Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

November 06 2013

*La trilogie de l'agro-écologie par Marie-Monique Robin* *LE MONDE SELON MONSANTO* ❝Implantée dans…

La trilogie de l’agro-écologie par Marie-Monique Robin

LE MONDE SELON MONSANTO

Implantée dans quarante-six pays, #Monsanto est devenue le leader mondial des #OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle. Depuis sa création en 1901, la firme a accumulé des procès en raison de la toxicité de ses produits, mais se présente aujourd’hui comme une entreprise des « sciences de la vie » convertie aux vertus du développement durable.

A partir de documents inédits, de témoignages de victimes, de scientifiques et d’hommes politiques, Le monde selon Monsanto reconstitue la genèse d’un empire industriel qui a grand renfort de mensonges, de collusion avec l’#administration_américaine, de pressions et de tentatives de #corruption est devenu le premier semencier du monde, permettant l’extension planétaire des cultures OGM sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine !

http://www.youtube.com/watch?v=NZ2tJ35pWj4

LES MOISSONS DU FUTUR

« En appliquant à la terre des recettes industrielles, l’#agriculture est en train de créer les conditions de sa propre perte » affirmait en 2011 #Olivier_de_Schutter, rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations Unies, alerté par la #crise_alimentaire de 2007/2008.
Lancée depuis l’après-guerre sous le nom de « #Révolution_verte », cette agriculture industrielle n’est pas parvenue à nourrir le monde, a épuisé les sols, les ressources en eau, la #biodiversité, a largement participé au #réchauffement_climatique et a poussé des millions de paysans vers les bidonvilles urbains. Il faut changer de paradigme !

Croisant les témoignages d’agriculteurs, d’agronomes, d’économistes, de responsables politiques et d’organisations internationales sur quatre continents (#Afrique, #Asie, #Amérique du Nord et #Europe), Marie-Monique Robin mène l’enquête. Avec Les moissons du futur, on découvre qu’un autre #modèle_agricole et commercial, innovant et productif, a déjà fait ses preuves en restituant aux paysans un rôle-clé dans l’avenir de l’#humanité.

http://www.youtube.com/watch?v=_yu7Z9ARtkU

NOTRE POISON QUOTIDIEN

#Pesticides, #additifs, #colorants, #emballages... Un sujet qui nous concerne tous et qui pose la question de notre #alimentation.
Peut-on établir un lien entre la contamination de la chaîne alimentaire par des substances chimiques et l’épidémie de maladies chroniques que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) constate un peu partout dans le monde ?

Notre poison quotidien est un documentaire d’investigation qui tente de répondre à cette question et dresse le bilan d’études longtemps ignorées : l’#épidémie actuelle de #cancers, maladies neurologiques et #dysfonctionnements du #système_immunitaire, est en grande partie liée à l’exposition des quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre alimentation et notre #environnement.
Une enquête qui met en évidence la réalité de ces effets, mais également l’opacité et le #mensonge de l’#industrie_agro-alimentaire et des décideurs politiques.

http://www.youtube.com/watch?v=gD853k0X4Ts

#agro-écologie #Marie-Monique_Robin

Pour acheter les 3 DVD de ces documentaires : http://boutique.arte.tv/f9307-3_films_marie_monique_robin

August 27 2013

Yasuni : en Equateur, la fin d'une forte et belle idée - Reporterre

Yasuni : en Equateur, la fin d’une forte et belle idée - Reporterre
http://www.reporterre.net/spip.php?article4577

Le rêve écologiste ITT Yasuni n’aura vécu que six ans. Il s’agissait de proposer aux pays riches de participer à la préservation de l’extraordinaire réserve de biodiversité située à l’Est de l’Equateur en finançant ce que le président Correa appelait des « droits de non émission de gaz à effet de serre ».

Concrètement payer pour conserver plusieurs centaines de milliers de barils de pétrole dans le sous sol du parc Yasuni. Avantage : limiter l’émission de gaz à effet de serre et ne pas menacer les 2 274 espèces d’arbres, les 100 000 espèces d’insectes, les 150 types de batraciens qui ont trouvé refuge dans la zone depuis la dernière glaciation. La réserve de biodiversité la plus exceptionnelle de toute l’Amazonie.

Cette idée permet de poser les vraies questions sur les responsabilités de chacun dans le réchauffement climatique. Rafael Correa vient de la jeter dans les poubelles de l’histoire. Lors de la campagne électorale, Alberto Acosta, l’un des inspirateurs du projet Yasuni, ancien collaborateur de Rafael Correa et candidat contre lui à l’élection présidentielle en 2013 m’avait affirmé, alors que nous sillonnions la banlieue de Quito dans la benne d’un camion, « Correa va mettre fin à l’initiative Yasuni en accusant les pays riches d’être responsables de ce renoncement. Mais il n’y a jamais cru, cela lui a juste permis de se donner une image positive dans les milieux progressistes occidentaux. Rafael est un tenant du productivisme qui tue notre monde. Il a fait illusion mais bientôt le masque tombera ».

A l’époque je n’avais pas cru ce brillant politicien. J’avais confiance en la sincérité du président équatorien. Cette initiative Yasuni constituait un élément si nouveau dans la politique internationale, les proches du président équatorien paraissaient si convaincus qu’il s’agissait d’une priorité de Rafael Correa, que je n’ai jamais douté de sa volonté d’aller jusqu’au bout.

J’ai travaillé longuement sur les dégâts provoqués par Texaco en Equateur et j’en ai fait un livre qui conte l’histoire terrifiante de Maria Aguinda et de sa famille, victime des agissements mafieux et irresponsables de cette compagnie pétrolière étatsunienne. Rafael Correa a plusieurs fois visité la zone polluée par Texaco, et je pensais qu’il avait corrigé sa formation productiviste enseignée dans les universités d’économie étatsuniennes à la lumière de la catastrophe subie par son pays.

Ai-je été naïf de croire en sa volonté d’aller jusqu’au bout de cette expérience ? Dans le discours qu’il a prononcé pour annoncer la fin de l’expérience Yasuni, il avance plusieurs arguments pour expliquer son recul : la faible mobilisation de fonds (ils espéraient plus de 3 milliards de dollars, ils n’en ont récolté qu’un peu plus de 10 millions), l’hypocrisie des pays occidentaux (principales pollueurs, ils veulent faire porter les efforts par les pays pauvres), la crise économique (beaucoup de pays européens ont oublié leurs promesses de contributions après la crise financière de 2008), les besoins de la population équatorienne dont plus de 30% vit en dessous du seuil de pauvreté.

Bref c’est la #crise, le #pétrole est devenu plus cher, donc pour avoir de quoi financer cette réserve de #biodiversité il faut d’abord la détruire pour obtenir le pétrole nécessaire à son financement (et perturber encore un peu plus le #climat au passage).
En amont, se pose la question du monnayage puis de la #privatisation et/ou prise en main par l’#état des #biens_communs

August 02 2013

En RDC, le plus ancien parc naturel d'Afrique menacé par l'exploitation pétrolière

En #RDC, le plus ancien parc naturel d’Afrique menacé par l’exploitation pétrolière
http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/08/02/en-rdc-le-plus-ancien-parc-naturel-d-afrique-menace-par-l-exploitation-petro

C’est le plus ancien parc naturel d’Afrique, celui qui recèle, aussi, la plus grande #biodiversité : le parc national des Virunga, situé dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), est aujourd’hui menacé par des projets d’exploitation pétrolière, alerte le Fonds mondial pour la nature (WWF) dans une campagne de mobilisation lancée jeudi 1er août.

Et là les arguments sont é-co-no-mi-ques ! C’est fou comment, pour défendre un bout de nature, certains comme WWF épousent de plus en plus souvent des arguments économiques et les institutionnalisent. Pour le pire !

Alors que le gouvernement congolais a accordé des permis d’exploration couvrant 85 % de sa surface, le WWF estime que la RDC ferait mieux d’y investir dans la production d’énergie hydraulique, la pêche et l’écotourisme. Selon un rapport, en anglais, du cabinet Dalbeerg Global Development Advisors, la RDC pourrait ainsi gagner 1,1 milliard de dollars par an, et créer 45 000 emplois permanents.

Outre les revenus du #pétrole, le #tourisme pourrait #rapporter 235 millions de dollars, la #pêche, 90 millions, l’#énergie_hydraulique, 10 millions, tandis que, plus indirectement, les services rendus par les #écosystèmes (séquestration du carbone, fourniture d’eau et prévention de l’érosion des sols) rapporteraient près de 64 millions de dollars. Enfin, le fait de préserver les ressources naturelles pour les générations futures représenterait une valeur de 700 millions de dollars par an.

De tels chiffres ne sont toutefois réalisables qu’en temps de paix, précise le WWF. Une condition loin d’être acquise, dans cette zone du Nord-Kivu gangrénée par les combats entre l’armée congolaise et différents groupes rebelles, notamment le M23. Dans ce contexte, la valeur annuelle du parc est pour l’instant estimée à 49 millions de dollars.

#crétins_abyssaux #capitalisme #pétropathe #environnement #ça_me_troue_le_cul

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl