Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

February 18 2014

December 10 2013

« Là-bas si j'y suis » : décembre 2013

Lundi 9 décembre, dans « Là-bas si j'y suis », à 15 heures, sur France Inter, Daniel Mermet s'entretenait avec l'équipe du Monde diplomatique autour du numéro de décembre. Alain Gresh revient dans un premier temps sur la mort de Nelson Mandela, pour rappeler, comme déjà en juillet 2010, que l'icône a (...) / Afrique du Sud, Iran, Nucléaire militaire, Art, Industrie culturelle, Personnalités, Prison, Relations internationales, A propos du « Diplo », Peinture, Jeux vidéo - La valise diplomatique
Reposted bycheg00iranelection

October 18 2013

19 octobre 1935 - Fin de la Longue Marche | ART...

19 octobre 1935 - Fin de la Longue Marche | ART...

http://www.scoop.it/t/artpol/p/4009510419/19-octobre-1935-fin-de-la-longue-marche?hash=6e82d3a7-795a-47e0-b559-79588ab22

https://by2.storage.live.com/items/CDE10D5DA9A5969A%2155210:Scaled1024/IMG_0344.jpg

19 octobre 1935 : fin de la Longue Marche - Les communistes chinois fuient devant les troupes de Tchang Kaï-chek et de son parti, le Kuomintang.

« Après une épopée de douze mille kilomètres à travers la Chine, les communistes se réfugient au Chen-si (ou Shaanxi). Dans cette province montagneuse isolée du nord-ouest, ils échappent aux attaques du parti rival du Guomindang (ou Kuomintang) et de son chef, Tchang Kaï-chek. Mais de 130.000 au départ, un an plus tôt, ils ne sont plus que 30.000. La faim et la lutte contre les troupes du Kuomintang ont eu raison des autres.

C’est au cours de la Longue Marche que Mao Zedong s’impose comme le leader des communistes chinois. Il se fait élire président du Comité central du Parti Communiste Chinois en février 1935. (...) »

#art #histoire #politique #Chine #révolution #communisme #changement #peinture #graphisme #propagande #médias #communication #représentation #culture #Mao #Artpol #vangauguin

October 05 2013

Greuze et la peinture morale | ARTPOL | Scoop.it

Greuze et la peinture morale | ARTPOL | Scoop.it
http://www.scoop.it/t/artpol/p/4008755950/greuze-et-la-peinture-morale?hash=297fbdaf-af2a-4d7a-b258-d13c2d8ff796

« Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les excès de la société aristocratique et libertine incitent le gouvernement ainsi que certains penseurs, tels La Font de Saint-Yenne ou Denis Diderot, à encourager fortement le retour à une vie plus vertueuse. En 1761, la publication des Contes moraux de Marmontel amorce cette nouvelle lecture morale, propre à édifier le lecteur et dont la République des Lettres et des Arts discute lors des séances au salon de Mme Geoffrin, où se réunissent Greuze, Diderot, d’Alembert, La Live de Jully, Grimm.

L’art doit également promouvoir cette nouvelle idée moralisatrice. Face aux scènes de genre et de marivaudage qui avaient envahi les cimaises dans les précédents salons, la vertu et la morale reprennent leurs droits en art. (...) »

#art #société #peinture #histoire #éducation #culture #morale #France #Greuze #enseignement #histoire_de_l'art #éthique #politique #Artpol #vangauguin

September 23 2013

Représenter le corps socialiste : l&rsquo...

Représenter le corps socialiste : l&rsquo...
http://www.scoop.it/t/artpol/p/4008049067/representer-le-corps-socialiste-l-exemple-du-peintre-a-deineka-1899-1969?hash=

"Quelles visions des genres et quels types de désirs le réalisme socialiste soviétique met-il en scène ?

En URSS, dès 1934, la doctrine du « réalisme socialiste » fonctionne comme un ensemble de normes esthétiques contraignantes dans le domaine des arts visuels. Sensé être le point de départ de tout acte de création artistique, « fondé sur la vision marxiste-léniniste du monde », officiellement, « le réalisme socialiste encourage les efforts des artistes et les aide à définir des formes et des styles divers en harmonie avec leurs inclinations personnelles [leur point de vue communiste] » [1]. Mais constitue-t-il pour autant l’aboutissement univoque de toute production dans le domaine des arts plastiques ? Sans qu’il s’agisse ici de trancher le débat entre, d’une part, l’école historiographique dite « totalitarienne » – qui insiste sur la subordination totale de la sphère artistique au pouvoir politique – et, d’autre part, les interprétations reconnaissant une plus grande marge de manœuvre aux artistes soviétiques, on notera que l’ensemble des œuvres rassemblées sous l’étiquette « réalisme socialiste » ne saurait être résumé à son programme « intelligibilité et lisibilité immédiates » [2].

Correspondant à un ensemble de canons – dont celui, central, du corps prolétaire, jeune, musclé et en bonne santé –, fait de passages obligés – le corps au travail, le corps sportif, et, semble-t-il dans une moindre mesure, le corps guerrier [3]–, le corpus du réalisme socialiste est aussi traversé par une recherche esthétique qui en permanence compose et entre en tension avec la contrainte formelle, il comporte potentiellement différents niveaux de lecture. (...)"

#art #politique #réalisme_socialiste #réalisme_soviétique #peinture #changement #utopie #société #culture #URSS #représentation #Artpol #vangauguin #autre_monde

September 17 2013

Paris-barricades

On pourrait assez logiquement penser qu'un ouvrage consacré à la fin de la Commune de Paris (1871) suscite la mélancolie, sinon l'abattement devant l'extermination des fédérés. Or ce dernier volume de la trilogie que le peintre et illustrateur Eloi Valat lui a consacrée soulève bien davantage une (...) / France, Communisme, Histoire, Mouvement de contestation, Socialisme, Socialisme libertaire, Répression, Peinture - 2013/09

August 12 2013

Où va cet âne ?

L'âne photographié sur une barque par Paola Pivi est comme le monde actuel : amorphe, éclaté, résigné. Un monde que nombre d'artistes se contentent de refléter, sans instaurer avec lui de distance critique. / Art, Culture, Libéralisme, Société, Peinture - (...) / Art, Culture, Libéralisme, Société, Peinture - 2012/11

August 05 2013

August 04 2013

*le surréalisme n'aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre*…

le surréalisme n’aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre

Ferdinand Alquié

André Breton par Marguerite Bonnet
http://www.jose-corti.fr/auteursfrancais/breton2.html

Cet #homme de la #quête n’a jamais eu le goût des #voyages lointains. A l’errance de Breton, suffisent la #ville et les #rues ; homme du voyage #intérieur, il demeure avant tout un sédentaire et un #terrien : « la grande #aventure #mentale » est tout ce qu’il importe de courir.

[Ses] premiers #textes, tout appliqués qu’ils soient au bien-dire, nous emmènent au-delà des influences, vers les constantes d’une nature qui cherche, d’emblée, dans la culture, ce qui s’accorde à ses directions instinctives.

http://www.youtube.com/watch?v=1rwHcEo4JY4

A l’écoute des #œuvres de son #temps pour reconnaître vers quoi tend sa propre sensibilité, il la découvre plus accordée, dans ses oscillations, à l’inéprouvé, à l’#inattendu, au #mouvant, qu’à la #permanence du connu, si parfaite qu’en soit la réalisation. Ce qui bouge, même s’il est difficile de saisir le sens du #mouvement, supplante pour lui ce qui demeure.

Il s’oppose en #art à toute anecdote – « Ecrire n’est pas forcément raconter » – comme à la représentation de la vie réelle, même interprétée, la jugeant « à peine moins servile que l’imitation fidèle » ; il veut atteindre à une #réalité autre qui, #tangentielle à celle du #monde #objectif, appartient en propre à l’œuvre et impose de ne la juger que selon ses propres lois.
(...) Fort de l’exemple de la peinture de #Braque et de #Picasso, c’est pour une existence pleinement autonome de l’œuvre qu’il combat, refusant de la rapporter avant tout à un réel préexistant. Mais il ne tombe pas non plus dans le #formalisme : « aucune #liberté formelle ne pourra jamais remplacer ce que est l’#âme même de la poésie ».
(...) Ce qui vient, ce qui, furtivement, est déjà arrivé, c’est la certitude que l’#écriture #automatique délivre, irréfutable : il faut que le poème meure pour que la poésie vive.

L’expérience de l’#automatisme, dès le premier moment, tend à supprimer ou du moins à affaiblir l’opposition entre ce qui est en nous et ce qui est hors de nous, l’arbitraire n’étant arbitraire que pour notre ignorance et ouvrant en réalité en direction du monde comme des êtres, une autre voie de #connaisssance et de #communication.

Le caractère « sans précédent » des #Champs_magnétiques, selon l’expression d’#Aragon, leur est donné non seulement par la méthode d’édriture dont lils relèvent, mais aussi par la visée à laquelle pour Breton ils répondent. Dans la grande quête parfois hagarde où, depuis 1916, il se trouve engagé pour confondre l’aventure poétique t la vie, ils marquent un tournant, mais un tournant périlleux : "Les Champs magnétiques dit #André_Breton dans ses notes, « c’est le désir d’écrire un livre dangereux ».

La poésie de toutes parts, déborde les poèmes ; elle déborde le #langage même ; elle se fait existence. En choisissant de s’abandonner à la parole en dérive, Breton trouve provisoirement un solution au #conflit angoissant de l’écriture et du silence ÷ il n’écrit plus, il est écrit. C’est pourquoi l’écriture automatique figure alors une délivrance.

La notion de surréalisme (…) rassemble sous l’appellation d’automatisme psychique, à côté de l’écriture, tous les modes d’expresion découverts – et à découvrir – capables d’amener au jour sans médiation réflexive les pulsions de l’inconscient dont la réalité enfouie s’oppose aux « #réalités_sommaires » de la #conscience. Le second temps de la définition, annoncé comme l’acception #philosophie du terme, vise à fonder en raison le surréalisme en l’établissant « sur la croyance à la réalité supérieure de certaines formes d’associations négligées jusqu’à lui, à la toute-puissance du #rêve, au jeu désintéressé de la #pensée ». C’est dire que l’homme n’est pas ce qu’il croit être et que la méthode de connaissance définie par l’#automatisme lui révèlera sa vraie nature, « les étendues illimitées où se manifestent ses désirs ».

Rien dans le Manifeste ne postule une #transcendance ; il n’y a pas d’ambiguïté dans la revendication qui ferme la définition ; non content d’assigner pour tâche au surréalisme l’expression du « fonctionnement réel de la pensée », Breton lui attribue le pouvoir de changer l’existence, ici et maintenant.
Réduire le Manifeste à une #déclaration de guerre à la raison est simplifier excessivement les #choses ; c’est à l’#avènement d’une nouvelle raison qu’il œuvre, celle qu’invoquait #Rimbaud, raison plus large, capable d’intégrer l’ensemble de la réalité humaine. #Alquié,[dans sa Philosophie du surréalisme] est tout à fait fondé à écrire : « le surréalisme n’aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre ».

#Littérature #Poésie #Peinture #Surréalisme #Psychisme #Psychanalyse #Dada #Tristan_Tzara Livres #Vidéo

July 09 2013

Et l'expérience esthétique advint chez la souris à la faveur de la.... morphine. « Art and the…

Et l’expérience esthétique advint chez la souris à la faveur de la.... morphine.

« Art and the animal kingdom : Of mice and Manet » | The Economist

http://www.economist.com/news/science-and-technology/21580132-murine-appreciation-paintings-mice-and-manet

Dr Watanabe was curious to see whether his mice had a preference for certain painters. He put them in a chamber, one at a time, and showed each a pair of paintings by different artists. (...) His mice expressed no particular preference between a picture by Wassily Kandinsky, a Russian abstract painter, and another by Piet Mondrian (...) But things got more interesting when Dr Watanabe added morphine to the mix. The mice were injected with the drug when viewing one picture, and with an inactive saline solution when viewing another. After a few repetitions, they began to associate one of the paintings with the morphine high, and would spend longer standing next to it. This implies that the mice were able to tell one painting from another, when given an incentive to do so.

#science #animal #art #morphine #peinture

June 19 2013

Victor Hugo peintre

Un jour, Annie Le Brun se voit proposer par le directeur de la Maison de Victor Hugo à Paris une « exposition carte blanche ». Elle va la remplir de noir — ces « arcs-en-ciel du noir » que les dessins de Victor Hugo font lever et qui ont donné son titre à une exposition saisissante. / France, Art, (...) / France, Art, Culture, Histoire, Peinture - 2012/08

May 09 2013

Une fusion des influences étrangères et des valeurs traditionnelles

Si la peinture de chevalet est assez récente en Algérie, il existait dans notre pays d'autres formes d'expression picturale, comme en témoignent les fresques du Tassili, en particulier, œuvres qui viennent, par leur qualité, se placer au niveau des peintures des grottes de Lascaux et d'Altamira. (...) / Algérie, Art, Culture, Peinture - 1965/10-hs

August 25 2012

Ballerines

Edgar Degas, par son travail sur les ballerines, a tenté de percer le mystère du mouvement, mais aussi, niché dans la chair, le secret de la condition humaine. / Art, Culture, Idées, Peinture - 2012/02 / Art, Culture, Idées, Peinture - 2012/02

June 06 2012

Quand l'Inde se regarde en peintures

Encore peu connu, l'art indien contemporain s'est profondément renouvelé ces dernières décennies. Beaucoup développent une vision originale, plongeant dans les racines historiques du pays et pointant les tares de la société. / Inde, Art, Culture, Religion, Société, Hindouisme, Peinture - (...) / Inde, Art, Culture, Religion, Société, Hindouisme, Peinture - 2011/12

January 25 2012

« Arabic Graffiti »

Proposant plus de trois cents photographies et illustrations en couleurs , des contributions de Huda Smitshuijzen Abifarès, Tala Saleh, Houda Kassatly et William Parry, des œuvres et réflexions de Hassan Massoudy, Malik Anas Al-Rajab, eL Seed, Hest1, Julien Breton aka Kaalam, L'Atlas, Aerosol (...) / Liban, Palestine, Proche-Orient, Monde arabe, Art, Culture, Ville, Maghreb, Peinture - 2011/11

September 09 2011

« L'Art de la grimace »

Grimacer est un art dont Martial Guédron explore avec ingéniosité les ressources. Disparate, feinte ou spontanée, fine ou grossière, acrimonieuse ou affable, la grimace subjugue de sa présence expressive toutes les époques et captive toutes les disciplines artistiques. Couchée sur papier, colorée de (...) / Art, Photographie, Peinture - 2011/07
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl