Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

March 16 2012

Spektakuläres Gespräch zwischen Jarzombek und Caspary zu ACTA und Urheberrecht

Der CDU-Bundestagsabgeordnete Thomas Jarzombek hat einen “sitzungswöchentlichen Video-Podcast”. Titel des Formats: “Nachgefragt”. In einem “Nachgefragt Spezial” hat Jarzombek nun am 07. März 2012 ein sehr interessantes Gespräch mit seinem Abgeordnetenkollegen aus dem Europäischen Parlament, Daniel Caspary, bei YouTube veröffentlicht. Caspary ist seit 2004 EP-Abgeordneter und dabei Mitglied und Koordinator der Fraktion der Europäischen Volkspartei (EVP) im Ausschusses für internationalen Handel (INTA). Er ist laut Jarzombek “der Spezialist in unserer Fraktion für das Thema ACTA”. Um ACTA und um die Reformbedürftigkeit des Urheberrechts geht es dann auch. Mit spektakulären Aussagen.

Jarzombek beginnt mit einer harmlosen Frage, die eine aktuelle Befürchtung rund um die Ausgestaltung des ACTA-Vertrages aufgreift: “Wird Acta jetzt tatsächlich dazu führen, dass Meinungsfreiheit im Internet eingeschränkt wird?” Dazu Caspary, mit einer deutlichen Position:

Genau darum geht es im Kern, da müssen wir ACTA prüfen, denn sollte irgendetwas drohen an Einschränkung der Freiheit im Internet, dann würden wir ACTA ablehnen.

Um dies zu überprüfen werde laut Caspary nach “menschlichem Ermessen” Ende März der Europäische Gerichtshof angerufen. Caspary betont, dass es ihm wichtig sei:

in den nächsten Monaten die Bedenken der Bürgerinnen und Bürger, auch die Bedenken der Netzgemeinde und der Demonstranten aufzugreifen und wirklich sicherstellen, dass ACTA all diese Befürchtungen dann auch nicht erfüllt, sondern dass wir mit ACTA wirklich das Problem der gefälschten Produkte lösen und nicht irgendwelche Nebenwirkungen bekommen, die wir nicht wollen.

Zu den umstrittenen Ideen zur Einführung einer ‘Deep Packet Inspection’, was das ist erklärt Jarzombek knapp und griffig: “(..) also schnüffelt irgendjemand in den Daten der Bürger herum im Internet”) und dem Konzept von ‘Three-Strikes-Modellen’ bei Urheberrechtsverletzungen im Internet, wünscht sich Caspary

a) dass die Europäische Kommission überprüft, ob diese Maßnahmen überhaupt mit bestehendem europäischen Recht im Einklang sind und b) dass die Gesetzgeber in allen europäischen Ländern solche Maßnahmen nicht einführen oder abschaffen.

Zur seitens der Rechteindustrie immer wieder geforderten gesetzlichen Verpflichtung für Provider, Urheberrechtsverstöße im Netz ausfindig zu machen, ist Caspary ebenfalls sehr klar:

Ich wünsche mir, dass der deutsche Gesetzgeber eindeutig ist. Wobei ja auch die europäische Rechtsprechung eindeutig ist. Es gibt einen Fall, gerade Anfang Februar in Belgien, wo der Europäische Gerichtshof ganz klar festgestellt hat, dass es nicht Aufgabe von privaten Unternehmen sein kann, den Netzverkehr auf Urheberrechtsverstöße zu filtern. Und da ist die europäische Rechtsprechung eindeutig und wir müssen sicherstellen, dass nicht über den Weg von freiweilligen Selbstverpflichtung hier Internetprovider Dinge einführen, die mit europäischem Recht nicht vereinbar sind.

Jarzombek ist sichtlich erstaunt über das Statement seines Kollegen und kommentiert nur: “starkes Statement”.

Im weiteren Verlauf des Gesprächs fragt Jarzombek seinen Kollegen wie er denn zu einem “echtem Recht auf Privatkopie” und der Reformbedürftigkeit des Urheberrechts stehe, wie es beispielsweise der CDU-MdB-Kollege Peter Tauber jüngst forderte. Dazu Caspary:

Hier gibt es unterschiedliche Rechtsauffassungen. (…) Die dringend notwendige Reform des Urheberrechts gerade im Internet darf durch ACTA nicht verhindert oder eingeschränkt werden. Und deshalb nach dem derzeitigen Fahrplan wird auf europäischer Ebene zuerst in den nächsten anderthalb Jahren über die Reform des Urheberrechts gesprochen, und erst danach erwarte ich ein Urteil des Europäischen Gerichtshofs. Und zuvor steht eine Ratifizierung von ACTA auf europäischer Ebene nicht an.

Jarzombek hakt nach, ob Caspary auch persönliche Veränderungen für notwenig halte. Dieser, fast schon verwundert über die Frage, antwortet:

Dringend. Jeder Internetnutzer weiß, dass das Urheberrecht wie wir es heute haben, auf die Welt von heute nicht passt. Und auf der anderen Seite muss uns auch klar sein, eine Revision des Urheberrechts kann nicht bedeuten, dass es im Internet kein Urheberrecht mehr gibt, sondern wir brauchen ein Urheberrecht, dass auf die Nutzungsbedingungen von heute passt.

Am Ende des Gesprächs geht es um den weiteren Zeitplan und die ursprüngliche Idee von ACTA. Hoch interessant ist bei der Antwort, mit welcher Radikalität Caspary hier Maßstäbe setzt:

Die Idee ist nicht, Gesetzgebung in Europa durch die Hintertür, sondern wir wollen mit ACTA europäische Standards exportieren, ähnlich wie wir das im Bereich Menschenrechtsstandards, Umweltstandards, Sozialstandards und Arbeitnehmerstandards machen. Und jetzt müssen wir im kommenden Prozess sicherstellen, dass wir eben nicht doch eine nicht gewollte Rechtsänderung in Europa durch die Hintertür bekommen. Und das wird das Kriterium für mich sein. Ich kann unserer Fraktion nur dann empfehlen, ACTA zuzustimmen, wenn wirklich gilt, durch ACTA ändert sich für einen Europäer in Europa nichts.

Hier das gesamte Interview in Ton und Bild:

November 26 2010

November 24 2010

La Commission européenne doit agir pour protéger la Neutralité du Net

Paris, 24 novembre 2010 – Dans une lettre envoyée le 19 novembre à la Commissaire européenne Neelie Kroes, en charge de la Stratégie numérique, La Quadrature du Net demande à la Commission de prendre des mesures concrètes pour protéger la neutralité du Net dans l'Union européenne. Suite au discours de Mme Kroes lors du sommet européen sur la neutralité du Net, l'organisation citoyenne enjoint la Commission à travailler avec les autorités de régulation nationales pour faire en sorte que les bénéfices socio-économiques permis par Internet soient préservés. Il faut engager au plus vite un débat sur les pratiques de gestion de trafic Internet (quelles sont celles qui sont acceptables, celles qui ne le sont pas) ainsi que sur des lignes directrices claires en matière de neutralité des réseaux.

Le 11 novembre dernier, la Commission européenne et le Parlement européen ont organisé un sommet sur la neutralité du Net marquant la fin du processus de consultation initié en juin dernier. Si le discours1 de la Commissaire Kroes contenait des remarques encourageantes, il a dans l'ensemble déçu. Bien qu'elle ait insisté sur le fait qu'elle n'hésiterait pas à faire voter de nouvelles lois pour protéger la neutralité du Net, il n'y a aucune raison de remettre à plus tard une intervention publique aussi urgente.

« Au lieu d'un engagement ferme à protéger le principe fondamental de neutralité du Net par la loi, les citoyens européens se sont vu proposer une politique attentiste. La Commission semble vouloir afficher une foi aveugle dans les capacités du marché à empêcher les opérateurs de mettre en cause le caractère ouvert d'Internet, et avec lui la compétition, l'innovation et les droits fondamentaux », déclare Jérémie Zimmermann, porte-parole de Quadrature du Net, qui a pris part au sommet de la semaine passée2.

Les citoyens doivent continuer à faire entendre leur voix dans ce débat, à la fois au niveau européen et au sein des États membres. Il peuvent à cet effet utiliser l'outil Mémoire Politique3 afin d'entrer en contact avec leurs représentants au Parlement européen, et les exhorter à faire pression pour que la Commission prenne une position proactive sur ce sujet crucial.

« Lorsque les autorités européennes se décideront à agir, les pratiques discriminatoires seront peut-être devenues la norme, et l'Internet tel que nous le connaissons aujourd'hui ne sera plus qu'un lointain souvenir. Même s'il est compréhensible que la Commission ne souhaite pas engager dès à présent un long processus législatif, celle-ci doit agir de concert avec les régulateurs nationaux pour s'assurer que l'infrastructure de l'Internet restera neutre, tant sur les réseaux fixes que mobiles » conclut Jérémie Zimmermann.

Pour de plus amples informations, consultez notre réponse à la consultation de la Commission européenne sur le sujet4

Lettre ouverte à la Commissaire Kroes

Chère Commissaire Kroes,

Nous vous écrivons pour vous prier de prendre une approche pro-active en matière de protection de la neutralité du réseau dans les prochains mois. Lors de votre prise de poste de Commissaire européenne à la Stratégie numérique au début de l'année, vous affirmiez votre attachement à la protection de la neutralité du réseau, qui assure qu'Internet reste une plateforme de communication ouverte et "générative". La semaine dernière, durant le sommet de la Net neutralité co-organisé par la Commission et le Parlement européen, vous rappeliez à nouveau le besoin de s'assurer que les utilisateurs finaux puissent « facilement accéder et distribuer du contenu, des services, et applications de leur choix », ce faisant, montrant votre profonde compréhension de l'importance cruciale de ce principe pour la protection de la liberté de communication et de l'innovation.

Cependant, nous restons sceptiques quant à vos propos selon lesquels le cadre de régulation actuel - qui repose sur la compétition et un degré minimum de transparence - est en mesure de prévenir le développement de pratiques discriminatoires dans la gestion du trafic Internet (en particulier si l'on admet qu'il est très plausible que tous les acteurs dans un marché donné puisse s'engager dans de telles pratiques). Comme vous l'avez vous-même reconnu la semaine dernière, il existe déjà de nombreux cas où les opérateurs télécom brident sciemment des sites, des services ou des protocoles, ou s'engagent dans d'inadmissibles traitements différenciés des données. Et ce tout particulièrement au Royaume-Uni, en dépit des efforts répétés du régulateur national, Ofcom visant à limiter les pratiques discriminatoires en stimulant la compétition et augmentant la transparence pour les consommateurs. Clairement, cette approche a échoué, et nous regrettons que la Commission soit aujourd'hui disposée à en rester là. Les intérêts en jeu dans ce débat sont trop importants pour laisser le marché opérer librement et espérer que les consommateurs "voteront avec leurs pieds". Toutes les parties prenantes comprennent l'importance de préserver la neutralité du Net, et il faut désormais joindre les actes aux paroles avant qu'il ne soit trop tard.

Bien que le secteur des télécommunications européen subisse actuellement une importante réforme avec la transposition du Paquet Télécom, la Commission peut et doit s'assurer que les régulateurs nationaux se verront dotés des outils nécessaires pour faire face à des pratiques déraisonnables et discriminatoires au cours de ce processus de transposition. La Commission peut protéger l'intérêt du plus grand nombre en appelant à l'adoption de principes généraux, définissant les pratiques acceptables et celles qui ne le sont pas. Par exemple - comme suggeré par certaines autorités de régulation nationales - les régulateurs pourraient s'opposer à toute pratique de limitation de trafic ne correspondant pas à certains critères (que ces pratiques soient non commerciales, qu'elle répondent à des besoins techniques précis, telles que la congestion non-anticipée ou des menaces sur la sécurité des réseaux, et prévenir toute forme de limitation artificielle de la bande passante).

Il doit s'agir là d'un objectif à court terme, sans même que s'engage un difficile processus législatif pour garantir la neutralité du Net dans le droit communautaire (bien que cela puisse s'avérer nécessaire à l'avenir). À tout le moins, cela montrerait que la Commission est determinée à garantir qu'Internet restera ouvert et libre pour tous les citoyens et innovateurs, protégeant la contribution de l'Internet à nos démocraties et nos économies. Nous invitons également la Commission à clarifier que, au cas où les approches suggerées ci-dessus s'avéreraient insuffisantes pour protéger la neutralité du Net, celle-ci sera disposée à demander aux États membres de s'assurer qu'une offre garantissant la neutralité de bout-en-bout, à la fois sur les réseaux fixes et mobiles, soit accessible à tous les citoyens.

Nous restons disponibles pour toute demande d'information complémentaire.
Veuillez agréer nos salutations distinguées,

Philippe Aigrain, Gérald Sédrati-Dinet, Benjamin Sonntag et Jérémie Zimmermann, co-fondateurs de l'organisation citoyenne La Quadrature du Net.

  1. 1. http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=SPEECH/10/643&fo...
  2. 2. http://www.laquadrature.net/fr/la-quadrature-participe-au-sommet-europee...
  3. 3. http://www.laquadrature.net/wiki/Memoire_politique
  4. 4. http://www.laquadrature.net/fr/la-quadrature-repond-a-la-consultation-eu...
Partager cet article :
Twitter Facebook Delicious Digg MySpace
Soutenir notre action :
La quadrature du net yooook flattr
Reposted bykrekk krekk

September 09 2010

February 08 2010

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl