Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

September 03 2013

Un petit coup de promotion pour la boite verte qui n'en a pas besoin, mais moi j'aime beaucoup…

Un petit coup de promotion pour la boite verte qui n’en a pas besoin, mais moi j’aime beaucoup cette initiative très rafraichissante, qui mêle rêve et réalité, qui sème ce qu’il faut de confusion pour inciter notre imagination à imaginer encore plus.

A consumer sans restriction. Quelques exemples

Carte mondiale de la couleur des boites à lettres - La boite verte
http://www.laboiteverte.fr/carte-mondiale-de-la-couleur-des-boites-a-lettres

http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2012/11/carte-couleur-boite-lettre-poste.png

Les mini-immeubles d’Evol - La boite verte
http://www.laboiteverte.fr/les-mini-immeubles-devol

http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2013/01/evol-mini-immeuble-01.jpg

Architectures recomposés - La boite verte
http://www.laboiteverte.fr/architectures-recomposes

http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2009/11/Filip-Dujardin11.jpg

Des paysages recomposés - La boite verte
http://www.laboiteverte.fr/des-paysages-recomposes

http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2012/04/paysage-recompose-05.jpg

En 1900, des cartes postales imaginent l’an 2000 - La boite verte
http://www.laboiteverte.fr/en-1900-des-cartes-postales-imaginent-lan-2000

http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2010/04/carte-postale-2000-futur-06.jpg

L’an 2000 imaginé en 1910 - La boite verte
http://www.laboiteverte.fr/lan-2000-imagine-en-1910

http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2011/02/anticipation-retrofutur-1910-imagination-2000-19.jpg

Des immeubles isolés -
http://www.laboiteverte.fr/immeubles-isoles

http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2013/09/immeuble-isole-04-720x489.jpg

#photographie #cartographie #art #architecture #représentation #visualisation #imaginaire

August 25 2013

Radio Thésard : Aurélien Fouillet / La sociologie du Jeu (France_Culture)

Radio Thésard : Aurélien Fouillet / La sociologie du Jeu (#France_Culture)
http://plus.franceculture.fr/factory/radio-thesards/la-sociologie-du-jeu

https://soundcloud.com/francecultureplus/radio-th-sard-aur-lien/s-Ktl8m

Après un travail sur le philosophe et poète Jean-Marie Guyau autour de la notion de risque, Aurélien Fouillet s’est orienté vers la #sociologie pour faire une sociologie du #jeu qu’il inscrit dans une anthropologie de l’#imaginaire. Sur le plan théorique, son travail fait régulièrement référence au thème post-moderne de la fin des grands discours. Et tout en se donnant pour actualité, la « #gamification » de la vie sociale.

#audio #radio

July 23 2013

Entretien avec le philosophe Alain Brossart sur la question de la figure de l'étranger en France et…

Entretien avec le philosophe Alain Brossart sur la question de la figure de l’étranger en France et le discours politique qui l’accompagne.
http://www.lesinrocks.com/2013/07/17/actualite/la-france-a-peur-11409641

Pourquoi la question de « l’étranger parmi nous » obsède-t-elle aujourd’hui, de manière démesurée, le discours politique ?

#Alain_Brossat - Le geste philosophique dont je me sens proche s’attache davantage au « comment » qu’au « pourquoi », je veux dire aux causes ultimes ou à l’origine première des #objets ou #phénomènes sur lesquels nous travaillons. Dans ce #travail, je pars de ce #constat : d’une part, la question de l’#étranger, telle qu’elle est non seulement mise en #discours mais aussi mise en pratique par nos #gouvernants, est le domaine par excellence où les éléments de rationalité, les #stratégies, l’art de #gouverner, etc., sont constamment envahis et contaminés par les #fantasmagories. C’est, par opposition à « l’imagination au #pouvoir », le basculement et la fuite perpétuels dans l’#imaginaire, un imaginaire #réactif peuplé d’une multitude de #menaces disparates et de projections fantastiques sur les parois de la caverne du présent – le spectre du terrorisme islamique, l’insoutenable envahissement de nos cités par les #Roms, insupportables #parasites, etc.

Un indice très sûr de cette dérive de la #politique de l’étranger de nos gouvernants dans les eaux de l’imaginaire #sécuritaire est son écart croissant avec les analyses produites par les corps de spécialistes disposant d’une expertise sur ces questions et incarnant, disons, un certain #principe de #réalité#démographes, #sociologues, #historiens, etc. Ce n’est pas par hasard que ceux qui inspirent les ministres de l’Intérieur en la matière (ceux-là mêmes qui donnent le la de la politique de l’étranger réduite, symptomatiquement, aux conditions d’une politique de l’#immigration) sont des exaltés de la #défense #sociale repeints aux couleurs de la #criminologie comme Alain Bauer plutôt que des historiens ou des démographes respectés comme #Gérard_Noiriel ou #Hervé_Le_Bras… Ce que vous appelez la démesure en rapport avec cette question, c’est tout simplement pour moi le fait que le discours et les pratiques des gouvernants soient, en la matière, émancipés de toute prise en compte des éléments majeurs constitutifs du réel – voir la façon dont cette politique met en avant une supposée lutte contre l’ »immigration clandestine » et le « travail au noir » dont les promoteurs ne peuvent ignorer qu’ils constituent des éléments structurels dans des secteurs d’activité économique aussi importants que le #bâtiment, la #restauration, la #confection, etc.

En quoi le sort réservé à l’étranger s’inscrit selon vous dans la longue histoire des persécutions liées au déploiement de l’Etat moderne ?

Question essentielle à tous égards. Dans son cours au Collège de France intitulé « Il faut défendre la société », #Michel_Foucault énonce une thèse forte : le racisme, dit-il en substance, ce n’est pas en premier lieu une question d’#idéologie dévoyée, de mauvais héritage, de relations entre communautés virant à l’aigre, c’est une #technologie de pouvoir. Pour lui, le racisme devient le problème perpétuel de la politique moderne et une arme de destruction massive dès lors qu’il entre en composition dans les mécanismes de l’#Etat ; c’est qu’il est l’un des gestes décisifs par lesquels s’affirme la capacité de gouverner une #population, le geste consistant à fragmenter cette population, à produire et reconduire la coupure entre cette part des gouvernés qui a vocation à être placée sous le signe de la prise en charge de la vie et une autre, placée sous un signe de mort. Pour Foucault, ce partage (au sens de séparation) est un élément fondateur de l’exercice du pouvoir dans nos #sociétés ; il est très visible dans un temps où les massacres et le travail forcé accompagnent la #colonisation tandis qu’en métropole on installe le tout-à-l’égout dans les villes et on met en place la médecine sociale. Il est moins exposé aujourd’hui mais n’en demeure pas moins opérant en tant que matrice, opérateur fondamental du #biopouvoir. Comme l’a montré #Didier_Fassin dans un récent ouvrage, La Force de l’ordre, les #habitants des #quartiers défavorisés sont soumis à un régime de police (celui qu’imposent les brigades anticriminalité) totalement différent de celui qui prévaut dans les #centres-villes ; la bavure policière, comme action homicide sans crime, telle qu’en font les frais en règle générale des sujets #postcoloniaux, est un autre exemple probant de la perpétuation de ce partage implacable entre cette part de la population (que j’appelle « l’#autochtone_imaginaire ») et cette autre qui se trouve exposée à cette violence du pouvoir dont l’abandon constitue la ligne d’horizon.

July 14 2013

« Staline aime les enfants et prend très bien soin d'eux » : Du réalisme socialiste dans un livre…

"Staline aime les enfants et prend très bien soin d’eux" : Du réalisme socialiste dans un livre d’apprentissage à l’écriture publié après la mort de Staline, mais avant la déstalinisation...

C’est lors d’une visite dans un minuscule petit musée ethnographique de plein air à Mersraga, petit village letton situé le long du Golfe de Riga, que j’ai découvert ce manuel scolaire. Il trainait dans la poussière, sur la table d’une de ces vieilles maisons comme si personne n’avait vraiment envie de l’ouvrir...

https://dl.dropbox.com/s/iwgzgrqq1srr41g/IMG_1179.jpg

Le manuel lui-même n’est pas une rareté, l’imagerie "réaliste socialiste" et les légendes qui l’accompagne sont assez courantes (cela dit ça reste époustouflant quand même). Ce qui est très original ici, et sans doute assez rare, c’est la période à laquelle il a été publié. Trois pages à la gloire de Staline avec des portraits impressionnants, et une légende explicite : "Staline est mort, mais le peuple soviétique va poursuive son oeuvre merveilleuse". Il n’y avait pas de date dans l’ouvrage, mais le bouquin a nécessairement été publié entre 1953 et 1956, c’est-à-dire après la mort de Staline et avant le début (officiel) de la déstalinisation.

Or, je ne sais plus si c’est Lilly Marcou ou Hedrick Smith qui le raconte dans un de leurs bouquins (je vais rechercher et retrouver la référence, c’est un vieux souvenir), il semble que l’entrée "Staline" avait déjà presque complètement disparue dans l’édition de septembre 1953 de la Grande encyclopédie soviétique...

C’est mon épouse qui m’a aidé à traduire les quelques textes cités ici en exemple, et, elle-même ayant été pionnière ET komsomolska, me demandait pourquoi j’avais besoin de traduire cette « merde » (juste pour vous donner une idée du bon souvenir que lui ont laissé sa jeunesse soviétique).

Ces quelques pages témoignent de la prose et des images avec lesquelles une ou deux générations d’enfants soviétiques (des dizaines de millions) ont appris à lire et à écrire. Interrogés, quelques vieux Lettons m’ont affirmé qu’à l’époque, ils n’en croyaient pas un mot...

Mais il y a là un vrai intérêt historique, que je mettrai en lien, plus tard, avec des images, d’une part de mosaïques (aussi terriblement réalistes socialistes) prises un peu partout dans l’espace post-soviétique, et d’autre part de d’images du matraquage publicitaire occidental et contemporain. Que ça nous plaise ou non, on aboutit aux mêmes conséquences : la création d’un monde artificiel, mythique, irréel, principal outil de formatage (ou de lobotomisation) réussi(e) des esprits. On y reviendra.

–-----

La couverture déjà est un symbole. L’enfant qui a eu ce livre en main a défiguré la petite fille, on ne voit plus son visage, elle est devenue "aveugle" (où elle n’a pas envie de voir ce qu’on lui donne à lire...). Elle a aussi transformé une lettre majuscule lettone (B) en lettre minuscule russe (b, c’est un son doux).

https://dl.dropbox.com/s/belpveq8lecmqgz/IMG_1068.jpg

Une des premières pages, la rentrée des classes : comme sur cette image, le merveilleux documentaire "My perestroika" de Robin Hessman montre bien, dans la première et dernière scène, l’importance de ce premier jour d’école, encore aujourd’hui en Russie et dans tous les pays de l’ex-urss. C’est une tradition qui est restée. beaux habits, milliers de bouquets de fleurs pour les professeurs, la fête, des chants, des discours...

https://dl.dropbox.com/s/3moyarlqcejgpfv/IMG_1134.jpg

Au tout début du livre aussi, bien entendu, une image allégorique du bon Vladimir Illytch, dans le plus pur style réaliste socialiste, mais assez sobre en comparaison d’autres représentations.

https://dl.dropbox.com/s/nd3yth4ats9uere/IMG_1135.jpg

Et deux portraits de Staline aussi très "allégoriques" :

https://dl.dropbox.com/s/1epfxroi3s0kafx/IMG_1139.jpg
https://dl.dropbox.com/s/u79s8gta3fk1cc9/IMG_1156.jpg

Avec un texte formidable :

Le matin éclatant et brillant du communisme viendra
il amènera la joie et de bonheur
Tu diras : "C’est le grand Staline qui nous a
donné cette vie merveilleuse".

Les autres "pages perso" se trouvent au milieu du bouquin, après une cinquantaine d’exercices. On trouve dans l’ordre d’apparition :

– Moscou
– Lénine
– et enfin Staline.

Avec ces textes édifiants (normal, c’est pour édifier le socialisme, donc pas de surprise) :

Moscou en premier : Pour les lettons - qui ont transformé le musée d’histoire de Riga en musée de l’occupation dès le début de la deuxième indépendance en 1991 - le texte accompagnant avait une certaine "résonnance" :

https://dl.dropbox.com/s/4eugb1mognlzox1/IMG_1161.jpg
https://dl.dropbox.com/s/770qtede2cazu1t/IMG_1167.jpg

Moscou est la capitale de notre mère patrie
Du pays où nous sommes nés
Au centre de Moscou, il y a le Kremlin
A côté du Kremlin, il y a la place rouge
A Moscou, il y a de grands et très beaux bâtiments et monuments
A Moscou, il y a beaucoup de fabriques et d’industrie
A Moscou, il y a beaucoup de théâtre, de cinémas et d’école
Le peuple utilise les voitures, les trains, les trolleybus, les bus et le métro
Et en été les jardins et les parcs débordent de fleurs colorées

Ah, Moscou, chère ville...
Toi, le coeur de notre mère patrie
Nous voulons que ton étoile brille en nos coeurs
et qu’elle fasse briller le toit du Kremlin

Puis c’est au tour de Lénine

https://dl.dropbox.com/s/8p3ts8wl76i49pa/IMG_1163.jpg

Lénine est le chef du peuple ouvrier et de tous les enseignants
Lénine est connu et reconnu dans le monde entier
Lénine voulait que les travailleurs aient une belle vie
Lénine aime les enfants, et voulait qu’ils apprennent à l’école
Vladimir Illytch Lénine est mort, mais son oeuvre elle, est toujours bien vivante
Car Staline continue de la faire vivre !

Nous suivons le même chemin que Lénine
Il reste avec nous
Nous travaillerons autant que lui
[pour construire le socialisme]

Et enfin de Staline (en dernier... Moi, je l’aurai vu plutôt en premier, mais bon).

https://dl.dropbox.com/s/f2mh7u4z903pt8q/IMG_1162.jpg

Staline est le chef du peuple ouvrier et de tous les enseignants
Staline est connu et reconnu dans le monde entier
Staline nous a offert une vie nouvelle et heureuse
Saline aime les enfants et prend très bien soin d’eux
Joseph Vissarionovitch Staline est mort, mais son oeuvre elle, est toujours bien vivante
Car ses fidèles élèves et ses compagnons de lutte continuent de la faire vivre

Le nom de Staline
bruissera toujours dans les mouvements du drapeau de la Nation
il habitera toujours dans notre âme
et dans les pulsions de nos coeurs

Les textes pour Lénine et Staline sont presque les mêmes à quelques très subtiles différences près... Et les élèves de recopier les noms sur du papier quadrillé !

Et voici maintenant le "contenu" :

https://dl.dropbox.com/s/g50qusdwpiecaa1/IMG_1147.jpg
https://dl.dropbox.com/s/5909wbla409m5tk/IMG_1142.jpg
L’usine, dedans et dehors, et les rouages pour l’apprentissage du "o"

Avec l’amitié entre les peuples [les Nations]
Nous réalisons un travail immense
Avec l’amitié entre les peuples [les Nations]
Nous pouvons vivre une vie merveilleuse

[sur le principe je suis assez d’accord...]

https://dl.dropbox.com/s/ppc0bjb1wep7304/IMG_1141.jpg
La ville, les transports, les bâtiments, une architecture urbaine parfaite...

https://dl.dropbox.com/s/7qp0r54z74x357e/IMG_1145.jpg
Moscou et le Kremlin dans une perspective qui force le respect...

https://dl.dropbox.com/s/yg5d8mr5e9ouv01/IMG_1144.jpg
https://dl.dropbox.com/s/svsevenmffkez43/IMG_1149.jpg
https://dl.dropbox.com/s/xz5ldldfc2b2shn/IMG_1159.jpg
Les pionniers, parfaits petits soldats dans "savoir, sport et nature"... Ils sont parfait en général, surtout quand ils font leurs devoirs :

– Non ! je veux faire mes devoirs toute seule, dit Smaida
– Mais je vais t’expliquer, dit sa maman
– Non, je veux vraiment faire mes devoirs de lecture, d’écriture et de calcul toute seule !

https://dl.dropbox.com/s/nbkka3jo3k35puj/IMG_1148.jpg
Les grands travaux : Barrages, canaux...

https://dl.dropbox.com/s/yrcax802kvb8q75/IMG_1151.jpg
Et très important, toujours, la présence, le rôle des énormes sanatorium, ou "centre de santé réservés en général à la nomenklatura.

Il y en avait un, dans le centre de Jurmala (Lettonie) qui recevait uniquement les "nombreux" cosmonautes et leur famille pour se reposer après leurs missions...

https://dl.dropbox.com/s/3ccp9xjilv50gnu/IMG_1152.jpg
La culture avec essentiellement les folklores des Républiques.

https://dl.dropbox.com/s/0oyqva3he8tqpf0/IMG_1154.jpg
L’agriculture (la main posée sur l’épaule - détail récurent dans l’imagerie soviétique - pour renforcer l’idée de glorification).

#soviétisme #ex-urss #imagerie #imaginaire #visualisation #représentation #propagande #staline #lénine #moscou

June 30 2013

Berlin, ville de la « domestication » et de la « normalisation » de la « société » par la « culture » selon…

#Berlin, ville de la « domestication » et de la « normalisation » de la « société » par la « culture » selon le philosophe #Francesco_Masci dans son essai "L'ordre règne à Berlin" (titre emprunté à un article de #Rosa_Luxemburg) paru aux éditions Allia
http://www.youtube.com/watch?v=opA73140gA4
http://www.lerideau.fr/francesco-masci/6983
Francesco, quel est le point de départ de ce livre ? Pourquoi la ville de Berlin ?

Parce que la nouvelle théorie de la #modernité que j'ai essayé de construire dans mes livres précédents était très bien illustrée par cette #ville. L'Ordre règne à Berlin est différent de mes autres livres, surtout le premier (Superstitions, NDLR), dans lequel il y a encore des échos un peu littéraires presque #postromantiques, surtout dans sa composition par fragments. Mais il n'y a aucune rupture théorique. Depuis mon premier livre je travaille à construire une nouvelle lecture de la #modernité et de son évolution avec comme point de départ l'idée que la culture n'est pas une victime désignée d'une quelque force néfaste et obscurantiste, mais qu'elle participe à la « mise en #ordre » du #monde, qu'elle est une force de conservation plus qu'une force #révolutionnaire.

C'est un #discours qui n'est pas facile à saisir, parce que les gens ont un automatisme : on pense culture, donc on pense forcément à quelque chose de séparé de la #société et meilleur que celle-ci. Il est difficile de comprendre que l'on puisse avoir un regard neutre sur la culture moderne et son histoire qui en arriverait à la conclusion d'une participation active de la « #machine_culture » à l'#organisation sociale. Je voulais rompre avec l'illusion bicentenaire d'abord romantique, puis #avant-gardiste et enfin #adornienne et aussi #debordienne, d'un #pouvoir exorbitant d'ordre presque #religieux attribué aux #images et aux #événements, le pouvoir de sauver un monde a priori jugé mauvais.

Ce que j'ai essayé de démontrer de manière théorique dans mes autres livres, c'est l'emprise de ce que j'appelle la culture absolue sur le réel. J'appelle « #culture_absolue » la machine de #reproduction d'événements ou d'images #autoréférentielles, qui forment l'unique milieu où les individus sont capables de se connaître et de se reconnaitre. Ce #processus de #substitution d'un monde constitué d'#images et d'événements à une #réalité potentiellement #conflictuelle est au centre même de notre modernité, une modernité qui est essentiellement culturelle, c'est-à-dire qui est en train de réaliser les promesses de ses origines grâce à la culture, d'une manière « imaginaire ». La modernité est en train de réaliser ses promesses originaires, l'#émancipation de l'individu vis-à-vis d'une société totale, la promesse aussi d'un sujet entier ayant une maîtrise totale sur le monde, mais elle les réalise dans un espace #aseptisé et séparé de celui de la contrainte #factuelle, du monde de la #technique qui continue pourtant bel et bien à exister.

Ces promesses n'ont pas réalisé par le #politique. Le politique, entendu comme le principe conflictuel de l'#opposition ami/ennemi, à ne pas confondre avec une technique d'organisation que j'appelle la politique. Toute la complexité d'une conflictualité permanente (on peut rappeler par exemple les tumultes des factions des villes de la #Renaissance italienne chéries par #Machiavel), cette conflictualité a été, au cours de la modernité, progressivement écartée, évacuée (sauf dans les moments où elle réapparait dans l'histoire comme hyperviolence). Elle a été remplacée par des conflits imaginaires moralement polarisés qui ne franchissent jamais l'au-delà de cet horizon de la culture absolue dedans lequel ils sont renfermés.

Berlin, qui gardait des restes de cette #division éminemment politique, division inscrite dans la chair même de la ville (le #Mur, mais pas seulement), résume parfaitement l'histoire de ce passage à la culture absolue comme mode de #gestion d'une #société. En vingt ans, depuis la chute du Mur, toute l'histoire et la réalité de la ville a été non seulement effacée, mais transformée dans son essence même, avec une prise de #contrôle absolue de son #territoire, comme nulle part ailleurs en #Occident, par un #imaginaire #abstrait et #allogène.

Quand je parle d'une #réorganisation du territoire même de la ville par la culture, je ne parle pas de la #production d'événements culturels. Bien sûr, il y a des nombreuses #institutions culturelles à Berlin, les #galeries, les #musées, les #fondations, mais ce ne sont pas elles qui font de Berlin la ville où la culture absolue s'est chargée de l'organisation sociale. C'est plutôt une prise de pouvoir d'ordre ontologique

#Culture #Philosophie #Pensée_critique #Esthétique #Technique #Histoire #Urbanisme #Relégation #Allemagne #Einstürzende_Neubauten #Musique #Film #Berlin_Babylon #Hubertus_Siegert #Vidéo #Allia #livre

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl