Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

August 21 2013

« Les Voies de Lucile », dans l'Atelier de la création (France_Culture)

« Les Voies de Lucile », dans l’Atelier de la création (#France_Culture)
http://www.franceculture.fr/emission-l-heure-du-documentaire-les-voies-de-lucile-rediffusion-de-l-

Très beau #documentaire sur une jeune fille que l’on a pris longtemps pour, comme elle dit, « la baveuse au fond du couloir » : il n’y avait que ses cris et ses grognements, jusqu’à ce qu’un appareil lui permette de s’exprimer.

Lucile à l’âge de 7 ans est « entendue » pour la première fois. Elle en a 16 aujourd’hui autant d’année pour exister enfin dans le regard de ses parents, grâce a une parole redonnée, a la redécouverte de son intégrité.

Lucile est porteuse d’un #handicap qui la rend dépendante dans tous les actes de sa vie. Elle est entourée de ses parents Marie et Gilles qui découvrent jours après jours, que les limites sont celles qu’ils se créent. De Maxime et Emma ses frère et sœur. Mais également de trois accompagnatrices de vie dont Maroussia, qui l’aident dans la journée. Tous pratiquent une méthode de #communication particulière qui permet avec l’aide d’un petit clavier de lui redonner la parole, de lui prêter leur voix.

Ce processus de communication destiné à pallier l’absence de #langage chez des personnes dans l’impossibilité de s’exprimer se pratique avec l’aide d’un partenaire, appelé “facilitant” qui accompagne le mouvement de la main sur le clavier et lit les phrases qui s’inscrivent. La succession des mots s’impose au facilitant, sans que celui-ci ne connaisse à l’avance le contenu du texte. Pour cela, il se rend totalement disponible et permet au "facilité" de laisser « couler les mots sur le clavier » parfois même par un simple contact physique c’est une sorte de langage empathique, une communication « qui sauve de la folie »

En parvenant ainsi à faire part de ses besoins, de ses sensations, de ses sentiments, Lucile acquiert davantage d’autonomie dans l’acceptation de ce qu’elle a et de ce qu’elle n’a pas. Mais c’est avant tout une considération nouvelle, un regard qui change. Celui du sens de sa vie, celui de ses proches, de ses camarades du Collège de Forcalquier.

« Je ne suis pas un maitre spirituel, pas plus qu’une baveuse amoindrie », ce sont ses mots. Lucile nous révèle les choses de l’invisible, une toute petite partie de son monde intérieur, de sa conscience entière.

http://media.radiofrance-podcast.net/Fpodcast09/12490-26.07.2013-ITEMA_20505601-0.mp3

Certaines de ses phrases me font diablement penser à #Joë_Bousquet.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jo%C3%AB_Bousquet

#poésie #audio #radio

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl