Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

October 04 2013

Egypte : Au tribunal, une victime de tortures affirme que la police l'a forcé à accuser des…

Egypte : Au tribunal, une victime de tortures affirme que la police l’a forcé à accuser des partisans de Mohamed Morsi | Egypt Independent

http://www.egyptindependent.com/news/rabaa-sit-torture-victim-says-police-forced-him-accuse-morsy-suppo

Ahmed Hassan Mohamed, the victim of torture who had formerly accused five supporters of toppled President Mohamed Morsy of beating him and cutting his finger at Rabaa al-Adaweya sit-in in June, recused his prior statement on Thursday, saying the defendants were in fact innocent.
Mohamed said before Cairo Criminal Court that the arrested protesters never tortured him but a police officer forced him to accuse them in an official complaint.

#Rabea #violence #police

September 02 2013

Egypte : Mohamed Morsi va être jugé pour « incitation au meurtre » (MAJ)

Egypte : Mohamed Morsi va être jugé pour « incitation au meurtre »

(MAJ)

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/09/01/egypte-mohamed-morsi-va-etre-juge-pour-incitation-au-meurtre_3469551_3212.ht

http://english.ahram.org.eg/News/80552.aspx

Il apparaissait clairement le 5 décembre 2012 qu’il y aurait un ’avant’ et un ’après’, parce que des manifestants ont été tués ce jour-là, et que Mohamed Morsi pouvait de fait être accusé de ne pas avoir assuré la sécurité des manifestants et donc être inculpé sur les mêmes motifs qu’Hosni Moubarak. Que l’armée s’en servirait un jour. Restait à savoir quand ce jour arriverait. Il est arrivé. A suivre.

Le président islamiste déchu devra répondre de la mort d’au moins sept manifestants en décembre 2012, lors de grands rassemblements l’accusant de vouloir islamiser la législation du plus peuplé des pays arabes après la publication d’un décret constitutionnel. Des heurts avaient éclaté entre partisans et opposants de M. Morsi.

Parmi les 14 co-accusés de M. Morsi figurent Essam al-Ariane, numéro 2 du parti de la Liberté et de la justice (PLJ), bras politique des Frères musulmans, et Mohamed Beltagi, ancien parlementaire et l’un des derniers leaders de la confrérie de M. Morsi arrêtés par les autorités jeudi.

Depuis la destitution de M. Morsi - toujours détenu, puis la dispersion dans un bain de sang de ses partisans le 14 août au Caire, plus d’un millier de personnes, en majorité des pro-Morsi, ont été tuées et plus de 2 000 Frères musulmans ont été arrêtés, dont les principaux dirigeants du mouvement.

Late on Sunday, Egypt’s prosecutor-general ordered the referral of cases against deposed president Mohamed Morsi and 14 other defendants to criminal court, concerning their alleged responsibility for clashes that took place last December in front of Al-Itihidaya presidential palace in Cairo.
At least ten were killed in clashes between supporters and opponents of Morsi last december after he issued a controversial constitutional decree, which was criticised by the opposition for being undemocratic and giving the former president unprecedented powers.

#justice

August 29 2013

Egypte : quel avenir pour les Frères musulmans ?

Egypte : quel avenir pour les Frères musulmans ?

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20130829-egypte-vers-retour-freres-musulmans-politique-hazem-el-beblawi

L’Egypte ne devrait pas interdire les Frères musulmans ou les exclure du processus politique, a déclaré le Premier ministre par intérim, Hazem el-Beblaoui. Il avait prôné, le 17 août, une dissolution de la confrérie islamiste dont est issu le président destitué Mohamed Morsi. (...) La presse égyptienne indique que des négociations sont en cours, via des médiateurs islamistes, entre le gouvernement et la confrérie des Frères musulmans.
Le gouvernement aurait proposé l’arrêt des poursuites policières et la libération des Frères musulmans n’ayant pas de sang sur les mains en contrepartie de la reconnaissance de la feuille de route. Cette dernière prévoit un amendement de la Constitution et des élections parlementaires et présidentielles.

Les Frères musulmans auraient réclamé la non dissolution de la confrérie, la levée du gel de ses avoirs, en contrepartie de leur acceptation de l’exercice de l’activité politique via le Parti de la liberté et de la justice, et par le biais de leur ONG.

#islamisme #Frères #FM #MB #Egypte

August 27 2013

Égypte - Frères musulmans : « Nous devons parler de religion, et moins de politique », par Fatiha…

Égypte - Frères musulmans : « Nous devons parler de religion, et moins de politique », par Fatiha Temmouri

Dissidence, rapport à l’islam, à la politique, à l’usage de la violence, les Tamarrod fréristes veulent proposer une alternative.
http://www.lepoint.fr/monde/egypte-freres-musulmans-nous-devons-parler-de-religion-et-moins-de-politique

À l’image des militants Tamarrod (rébellion en arabe) qui, par un vaste mouvement de pétitions, ont largement contribué au renversement de Mohamed Morsi, le 30 juin, les « Tamarrod fréristes » mènent campagne depuis plusieurs mois pour recueillir des signatures afin d’ écarter les dirigeants les plus radicaux de l’organisation .
(...)
Nous sommes prêts à discuter avec le gouvernement de transition. C’est ce que nous leur avons annoncé lorsqu’ils ont pris contact avec nous. Mais nous avons fixé nos conditions : nous voulons tout d’abord qu’ils cessent d’effectuer des arrestations arbitraires, qu’ils libèrent Mohamed Morsi, qu’ils mettent fin à leur campagne « L’Égypte contre le terrorisme », largement relayée par les médias nationaux, parce que nous ne sommes pas des terroristes. Nous exigeons également d’être représentés au sein de la commission chargée de réviser la Constitution. Nous souhaitons ensuite des garanties sur le processus électoral, notamment le respect de la feuille de route pour des élections dans les délais annoncés.

Leur poids :

La jeunesse au sein de la confrérie est aujourd’hui majoritaire. 60 % des adhérents sont âgés de 20 à 38 ans. De plus, beaucoup de hauts responsables ont été arrêtés. Nous représentons la troisième ligne, celle qui est prête à prendre le relais. De nombreux chefs de bureaux régionaux nous appuient. Il ne faut pas oublier que notre influence se situe hors du Caire.

Leur priorités :

Nous devons parler de religion, et moins de politique. Nos dirigeants ont tellement instrumentalisé l’islam à des fins électoralistes que n’importe quel barbu entrevu dans la rue aujourd’hui est soupçonné de faire de la politique. La confrérie est entrée dans la violence et, de ce fait, s’est éloignée des principes du martyr Hassan el-Banna, son fondateur en 1928. La confrérie a besoin de se restructurer de l’intérieur, de revenir activement sur le terrain social. C’est en somme ce que nous savons le mieux faire.

Les Frères musulmans, un mouvement violent ?

On ne peut pas dire qu’il n’a pas existé un discours encourageant la violence de la part de quelques responsables ; on ne peut pas dire qu’il n’y a pas eu de comportements violents (...) mais la pensée et la philosophie des Frères musulmans sont très éloignées de la mouvance djihadiste ou salafiste. Cela étant, après le coup d’État ou le coup de force de l’armée - appelez-le comme vous voulez - et l’arrestation du président, ce sont les djihadistes qui se sont sentis solidaires de la confrérie, et non le contraire. Pourquoi ? Uniquement parce que l’islam nous réunit. Croyez bien que nous nous serions passés de cette solidarité. Pensez-vous qu’une organisation internationale comme la nôtre, qui possède des bureaux dans plus de quatre-vingts pays à travers le monde, puisse basculer dans le djihadisme ?

#FM #MB #islamisme #Egypte

August 24 2013

*LE PARISIEN : INTERVIEW DE TARIQ RAMADAN SUR L'EGYPTE* 18 août 2013

LE PARISIEN : INTERVIEW DE TARIQ RAMADAN SUR L’EGYPTE 18 août 2013

http://www.tariqramadan.com/spip.php?article13048

Quelle est la solution pour pour sortir l’Égypte du chaos ?

Il ne faut pas que les Frères musulmans jouent la politique de la terre brûlée. La seule chose qui pourrait les sauver aujourd’hui, c’est de réussir des manifestations de masse non-violentes. Je ne suis pas sûr qu’ils en aient les moyens. Mais en même temps, accepter le fait accompli maintenant, ça veut dire pour eux emprisonnement, torture, exécutions sommaires. Au final, je pense qu’ils doivent cesser les manifestations, cesser la politique du pire, même en étant dans la non-violence. De toute façon, ils ne vont pas avoir le choix. Les militaires sont en train de les isoler du peuple. Ils sont dans une impasse aujourd’hui. J’ai toujours dit que les islamistes n’auraient jamais dû entrer dans le processus électoral, c’était un piège pour eux et ça les a mis dans la situation dans laquelle ils se trouvent maintenant. Mais attention, réduire l’opposition à la seule confrérie des Frères musulmans, c’est faire le jeu de la propagande de l’armée qui se présente comme la seule garante de la démocratie. Avant la répression des derniers jours, il y avait aussi dans la rue, pendant cinq semaines, des laïcs, des coptes, qui se sont positionnés contre l’armée. Ils défilaient sous la bannière « anti-coup d’État ». Certains demandaient le retour de Morsi parce qu’ils voulaient la légitimité. D’autres, sans vouloir le retour de Morsi, souhaitaient surtout le départ de l’armée.[…]

Où le président islamiste Mohamed Morsi a-t-il failli lorsqu’il était au pouvoir ?

Il y avait de véritables lacunes en matière de vision politique. Mohamed Morsi aurait dû avoir une politique d’ouverture, avec les laïcs et les coptes notamment, beaucoup plus volontariste. Son rôle et celui de la Confrérie des frères musulmans n’étaient pas clairs en matière de décision. On ne gouverne pas un pays en disant qu’on est les gardiens de la tradition musulmane. On gouverne un pays quand on a un projet politique, social et économique. Le sien était totalement superficiel. Il y avait également chez lui une naïveté politique, il a cru, quelques jours avant le coup d’État que les Américains allaient intervenir en sa faveur... Enfin, l’armée ne lui a pas rendu la vie facile. On sait aujourd’hui qu’un certain nombre de choses avaient été faites en amont par les militaires, avant le coup d’Etat, pour mettre le gouvernement dans une position difficile, notamment en procédant à des coupures d’approvisionnement en électricité et en essence. Car celles-ci ont subitement disparu après le 30 juin, quand l’armée a pris le pouvoir.

#Égypte #Tariq_ramadan #printemps_arabe #Mohamed_Morsi #frères_musulmans #coptes

Reposted bycheg00 cheg00

August 20 2013

Why Saudi Arabia is taking a risk by backing the Egyptian coup | David Hearst | Comment is free |…

Why Saudi Arabia is taking a risk by backing the Egyptian coup | David Hearst | Comment is free | theguardian.com
http://www.theguardian.com/commentisfree/2013/aug/20/saudi-arabia-coup-egypt?CMP=twt_gu

Why has the kingdom, famed for its caution on the diplomatic stage, put all its eggs in one basket, which, considering the volatility in Egypt, remains fragile and unpredictable. Who knows which side in Egypt will prevail, and if that is so, why back the coup leader General Abdel Fattah al-Sisi so publicly ? Sisi thanked the kingdom in fulsome terms. He said that the Saudi intervention was unprecedented since the Yom Kippur 1973 war with Israel. Praise indeed.

For Dr Maha Azzam, associate fellow of the Middle East and North Africa programme at Chatham House, the kingdom’s fire-breathing support for the coup comes as little surprise. Not only had they been astonished by Washington’s abandonment of the kingdom’s closest regional ally in Hosni Mubarak, a point they made very clear during his trial. They had seen him replaced, at the polls, by the Brotherhood, which challenged the kingdom’s claim to be the protector of Islam.

Azzam said: “What they had was a lethal equation, democracy plus Islamism, albeit under the Muslim Brotherhood. That was a lethal concoction in undermining the kingdom’s own legitimacy in the long run. They know full well they do not want democracy, but to have another group representing Islam was intolerable.”

King Abdullah has good reason to fear the Brotherhood, which has been getting unprecedented support in Saudi Arabia since the 3 July coup. Sympathy for Mohamed Morsi has filled Twitter feeds in the country. Support for Morsi on social media has its own emblem, a four-fingered salute, known as the sign of Rabaa.

It is one thing to upset the middle class and the intelligentsia, but quite another to have the country’s religious scholars denounce you. A group of 56 of them did so, by issuing a statement describing the events of 3 July as “unquestionably a military coup and an unlawful and illicit criminal act”. The king has also been attacked in a sermon by a sheikh at the al-Masjid al-Nabawi mosque in Medina, Islam’s second holiest site.

The royal family have responded to the campaign they are facing on social media by sacking a Kuwaiti TV preacher with Brotherhood links. Tareq al-Suwaidan, who has more than 1.9 million Twitter followers, was told that there is no place for those who carry deviant thoughts at the Al Resalah channel.

But this is a dangerous strategy. As president, Morsi resisted calling his regional enemies out for the money and support they gave to Egyptian opposition politicians, parties and private television channels for good reason. Up to 2 million Egyptians are employed as guest workers in the kingdom and their remittances were important for an economy on its knees. He feared that the Saudis would kick them out if he accused them of undermining his presidency. However today, Egyptian ex-pats are not the Brotherhood’s problem or responsibility. What could well follow is an unrestrained campaign by its members to destabilise the Saudi and UAE regimes.

Azzam said : “For the US and EU, there is very little grey area. Either you have authoritarian regimes, including Assad or you have the Arab spring. The authoritarian regimes are saying: ’If we use enough force, we can quell the tide of democracy.’ For Washington it means that there is no regional player that can now mediate with the Egyptian military. No one that can play the role of good cop.”

The battles lines have now been clearly drawn throughout the Arab world. The military coup in Egypt, and Saudi support for it, represents an attempt to turn the clock back, to halt the wave of democratisation heralded by the toppling of Arab dictators. It is unlikely to be the final word or battle in what promises to be an epic struggle .

August 03 2013

A SUIVRE Egypte : Sissi appelle Washington à faire pression sur les Frères musulmans

A SUIVRE Egypte : Sissi appelle Washington à faire pression sur les Frères musulmans

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/08/03/le-general-al-sissi-ne-vise-pas-le-pouvoir-supreme-en-egypte_3457237_3212.ht

« L’administration américaine a de grands moyens de pression et une influence sur les Frères musulmans et j’aimerais beaucoup qu’elle les utilise pour mettre un terme au conflit », déclare le général Abdel Fattah Al-Sissi dans un entretien publié par le Washington Post sur son site internet.

La révolution égyptienne avait aussi pour objectif de dire stop à l’ingérence des puissances étrangères, surtout US. On l’a clairement vu lors de la première visite d’Hillary Clinton après l’élection de Mohamed Morsi, accueillie avec le slogan « Dégage », chahutée, empêchée d’accéder à certains lieux (bibliothèque d’Alexandrie par ex - où elle avait programmé une visite), snobée par des personnes qu’elle voulait rencontrer, dont des dirigeants coptes. L’administration US était notamment accusée d’avoir laissé les Frères, ces « terroristes », accéder au pouvoir.

L’armée à quant à elle une relation très étroite avec les USA qui la financent. Les récents événements n’ont pas remis en cause ce financement : http://blog.mondediplo.net/2013-07-10-Des-amis-de-trente-ans

#US #Egypte #armée

August 02 2013

Des tortures infligées par des partisans de Morsi à leurs opposants selon Amnesty International

Des tortures infligées par des partisans de Morsi à leurs opposants selon Amnesty International

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/08/03/des-tortures-infligees-par-des-partisans-de-morsi-a-leurs-opposants-selon-am

Amnesty International a appelé à l’ouverture immédiate d’une enquête sur des allégations visant des partisans du président égyptien évincé Mohamed Morsi. « Des preuves, dont des témoignages de survivants, indiquent qu’(ils) ont torturé des individus appartenant au camp politique adverse ». (...)
Des opposants au dirigeant islamiste ont été « capturés, battus, soumis à des décharges électriques ou poignardés par des individus fidèles à l’ancien président », précise le texte.
(...)
Hassiba Hadj Sahraoui* avertit toutefois que le gouvernement intérimaire en Egypte ne doit pas prendre le prétexte de ces faits de tortures présumées « pour punir collectivement tous les partisans de Morsi et avoir recours à un usage excessif de la force pour disperser leurs sit-in ».
(...) (Plus de 250 personnes ont été tuées depuis cette éviction, essentiellement des pro-Morsi).

Communiqué AI http://www.amnesty.org/en/for-media/press-releases/egypt-evidence-points-torture-carried-out-morsi-supporters-2013-08-02

*Hassiba Hadj Sahraoui est une femme, petite erreur LeMonde.fr.

#Egypte #violence #islamistes #Morsi

July 30 2013

Laurent Fabius demande la libération de Mohamed Morsi

Laurent Fabius demande la libération de Mohamed Morsi

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/07/30/egypte-morsi-va-bien-selon-ashton_3455329_3212.html

Pour la première fois depuis la destitution du chef de l’Etat égyptien, le 3 juillet, le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius a appelé « à la libération des prisonniers politiques, y compris celle de l’ancien président Morsi », retenu par l’armée dans un endroit inconnu au Caire. (...)

M. Morsi n’est pas apparu en public depuis sa destitution par l’armée après des manifestations réclamant son départ. Depuis, il a été officiellement mis en détention et doit être transféré à la prison Torah.
Mardi 30 juillet, la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, avait pu s’entretenir avec lui pendant deux heures, assurant que « M. Morsi [allait] bien » et avait « accès aux informations ». « Nous avons eu une discussion amicale, ouverte et directe, a indiqué Mme Ashton, se refusant à divulguer le contenu de ces discussions. Nous avons discuté en profondeur. »

Communiqué 3 juillet : https://www.facebook.com/laurent.fabius.5/posts/10151701960816136

Déclaration 9 juillet : « Nous n’avons pas employé le terme de coup d’État car cela a des conséquences sur les aides que nous pouvons apporter. »

Point presse aujourd’hui (compte-rendu pas encore publié) : « En Égypte, il faut que le régime retourne vers un processus démocratique et libère les prisonniers politiques. »

#Egypte #France #diplomatie #Fabius #Ashton #Morsi

July 28 2013

Robert Fisk on Egypt : As impoverished crowds gather in support of Mohamed Morsi, the well-heeled…

Robert Fisk on Egypt: As impoverished crowds gather in support of Mohamed Morsi, the well-heeled march behind their images of the
The Independent, 27th of July

http://www.independent.co.uk/news/world/africa/robert-fisk-on-egypt-as-impoverished-crowds-gather-in-support-of-moha

Hundreds of thousands of people turned out outside Cairo’s Rabaa mosque yesterday to protest against the coup d’état in Egypt, while hundreds of thousands poured into Tahrir Square to support their favourite general, Abdel Fattah el-Sisi, who staged the coup-that-we-mustn’t-call-a-coup.

Grotesque, unprecedented, bizarre. Call it what you like. But the helicopters swooping happily over Tahrir, and the line of visor-wearing riot police and troops standing opposite the Muslim Brotherhood’s barricades, told their own story. Journalists should not be merchants of gloom, but things did not look too good in Cairo last night.

July 27 2013

Egypte Premier bilan des événements de ce matin : pas sûr qu'il y ait déjà eu autant de morts et…

#Egypte Premier bilan des événements de ce matin : pas sûr qu’il y ait déjà eu autant de morts et blessés sur un laps de temps aussi court (bilan provisoire plus lourd qu’après l’attaque de la garde républicaine).
Des journalistes (BBC & NYT) en ce moment à l’hôpital de Rabaa (Nasr city, au Caire) parlent de « carnage », « folie absolue ». Ils tweetent des photos/vidéos de blessés graves et cadavres touchés à la tête, au cou, au cœur. Ces victimes sont des pro-Morsi ou anti-coup.
La journaliste @Beltrew tweete : « Meanwhile in parallel universe land #tahrir is a total post-party mess. People still celebrating stuff. » On y entend notamment « Army, police, people : one hand ! »
A suivre.
#rabaa #nasr #morsi

July 18 2013

Egypt's New Government Doesn't Include Muslim Brotherhood

Egypt’s New Government Doesn’t Include Muslim Brotherhood

http://www.nytimes.com/2013/07/17/world/middleeast/egypt.html?ref=middleeast

Egypt’s interim president swore in a new cabinet on Tuesday that was dominated by liberal and leftist politicians, sweeping away the brief era of Islamist political rule built by the country’s deposed president, Mohamed Morsi.

#Frères #Egypte

July 12 2013

_Le Caire s'interroge sur le retour « miraculeux » de l'essence_ (via rezo)

Le Caire s’interroge sur le retour "miraculeux" de l’essence (via @rezo)
http://www.france24.com/fr/20130711-egypte-essence-caire-theorie-complot-freres-musulmans-morsi-elect

C’est l’un des premiers changements concrets observés depuis la destitution de Mohamed Morsi : les queues aux pompes à essence et les coupures d’électricité semblent s’être évaporées comme par enchantement. De quoi alimenter les spéculations...

Il y a un abruti chez France 24 qui a pensé que c’était une bonne idée de mettre « théorie-complot » dans l’URL.

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl