Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

September 12 2013

*Le laisser-faire est-il libertaire ?*, par Serge Halimi (2013/06)

Le laisser-faire est-il libertaire ?, par Serge Halimi (#2013/06)
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/06/HALIMI/49177

En accès libre

L’un est un philosophe passé des marges de l’édition au statut de référence de la contestation antiproductiviste. L’autre, un normalien de 30 ans tenant séminaire à l’Ecole normale supérieure. Leurs travaux respectifs semblent camper les deux pôles entre lesquels tâtonne la gauche française.

Jean-Claude Michéa et Geoffroy de Lagasnerie s’opposent sur à peu près tout. Le premier pourfend le libéralisme culturel autant que le libéralisme économique ; le second salue en eux un « foyer d’imagination ». Tous deux s’accordent cependant pour les juger liés. C’est là que réside leur erreur commune.

#Idées #Histoire #Économie #Politique #Idéologie #Socialisme #Capitalisme #Libéralisme #Néolibéralisme

September 07 2013

groupe_orient A suivre de près : le procès de l'activiste des « Revolutionnary socialists » Haytan…

@groupe_orient
A suivre de près : le procès de l’activiste des “Revolutionnary socialists” Haytan Mohamadein, à qui on reprocherait ses activités. Les charges semblent hallucinantes. Vives réactions dans ma TL, notamment de la part de sa camarade de lutte @Gsquare86.

Lu aujourd’hui : « L’Egypte inclut les activistes dans sa “lutte contre le terrorisme”. Il n’en ont pas fini avec les Frères mais s’attaquent déjà aux autres terroristes ». (@JacoStoop
Egypt is including activists in its “war on terror”. They haven’t finished the MB part yet, but already going after the other terrorists.)
Par ailleurs, le journaliste Ahmed Abu Deraa est lui aussi détenu.

#justice #armée #socialisme #activisme #Egypte

September 01 2013

Dans le numéro de septembre 2013/09 *Dossier : il y a quarante ans, le coup d'Etat contre Salvador…

Dans le numéro de septembre #2013/09

Dossier : il y a quarante ans, le coup d’Etat contre Salvador Allende
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/09/A/49662

« Nous ne devons pas laisser l’Amérique latine penser qu’elle peut emprunter ce chemin sans en subir les conséquences », martèle le président américain Richard Nixon devant le Conseil national de sécurité le novembre 1970. L’avant-veille, le président socialiste #Salvador_Allende a pris ses fonctions. La coalition qui a porté la gauche au pouvoir est fragile, et la Maison Blanche bien décidée a « faire hurler » l’économie du pays. Après des mois de déstabilisation (manœuvres institutionnelles, grèves patronales, manifestations, tentatives de #coup_d’Etat, etc.), l’armée chilienne intervient. Elle est soutenue par la presse, par l’organisation fasciste Patrie et Liberté, par le Parti national et par les #Etats-Unis. Le 11 septembre 1973, elle bombarde le palais présidentiel. Quelques heures avant sa mort, au cours d’une ultime allocution radiophonique, Allende déclare : « Ils ont la force, ils pourront nous asservir ; mais on n’arrête pas les mouvements sociaux, ni par le crime ni par la violence. » Débute alors l’une des dictatures les plus brutales qu’ait connues l’Amérique latine : plus de trois mille morts, près de trente-huit mille personnes torturées et des centaines de milliers d’exilés.

#Histoire #Socialisme

[Sélection d’archives]
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/09/A/49665

[Inédits en accès libre]

L’« octobre rouge » chilien et la naissance des cordons industriels
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/09/GAUDICHAUD/49663

Héritière d’une tradition de lutte autonome et poussée par la radicalisation du mouvement social urbain et paysan au cours de la présidence de Salvador Allende (1970-1973), une partie de la #classe_ouvrière chilienne va donner naissance à un mouvement original, tant par son ampleur que par ses tentatives de contrôle démocratique de la production, du ravitaillement ou de la sécurité des quartiers. Au cours des affrontements d’octobre 1972 et des grandes mobilisations de 1973, les revendications purement économiques s’articulent avec les demandes politiques de certaines fractions ouvrières radicalisées : cette rencontre se traduit par la formation des « cordons industriels ».

L’étonnante actualité d’une politique étrangère
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/09/MAGASICH/49664

Parmi les ruptures les plus marquantes du gouvernement de l’Unité Populaire (UP), coalition de presque toutes les gauches, son choix d’une politique extérieure non dictée par l’un des blocs de la guerre froide : une politique basée sur l’autodétermination des peuples, la #non-ingérence et le désarmement, faisant siennes les causes du tiers-monde, comme la lutte contre le colonialisme et la recherche d’un ordre international plus juste pour les pays « en développement ». Avec Allende, le #Chili rejoint le #Mouvement_des_non-alignés, position alors exceptionnelle en #Amérique_latine, cependant que Santiago promeut des alliances visant à « faire valoir nos droits et défendre à travers une action collective les prix des matières premières ».

[Réservé aux abonné(e)s]

Chronologie : « 1000 jours »
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/09/A/49601

Santiago en septembre
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/09/MUEL/49600

Les étudiants dépoussièrent une icône
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/09/VALLEJO/49599

August 29 2013

Une réflexion intéressante sur l'absence d'ancrage idéologique de gauche, de références…

Une réflexion intéressante sur l’absence d’ancrage idéologique de gauche, de références conceptuelles, et l’abandon de la question sociale chez les dirigeants socialistes français, et Manuel Valls en particulier :

http://www.politis.fr/Philippe-Marliere-Manuel-Valls-est,23443.html

Philippe Marlière : « Manuel Valls est un sarkozyste »
Professeur à l’université de Londres, Philippe Marlière dénonce une volonté très complaisante de rattacher à tout prix Manuel Valls, l’homme fort du gouvernement, à une tradition de gauche, et plus précisément socialiste.

Le « sarkozysme de gauche » est une construction médiatique. Je note qu’elle est reprise comme un fait d’honneur par Manuel Valls et son entourage : « Sarkozyste oui, je suis dur et le public me plébiscite par rapport à ces questions. Mais, je reste de gauche. » Avec cela, il gagne sur les deux tableaux. Je la récuse comme une imposture intellectuelle : on ne peut pas être sarkozyste et de gauche. Les valeurs du sarkozysme sont radicalement de droite. Parler de « sarkozysme de gauche » est donc totalement contradictoire et antinomique.
(...)
Manuel Valls est un républicain dont la lecture de la République n’est pas celle de gauche, sociale, déclinée par exemple par Jean Jaurès, mais une lecture de droite, portée excessivement sur les questions d’ordre et de défense des biens et des personnes, qui laisse de côté la question sociale. C’est donc pour moi une grande surprise d’entendre dire qu’il « renouvelle » la social-démocratie.
(...)
Je ne crois pas que Manuel Valls positionne son action politique à partir de références idéologiques fortes, et conceptuelles. Il ne fait pas exception : aucun dirigeant socialiste actuel et très peu à gauche en ont. Le seul qui se pose des questions de nature conceptuelle, c’est Mélenchon. Manuel Valls appartient, lui, à cette génération de gestionnaires sans recul, sans fondation idéologique. Ce qui n’était pas le cas de la génération socialiste d’Epinay. C’est quelqu’un qui s’inscrit dans l’air du temps d’une social-démocratie qui a baissé les bras face à sa tâche historique qui consistait à se battre pour l’égalité afin de donner aux classes populaires et moyennes plus de droits socio-économiques. Une social-démocratie qui s’est recroquevillée sur la gestion d’un capitalisme de plus en plus envahissant.
L’omniprésence de l’ordre dans son discours a pour fonction de masquer le vide sidéral sur les questions sociales. Sans vilain jeu de mots, « la gauche affranchie », telle qu’elle est caractérisée dans la tribune que vous évoquez, c’est la gauche « affranchie » de la gauche, et donc ce n’est plus une gauche. Les auteurs nous disent que la République, en France en 2013, c’est le respect des institutions, affirmation totalement conservatrice. Il n’y a aucun discours critique sur ces institutions. Dans quel cas font-elles du bon travail ? Sont-elles justes ?... Il n’y a rien. Le discours se focalise sur le besoin d’ordre et de sécurité physique.

#Manuel_Valls #socialisme #social-démocratie #sarkozysme #idéologie #Philippe_Marlière #Politis

July 27 2013

La bataille du Chili est sans conteste un des plus saisissants films politique qui m'ait été donné…

La bataille du Chili est sans conteste un des plus saisissants films politique qui m’ait été donné de voir.
Le cinéaste et son équipe arrivent à capter cet instant si fragile ou la conscience politique collective du « peuple de gauche » entend le bruit des bottes et de la cravache de la soumission. les poings levés vont être coupés, l’ordre bourgeois, patronal, et militaire va régner. Une résistance sans armes va s’opérer jusqu’à la chute finale.
Bouleversant de voir comment une telle volonté politique d’organiser les moyens de productions, la répartition des richesses, et de la propriété va être écrasée par les forces les plus réactionnaires et conservatrices du pays.

La bataille du Chili (1973) un film documentaire en trois parties de Patricio Guzman avec la collaboration entre autres de Chris Marker

Ici est présenté la première partie :
L’insurrection de la bourgeoisie

http://www.dailymotion.com/video/x8ujr2_la-bataille-du-chili-1-sur-

Une analyse du film par Rosa Llorens
http://www.legrandsoir.info/la-bataille-du-chili-40-ans-apres-21028.html

Le #film, tourné pendant la présidence d’#Allende, dans des conditions dramatiques, pourrait s’intituler #Chronique d’un Coup d’État annoncé : effectivement, dès la victoire d’Allende aux élections de septembre 1970, les #partis_politiques de #droite, les secteurs #radicaux de l’#armée et la #CIA avaient mis au point la stratégie du #chaos qui devait conduire au #coup_d_État.
La grande difficulté, pour l’équipe de #tournage, dit P. Guzman, était le décalage entre le peu de moyens matériels (le film fut tourné grâce à la #pellicule offerte par #Chris_Marker, et monté, après le coup d’État, à #Cuba) et la masse d’#événements et l’#effervescence des années 70-73 : il fallait choisir et planifier ce qu’on allait couvrir ; les choix furent judicieux, puisqu’on suit le film dans l’angoisse, l’estomac noué, revivant les possibilités extraordinaires de cette période, tout en pensant aux #tragédies #humaines auxquelles elle a abouti ; mais on assiste aussi, au-delà du #documentaire, à de grands moments de #cinéma.
Les #séquences font alterner trois groupes, trois centres de #pouvoir : les #ouvriers dans leurs #usines, la #droite_parlementaire appuyée sur l’#armée, et, entre les deux, Allende et le gouvernement d’#Unité #Populaire.

http://www.dailymotion.com/video/x8ulm1_la-bataille-du-chili-2-sur-5_news

Face à la #stratégie de tension et de #sabotage de la part de la droite, Allende ne pouvait compter que sur le #peuple : il a donc encouragé les ouvriers à s’#organiser, ce qu’ils ont fait avec une détermination et une efficacité impressionnantes ; les usines passent entre les mains du peuple, constituant les nouveaux « #cordones », où le travail est inséparable des #actions_de_défense : on voit les ouvriers dresser des #barricades et obliger la police mais aussi le #gouvernement, qui voulait revenir sur ces nationalisations sauvages, à reculer.

Mais le moment le plus fort, c’est l’assemblée des responsables de cordones face à la direction des #syndicats, la #CUT, où les #communistes jouent un rôle (modérateur) important. Un ouvrier, visiblement exaspéré par les discours du responsable de la CUT, prend la parole : « Vous nous avez demandé de nous organiser, nous nous sommes organisés - mais pour quoi faire ? Les #camarades sont fatigués de s’entendre dire que ce n’est pas le moment, qu’il faut rendre des usines, parce qu’elles appartiennent à la reine d’Angleterre ou à des #banques suisses. Les camarades ne comprennent pas, ils veulent agir pour soutenir notre camarade #Président. »

http://www.dailymotion.com/video/x8um4k_la-bataille-du-chili-p-guzman-3-sur_news
(...)

Pendant ce temps, la droite déroule son plan. L’armée suit sa propre #politique : elle encercle les usines pour vérifier qu’il ne s’y cache pas d’armes, fouillant et arrêtant les ouvriers - sans qu’elle ait jamais rien trouvé ; mais ces opérations servent à étudier les lieux possibles de #résistance et à habituer les jeunes #soldats à #affronter les ouvriers. Parallèlement, la « #société_civile », appuyée par les #médias (ou du moins 75% des médias) s’organise : en 1972, la grève des #transporteurs routiers paralyse le pays ; les « ménagères » typiques, en grosses lunettes de soleil de marque et coiffure au brushing impeccable, celles auxquelles les médias français donnaient toujours la parole pour rendre compte de la situation au Chili, collectent des fonds pour soutenir les grévistes (déjà subventionnés par la CIA) et les médias accusent le gouvernement d’atteinte à la #propriété_privée quand il essaie de #réquisitionner les camions.

http://www.dailymotion.com/video/x8vwjm_la-bataille-du-chili-p-guzman-4-sur_news

Entre les deux, il y a Allende, fidèlement soutenu par des #manifestations #populaires, et toujours respectueux de la #Constitution, même quand la droite fait assassiner son aide de camp, le commandant #Araya, pour le couper des secteurs #loyalistes de l’armée. La séquence des funérailles d’Araya est la plus magistrale du film : on voit, littéralement, les officiers supérieurs, filmés en plan américain, se féliciter, dans le dos d’Allende, de leur succès et se concerter pour les étapes suivantes du plan. Guzman explique comment il a obtenu cet effet de naturel : il avait juché, bien en vue, un cameraman sur une chaise, pendant qu’un autre, plus discrètement, avec un zoom, prenait les vraies images. Mais que pesait le soutien des ouvriers aux mains_nues face aux #tanks et à l’aviation ? L’issue de la #confrontation, on la connaît, et le film nous fait entendre le dernier message d’Allende, depuis la #Moneda bombardée : « Que mes paroles soient le châtiment de ceux qui ont trahi », « Je paierai avec ma vie la loyauté du peuple », « L’#histoire est à nous et elle est faite par le peuple », bientôt, de nouveau, « s’ouvriront les larges avenues par où passe l’#homme #libre pour #construire une #société #meilleure ».

http://www.dailymotion.com/video/x8w0ls_la-bataille-du-chili-p-guzman-5-sur_news

#Chili #Salvador_Allende #Patricio_Guzman #Commando_communal #Nationalisation #Expropriation #Capitalisme #Socialisme #Marxisme #Fascisme #Ordre #Etudiant #Etats_unis #La-bataille_du_Chili #Vidéo

July 25 2013

Cuba : l'immobilier aborde sa perestroïka

Cuba : l’immobilier aborde sa perestroïka
http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article1847

En Novembre 2011, les transactions immobilières, sur l’île communiste de Cuba, sont devenues légales. C’est l’une des nombreuses réformes, toutes présidées de prudence, adoptées par le gouvernement du président Raúl Castro, dans le sens de l’ouverture de l’économie du pays. La gauche dure commence à lâcher du leste, et les choses commencent à bouger. Alors les amoureux de nature luxuriante, parmi les étrangers qui lorgnent pour d’éventuels investissements immobiliers. Tandis que les cubains mal-logés (...)

#Monde,_informations,_actualité,_international,_politique,_relations,_diplomatie,_affaires_étrangères, #diplomatie,_sécurité,_commerce,_économie_mondiale #Socialisme,_Amérique_Latine,_Chine,_marxisme,_égalité,_pauvreté,_justice,_sociale

July 07 2013

*L'état, le pouvoir,le socialisme* de Nicos_Poulantzas enfin réédité par la remarquable maison…

L'état, le pouvoir,le socialisme de #Nicos_Poulantzas enfin réédité par la remarquable maison d'édition #les_Prairies_Ordinaires
http://www.nonfiction.fr/article-6612-

L'ouvrage de Poulantzas proprement dit s'organise quant à lui en cinq temps. Dans une introduction essentielle à la compréhension de sa démarche, l'auteur précise le sujet d'EPS, qui représente une tentative de #théorisation non pas de l'#Etat (chose impossible selon lui) mais de l'Etat #capitaliste (chose rendue possible par la séparation que le capitalisme suppose entre l'Etat et l'espace économique des #rapports de #production). Cette tentative est justifiée par le caractère insatisfaisant des approches existantes, qui considèrent soit que l'Etat est une institution neutre et préexistante aux #classes #sociales, soit que les classes dominantes le modèlent et en usent à leur goût. Poulantzas s'attache plutôt à démontrer que « toutes les actions de l'Etat ne se réduisent pas à la #domination politique, mais n'en sont pas moins constitutivement marquées » . Dans la même veine, il affirme que cet Etat ne reproduit pas sa domination seulement grâce à la #coercition et à la diffusion d'une #idéologie. Cela supposerait une pratique et un discours unifiés de la part d'appareils voués à l'une ou l'autre fonction, ce qui ne correspond pas à la #réalité. En effet, l'Etat est perméable aux #luttes de #pouvoir qui le débordent constamment, ce qui d'une part empêche l'unification de son discours et de sa pratique, et d'autre part explique qu'il produise aussi des « mesures positives » à l'égard des classes #subalternes. Tentant de résumer sa position théorique et en quoi elle se distingue du #marxisme-léninisme comme des approches wéberienne et foucaldienne, Poulantzas affirme que « contre toute conception en apparence #libertaire ou autre, […] l'Etat a un rôle constitutif non seulement dans les rapports de production et les pouvoirs qu'ils réalisent, mais dans l'ensemble des relations de pouvoir, à tous les niveaux. En revanche, contre toute conception #étatiste, […] ce sont les luttes, #champ premier des rapports de pouvoir, qui détiennent toujours le primat sur l'Etat » .

Biographie de l'auteur :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicos_Poulantzas

En #Grèce, il fait des études de #droit durant les années 1950 ; il est actif dans le mouvement étudiant et rejoint l'#EDA (Alliance démocratique grecque), organisation légale émanant du Parti #communiste grec, alors interdit1.
Il vient en #France en 1960 et y obtient un doctorat en philosophie du droit. Il devient #professeur à l'université Paris 8, où il enseigne la #sociologie de #1968 à sa mort. Durant les années 1960, il est membre du PC grec, et, après la scission intervenue en 1968 suite à l'établissement de la #dictature, du Parti communiste grec de l'Intérieur2.
Ses travaux renouvellent et approfondissent considérablement ceux de #Marx , #Lénine , #Gramsci , et portent notamment sur le rôle complexe et multiple de l'État dans les sociétés occidentales, les caractéristiques de la « nouvelle petite #bourgeoisie », la problématique de la #division #travail #intellectuel - travail #manuel . Opérant une distinction fondamentale entre l'appareil d'Etat et le pouvoir d'Etat, Poulantzas met en lumière les multiples fonctions dudit Etat ainsi que les rapports de force et les contradictions qui s'y manifestent.
Vers la fin des années 1970, après la chute des dictatures portugaise (1974), grecque (1974) et espagnole (1978) , Nicos Poulantzas tente d'esquisser les contours théoriques d'une voie originale vers un #socialisme démocratique, proche des conceptions de l'eurocommunisme. Ses contributions sur ce thème ont été recueillies après sa mort dans Repères et sont précisées de façon plus systématique dans L'État, le pouvoir, le socialisme.
Après plusieurs mois de dépression, il se suicide en octobre 1979 depuis la Tour Montparnasse de #Paris3.

#Marxisme #Philosophie #Politique #Sciences_politiques #livre

June 28 2013

La classe ouvrière à vif et à vie ! *Avec le sang des autres (1974) un film de Bruno Muel*

La classe ouvrière à vif et à vie !
Avec le sang des autres (1974) un film de Bruno Muel
http://www.youtube.com/watch?v=3fANWq_CzWY
http://www.dvdclassik.com/critique/a-bientot-j-espere-marker-marret

Dans #Avec_le_sang_des_autres, Bruno Muel peut enfin #filmer cette chaîne de Peugeot qui lui été interdite dans Week-end à #Sochaux.
Là encore, Bruno Muel reprend une forme documentaire classique pour aller au cœur du monde ouvrier de Peugeot. Ce #film, il l'a réalisé seul ou presque. Les #artisans des #groupes_Medvedkine n'ont pu conserver leur passion intacte face à la machine à broyer. Trop de luttes#syndicales, au jour le jour, trop de fatigue, l'usure des corps et des esprits. La #chaîne a repris ses droits et Muel tient à témoigner de sa force destructrice. Avec le sang des autres, c'est la description minutieuse d'une région entière sous la coupe de Peugeot. On découvre l'arbre généalogique de la famille dont les embranchements se répandent à tous les postes clés de Sochaux et des environs depuis des générations. Main mise tentaculaire des homme Peugeots, mais aussi des moyens qui tissent un réseau aux mailles infranchissables. Les employés Peugeot sont allés à l'école privée Peugeot, à l'école d'apprentissage Peugeot, ont joué dans le club de sport Peugeot. Et ils sont enterrés dans des cercueils Peugeot portés par les corbillards Peugeot. Les #habitations (vétustes), la chaîne de magasins RAVI où chacun se rend, les #transports… toute la vie est estampillée Peugeot et il paraît impossible de s'en échapper. Peugeot établit une continuité entre le travail et la vie privée, en abolit les frontières. Sa #gestion de la chaîne, afin d'empêcher qu'une lutte s'organise, il la reprend dans le réseau d'#habitations de la #ville. Sur la chaîne, Peugeot fait de la "gestion logique des placements" en alignant les homme de manière à ce que chaque ouvrier ait le moins possible de points communs avec son voisin. En ville, Peugeot loge ses employés dans un semis de petites #cités mal desservies. Chaque #habitant peut difficilement gagner le centre ou d'autres foyers de #travailleurs, le seul transport en commun est celui qui les mène à l'usine.
L'élément central d'Avec le sang des autres, demeure la chaîne, véritable #monstre #destructeur qui avale la #vie des ouvriers. On ne peut vraiment saisir par l'image toute l'horreur de cette entité. Par ses scènes répétitives du #travail à la chaîne, le film entend décrire l'#aliénation des ouvriers, mais ces longues séquences, déjà interminables, ne peuvent pleinement donner corps à cet longue et usante suite de #gestes toujours #répétés, #reproduits à l'infini, #vidésde #sens. Il faut entendre le plus poignant des #témoignages pour commencer à saisir une once de la #destruction qui est à l'œuvre ici. En voix off, un #employé parle, ou plutôt essaye de parler. Car sa voix est usée, brisée. : "Quand t'as pas parlé pendant neuf heures, tu as trop de choses à dire que tu n'y arrives pas… tu bégaies". Il parle de ses mains abîmées, de ses pouces qu'il ne peut plus plier. Il ne peut plus toucher sa femme, déboutonner les vêtements de ses enfants. Cinq années de chaîne lui ont #volé ses mains. Il nous parle de la #honte, la honte de ce#travail qui n'est pas un #métier, la honte d'#être #soi-même. Il n'a plus de besoins, plus d'#envie. Il ne peut plus #lire, même pas par#fatigue, par #lassitude. "Je ne me dis même plus : à quoi ça sert de lire ? ». Et la #peur chaque jour d'y retourner. Et la peur de ne plus pouvoir y travailler, car après c'est le balai. Et « à 45 ans au balai, à 50 tu es mort".
Une employée parle de ses #rêves #détruits, d'une lutte qu'elle ne peut plus mener. "Le #Socialisme on n'y pense même plus. On ne sait même plus ce qu'on attend (…) le #bonheur on n'y croit plus, seulement par morceaux". Avec #le_sang_des_autres est un documentaire magnifique, aussi poignant que juste dans sa #description du monde ouvrier. Le film se termine sur une #fête entre les ouvriers, des chants, une certaine joie que Muel coupe brutalement par de nouvelles images de la chaîne. Le bruit des machines, qui court tout au long du film, souvent en off sur d'autres images, assourdit toutes ces vies. La douleur vient aussi du fait qu'Avec le sang des autres marque la fin d'un rêve. Les groupes Medvedkine, ce sont 330 minutes d'espoir et de lutte, une lutte souvent joyeuse, des espoirs souvent #mélancoliques. Une expérience unique, un #témoignage du monde ouvrier #indispensable, qui dépasse son cadre historique pour parler de notre époque avec une lucidité rare et#salvatrice.

#Bruno_Muel #luttes_Des_classes #Usine #Taylorisme #Ouvriers #prolétariat #Cités-dortoirs #Capitalisme #Peuples #Exploitation#Domination #Documentaire #Groupes_Medvedkine #Vidéo

June 13 2013

L'option non alignée de la Corée du Nord

Le sixième congrès du parti du travail de la République démocratique populaire de Corée s'est tenu à Pyongyang, du 10 au 14 octobre. A première vue, rien ne distingue ce congrès, dans la forme, des manifestations analogues que tiennent de nombreux partis communistes des autres pays socialistes. Même (...) / Chine, Corée du Nord, URSS, Communisme, Parti politique, Politique, Société, Travail, Socialisme, Marxisme - 1980/12

June 10 2013

« Là-bas si j'y suis » : juin 2013

Jeudi 6 juin, dans « Là-bas si j'y suis », à 15 heures, sur France Inter, Giv Anquetil s'entretenait avec l'équipe du Monde diplomatique autour du numéro de juin. Pour commencer, Martine Bulard évoque le grand dossier de ce mois, « Une planète grisonnante » : quelle vision avons-nous de nos — n'ayons pas (...) / Afrique, Allemagne, Brésil, Chine, États-Unis, États-Unis (affaires intérieures), Japon, Immigrés, Mutation, Santé, Société, Socialisme, Retraites - La valise diplomatique

June 04 2013

En Colombie, « pas de justice, pas de paix »

En août 2012, à Bogotá, le président Juan Manuel Santos annonçait l'ouverture de négociations de paix avec les FARC en présence de représentants du patronat, mais pas du mouvement social. Pourra-t-on mettre fin au conflit armé sans entendre les revendications qui lui ont donné naissance, il y a plus de (...) / Amérique latine, Colombie, Agriculture, Armée, Conflit, Guérilla, Inégalités, Mouvement de contestation, Violence, Socialisme, Répression - 2013/02

June 02 2013

Gramsci, une pensée devenue monde

Mener la bataille des idées pour soustraire les classes populaires à l'idéologie dominante afin de conquérir le pouvoir… Fréquemment citées, mais rarement lues et bien souvent galvaudées, les analyses d'Antonio Gramsci connaissent une remarquable résurgence. / Argentine, Inde, Italie, Russie, (...) / Argentine, Inde, Italie, Russie, Communisme, État, Histoire, Idées, Idéologie, Inégalités, Mouvement de contestation, Politique, Socialisme, Marxisme, Société civile - 2012/07

May 21 2013

Minuit dans le siècle

Novembre 1927. L'URSS fête en grande pompe le dixième anniversaire de la révolution d'Octobre, et le comité central du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS) prononce l'exclusion définitive de Léon Trotski et de Grigori Zinoviev. Deux écrivains des Balkans se rencontrent à Moscou. Le Roumain (...) / Balkans, URSS, Communisme, Histoire, Idées, Idéologie, Socialisme, Europe centrale, Marxisme, Socialisme libertaire, Anarchisme - 2013/05

May 20 2013

Révolutionnaires sans révolution

Figure de proue, aux côtés d'Antonio Negri, de l'opéraïsme italien, Mario Tronti offre aujourd'hui quelques souvenirs et réflexions sur ce mouvement qui, dans les années 1960, adopta, contre le pouvoir démocrate-chrétien et souvent aussi contre les autorités du Parti communiste italien (PCI), le « point (...) / Italie, Communisme, Histoire, Idées, Idéologie, Mouvement de contestation, Parti politique, Politique, Syndicalisme, Socialisme, Marxisme - 2013/05

May 15 2013

L'Essai sur les libertés

Le titre de M. Raymond Aron est significatif et bien délibéré. La liberté, quand elle n'est pas équivoque, risque d'être une abstraction ou une allégorie. Ou bien encore, tout autre chose que ce dont il est question ici. Ce dont il n'est pas question — l'auteur le notera lui-même, moins pour prévenir un (...) / Communisme, Démocratie, Idées, Inégalités, Intellectuels, Politique, Socialisme, Marxisme - 1965/09

April 16 2013

Au Venezuela, victoire du « chavisme sans Chávez »

En élisant M. Nicolas Maduro (Parti socialiste uni du Venezuela ; PSUV) avec 50,75 % des voix, le 14 avril, les Vénézuéliens ont, à une courte majorité, manifesté leur fidélité à l'héritage de feu le président Hugo Chávez et à la « révolution bolivarienne » qu'il a initiée. Comme le laissaient prévoir les (...) / Venezuela, Démocratie, Élections, Parti politique, Politique, Violence, Socialisme - La valise diplomatique

April 12 2013

Le balai comme la moindre des choses

Seuls ceux qui portent sur la politique le regard scolastique des logiciens auront du mal à comprendre qu'on puisse dire d'un même événement — comme l'affaire Cahuzac — qu'il est à la fois secondaire et principal. Péripétie fait-diversière et crapoteuse, bien faite pour attraper le regard et le détourner des choses importantes (accord sur l'emploi « ANI », austérité, chômage, etc.), la bouse soudainement posée n'en a pas moins le mauvais goût de tomber au plus mauvais moment — il est bien vrai que le spectacle (...) - La pompe à phynance / France, Affairisme, Capitalisme, Démocratie, Économie, Parti politique, Politique, Socialisme, Corruption, Crise financière

March 28 2013

Chávez et l'exception vénézuélienne

Au début des années 1960, au moment où la révolution cubaine enflamme la région, un conseiller de la Maison Blanche qualifie la patrie de Simón Bolívar de « modèle de démocratie ». Quarante ans plus tard, l'« exception vénézuélienne » suscite à nouveau l'espoir, mais plus à Washington. Militaire d'extraction (...) / Amérique latine, États-Unis (affaires extérieures), Venezuela, Démocratie, Élections, Inégalités, Information, Médias, Parti politique, Politique, Presse, Socialisme - 2013/04

March 27 2013

Le Venezuela d'Hugo Chávez, une sélection d'archives du « Monde diplomatique »

La lune de miel De l'élection (1998) aux premières tensions (2001) « Le Venezuela au seuil d'un grand changement », Arturo Uslar Pietri, décembre 1998 « Chávez », Ignacio Ramonet, octobre 1999 « L'énigme des deux Chávez », Gabriel García Márquez, août 2000 Une opposition prête à tout Coup d'Etat (2002), (...) / Venezuela, Agriculture, Démocratie, Développement, Élections, Histoire, Inégalités, Médias, Mouvement de contestation, Pauvreté, Pétrole, Politique, Socialisme, Coup d'État - 2013/04

March 22 2013

Marx et le XXIe siècle

Peut-être à la faveur de la crise, la pensée de Karl Marx revient au présent, commentée, interrogée dans de nombreux ouvrages aux ambitions diverses, mais qui partagent certains traits. Une tendance de fond : la volonté d'aider le lecteur à décrypter l'œuvre. C'est ce que réussit le géographe anglais (...) / Capitalisme, Communisme, Économie, Finance, Histoire, Idées, Intellectuels, Travail, Socialisme, Marxisme - 2013/02
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl