Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

January 06 2013

Mark Twain on influence

In 1905 Mark Twain wrestled with the sort of request that many readers here have undoubtedly encountered: a new writer with the most tenuous of connections (her uncle was briefly a neighbor in a Nevada mining town) asks Twain to use his influence to get  her manuscript published.

It never hurts to carry an introduction from a well-regarded intermediary, as long as your introducer can actually speak to the quality of your work. I think of Twain’s anguished reply every time I’m asked to recommend someone or something I don’t know — or am tempted to ask the same favor of someone else.

Twain’s message is ultimately optimistic: don’t simply try to accumulate influence. Instead, come up with a good idea and sell it on its merits. The world will listen.

The full text of Twain’s essay is below, via Project Gutenberg.

A HELPLESS SITUATION

Once or twice a year I get a letter of a certain pattern, a pattern that never materially changes, in form and substance, yet I cannot get used to that letter—it always astonishes me. It affects me as the locomotive always affects me: I saw to myself, “I have seen you a thousand times, you always look the same way, yet you are always a wonder, and you are always impossible; to contrive you is clearly beyond human genius—you can’t exist, you don’t exist, yet here you are!”

I have a letter of that kind by me, a very old one. I yearn to print it, and where is the harm? The writer of it is dead years ago, no doubt, and if I conceal her name and address—her this-world address—I am sure her shade will not mind. And with it I wish to print the answer which I wrote at the time but probably did not send. If it went—which is not likely—it went in the form of a copy, for I find the original still here, pigeonholed with the said letter. To that kind of letters we all write answers which we do not send, fearing to hurt where we have no desire to hurt; I have done it many a time, and this is doubtless a case of the sort.

THE LETTER

X———, California, JUNE 3, 1879.

Mr. S. L. Clemens, Hartford, Conn.:

Dear Sir,—You will doubtless be surprised to know who has presumed to write and ask a favor of you. Let your memory go back to your days in the Humboldt mines—’62-’63. You will remember, you and Clagett and Oliver and the old blacksmith Tillou lived in a lean-to which was half-way up the gulch, and there were six log cabins in the camp—strung pretty well separated up the gulch from its mouth at the desert to where the last claim was, at the divide. The lean-to you lived in was the one with a canvas roof that the cow fell down through one night, as told about by you in Roughing It—my uncle Simmons remembers it very well. He lived in the principal cabin, half-way up the divide, along with Dixon and Parker and Smith. It had two rooms, one for kitchen and the other for bunks, and was the only one that had. You and your party were there on the great night, the time they had dried-apple-pie, Uncle Simmons often speaks of it. It seems curious that dried-apple-pie should have seemed such a great thing, but it was, and it shows how far Humboldt was out of the world and difficult to get to, and how slim the regular bill of fare was. Sixteen years ago—it is a long time. I was a little girl then, only fourteen. I never saw you, I lived in Washoe. But Uncle Simmons ran across you every now and then, all during those weeks that you and party were there working your claim which was like the rest. The camp played out long and long ago, there wasn’t silver enough in it to make a button. You never saw my husband, but he was there after you left, and lived in that very lean-to, a bachelor then but married to me now. He often wishes there had been a photographer there in those days, he would have taken the lean-to. He got hurt in the old Hal Clayton claim that was abandoned like the others, putting in a blast and not climbing out quick enough, though he scrambled the best he could. It landed him clear down on the train and hit a Piute. For weeks they thought he would not get over it but he did, and is all right, now. Has been ever since. This is a long introduction but it is the only way I can make myself known. The favor I ask I feel assured your generous heart will grant: Give me some advice about a book I have written. I do not claim anything for it only it is mostly true and as interesting as most of the books of the times. I am unknown in the literary world and you know what that means unless one has some one of influence (like yourself) to help you by speaking a good word for you. I would like to place the book on royalty basis plan with any one you would suggest.

This is a secret from my husband and family. I intend it as a surprise in case I get it published.

Feeling you will take an interest in this and if possible write me a letter to some publisher, or, better still, if you could see them for me and then let me hear.

I appeal to you to grant me this favor. With deepest gratitude I think you for your attention.

One knows, without inquiring, that the twin of that embarrassing letter is forever and ever flying in this and that and the other direction across the continent in the mails, daily, nightly, hourly, unceasingly, unrestingly. It goes to every well-known merchant, and railway official, and manufacturer, and capitalist, and Mayor, and Congressman, and Governor, and editor, and publisher, and author, and broker, and banker—in a word, to every person who is supposed to have “influence.” It always follows the one pattern: “You do not know me, but you once knew a relative of mine,” etc., etc. We should all like to help the applicants, we should all be glad to do it, we should all like to return the sort of answer that is desired, but—Well, there is not a thing we can do that would be a help, for not in any instance does that letter ever come from anyone who can be helped. The struggler whom you could help does his own helping; it would not occur to him to apply to you, stranger. He has talent and knows it, and he goes into his fight eagerly and with energy and determination—all alone, preferring to be alone. That pathetic letter which comes to you from the incapable, the unhelpable—how do you who are familiar with it answer it? What do you find to say? You do not want to inflict a wound; you hunt ways to avoid that. What do you find? How do you get out of your hard place with a contend conscience? Do you try to explain? The old reply of mine to such a letter shows that I tried that once. Was I satisfied with the result? Possibly; and possibly not; probably not; almost certainly not. I have long ago forgotten all about it. But, anyway, I append my effort:

THE REPLY

I know Mr. H., and I will go to him, dear madam, if upon reflection you find you still desire it. There will be a conversation. I know the form it will take. It will be like this:

MR. H. How do her books strike you?

MR. CLEMENS. I am not acquainted with them.

H. Who has been her publisher?

C. I don’t know.

H. She has one, I suppose?

C. I—I think not.

H. Ah. You think this is her first book?

C. Yes—I suppose so. I think so.

H. What is it about? What is the character of it?

C. I believe I do not know.

H. Have you seen it?

C. Well—no, I haven’t.

H. Ah-h. How long have you known her?

C. I don’t know her.

H. Don’t know her?

C. No.

H. Ah-h. How did you come to be interested in her book, then?

C. Well, she—she wrote and asked me to find a publisher for her, and mentioned you.

H. Why should she apply to you instead of me?

C. She wished me to use my influence.

H. Dear me, what has influence to do with such a matter?

C. Well, I think she thought you would be more likely to examine her book if you were
influenced.

H. Why, what we are here for is to examine books—anybody’s book that comes along. It’s our business. Why should we turn away a book unexamined because it’s a stranger’s? It would be foolish. No publisher does it. On what ground did she request your influence, since you do not know her? She must have thought you knew her literature and could speak for it. Is that it?

C. No; she knew I didn’t.

H. Well, what then? She had a reason of some sort for believing you competent to recommend her literature, and also under obligations to do it?

C. Yes, I—I knew her uncle.

H. Knew her uncle?

C. Yes.

H. Upon my word! So, you knew her uncle; her uncle knows her literature; he endorses it to you;
the chain is complete, nothing further needed; you are satisfied, and therefore—

C. No, that isn’t all, there are other ties. I know the cabin her uncle lived in, in the mines; I knew his partners, too; also I came near knowing her husband before she married him, and I did know the abandoned shaft where a premature blast went off and he went flying through the air and clear down to the trail and hit an Indian in the back with almost fatal consequences.

H. To him, or to the Indian?

C. She didn’t say which it was.

H. (With a sigh). It certainly beats the band! You don’t know her, you don’t know her literature, you don’t know who got hurt when the blast went off, you don’t know a single thing for us to build an estimate of her book upon, so far as I—

C. I knew her uncle. You are forgetting her uncle.

H. Oh, what use is he? Did you know him long? How long was it?

C. Well, I don’t know that I really knew him, but I must have met him, anyway. I think it was that way; you can’t tell about these things, you know, except when they are recent.

H. Recent? When was all this?

C. Sixteen years ago.

H. What a basis to judge a book upon! As first you said you knew him, and now you don’t know whether you did or not.

C. Oh yes, I know him; anyway, I think I thought I did; I’m perfectly certain of it.

H. What makes you think you thought you knew him?

C. Why, she says I did, herself.

H. She says so!

C. Yes, she does, and I did know him, too, though I don’t remember it now.

H. Come—how can you know it when you don’t remember it.

C. I don’t know. That is, I don’t know the process, but I do know lots of things that I don’t remember, and remember lots of things that I don’t know. It’s so with every educated person.

H. (After a pause). Is your time valuable?

C. No—well, not very.

H. Mine is.

So I came away then, because he was looking tired. Overwork, I reckon; I never do that; I have seen the evil effects of it. My mother was always afraid I would overwork myself, but I never did.

Dear madam, you see how it would happen if I went there. He would ask me those questions, and I would try to answer them to suit him, and he would hunt me here and there and yonder and get me embarrassed more and more all the time, and at last he would look tired on account of overwork, and there it would end and nothing done. I wish I could be useful to you, but, you see, they do not care for uncles or any of those things; it doesn’t move them, it doesn’t have the least effect, they don’t care for anything but the literature itself, and they as good as despise influence. But they do care for books, and are eager to get them and examine them, no matter whence they come, nor from whose pen. If you will send yours to a publisher—any publisher—he will certainly examine it, I can assure you of that.

July 19 2012

Four short links: 19 July 2012

  1. The Future of a Map is Its Information (The Atlantic) — maps are how we display data when we, the brain, wish to answer a question. Technology is rapidly expanding the questions we don’t need to look at a map to answer: directions, weather forecasts, dining …. (via Flowing Data)
  2. Governments Don’t Have Websites, Governments Are Websites (MySociety) — the best part about MySociety’s recent funding is that Tom Steinberg is blogging more. The majority of citizens don’t have deep, all encompassing, everyday interactions with the state – at most they drop their kids at school every day, or visit the GP a few times a year. That’s as physically close as they get. To these people, interacting with government already feels somewhat like interacting with Amazon. It sends them benefits, passports, recycling bins, car tax disks from mysterious dispatch offices and it demands money and information in return. The difference is in emotional tone – the Amazon online interactions tend to be seamless, the government online interactions either painful or impossible – time to pick up the phone.
  3. The Future of Manufacturing is America not China (Foreign Policy) — robots + AI + low-cost or shared public manufacturing facilities = the future of manufacturing.
  4. Captured America (The Atlantic) — Larry Lessig observes the tilted playing field responsible for America’s inability to govern itself: A tiny number of Americans — .26 percent — give more than $200 to a congressional campaign. .05 percent give the maximum amount to any congressional candidate. .01 percent give more than $10,000 in any election cycle. And .000063 percent — 196 Americans — have given more than 80 percent of the super-PAC money spent in the presidential elections so far.

May 18 2010

Play fullscreen
The IMF's mid-life crisis
Ilene Grabel:IMF seeks new image but has one set of policies for rich countries and another for the poor
Views: 203
18 ratings
Time: 09:00 More in News & Politics

May 01 2010

02mydafsoup-01
Play fullscreen
TheWeekInGreen | 20100430 |  Episode 21: Interview with Robert Dreyfuss


In the 21st episode of The Week in Green, journalist Robert Dreyfuss discusses the impact of the Green Movement on Iran and the surrounding region and the possible outcomes of nuclear negotiations and economic sanctions against Iran.
در بیست و یکمین برنامه هفته سبز با حمید دباشی، خبرنگار سرشناس آقای رابرت درایفوُس درمورد اثرات جنبش سبز بر اوضاع سیاسی ایران و منطقه و همچنین درباره نتایج احتمالی مذاکرات هسته ای و تحریم های اقتصادی ممکن بر ایران گفتگو میکند.
Reposted byiranelection iranelection

October 24 2009

Qui a gagné la bataille Hadopi ?

Le 22 octobre 2009, Nicolas Sarkozy jubilait dans un communiqué de presse : « Le Président de la République se réjouit de la prochaine entrée en vigueur de la loi relative à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet [dite Hadopi 2], après la décision du Conseil Constitutionnel qui en valide le contenu. »1. Alors que quatre mois et demi plus tôt, des couronnes mortuaires célébraient en liesse la mort de la loi HadopiRRêt sur images : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=4619.">2, la première mouture de la loi étant jugée anticonstitutionnelle. Comment deux opinions qui se sont affrontées durant près de deux ans peuvent-elle de concert clamer victoire ? Laquelle de ces parties peut de bon droit exulter ? Au final, qui a gagné la bataille Hadopi ? Au moment où est publié un livre retraçant cette bataille3, nous nous proposons de répondre à cette ultime question.
<!--break-->

Une victoire législative pour Sarkozy

Pour déterminer le vainqueur de la bataille Hadopi, il convient en premier lieu de bien préciser en quoi a consisté cette bataille. Et tout d’abord, que signifie ce nom « Hadopi » ? Loin d’être le théâtre des opérations où l’affrontement s’est déroulé – Hadopi n’est ni Waterloo, ni Austerlitz4 – cet acronyme désigne avant tout la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet. Une autorité administrative mise en place par la loi n°2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet. Une loi elle-même communément appelée « Hadopi ». Censurée une première fois par le Conseil constitutionnel, le gouvernement a proposé dans la foulé un nouveau texte, rapidement surnommé « Hadopi 2 ». Le terme « Hadopi » désigne ainsi le corpus législatif promis par le président Sarkozy le soir de son élection à ses amis des industries du divertissement, présents lors du fameux dîner au Fouquet’s.

Couronnées pendant des décennies de succès économiques, les industries du divertissement connaissent effectivement depuis une dizaine d’années une crise telle que leur survie est remise en cause. L’unique responsable de ce constat serait, selon ces industries, l’accroissement exponentiel du partage d’œuvres sans autorisation sur Internet. Si l’on ne vend plus de disques ou de films, c’est la faute au « piratage » ! Et l’ennemi est désigné : le « pirate ». Parvenu au pouvoir, le président Sarkozy promet aussitôt une loi pour éradiquer cet ennemi afin que puissent à nouveau fleurir les profits de ses amis des industries du divertissement.

L’élaboration de la loi ne fut cependant pas sans encombre. Les lois Hadopi reposent en effet sur le rapport rédigé par une mission ad hoc chargée de légitimer les mesures législatives qui allaient être prises : la mission Olivennes, du nom de son président, Denis Olivennes, alors patron d’un des principaux revendeur de produits de divertissement, fut mise en place dès la fin des vacances estivales, le 5 septembre 2007, et son rapport rendu le 23 novembre 2007. Mais alors que l’adoption de la loi était prévue avant l’été, le projet de loi n’est présenté en Conseil des ministres que le 18 juin 2008. Et si son adoption au Sénat se déroule sans encombre – en deux petites séances seulement, les 29 et 30 octobre 2008 – il faut attendre le 11 mars 2009 pour que le projet de loi soit examiné par les députés, le travail parlementaire étant fortement ralenti en raison de l’inflation législative. Les débats houleux en hémicycle, durant lesquels de courageux députés de tous bords martèlent les arguments juridiques et techniques5 qui finissent par laisser la ministre Albanel et le rapporteur Riester à court de toute réponse, ne s’achèvent que le 2 avril 2009.

Premier véritable camouflet, le 9 avril 2009, les députés de la majorité rechignant à venir voter un texte litigieux, le texte issu de la Commission mixte paritaire – CMP, chargée d’harmoniser les divergences entre les votes du Sénat et de l’Assemblée nationale – est rejeté à la surprise générale. Une disposition de la Constitution est alors dépêchée à la rescousse pour que le texte soit représenté au plus tôt aux députés6, sommés cette fois-ci d’avaliser la loi sans l’amender. Ce qui fut finalement fait le 12 mai 2009. Et le texte définitif fut adopté dans la foulée par le Sénat le 13 mai 2009.

Mais la promulgation de la loi Hadopi devait encore attendre. En effet, le texte est soumis à l’examen du Conseil constitutionnel, qui, le 10 juin 2009, censure tout pouvoir de sanction à Hadopi. En moins de quinze jour, un nouveau projet de loi Hadopi 2, confiant les sanctions à l’autorité judiciaire – réduite à sa plus simple expression, nous y reviendrons –, fut donc élaboré en hâte et présenté en Conseil des ministres le 24 juin 2009 par des ministres nommés la veille. Après une adoption rapide au Sénat durant la seule séance du 9 juillet 2009, le texte est envoyé à l’Assemblée en vue d’une adoption avant la trêve parlementaire. Toutefois, craignant de ne pas bénéficier de majorité à la veille des vacances estivales, le gouvernement renvoie le vote final sur la loi Hadopi 2 au 22 septembre 2009.

Cette fois-ci le Conseil constitutionnel a validé la quasi totalité du texte. Les lois Hadopi peuvent enfin être promulguées. En cela, Nicolas Sarkozy peut en effet s’estimer vainqueur. Il a obtenu – dans la douleur et aux forceps – ce qu’il voulait : une loi réprimant le partage d’œuvres sur Internet !

Une défaite juridique pour la riposte graduée

Mais la bataille sur le plan législatif n’est pas le cœur du sujet. L’arsenal législatif n’est qu’une arme privilégiée par le pouvoir exécutif, en tant qu’initiateur des projets de loi. Certes, une loi existe. Encore faut-il que ses dispositions permettent d’atteindre l’objectif auquel la loi était censée répondre. En l’occurrence : les lois Hadopi permettent-elles d’éradiquer – ou tout au moins, endiguer – les échanges d’œuvres sans autorisation sur Internet ? Et les industries du divertissement gagneront-elles un centime de plus avec l’application de ces lois ?

Sans revenir sur les nombreuses raisons de l’inefficacité technique chronique des lois Hadopi7, force est de constater que la détection d’échange d’œuvres sans autorisation sur Internet – une détection automatique que la loi Hadopi a confié à diverses sociétés de perception de droit (SACEM, SACD, etc) et aux organismes de défense professionnelle – est d’ores et déjà jugée obsolète, les moyens d’y échapper étant d’ores et déjà de notoriété publique.

Mais, c’est surtout l’amputation du principe même de la réponse imaginée par la loi, qui condamne Hadopi à demeurer inopérante. En effet, les échange d’œuvres sans autorisation sur Internet sont une pratique de masse. Pour circonscrire cette pratique de masse, la loi Hadopi proposait une réponse reposant sur des sanctions massives : la fameuse « riposte graduée ». Le stade ultime de cette riposte consistait à suspendre jusqu’à un an la connexion Internet des citoyens présumés coupables, qui auraient auparavant été avertis par courriel, puis lettre recommandée, de la menace pesant sur eux. En confiant à une autorité administrative le soin d’appliquer chaque étape de la riposte graduée – y compris la sanction de suspension de l’accès Internet – la loi Hadopi 1 tentait d’endiguer un phénomène de masse en ne s’encombrant d’aucun obstacle.

Mais il n’a pas échappé au Conseil constitutionnel que ce qui était vu comme obstacles à l’application de sanctions massives ne constituait ni plus ni moins que le respect de droits et libertés fondamentaux : séparation des pouvoirs, droit à un procès équitable, droits de la défense, respect du contradictoire, présomption d’innocence et nécessaire arbitrage entre droit d’auteur et liberté d’expression et de communication. Ainsi sa décision du 10 juin 2009 a porté un coup fatal à l’efficacité de la riposte graduée : les sanctions devant être prononcées par un juge, il n’est plus question qu’elles soient massives.

La loi Hadopi 2 tente bien de limiter ces contraintes en réduisant l’intervention du juge à sa portion congrue : recours aux ordonnances pénales et au juge unique, peine complémentaire de suspension de l’accès Internet et contravention pour « négligence caractérisée ». Mais ces artifices de procédure peuvent – et comment imaginer qu’il en soit autrement devant l’absence de preuve des constats établis par la Hadopi ? – être récusés par le juge et en dernier lieu contestés par le prévenu qui peut demander à bénéficier d’un procès en bonne et due forme.

Et, s’il n’a pas voulu infliger à nouveau une censure cinglante à la loi Hadopi 2, le Conseil constitutionnel n’a pas manqué de rappeler tout au long de sa décision ce rôle central du juge : c’est au juge de décider de la suffisance ou non des éléments de preuves8, de refuser le prononcé d’ordonnances pénales en cas d’incertitude, de prendre en compte toutes les circonstances empêchant éventuellement qu’une peine soit applicable, de décider d’appliquer ou non une peine complémentaire et de contrôler – pour ce qui est des juges du Conseil d’État qui auront à contrôler la légalité des décrets d’application – les éléments pouvant constituer une « négligence caractérisée ».

Enfin la loi Hadopi 2 elle-même souligne le pouvoir d’appréciation du juge, qui « pour prononcer la peine de suspension [de l’accès à Internet] et en déterminer la durée, la juridiction prend en compte les circonstances et la gravité de l’infraction ainsi que la personnalité de son auteur, et notamment l’activité professionnelle ou sociale de celui-ci, ainsi que sa situation socio-économique. La durée de la peine prononcée doit concilier la protection des droits de la propriété intellectuelle et le respect du droit de s’exprimer et de communiquer librement, notamment depuis son domicile ».

Ainsi, devant autant d’obstacles à franchir, l’application de sanctions massives devient illusoire et tout espoir d’efficacité de la riposte graduée s’en trouve neutralisé. Et si l’on considère que « Hadopi » désigne le dispositif destiné à endiguer le partage d’œuvres sans autorisation sur Internet, les opposants à la loi sont donc pleinement justifiés lorsqu’ils célèbrent leur victoire.

Une victoire idéologique des opposants à Hadopi

Qu’une loi promulguée soit en réalité inappliquée – car inapplicable – n’est hélas pas une exception. Il est une autre facette de la bataille dont l’importance semble primordiale – tout au moins pour l’actuel chef de l’État : que l’opinion soit convaincue de la nécessité des mesures instaurées par la loi. Ainsi, Hadopi a constitué – avant tout ? – une bataille idéologique.

La ministre de la culture chargée du projet de loi Hadopi 1 l’avait avoué en hémicycle : « l’important est surtout de créer […] un cadre psychologique qui permettent de juguler le milliard de téléchargements illégaux qui s’effectuent chaque année, essentiellement sur les sites de peer-to-peer ». Et la même ministre de la Culture de l’époque était allée jusqu’à préciser en quoi consistait ce « cadre psychologique » : « J’ai le sentiment que l’on crée, grâce à cette loi, un cadre juridique intéressant, mais aussi un cadre psychologique porteur du message selon lequel les créateurs, les artistes, les cinéastes, les musiciens ont le droit d’être rémunérés pour ce qu’il font. Il est important de dire à tous nos concitoyens, et notamment à tous les jeunes, que, s’il ne leur semble pas très grave de télécharger illégalement tel ou tel morceau de musique, cet acte n’est pas anodin puisqu’il produit des catastrophes en amont dans la profession. ».

Ainsi, le but – fondamental ? – d’Hadopi aurait été de convaincre l’opinion publique du bien-fondé du postulat, émis par les industries du divertissement et avalisé par le président de la République, à l’origine des lois Hadopi : les échanges d’œuvres sans autorisation sur Internet seraient responsables de la crise des industries du divertissement et il serait impératif de lutter contre cette pratique. Sur ce plan, il est assez simple de déterminer qui a remporté et qui a perdu la bataille : il suffit de constater si le message est passé ou non.

Les instruments traditionnels de mesure de l’opinion que sont les sondages n’ont pas été nombreux sur le sujet – peut-être parce que les commanditaires habituels des sondages se situent plus du côté des promoteurs d’Hadopi et que les résultats d’enquête d’opinion auraient été contraires à leurs intérêts ? Cependant les quelques enquêtes ayant mesuré l’impact d’Hadopi sur l’opinion sont sans appel. Ainsi, un sondage pour 01.net réalisé le 3 mars 2009 auprès de 10000 internautes indique notamment qu’à une très large majorité la loi Hadopi est jugée totalement inacceptable, que les avertissements envoyés par courriel n’ont pas d’incidence sur les habitudes de téléchargement, qu’il n’est pas nécessaire de mettre en place des sanctions pour lutter massivement contre le « téléchargement illégal » et que ce dernier n’est absolument pas la principale cause du déclin du marché du disque9. De même, selon un sondage réalisé par BVA pour BFM et La Tribune, les 12 et 13 juin 2009, auprès d’un échantillon de 1.006 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus10, 60% des Français approuvent la censure de la loi Hadopi 1 par le Conseil constitutionnel.

Il est encore plus révélateur de considérer l’impact médiatique des opinions sur la bataille Hadopi. Alors que les moyens mis en œuvre par Nicolas Sarkozy et son gouvernement pour influencer l’opinion publique étaient conséquents, ce sont les critiques et les doutes sur les lois Hadopi qui ont trouvé le meilleur écho dans la presse. Chaque prise de parole contre Hadopi a été abondamment relayée11. Les divers revers des lois Hadopi — le rejet du texte de la CMP par les députés, la censure du Conseil constitutionnel ou les votes à répétition du Parlement européen d’un amendement condamnant la riposte graduée – ont fait les unes des quotidiens, journaux télévisés et radiophoniques.

À l’inverse, le site de propagande mis en place par le ministère de la Culture a davantage fait parler de lui lorsqu’il a dû être coupé suite à des attaques informatiques12 ou lorsque son principal objet – une pétition de soit-disant 10000 artistes soutenant le projet de loi – a été démonté13. Et la communication officielle du ministère de la Culture s’est surtout illustrée dans la presse ou sur Internet par les railleries sur ses maladresses, par exemple lorsque qu’une dépêche AFP a tenté de décrédibiliser les opposants de la Quadrature du Net en les qualifiant de « cinq gus dans un garage »14, ou quand la ministre de la Culture a étalé son incompétence technique en évoquant les « pare-feux d’OpenOffice »15, etc. Alors que les opposants à Hadopi ont multiplié les créations originales en tout genre16 pour soutenir dans le fond et la forme leurs points de vue.

De même, pressentant l’incompatibilité des lois Hadopi avec les engagements communautaires de la France, les industries du divertissement et le président Sarkozy ont tenté d’introduire une légalisation de leurs plans au niveau de l’Union européenne. Bien mal leur en a pris, puisque le Parlement européen a, par cinq fois, affirmé sa ferme opposition à une régulation d’Internet mettant à mal les droits et libertés fondamentaux. Ce que la presse n’a d’ailleurs pas manqué de relayer.

Au-delà, l’échec le plus patent sur le plan idéologique des promoteurs d’Hadopi est sans doute l’émergence dans le débat public de propositions constructives imaginant des financements alternatifs pour les biens culturels en ligne17. Preuve que le message selon lequel les sanctions des lois Hadopi seraient indispensables pour financer la création n’est pas passé.

Bref, la bataille médiatique et idéologique a sans conteste été remportée par les opposants à Hadopi. Et le lancement du livre « La bataille Hadopi » au Fouquet’s le 29 octobre 2009 vient clôturer en pied de nez leur victoire dans cette bataille.

Bilan : un grand perdant, l’État de droit

Ainsi, après analyse, le seul point où les partisans d’Hadopi – et en premier chef, le président Sarkozy – n’ont pas connu de défaite, est d’avoir obtenu une loi – et même deux ! Maigre consolation qui cache le fait que les objectifs initiaux de cette loi ont été neutralisés et que la véritable victoire appartient bel et bien aux opposants.

Il serait cependant réducteur de conclure que les lois Hadopi n’auraient rien changé, ni que la bataille Hadopi n’occasionnerait aucun dommage collatéral. Car ce qui a été mis en lumière durant cette bataille est particulièrement préoccupant quant aux principes fondamentaux de l’État de droit.

On a pu en effet observer durant cette bataille Hadopi que la loi pouvait servir de prétexte à un chef d’État capricieux, dédaigneux de toute opinion contraire. Qu’importe que de telles opinions proviennent des autorités de référence du domaine telles que l’ARCEP et la CNIL ou de représentants des citoyens comme le Parlement européen. Qu’importe si le prix à payer est le sacrifice de principes constitutionnels tels que la séparation des pouvoirs, la liberté d’expression et de communication ou la présomption d’innocence. Le chef de l’État insiste à tout prix pour obtenir l’objet de ses caprices.

Le pire, c’est que ces caprices révèlent en creux une volonté qui est loin d’être innocente : celle d’affaiblir ou d’asservir tout contre-pouvoir à l’omnipotence présidentielle. Pour l’Élysée, l’espace d’expression que constitue Internet doit coûte que coûte être muselé. Le pouvoir législatif doit suivre scrupuleusement les instructions de l’exécutif. L’autorité judiciaire doit être contournée par tous les moyens…

Au final, le risque est grand que la Loi – avec une majuscule et pas seulement les minuscules lois Hadopi – soit décrédibilisée. Certes, il est probable qu’en l’occurrence nul juge n’applique jamais la peine de suspension de l’accès Internet sur la base des accusations de l’Hadopi. Mais que penser lorsque l’on peut, après des siècles de civilisation, réintroduire dans le droit les principes ancestraux du Talion: qui a volé par la main gauche se verra couper la main gauche, qui a « volé »18 par Internet se verra couper Internet ? De même, il est vraisemblable qu’aucune condamnation ne soit prononcée pour contrefaçon ou « négligence caractérisée » par le biais d’ordonnances pénales, puisque celles-ci pourront être contestées par le Parquet, le juge ou le prévenu. Mais comment comprendre qu’on puisse trouver légitime d’appliquer une justice expéditive à tout délit, simplement au vu de l’ampleur quantitative des infractions ?

Ainsi, malgré l’inapplicabilité des lois qui en ont découlé, il faudra retenir de la bataille Hadopi qu’elle aura été le théâtre d’un recul de l’État de droit. Ce recul se poursuivra-t-il jusqu’à la bascule ? Ou parviendra-t-on à inverser le mouvement ? Rendez-vous aux prochaines batailles !

  1. 1. Communiqué de la Présidence de la République : http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=view&lang=fr&cat_id=8&press_id=3026http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=view&lang=fr&cat_id=8&press_id=3026http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=view&lang=fr&cat_id=8&press_id=3026.
  2. 2. @RRêt sur images : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=4619.
  3. 3. La bataille Hadopi, édition InLibroVeritas : http://www.inlibroveritas.net/la-bataille-hadopi.html.
  4. 4. Ni « le nom d’une tribu indienne » complétera, bien qu’incapable de se rappeler de la définition du terme, le ministre de la Culture en charge du dossier : http://www.lesmotsontunsens.com/frederic-mitterand-hadopi-video-5353.
  5. 5. On pourra se référer à l’évaluation réalisée par la Quadrature du Net des interventions en séance : http://www.laquadrature.net/wiki/Loi_Hadopi_Assemblee_nationale.
  6. 6. Après les vacances de Pâques, un délai d’un petit jour a toutefois à nouveau retardé cette nouvelle lecture à l’Assemblée, afin de ne pas faire passer le projet loi Hadopi avant une proposition de loi relative à l’inceste.
  7. 7. Voir à ce sujet le dossier complet de la Quadrature du Net, p.9 ss. : http://www.laquadrature.net/files/LaQuadratureduNet-Riposte-Graduee_reponse-inefficace-inapplicable-dangereuse-a-un-faux-probleme.pdf.
  8. 8. Le juge constitutionnel a eu ici la malice de préciser que ce jugement se faisait « au cas par cas », ce qui a le mérite de mettre à bas toute velléité de sanction massive.
  9. 9. Voir l’analyse de la Quadrature du Net sur ce sondage : http://www.laquadrature.net/fr/les-internautes-nen-veulent-pas-mme-albanel. Voir également les nombreuses études indépendantes brisant le lien entre partage d’œuvres sur Internet et déclin des marchés correspondants sur http://www.laquadrature.net/wiki/Documents.
  10. 10. Voir http://www.ecrans.fr/Hadopi-60-des-francais-approuvent,7490.html.
  11. 11. La Quadrature du Net a recensé ces diverses prises de positions contre Hadopi venant tout autant d’institutions comme le Parlement européen, que de responsables politiques ou d’artistes : http://www.laquadrature.net/wiki/Contre_hadopi.
  12. 12. Une requête dans un moteur de recherche portant sur le nom de ce site – « J’aime les artistes », titre soigneusement défini pour stigmatiser l’opposition à Hadopi comme une preuve d’hostilité vis-à-vis des acteurs culturels – donne des résultats éloquents : le site lui-même est noyé parmi les critiques, parodies et informations relayant les déboires de ce site, cf. http://www.google.fr/search?q=%22j%27aime+les+artistes%22.
  13. 13. 4,4% des artistes SACEM soutiennent l’HADOPI. Et les autres… ? : http://www.laquadrature.net/fr/4.4-p.c.-des-artistes-sacem-soutiennent-lhadopi.
  14. 14. Voir http://www.cinqgusdansungarage.org/.
  15. 15. Christine Albanel a déclaré en hémicycle que la suite bureautique libre Open Office serait doté d’un pare-feux, c’est-à-dire d’un logiciel permettant de sécuriser des ordinateurs en réseau par exemple contre les tentatives d’intrusion, la vidéo de cette intervention a largement été diffusée sur le Web, cf. par exemple http://www.rollins.fr/albanel-open-office-pare-feu/1064/.
  16. 16. Voir par exemple le pastiche « Hadopi… Brazil ! » : http://www.laquadrature.net/fr/hadopi-brazil.
  17. 17. Voir par exemple « La création à l’heure du numérique, un nouveau pacte entre public et artistes est-il possible ? », la conférence organisée le 26 octobre par la plate-forme Création-Public-Internet à Sciences Po Paris: http://www.laquadrature.net/fr/26-octobre-2009-conference-de-creation-public-internet-a-sciences-po.
  18. 18. La rhétorique du « vol », toujours présente dans les arguments pro-Hadopi, est en réalité absurde, tant du point de vue juridique qu’économique… et même logique. Voir à ce sujet http://www.laquadrature.net/fr/partager-nest-pas-voler-chronique-dun-mensonge-historique
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl