalisme n’aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre ».

#Littérature #Poésie #Peinture #Surréalisme #Psychisme #Psychanalyse #Dada #Tristan_Tzara Livres #Vidéo

*Diogène de Sinope, le chien royal* Dans la série une vie une oeuvre, un portrait du philosophe…

Diogène de Sinope, le chien royal

Dans la série une vie une oeuvre, un portrait du philosophe « clochard » Diogène de Sinope et sa résonance contemporaine .
http://www.youtube.com/watch?v=epW-8gZwQEk

A une époque où #Platon puis #Aristote règnent en maîtres sur la #pensée_athénienne, voici que surgit #Diogène, l’exilé de #Sinope, qui revendique le chien comme emblème philosophique. Il sera « le chien royal », après #Antisthène, « le vrai chien », que l’on considère comme le père fondateur de l’#école_cynique. Diogène crèe le personnage du #philosophe_vagabond, barbe hirsute, manteau de bure, besace et baton dont il fera grand usage pour convertir ses contemporains à la philosophie, la sienne. Vivant dans une jarre à proximité de l’#Agora, interpellant les passants au hasard des rencontres, les #raillant et les #fustigeant de ses féroces jeux de #langage - le #rire est sa #méthode - il engage ses congénères à vivre selon les #lois de la #nature. Faisant fi des #tabous, des #illusions et de toutes les conventions sociales, de provocations en provocations, Diogène vit comme un #chien, mangeant au creux de ses mains, pissant et crachant sur les #puissants, se masturbant sur la place publique... Sa #théatralité fait #scandale et perturbe, par un #renversement absolu des valeurs, la #bonne_conscience de ses contemporains et l’#ordre de la #cité. On l’a beaucoup caricaturé, mais Diogène le #subversif intempestif est un penseur qui exprime avec #radicalité une #vision du #monde et une #pensée philosophique.

#Philosophie #Cyniques #Grèce #Radio #Audio #France_culture

July 29 2013

Projet carte des langues en danger

Projet carte des langues en danger

http://www.endangeredlanguages.com/#/7/57.341/23.380/0/100000/0/low/mid/high/unknown

Signalé par l’irremplaçable @cdb_77. Je n’ai pas encore regardé en détail, je référence. Ça a l’air d’être prometteur. A suivre

Langues en danger

Un projet de l’Alliance for Linguistic Diversity

#langues #langage #cartographie #cartographie_participative

July 03 2013

_LQR. La propagande du quotidien_, Raisons d'agir (2006) ❝

LQR. La propagande du quotidien, Raisons d'agir (2006)

Omniprésent, ce discours opère sur les esprits un véritable « essorage sémantique » : il vide les mots de leur sens, en particulier ceux qui armaient la résistance ou l'utopie émancipatrices. Dès lors, quiconque est imprégné de cette novlangue que l'auteur nomme « langue de la Cinquième République » (Lingua Quintae Respublicae ou LQR)
http://www.monde-diplomatique.fr/2006/08/BRUNE/13820

#Livre d'Eric Hazan sur la #propagande #communication #langage #rhétorique #technocratie #néolibéralisme via @lewer

Une recension :
http://lectures.revues.org/290

Reposted bycheg00 cheg00
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl