Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

August 23 2013

Intéressant remarque de Jean-Paul Guédon sur la liste accès ouvert, à propos d'un récent rapport de…

Intéressant remarque de Jean-Paul Guédon sur la liste accès ouvert, à propos d’un récent rapport de l’UNESCO
accesouvert - Re : [accesouvert] Principes directeurs pour le d éveloppement et la promotion du libre accès - arc
https://groupes.renater.fr/sympa/arc/accesouvert/2013-08/msg00009.html

Un problème avec ce rapport, c’est son utilisation du mot régional. Dire, par exemple, que, au-delà des 25 000 revues généralement mentionnées dans nombre de discussions sur le LA, n’existent probablement (le mot est exquis) que des revues régionales ou locales, révèle un biais énorme. L’OCDE, après tout, peut aussi se concevoir comme une région particulière du monde et les 25 000 revue mentionnées proviennent largement des revues de cette région. Or, chaque région du monde pratique la science dans une perspective universaliste tout en réclamant le droit de poser des questions spécifiques à la région et ses caractéristiques socio-économiques, etc. Et nous pensons en particulier à cette science régionale des pays riches et son ensemble particulier de questions posées (acné juvénile plutôt que malaria, par exemple) comme s’il s’agissait d’un programme universel de recherche. Mais, si tel était le cas, que dire des maladies négligées, de la science perdue, etc... Que dire de la façon de créer des hiérarchies à valeur mondiale fondée sur des éléments de la région OCDE (le facteur d’impact). Tout cela n’a aucun sens si l’on cherche à imaginer comment la science pourrait se mondialiser de manière réelle (et saine) et non s’ajouter à d’autres dispositifs visant à assurer un rôle central mondial aux pays de l’OCDE (dont je retire la Turquie et le Mexique).

J’écris tout cela sans nier qu’énormément de science de haute qualité provient en fait des pays de l’OCDE - l’écrasante majorité en fait - mais cette position de force doit-elle se compléter par une négation et le rejet des efforts scientifiques des pays en voie de développement (environ 80-5% de l’humanité), sauf à s’insérer dans les programmes de recherche des pays de l’OCDE, eux-mêmes traités comme des programmes de recherche à valeur universelle ?

Il me paraît regrettable que l’UNESCO ait avalisé cette notion.

Référence du rapport en question : Policy guidelines for the development and promotion of open access traduit sous le titre Principes directeurs pour le développement et la promotion du libre accès.

L’annonce : http://www.unesco.org/new/en/media-services/single-view/news/launch_of_open_access_guidelines_in_french_and_spanish

Le document : http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002220/222085f.pdf

#open_acces
#science
#recherche
#développement

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl