Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

October 19 2013

« Drones, the Media and Malala's Message »

« Drones, the Media and Malala’s Message »

http://www.fair.org/blog/2013/10/15/drones-the-media-and-malalas-message

http://www.fair.org/blog/wp-content/uploads/2013/10/Malala-Yousafzai_2700395b-e1381850189266-600x299.jpg

Pakistani teenager Malala Yousafzai’s visit to the United States was widely covered in the media, including interviews with ABC’s Diane Sawyer (10/11/13), CNN’s Christiane Amanpour (10/14/13) and Jon Stewart of the Daily Show (10/8/13). She was selected as ABC’s “Person of the Week” on October 11, and was considered a serious contender for the Nobel Peace Prize.

And for good reason; just one year ago, Malala was attacked by the Taliban for her outspoken advocacy on behalf of educational equality, surviving a an attack where she was shot in the head.

But one part of her message didn’t seem to penetrate the corporate media.

During her October 11 visit to the White House, Yousafzai told Barack Obama that his administration’s drone strikes were fueling terrorism. As McClatchy’s Lesley Clark (10/11/13) reported:

In a statement released after the meeting, Malala said she was honored to meet with Obama, but that she told him she’s worried about the effect of US drone strikes. (The White House statement didn’t mention that part.)

"I thanked President Obama for the United States’ work in supporting education in Pakistan and Afghanistan and for Syrian refugees," she said in the statement. "I also expressed my concerns that drone attacks are fueling terrorism. Innocent victims are killed in these acts, and they lead to resentment among the Pakistani people. If we refocus efforts on education, it will make a big impact."

This exchange, for some reason, didn’t register in a corporate media that followed Malala’s visit, and her story, very closely.

#Pakistan #drones #US #Malala_Yousafzai #femmes #plo

October 01 2013

Etats-Unis : quelles sont les conséquences de la fermeture de l'Etat fédéral ?

Etats-Unis : quelles sont les conséquences de la fermeture de l’Etat fédéral ?

http://s1.lemde.fr/image/2013/10/01/534x267/3487759_3_02a0_fermeture-du-musee-de-l-air-de-washington_f2ef30dca2dae5b728c8d31a185b8c40.jpg

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/09/30/etats-unis-quelles-consequences-en-cas-de-desaccord-sur-le-budget_3486867_32

Etats-Unis : quelles sont les conséquences du « shutdown » ?
Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 30.09.2013 à 07h05 • Mis à jour le 01.10.2013 à 12h10

Abonnez-vous
à partir de 1 € Réagir ClasserPartager facebook twitter google + linkedin pinterest

Le long bras de fer entre démocrates et républicains a abouti, comme beaucoup le craignaient, à une impasse budgétaire. A partir du mardi 1er octobre, une grande partie du gouvernement fédéral fermera ses portes. Barack Obama avait prévenu que ce shutdown « aura[it] des conséquences économiques très réelles pour des gens dans la vraie vie, et tout de suite ». Cette situation durera jusqu’au vote d’une nouvelle loi de finances par le Congrès, ce qui pourrait prendre des jours, voire des semaines.
Les fonctions régaliennes de l’Etat fédéral – justice, sécurité, FBI, opérations militaires extérieures – seront assurées, tout comme les dépenses sociales, le contrôle aérien ou les inspections de santé. Mais cette fermeture de l’Etat – la première depuis 1995 – aura un certain nombre de répercussions pour les fonctionnaires et les citoyens américains.

Employés fédéraux
Au total, au moins 800 000 fonctionnaires jugés « non essentiels » seront mis en congé sans solde. Ces derniers sont tenus de n’effectuer aucun travail pendant leur congé forcé, sous peine de lourdes sanctions. Il n’est pas garanti non plus qu’ils toucheront un salaire, même si cela a été le cas chaque fois par le passé. Durant les précédents shutdowns, le Congrès avait, en effet, adopté une loi remboursant rétroactivement les jours de chômage technique des fonctionnaires.

En revanche, plus d’un million de travailleurs, considérés comme « essentiels » pour le fonctionnement de l’Etat devront continuer à travailler. Ceux-là seront obligatoirement payés pour leur travail, mais possiblement avec des retards conséquents. On trouve dans cette catégorie les contrôleurs aériens, les gardiens de prison, les scientifiques des stations spatiales internationales, ou encore les agents des services secrets. Les salariés du Congrès peuvent également travailler, sur demande expresse du député ou de la commission qui les emploie.

#Etats-Unis
#shutdown

September 14 2013

John McCain : « L'inaction américaine sur le cas syrien est gênante pour Hollande » - ENTRETIEN…

John McCain : « L’inaction américaine sur le cas syrien est gênante pour Hollande » - ENTRETIEN EXCLUSIF - FRANCE 24
http://www.france24.com/fr/20130914-john-mccain-interview-entretien-france24-syrie-francois-hollande-

“J’apprécie le soutien de François Hollande”

Le président américain, qui à la surprise générale avait demandé un vote du Congrès sur d’éventuelles frappes contre le régime de Bachar al-Assad, a repoussé ce vote suite à la proposition russe de mettre les armes chimiques syriennes sous contrôle international. La France, qui était apparue comme unique allié des Américains, se retrouve dans "une position inconfortable" selon le sénateur.

L’ancien adversaire de Barack Obama en 2008 a salué la volonté de la France de participer à une éventuelle action internationale en Syrie. "J’apprécie le soutien de Monsieur Hollande", a-t-il déclaré. "Mais je pense aussi que cela peut l’avoir mis dans une position politique inconfortable après qu’il eût exprimé fermement son soutien... et puis il y a eu ce rétropédalage [avec le vote du Congrès, NDLR]."

euh, il enfonce le clou là.

#marinette

September 08 2013

AIPAC to deploy hundreds of lobbyists to push for Syria action - Haaretz

AIPAC to deploy hundreds of lobbyists to push for Syria action - Haaretz

http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/1.545661

The influential pro-Israel American Israel Public Affairs Committee will deploy hundreds of activists next week to win support in Congress for military action in Syria, amid an intense White House effort to convince wavering U.S. lawmakers to vote for limited strikes.

“We plan a major lobbying effort with about 250 activists in Washington to meet with their senators and representatives,” an AIPAC source said on Saturday.

Congressional aides said they expected the meetings and calls on Tuesday, as President Barack Obama and officials from his administration make their case for missile strikes over the apparent use of chemical weapons by Syrian President Bashar Assad’s government.

The vote on action in Syria is a significant political test for Obama and a major push by AIPAC, considered one of the most powerful lobbying groups in Washington, could provide a boost.

The U.S. Senate is due to vote on a resolution to authorize the use of military force as early as Wednesday. Leaders of the House of Representatives have not yet said when they would vote beyond saying consideration of an authorization is “possible” sometime this week.

Obama has asked Congress to approve strikes against Assad’s government in response to a chemical weapons attack on Aug. 21 that killed more than 1,400 Syrians.

But many Republicans and several of Obama’s fellow Democrats have not been enthused about the prospect, partly because war-weary Americans strongly oppose getting involved in another Middle Eastern conflict.

Pro-Israel groups had largely kept a low profile on Syria as the Obama administration sought to build its case for limited strikes after last month’s attack on rebel-held areas outside Damascus.

Supporters of the groups and government sources acknowledged they had made it known that they supported U.S. action, concerned about instability in neighboring Syria and what message inaction might send to Assad’s ally, Iran.

But they had generally wanted the debate to focus on U.S. national security rather than how a decision to attack Syria might help Israel, a reflection of their sensitivity to being seen as rooting for the United States to go to war.

September 03 2013

Syrie : Kerry et Hagel vantent les mérites d'une action militaire

Syrie : Kerry et Hagel vantent les mérites d’une action militaire
http://www.romandie.com/news/n/_Syrie_Kerry_et_Hagel_vantent_les_merites_d_une_action_militaire1103092013

MM. Kerry et Hagel ont défendu [aujourd’hui] pendant plusieurs heures devant la commission des Affaires étrangères du Sénat la décision de principe surprise annoncée samedi par le président Barack Obama : procéder à des frappes limitées punitives sur la Syrie, mais pas avant d’avoir obtenu un feu vert du Congrès.

(...)

Le patron du Pentagone a expliqué que les objectifs d’une action militaire en Syrie seraient de réduire la capacité du régime syrien à commettre d’autres attaques chimiques et de le dissuader de recourir de nouveau à son arsenal.

Il a plaidé pour une action militaire limitée dans sa durée et sa portée, rappelant qu’il ne s’agit pas de régler le conflit en Syrie par la force militaire directe.

Ça ne semble pas intéresser le média suisse, mais, à la question de savoir si l’administration étasunienne comptait envoyer des troupes au sol, Kerry a répondu....
http://hotair.com/archives/2013/09/03/john-kerry-just-thinking-out-loud-i-cant-rule-out-boots-on-the-ground-if-syr

...“In the event Syria imploded for instance or in the event there was a threat of a chemical weapons cache falling into the hands of al-Nusra or someone else and it was clearly in the interest of our allies — all of us, the British, the French, and others,” Kerry said, “ I don’t want to take off the table an option that might or might not be available to the President of the United States to secure our country.”

Avec cette excellente remarque de l’auteur de l’article,

By “implodes,” he means a situation where Assad loses control of his WMD and we need to go in and grab them before some fanatic native outfit grabs them first. Which is funny because, right offhand, I can’t think of anything that’s more likely to increase the risk of that happening than bombing the hell out of Syrian military units who are in charge of those weapons.

» La Syrie, l'AIPAC et le New York Times|Richard Hétu

 » La Syrie, l’AIPAC et le New York Times|Richard Hétu
http://blogues.lapresse.ca/hetu/2013/09/03/la-syrie-laipac-et-le-ny-times

Hier soir, plus de 48 heures après l’annonce de la décision inattendue de Barack Obama de demander l’autorisation du Congrès avant de donner le feu vert à des frappes sur des cibles syriennes, le New York Times a publié ces deux paragraphes sur son site, comme on peut le constater dans une première version parue dans le Boston Globe :

Des responsables de l’administration disent que l’influent lobby pro-israélien AIPAC était déjà à pied d’oeuvre afin de faire la promotion d’une action militaire contre le gouvernement de M. Assad, craignant que si la Syrie échappe à un châtiment américain pour son utilisation d’armes chimiques, l’Iran pourrait être enhardie à l’avenir à attaquer Israël. À la Chambre (des représentants), le chef de la majorité (républicaine), Eric Cantor, l’unique juif républicain au Congrès, s’efforce depuis longtemps à ébranler l’appui traditionnel des démocrates auprès des juifs.

Un responsable de l’administration, qui a requis l’anonymat pour parler de la stratégie de la Maison-Blanche, a qualifié l’AIPAC de « gorille de 800 livres dans la pièce ».
Comme le relève MJ Rosenberg dans ce billet, les deux paragraphes ont disparu dans une version ultérieure publiée dans le Times. Reste à voir si la disparition des allusions à l’AIPAC relève d’une décision éditoriale du Times ou découle de pressions exercées par la Maison-Blanche ou l’AIPAC.

Quoi qu’il en soit, Barack Obama a prédit qu’il obtiendrait l’appui du Congrès ce matin avant de rencontrer les dirigeants de la Chambre à la Maison-Blanche. Il a également insisté sur la nature limitée de l’intervention éventuelle en Syrie.

« Ce n’est pas l’Irak. Ce n’est pas l’Afghanistan. Ce que nous envisageons est quelque chose de limité. C’est quelque chose de proportionné. Cela affaiblira les capacités d’Assad », a dit le président.

September 02 2013

Israel, stop kibitzing and let Obama work - Haaretz 2nd of September Editorial

Israel, stop kibitzing and let Obama work -
Haaretz 2nd of September
Editorial
http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.544796

The disappointed voices that arose on Sunday from belligerent circles in Israel in the wake of U.S. President Barack Obama’s decision on Saturday night to put on hold for now the military operation against Syria might create the false impression that most, if not all, Israelis are eager to see an attack on Damascus.

The long lines at the gas mask distribution centers and the traffic jams that can be expected on the roads leading out of major population centers in the event of an American attack against Bashar Assad’s regime teach us that the disappointed voices belong only to a few. The majority of people in Israel are breathing much easier upon hearing of the postponement and even the burial of the operation. It is important for the American public and administration to know that Israelis – both those who fear a Syrian response against Israel as well as those who doubt such a response will occur – have no interest in encouraging Washington to once again be drawn into a war in the Middle East.

Obama was right in not allowing his actions to be dictated by his personal pride – in the face of Assad ignoring his warnings – or by concern that the American superpower would turn into a laughingstock. The outcome of an operation is determined by the advance planning. Countries do not go out to battle assuming the perfect scenario will unfold. In this case this means the complete destruction of all the weapons of mass destruction by precision attacks from the air without injuring civilians and without American casualties or captives. Accidents and surprising developments are an inherent part of a military action. What can go wrong is sometimes worse than the situation the military blow was intended to fix. This is especially true under the conditions of a civil war in a political entity split between ethnic groups and religions.

Prime Minister Benjamin Netanyahu’s supporters were quick to praise his exceptional wisdom in being skeptical about American policy regarding Iranian nuclear weapons. This is a complete distortion of the Syrian lesson. Israel depends on American aid – from war planes to the veto in the United Nations Security Council – and this dependence is increasing as the government’s policy on the occupied territories and the peace negotiations is isolating Israel from the rest of the world. The American policy, for its part, cannot be based on a whim. In democratic nations clear-cut evidence is required to convince the public – weary of war – to pull the trigger before the diplomatic alternatives have been exhausted.

It is possible that at the end of a bitter debate in the Congress and votes in the committees and full House and Senate, Obama’s decision, now frozen, to use military force against Assad’s chemical stockpiles will be approved. In any case, it is essential that the decision be made on Capitol Hill, and not in Jerusalem.

August 31 2013

France's Hollande reaffirms will to sanction Syria | Reuters

France’s Hollande reaffirms will to sanction Syria | Reuters
http://www.reuters.com/article/2013/08/31/us-syria-crisis-france-idUSBRE97U0DM20130831?feedType=RSS&feedName=worldNew

(Reuters) - French President Francois Hollande reaffirmed to U.S. President Barack Obama in a telephone call on Saturday his will to sanction Syria for a chemical attack this month, a source close to Hollande told Reuters.

Following Obama’s announcement that he would seek authorization from the U.S. Congress before taking any military action against Bashar al-Assad’s government, the source said France believed each country’s pace of action must be respected.

“The president reaffirmed to him his determination to act to sanction the regime,” the source said. “Each country’s pace of action must above all be respected. It’s important for the Americans to have the green light from Congress.”

(Reporting by Julien Ponthus; Writing by Catherine Bremer, Editing Dominique Vidalon)

August 18 2013

Egyptian youth leader backs army in battle with Brotherhood

Egyptian youth leader backs army in battle with Brotherhood
http://www.reuters.com/article/2013/08/17/us-egypt-protests-tamarud-idUSBRE97G07220130817

Mahmoud Badr, whose petition campaign helped to bring down Egypt’s Islamist president, insists the bloodshed that has followed is a necessary price for saving the nation from the Muslim Brotherhood.

And he has a message for U.S. President Barack Obama, who has expressed alarm at the violent crackdown on the Brotherhood that has led to more than 700 deaths: “Don’t lecture us on how to deal with the Brotherhood’s terrorism.”

August 13 2013

Barack Obama édulcore le contrôle annoncé des programmes de surveillance

Barack Obama édulcore le contrôle annoncé des programmes de surveillance
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/08/13/barack-obama-edulcore-le-controle-annonce-des-programmes-de-surveillance_346

L’appel de une est beaucoup plus explicite…
Le reniement de Barack Obama sur les programmes de surveillance

Vendredi 9 août, lors d’une conférence de presse, Barack Obama jurait de réformer le Patriot Act et de mieux encadrer les activités de surveillance de l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine. Pour ce faire, il a promis la constitution d’un groupe d’experts pour auditer et évaluer les programmes de surveillance des communications menés par les Etats-Unis.

Le projet du président américain se précise : la Maison Blanche a chargé, lundi 12 août, un certain James Clapper de former ce groupe. C’est également à lui que les experts fourniront leurs conclusions provisoires – sous soixante jours – puis définitives, avant le 15 décembre.

LE RENSEIGNEMENT AMÉRICAIN AUDITÉ... PAR LUI-MÊME
Problème : James Clapper n’est autre que le directeur national du renseignement, qui coordonne les agences de renseignement américaines, dont la NSA. Il est placé directement sous l’autorité du président. Une personnalité fort peu représentative de l’"indépendance" pourtant annoncée vendredi par Barack Obama dans son discours.

James Clapper a par ailleurs avoué avoir menti devant les sénateurs à propos des programmes de la NSA. Lorsque ces derniers l’avaient interrogé à ce sujet, en mars, il avait répondu que la NSA ne récoltait aucune donnée sur les Américains. Plus tard, il avait admis que sa réponse était « clairement erronée ». Tant pis pour la « confiance du public » appelée de ses vœux par le président lors de sa conférence de presse.
(…)
PAS DE PERSONNALITÉS EXTERNES AU RENSEIGNEMENT
Enfin, comme le note le Washington Post, le mémo que lui a adressé la Maison Blanche ne fait pas mention de la présence de personnalités externes au renseignement, contrairement, là encore, à ce qu’avait annoncé le président américain lors de sa conférence de presse.

Et le journaliste trouve du flou…

Le comité d’experts que pilotera M. Clapper devra évaluer si les activités de renseignement « protègent de manière optimale la sécurité nationale et soutiennent notre politique étrangère » et prennent en compte « le risque de divulgation non autorisée ou la nécessité de conserver la confiance du public ». Des termes flous qui ne prennent que très partiellement en compte les violentes critiques visant les activités de la NSA, et qui se détachent là encore du discours d’Obama, qui avait souligné la nécessité « d’assurer qu’il n’y ait pas d’abus ».

… là où il est très clair qu’il s’agit uniquement de se protéger contre des futurs Snowden afin de conserver la confiance du public.

August 09 2013

Amazon sème sa zone en France et dans le monde - L'Humanité

Amazon sème sa zone en France et dans le monde - L’Humanité
http://www.humanite.fr/social-eco/amazon-seme-sa-zone-en-france-et-dans-le-monde-547095

Qualité des emplois proposés, nature précaire des contrats de travail, cadences infernales dans les entrepôts logistiques, évasion fiscale à l’échelle planétaire (lire page 3), saccage du secteur de la librairie traditionnelle et de sa mission de quasi-service public pour le livre… Aux États-Unis, l’Association des libraires américains (ABA) a été ulcérée par les ronds de jambe de Barack Obama. Dans une lettre ouverte au président, les libraires décryptent les 7 000 créations d’emplois promises par le mastodonte du Web  : «  Beaucoup de ces emplois ne seront que temporaires, et cela alors que l’on sous-estime systématiquement le nombre d’emplois que les pratiques déloyales d’Amazon coûtent à notre économie…  » Selon l’ABA, chaque fois que la multinationale prend 10 millions de chiffre d’affaires aux librairies traditionnelles, cela conduit à 33 suppressions d’emplois  ; ce qui, d’après elle, permet de chiffrer à 42 000 le nombre d’emplois perdus aux États-Unis pour la seule année 2012. Chez les libraires français, la colère est du même ordre devant les subventions publiques (3 000 à 4 000 euros par emploi annoncé, 1,4 million d’euros) versées à Amazon pour ses implantations à Montélimar (Drôme) et Chalon-sur-Saône  : le Syndicat de la librairie français (SLF) avait, l’année dernière, dénoncé une «  concurrence déloyale au détriment de commerces 
indépendants et de proximité qui génèrent bien plus d’emplois tout en s’acquittant de leurs obligations légales  ». Selon l’organisation professionnelle, «  face aux 150 à 250 emplois permanents réellement créés par Amazon (à Chalon-sur-Saône – NDLR), la vente de livres génère en France plus de 20 000 emplois dont 14 000 dans les seules librairies indépendantes  ».

Jeff Bezos, un patron de combat qui ne nous fait pas rire
http://www.humanite.fr/social-eco/jeff-bezos-un-patron-de-combat-qui-ne-nous-fait-pa-547097

Les libraires sonnent l’alarme
http://www.humanite.fr/social-eco/les-libraires-sonnent-l-alarme-547099

Avec ses montages financiers, le cador du commerce se moque des États
http://www.humanite.fr/social-eco/avec-ses-montages-financiers-le-cador-du-commerce-547098

#emploi #travail #Amazon #livre

July 28 2013

Les USA ne se prononceront pas sur un « coup d'Etat » en Egypte - 7SUR7.be

Les USA ne se prononceront pas sur un « coup d’Etat » en Egypte - 7SUR7.be
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1675948/2013/07/26/Les-USA-ne-se-prononceront-pas-sur-un-coup-d-Etat-en-Egypte.dhtml

Je n’avais personnellement jamais lu une énormité de cet acabit,

« La loi ne stipule pas que nous devons déterminer formellement si un coup d’Etat a eu lieu, et effectuer une telle détermination n’est pas dans notre intérêt national » a déclaré (...) [un] haut responsable de l’administration du président Barack Obama, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Aid to Egypt Can Keep Flowing, Despite Overthrow, White House Decides - NYTimes.com
http://www.nytimes.com/2013/07/26/world/middleeast/aid-to-egypt-can-keep-flowing-despite-overthrow-white-house-decides.html

“We will not say it was a coup, we will not say it was not a coup, we will just not say,” the official said.

Les conséquences sont malheureusement elles aussi énormes mais autrement plus sérieuses, comme l’explique #Matthew_Lee :

Analysis : US stand on Egypt ’coup’ may have costs - News Nation Washington - Boston.com
http://www.boston.com/news/nation/washington/2013/07/27/analysis-stand-egypt-coup-may-have-costs/HDKfDjpdLg6FvJJs9ysYmN/story.html

Previous U.S. administrations have endured criticism for appearing to pay them ["American values"] only lip service. But this new and unprecedented finding sends a confusing message that probably will resonate beyond Egypt to other fragile — and perhaps not so fragile — democracies where soldiers are unhappy with ballot box results or the policies of their elected commanders in chief.

#mensonges #démocratie

July 10 2013

George Bush, Nicholas_Kristof and the Hunger Games

George Bush, #Nicholas_Kristof and the Hunger Games
http://africasacountry.com/george-bush-nicholas-kristof-and-the-hunger-games

They’re ba-a-a-ack! Those wonderful white men in their (f)lying machines, the Good White Men who brought us the most recent instantiation of “Africa is a country” have returned. As you know, Africa Is a Country is “the blog that’s not about famine, Bono, or Barack Obama.” But we’re all over George W. Bush and Nicholas D. Kristof when [...]

#MEDIA #POLITICS #George_W_Bush

July 07 2013

Article d'il y a un mois et demi du Wall Street Journal : « Arabs ask US to lead on Syria », qui…

Article d'il y a un mois et demi du Wall Street Journal : « Arabs ask US to lead on Syria », qui éclaire les enjeux géopolitiques des évènements récents : http://online.wsj.com/article/SB10001424127887324244304578473212174423122.html?mod=rss_middle_east_new
ou sans le paywall, ici :
http://www.energia.gr/article_en.asp?art_id=27451

L'article évoque le fait que l'Arabie saoudite, les EAU et la Jordanie faisaient pression à l'époque sur Obama pour qu'il remette de l'ordre au Moyen-Orient sur le dossier syrien et qu'il fasse cesser le soutien du Qatar aux frères musulmans et à certains groupes syriens jihadistes, au motif qu'il nuirait à l'unité de l'opposition armée syrienne et contribuerait à prolonger le règne d'Assad :

The U.S. 's closest Arab allies are pressing President Barack Obama to take the lead in bridging the Middle East 's divisions over Syria , traveling to Washington to drive home their fears some of the region's leaders are strengthening radicals and prolonging President Bashar al-Assad's rule.
The coordinated message was delivered to Mr. Obama during separate White House meetings in recent weeks with Jordan's King Abdullah II, the United Arab Emirates' Crown Prince Mohammed bin Zayed al-Nahyan and Saudi Arabia's Foreign Minister Saud al-Faisal, according to senior U.S. and Arab officials familiar with the discussions.
The three royals' message to Mr. Obama was a not-so-subtle slap at Qatar and Turkey —both of which, officials in these Arab countries believe, are funneling funds and possibly weapons to groups promoting political Islam and in particular to those aligned with the Muslim Brotherhood.
They are also concerned that aid from Qatar has bolstered the Al-Nusra Front, a powerful Syrian militia fighting Mr. Assad's forces, which the U.S. has designated as a terrorist organization.

Il s'agissait non seulement pour les Saoudiens et ses alliés de demander aux USA de reprendre un rôle plus actif afin que les USA leurs délèguent le leadership sur les groupes de rebelles syriens au détriment du coupe qataro-turc, mais aussi et plus généralement au Moyen-Orient comme le laisse entendre la réaction de l'émir du Qatar de l'époque :

Qatar and Turkey have sought to use the Mideast 's transition to expand their diplomatic, economic and religious influence, say U.S. and Arab officials. The two countries have been the most aggressive in seeking to overthrow Mr. Assad. Qatar has been the primary financial supporter of the new governments in Cairo and Tunis , providing billions of dollars in aid to President Mohammed Morsi's government over the past 18 months, according to Qatari officials.
“In my opinion, some of our region, they did not like what happened...and they don't like it when the Muslim Brotherhood came,” Sheikh Hamad, Qatar 's prime minister, said in Washington last month. “But we respect the [other's] will and the people's will in the other nations.”

July 04 2013

UE-É.-U. _business as usual_ Libre-échange UE-US : les négociations débuteront lundi malgré les…

UE-É.-U. business as usual
Libre-échange UE-US : les négociations débuteront lundi malgré les soupçons d'espionnage
http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20130704trib000773972/libre-echange-ue-us-les-negociations-debuteront-lundi-malgre-les-soupcons-

Pas de changement de programme. Comme prévu, les pourparlers au sujet d'un partenariat transatlantique entre l'Union européenne et les Etats-Unis commenceront lundi prochain à Washington.

Mais, quand même…

Un groupe de travail de haut niveau sera créé en parallèle des discussions

et d'ailleurs…

Barack Obama « prend au sérieux » les inquiétudes des Européens

Certes, certes, les Européens sont inquiets, mais leurs gouvernements sont encore plus inquiets de perdre l'accès aux tuyaux que leur refourgue la #NSA

June 28 2013

Un général américain poursuivi pour les fuites sur Stuxnet, le virus informatique tueur de…

Un général américain poursuivi pour les fuites sur #Stuxnet, le virus informatique tueur de centrifugeuses iraniennes - Etats-Unis - RFI
http://www.rfi.fr/ameriques/20130628-general-americain-poursuivi-fuites-stuxnet-virus-informatique

Ce programme avait été révélé en juin de l'année dernière par le New York Times. Barack Obama, très en colère, avait alors annoncé que l'auteur de la fuite serait recherché et traduit en justice : « Ma politique est celle de la tolérance zéro en ce qui concerne ce genre de fuite. Révéler de telles informations constitue un acte criminel ».

Le département américain de la Justice soupçonne maintenant le général James Cartwright d'être à l'origine de la #fuite. Si ce soupçon se confirme, la situation deviendra plus que délicate pour Washington puisque c'est justement le général Cartwright qui avait conçu et coordonné cette #cyber-attaque depuis le Pentagone.

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl