Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

August 04 2013

*le surréalisme n'aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre*…

le surréalisme n’aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre

Ferdinand Alquié

André Breton par Marguerite Bonnet
http://www.jose-corti.fr/auteursfrancais/breton2.html

Cet #homme de la #quête n’a jamais eu le goût des #voyages lointains. A l’errance de Breton, suffisent la #ville et les #rues ; homme du voyage #intérieur, il demeure avant tout un sédentaire et un #terrien : « la grande #aventure #mentale » est tout ce qu’il importe de courir.

[Ses] premiers #textes, tout appliqués qu’ils soient au bien-dire, nous emmènent au-delà des influences, vers les constantes d’une nature qui cherche, d’emblée, dans la culture, ce qui s’accorde à ses directions instinctives.

http://www.youtube.com/watch?v=1rwHcEo4JY4

A l’écoute des #œuvres de son #temps pour reconnaître vers quoi tend sa propre sensibilité, il la découvre plus accordée, dans ses oscillations, à l’inéprouvé, à l’#inattendu, au #mouvant, qu’à la #permanence du connu, si parfaite qu’en soit la réalisation. Ce qui bouge, même s’il est difficile de saisir le sens du #mouvement, supplante pour lui ce qui demeure.

Il s’oppose en #art à toute anecdote – « Ecrire n’est pas forcément raconter » – comme à la représentation de la vie réelle, même interprétée, la jugeant « à peine moins servile que l’imitation fidèle » ; il veut atteindre à une #réalité autre qui, #tangentielle à celle du #monde #objectif, appartient en propre à l’œuvre et impose de ne la juger que selon ses propres lois.
(...) Fort de l’exemple de la peinture de #Braque et de #Picasso, c’est pour une existence pleinement autonome de l’œuvre qu’il combat, refusant de la rapporter avant tout à un réel préexistant. Mais il ne tombe pas non plus dans le #formalisme : « aucune #liberté formelle ne pourra jamais remplacer ce que est l’#âme même de la poésie ».
(...) Ce qui vient, ce qui, furtivement, est déjà arrivé, c’est la certitude que l’#écriture #automatique délivre, irréfutable : il faut que le poème meure pour que la poésie vive.

L’expérience de l’#automatisme, dès le premier moment, tend à supprimer ou du moins à affaiblir l’opposition entre ce qui est en nous et ce qui est hors de nous, l’arbitraire n’étant arbitraire que pour notre ignorance et ouvrant en réalité en direction du monde comme des êtres, une autre voie de #connaisssance et de #communication.

Le caractère « sans précédent » des #Champs_magnétiques, selon l’expression d’#Aragon, leur est donné non seulement par la méthode d’édriture dont lils relèvent, mais aussi par la visée à laquelle pour Breton ils répondent. Dans la grande quête parfois hagarde où, depuis 1916, il se trouve engagé pour confondre l’aventure poétique t la vie, ils marquent un tournant, mais un tournant périlleux : "Les Champs magnétiques dit #André_Breton dans ses notes, « c’est le désir d’écrire un livre dangereux ».

La poésie de toutes parts, déborde les poèmes ; elle déborde le #langage même ; elle se fait existence. En choisissant de s’abandonner à la parole en dérive, Breton trouve provisoirement un solution au #conflit angoissant de l’écriture et du silence ÷ il n’écrit plus, il est écrit. C’est pourquoi l’écriture automatique figure alors une délivrance.

La notion de surréalisme (…) rassemble sous l’appellation d’automatisme psychique, à côté de l’écriture, tous les modes d’expresion découverts – et à découvrir – capables d’amener au jour sans médiation réflexive les pulsions de l’inconscient dont la réalité enfouie s’oppose aux « #réalités_sommaires » de la #conscience. Le second temps de la définition, annoncé comme l’acception #philosophie du terme, vise à fonder en raison le surréalisme en l’établissant « sur la croyance à la réalité supérieure de certaines formes d’associations négligées jusqu’à lui, à la toute-puissance du #rêve, au jeu désintéressé de la #pensée ». C’est dire que l’homme n’est pas ce qu’il croit être et que la méthode de connaissance définie par l’#automatisme lui révèlera sa vraie nature, « les étendues illimitées où se manifestent ses désirs ».

Rien dans le Manifeste ne postule une #transcendance ; il n’y a pas d’ambiguïté dans la revendication qui ferme la définition ; non content d’assigner pour tâche au surréalisme l’expression du « fonctionnement réel de la pensée », Breton lui attribue le pouvoir de changer l’existence, ici et maintenant.
Réduire le Manifeste à une #déclaration de guerre à la raison est simplifier excessivement les #choses ; c’est à l’#avènement d’une nouvelle raison qu’il œuvre, celle qu’invoquait #Rimbaud, raison plus large, capable d’intégrer l’ensemble de la réalité humaine. #Alquié,[dans sa Philosophie du surréalisme] est tout à fait fondé à écrire : « le surréalisme n’aime pas perdre la raison ; il aime ce que la raison nous fait perdre ».

#Littérature #Poésie #Peinture #Surréalisme #Psychisme #Psychanalyse #Dada #Tristan_Tzara Livres #Vidéo

April 14 2011

02mydafsoup-01
3 #Dada Magazines (mostly by Tristan Tzara, 1917-18) | pdf at @Ubuweb via Miscellanea, a paper.li daily - edited by @ramage - http://bit.ly/dHzNTY
Twitter / 02mytwi01: 3 #Dada Magazines (mostly ...

U B U W E B :: Dada Magazine






Dada Magazine (1917-1918)


Dada 1, July 1917 [PDF, 2.7mb]
Dada 2, December 1917 [PDF, 3.1mb]
Dada 3, December 1918 [PDF, 7mb]


Attempting to promulgate Dada ideas throughout Europe, Tristan Tzara launched the art and literature review Dada. Although, at the outset, it was planned that Dada members would take turns editing the review and that an editorial board would be created to make important decisions, Tzara quickly assumed control of the journal. But, as Richter said, in the end no one but Tzara had the talent for the job, and, "everyone was happy to watch such a brilliant editor at work."[10] Appearing in July 1917, the first issue of Dada, subtitled Miscellany of Art and Literature, featured contributions from members of avant-garde groups throughout Europe, including Giorgio de Chirico, Robert Delaunay, and Wassily Kandinsky. Marking the magazine's debut, Tzara wrote in the Zurich Chronicle, "Mysterious creation! Magic Revolver! The Dada Movement is Launched." Word of Dada quickly spread: Tzara's new review was purchased widely and found its way into every country in Europe, and its international status was established.

While the first two issues of Dada (the second appeared in December 1917) followed the structured format of Cabaret Voltaire, the third issue of Dada (December 1918) was decidedly different and marked significant changes within the Dada movement itself. Issue number 3 violated all the rules and conventions in typography and layout and undermined established notions of order and logic. Printed in newspaper format in both French and German editions, it embodies Dada's celebration of nonsense and chaos with an explosive mixture of manifestos, poetry, and advertisementsÑall typeset in randomly ordered lettering.

The unconventional and experimental design was matched only by the radical declarations contained within the third issue of Dada. Included is Tzara's "Dada Manifesto of 1918," which was read at Meise Hall in Zurich on July 23, 1918, and is perhaps the most important of the Dadaist manifestos. In it Tzara proclaimed:

Dada: the abolition of logic, the dance of the impotents of creation; Dada: abolition of all the social hierarchies and equations set up by our valets to preserve values; Dada: every object, all objects, sentiments and obscurities, phantoms and the precise shock of parallel lines, are weapons in the fight; Dada: abolition of memory; Dada: abolition of archaeology; Dada: abolition of the prophets; Dada: abolition of the future; Dada: absolute and unquestionable faith in every god that is the product of spontaneity.
With the third issue of Dada, Tzara caught the attention of the European avant-garde and signaled the growth and impact of the movement. Francis Picabia, who was in New York at the time, and Hans Richter were among the figures who, by signing their names to this issue, now aligned themselves with Dada. Picabia praised the issue:
Dada 3 has just arrived. Bravo! This issue is wonderful. It has done me a great deal of good to read in Switzerland, at last, something that is not absolutely stupid. The whole thing is really excellent. The manifesto is the expression of all philosophies that seek truth; when there is no truth there are only conventions.

  
[...]




SOURCE: http://www.artic.edu/reynolds/essays/hofmann.php


PDF conversions by Phil Julian


RELATED RESOURCES:

Helmut Herbst, "Deutschland Dada" in UbuWeb Film
Hans Richter in UbuWeb Film
Tristan Tzara in UbuWeb Sound

 

via ubu.net

 

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl