Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

November 08 2013

Les Allemands ont perdu confiance dans les États-Unis

Les Allemands ont perdu confiance dans les États-Unis
http://www.infratest-dimap.de/umfragen-analysen/bundesweit/ard-deutschlandtrend/2013/november
(échantillon aléatoire de 1002 personnes, les 4 et 5 novembre, par téléphone (70% fixe/30% mobile))

Deutsche haben ihr Vertrauen in die USA verloren — Die Welt
http://img.welt.de/img/deutschland/crop121660157/8538729154-ci3x2l-w620/DWO-DPartner-js.jpg

En trois mois, le pourcentage de la population qui tient le pays pour un partenaire digne de confiance est passé :
• de 59% à 35% (-24%) pour les États-Unis
• de 63% à 50% (-13%) pour la Grande-Bretagne
• de 24% à 20% (-4%) pour la Russie

• de 77% à 80% (+3%) pour la France

Edward #Snowden est majoritairement considéré comme un héros
http://www.infratest-dimap.de/typo3temp/pics/ARD-DeutschlandTREND_November2013_17_db9b8441cc.png
60% : héros
14% : délinquant
5% : les deux (spontanément)
17% : aucun des deux (spontanément)
le complément à 100% (soit 4%) : non réponse ou ne sait pas

La question est particulièrement longue :

L’ancien collaborateur des services secrets É.-U. Edward Snowden a révélé l’activité de surveillance des services secrets américain. Certains pensent que Snowden doit de ce fait être considéré comme un délinquant. D’autres considèrent, pour cela, Snowden comme un héros. À votre avis, Snowden est-il un héros ou un délinquant ?

Et pourtant, la question de l’asile politique divise profondément les sondés : question posée sous deux formes

(A) Le gouvernement fédéral doit-il proposer l’asile politique à l’ancien collaborateur des services secrets américains Edward Snowden ?

Oui : 46%
Non : 48%

(B) Le gouvernement fédéral doit-il proposer l’asile politique à l’ancien collaborateur des services secrets américains Edward Snowden, même si cela devait nuire aux relations germano-américaines ?

Oui : 47%
Non : 47%

J’imagine que ceux à qui on n’a pas mis les points sur les i (question A) se doutent un peu que proposer l’asile ne devrait pas trop arranger les relations avec les É.-U.…)

==============================

Par ailleurs, 90% des enquêtés n’ont rien modifié dans leur comportement pour le téléphone ou le mail…

Enfin, la cote de BHO en prend un méchant coup
(très satisfaits/satisfaits vs un peu/pas du tout satisfaits)
http://www.infratest-dimap.de/typo3temp/pics/ARD-DeutschlandTREND_November2013_5_3519288bae.png

Paradis fiscaux : « Tout reste à faire »

Paradis fiscaux : « Tout reste à faire »
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2013/11/07/paradis-fiscaux-tout-reste-a-faire_3509743_3234.html
Gabriel Zucman, professeur à la London School of Economics et chercheur à l’université de Berkeley, en Californie, spécialiste des paradis fiscaux, publie, jeudi 7 novembre, l’un des livres les plus aboutis sur le sujet, La Richesse cachée des nations (Le Seuil-La République des idées, 128 pages, 11,80 euros).

Dans un entretien au Monde, le Français démontre, selon une méthode qu’il veut incontestable, qu’il n’y a jamais eu autant d’argent dans les centres financiers offshore. Il propose un plan d’action concret pour taxer ces centaines de milliards d’euros volés aux Etats.

La lutte contre l’évasion fiscale mobilise les pays membres du G20. Le secret bancaire recule. Pourtant, vous dites que les paradis fiscaux n’ont jamais été aussi prospères. Les efforts sont-ils vains ?

Gabriel Zucman : Des progrès ont été réalisés. Mais nous sommes encore au niveau zéro – ou presque – de la lutte contre les paradis fiscaux. Les engagements à coopérer restent flous. Les conventions signées sous l’égide de l’Organisation de coopération et de développement économiques, pour forcer les centres offshore à échanger des informations sur les contribuables étrangers, ne disent pas comment et quand cela se fera, quels revenus seront concernés, quels contrôles effectués. Ce ne sont que des bouts de papier prévoyant qu’un jour peut-être l’échange automatique de données sera mis en place.

Les chiffres le montrent. Il n’y a jamais eu autant d’argent qu’en 2013 dans les paradis fiscaux : selon mes calculs, 8 % du patrimoine financier mondial des ménages s’y trouve, soit une fortune de 5 800 milliards d’euros, dont 350 milliards appartenant à des Français. Depuis 2009, le montant des fortunes gérées dans les paradis fiscaux a augmenté de 25 %, et de 14 % en Suisse. Tout reste à faire !

Comment parvenez-vous à un chiffrage aussi précis ? Les données manquent, rien ne filtre des paradis fiscaux…...

Gabriel Zucman : J’ai réalisé une enquête économique à partir d’une masse de données officielles inexploitées à ce jour, que j’ai combinées entre elles : des statistiques macroéconomiques sur les investissements internationaux des pays et les balances des paiements, les bilans des banques, leurs positions hors-bilan, les richesses privées, les revenus des nations ou encore les données officielles de la Banque nationale suisse, qui publie, chaque mois, le montant des fortunes détenues par des étrangers. La Suisse accueillant un tiers des fortunes mondiales offshore, il s’agit d’un indicateur central. Jamais tel travail de réconciliation n’avait été mené.

Que disent ces données ?

Gabriel Zucman : Je me suis d’abord aperçu que les fortunes détenues par des particuliers créaient des anomalies statistiques. Imaginez un Français vivant à Paris et possédant un compte à Genève, depuis lequel il achèterait des actions de la société américaine Google. Sur le plan comptable, les Etats-Unis enregistreraient un passif, mais ni la Suisse ni la France n’enregistreraient d’actif. La Suisse, parce qu’il s’agit d’actions acquises par un Français ; la France parce qu’elle ne connaît pas l’existence de ce compte en Suisse. Voilà l’anomalie : le passif est supérieur à l’actif ! D’aussi loin que remontent les statistiques, dans les années 1970, cette anomalie est visible. En somme, c’est comme si la Terre était possédée en partie par… la planète Mars !

Ensuite, j’ai vérifié que ce déséquilibre reflétait bien l’argent investi dans les paradis fiscaux. Depuis la Suisse et les autres centres offshore, les particuliers investissent surtout dans des fonds luxembourgeois, irlandais et des îles Caïmans. Or, j’ai fait les comptes entre l’argent sur ces fonds et celui déclaré par les investisseurs dans leur pays d’origine. Eh bien, il y a un gouffre entre les deux, des milliers de milliards évaporés, comme au Luxembourg où l’anomalie comptable atteint 1 000 milliards d’euros. Ce gouffre explique l’essentiel du déséquilibre mondial entre l’actif et le passif.

Qu’en est-il des multinationales ?

Gabriel Zucman : Le fait qu’il soit possible de manipuler les prix de transfert [prix des transactions entre sociétés d’un même groupe] pour faire apparaître les profits dans les pays à fiscalité faible ou nulle, crée un problème économique lourd. Ces manipulations réduisent de 30 % les recettes de l’impôt sur les sociétés.

Sur les 5 800 milliards d’euros des particuliers offshore, 80 % ne seraient pas déclarés. Quelle est la perte d’impôts ?

La fraude permise par le secret bancaire représente au bas mot 130 milliards d’euros de pertes d’impôts au niveau mondial, dont 50 milliards pour l’Union européenne et 17 milliards pour la France. Sans l’évasion fiscale, la dette publique française ne serait pas à 95 % du produit intérieur brut (PIB) mais à 70 %.

Tout est-il récupérable ?

Gabriel Zucman : Oui. Si l’on met un terme au secret bancaire, il sera possible de taxer tous les revenus sur les comptes étrangers, en Suisse et ailleurs. Et la suppression du secret aura un effet vertueux sur la fiscalité. Elle permettra de supprimer les niches fiscales profitant aux plus riches et dépourvues de justification économique, pour baisser les impôts d’une majorité de la population. Ces niches n’existent que par la crainte de l’exil fiscal, menace des lobbies pour instrumentaliser les législateurs.

Quel plan d’action préconisez-vous ?

Gabriel Zucman : Pour amener les paradis fiscaux à coopérer, seule la contrainte fonctionnera. Je propose d’instaurer des sanctions douanières à leur encontre, équivalentes à ce que coûte leur secret bancaire aux autres pays.

D’après mes calculs, la Suisse prive la France, l’Allemagne et l’Italie de 15 milliards d’euros de recettes fiscales chaque année. Or, du point de vue des règles de l’Organisation mondiale du commerce, le secret bancaire apparaît comme une pratique anticoncurrentielle, contraire au libre-échange, et ces trois pays sont en droit d’imposer des tarifs douaniers d’un montant de 15 milliards d’euros à la Suisse. Cela correspond à des droits de douane de 30 % sur les exportations suisses. De telles sanctions, bien plus efficaces que des listes noires, convaincraient la Suisse d’abandonner le secret bancaire.

Lire : Le Parlement vote un gros tour de vis contre la fraude fiscale

Des coalitions de pays face aux paradis fiscaux sont-elles envisageables ?

Gabriel Zucman : C’est dans l’intérêt des Etats, qui doivent redresser leurs finances publiques. Je vous garantis qu’une coalition entre les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France appliquant une taxe de 50 % sur les exportations de Hongkong – ce que coûte en impôts perdus son secret bancaire à ces pays – aurait un effet immédiat.

Et les pays à secret bancaire qu’abrite en son sein l’Union européenne ?

Gabriel Zucman : Un cas pose problème : le Luxembourg, qui joue un rôle central dans l’évasion fiscale internationale, mais profite de son appartenance à l’Union et de son droit de veto pour bloquer toute évolution de politique fiscale. Ce pays qui a cofondé l’Union européenne n’a plus rien à voir avec ce qu’il était en 1958. La finance a supplanté l’acier. Une finance opaque, qui s’est bâtie sur le secret bancaire et représente 40 % du PIB. Le Luxembourg vit du secret bancaire. Les fonds d’investissement y recyclent l’argent de Suisse et de Singapour. Au nom de quoi cette situation est-elle tolérable ? Aucun Etat n’est allé aussi loin dans la commercialisation de sa souveraineté, en laissant les entreprises choisir leurs contraintes réglementaires. Je pose la question de l’exclusion du Luxembourg de l’Union européenne.

Vous proposez aussi d’établir un cadastre financier mondial. Qu’est-ce donc ?

Gabriel Zucman : Il faut établir d’urgence un registre mondial des titres de propriété financiers en circulation – actions, obligations, dérivés… –, pour savoir qui possède quoi et où. De tels registres existent déjà dans des entreprises privées comme Clearstream et Euroclear. Je propose d’en transférer la gestion au Fonds monétaire international (FMI). Il s’agit de créer le cadastre financier du monde, sur le modèle du cadastre immobilier de 1791, pour soumettre à l’impôt les super-riches qui veulent s’y soustraire en se dissimulant derrière des sociétés écrans offshore ou des trusts.

Une fois ce cadastre créé, il faut instaurer un impôt global sur le capital, prélevé à la source par le FMI et levé sur la base du fichier, tous les ans, à hauteur de 2 % de la valeur de chaque titre financier. Ceux qui déclarent leurs titres à l’administration fiscale de leurs pays récupèrent l’impôt. Il n’y a plus de fraude possible.

Anne Michel

Un économiste de la « nouvelle vague »

A 27 ans, Gabriel Zucman, jeune professeur de la prestigieuse London School of Economics et chercheur à l’université de Berkeley (Californie), incarne la « nouvelle vague » de l’économie. Celle tournée vers le concret et l’empirique, loin de la « vieille » science économique qui a prévalu jusqu’aux années 2000, davantage préoccupée par les questions abstraites.

Diplômé de l’Ecole normale supérieure de Cachan (Val-de-Marne) et titulaire d’un doctorat de l’Ecole d’économie de Paris - son directeur de thèse est Thomas Piketty - M. Zucman commence sa carrière de chercheur à la fin des années 2000, au moment où le monde bascule avec l’une des plus graves crises financières de l’histoire.

Ce séisme le conduit à s’intéresser au monde des paradis fiscaux dont les médias et les dirigeants politiques sentent confusément qu’il participe des déséquilibres économiques mondiaux. « J’ai tout de suite été frappé par le contraste entre l’omniprésence des paradis fiscaux dans les statistiques macroéconomiques et le peu de recherche académique sur le sujet, explique M. Zucman. J’ai voulu comprendre ce que ces masses d’argent représentaient, comprendre ce qui était légal et illégal, réfléchir à la façon dont les Etats pouvaient appréhender ce problème et mettre en place la fiscalité du XXIe siècle. »

« Dans nos sociétés, les patrimoines se portent très bien, le nombre de super-riches explose. Si l’on veut réduire les inégalités et taxer ces richesses, il faut les mesurer », poursuit-il. Alors qu’aucune évaluation précise n’existe, l’économiste recense les données susceptibles de l’aider. Les exploite, les compare. Jusqu’à publier, en 2011, dans une revue d’Harvard, ce chiffre choc : 8 % du patrimoine financier des ménages (comptes bancaires, actions, obligations, assurances-vie, etc.) se trouve dans les paradis fiscaux... et échappe à toute taxation.

Deux ans plus tard, dans La Richesse cachée des nations (Le Seuil-La République des idées, 128 pages, 11,80 euros), M. Zucman livre un constat détonnant : il n’y a jamais eu autant d’argent dans les centres offshore ! De quoi relativiser les déclarations des dirigeants du G20, convaincus que la fraude recule.

November 07 2013

Tsunami : les Américains se préparent à l'arrivée des débris - France Info

Tsunami : les Américains se préparent à l’arrivée des débris - France Info
http://www.franceinfo.fr/monde/tsunami-les-americains-se-preparent-a-l-arrivee-des-debris-1204681-2013-1

http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/imagecache/462_ressource/2013/11/07/1204701/images/ressource/oaa.jpg

Une île grande comme la France, composée d’objets de toutes les tailles, flotte au milieu du Pacifique nord. Il s’agit essentiellement des déchets que le tsunami de mars 2011 au Japon a emportés au large. Une île dont la progression est suivie de près par l’agence nationale océanique et atmosphérique américaine.

Depuis trois ans, l’agence nationale océanique et atmosphérique américaine suit la dérive de cette île de déchets dans l’océan.

A LIRE AUSSI >>> Les garde-côtes coulent un « bateau-fantôme » du tsunami 

La NOAA a rendu un rapport la semaine dernière et s’inquiète maintenant de l’arrivée massive de ces débris en tout genre sur la côte ouest des Etats-Unis.

#Tsunami
Une #île grande comme la France

November 06 2013

Toutes ces petites victoires du FN

Toutes ces petites victoires du FN
http://piratages.wordpress.com/2013/11/04/toutes-ces-petites-victoires-du-fn

Avant de prendre le pouvoir, avant le triomphe, le couronnement, le #FN aura engrangé ces années durant de petites victoires. Comme autant de marches à son accession. Chacun aura, selon ses errements, maladresses, tactiques, inconséquences, pavé l’ascension de l’extrême droite en France. Tous ont mis en œuvre la stratégie du FN, la médiation haineuse entre les élites et le peuple. Il y a longtemps qu’un parti n’a suscité autant d’attentions, de fascinations, de peurs et même d’espoirs. Focalisant l’intérêt de tous. Ceux qui le miment, ceux qui le honnissent, ceux qui le combattent et surtout ceux qui font mine de le combattre.

Ca me rappelle...

Sept règles pour aider à la diffusion des idées racistes en France – Par #Jacques_Rancière ( Le Monde , 21 mars 1997)
http://www.bok.net/pajol/debat/presse/lemonde/ranciere.html

La diffusion des idées racistes en France semble être aujourd’hui une priorité nationale. Les racistes s’y emploient, ce qui est la moindre des choses. Mais l’effort des propagandistes d’une idée a des limites, en un temps où l’on se méfie des idées, et il a souvent besoin pour les dépasser, du concours de ses adversaires. Là est l’aspect remarquable de la situation française : hommes politiques, journalistes et experts en tout genre ont su trouver ces dernières années des manières assez efficaces de faire servir leur anti#racisme à une propagation plus intense des idées racistes. Aussi bien toutes les règles énoncées ici sont-elles déjà employées. Mais elles le sont souvent d’une manière empirique et anarchique, sans claire conscience de leur portée. Il a donc paru souhaitable, afin d’assurer leur efficacité maximale, de les présenter à leurs utilisateurs potentiels sous une forme explicite et systématique.

October 20 2013

Halte à la mauvaise foi sur les rythmes scolaires ! (LeMonde.fr)

Halte à la mauvaise foi sur les rythmes scolaires ! (LeMonde.fr)
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/10/17/halte-a-la-mauvaise-foi-sur-les-rythmes-scolaires_3498004_3232.html

J’ai écouté tous les acteurs : les représentants des parents d’élèves, des enseignants, des partenaires sociaux, des acteurs économiques et des collectivités territoriales. Aucune association n’a demandé le statu quo. Sur l’organisation de la semaine, aucune association représentative n’a demandé le maintien de la semaine de quatre jours. Et pour cause ! Comment justifier que la France soit le seul pays moderne à organiser sur quatre jours seulement la semaine d’école pour la majorité de ses élèves du primaire, au mépris de tous les avis médicaux et pédagogiques ? Comment justifier que nos écoliers soient parmi ceux qui reçoivent le plus grand nombre d’heures d’enseignement sur le plus petit nombre de jours sur la planète ?
Soyons sérieux, le retour à cinq jours de classe dans la semaine est absolument nécessaire. […]

On nous dit que dans les écoles où la semaine de quatre jours et demi a été rétablie les enfants seraient plus fatigués. Faut-il rappeler que les quatre jours et demi étaient la règle jusqu’à la rentrée 2008, c’est-à-dire il y a cinq ans ? Face à cette réforme indispensable la mauvaise foi domine pour la refuser. […]

Reste un vrai sujet, celui du coût. Il est bien réel, nous ne l’avons jamais dissimulé. Il faut comprendre que diminuer le nombre d’heures d’enseignement dans la journée ne doit pas conduire à réduire le nombre d’heures de présence au sein de l’école. […]
Cela signifie mettre en place des activités d’aide au travail personnel, la fin des devoirs à la maison, cela signifie des activités culturelles, sportives ou simplement récréatives pour tous et non plus pour ceux qui peuvent payer. Quand le service public recule, le service marchand avance. […]
Rappelons que gouverner c’est choisir, et que l’échec scolaire a, lui, un coût financier et social d’une tout autre importance. […]
Quant à la fatigue des élèves, le seul intérêt des enfants conduirait à donner la préférence au samedi matin, afin d’éviter la coupure de deux jours, en maintenant une coupure en milieu de semaine, mais les adultes, parents et enseignants, font le choix du mercredi matin. C’est un choix d’adulte pour les adultes. Nous avons bien l’école que l’on mérite.

#éducation #école #réforme_rythmes_scolaires

October 19 2013

Grande-Bretagne : la révolte des carers | ARTE Reportage | Monde | fr - ARTE

Grande-Bretagne : la révolte des carers | ARTE Reportage | Monde | fr - ARTE
http://www.arte.tv/fr/grande-bretagne-la-revolte-des-carers/7683352.html

Grande-Bretagne : la révolte des carers
De Stéphanie Thomas, Caroline Liebbrecht, Cécile Allegra, Nora Nervest – ARTE GEIE/Memento – France 2013

http://www.arte.tv/i18n/7683998,templateId=scaled,property=imageData,height=177,scale=proportional,v=1,width=312,CmPart=com.arte-tv.www.jpg

Pour pallier le manque de structure d’accueil des handicapés, la Grande-Bretagne a mis en place depuis trente ans un système unique en Europe : celui des carers - des proches de malades ou de handicapés qui deviennent auxiliaires de vie à domicile. Un système menacé dans un pays qui compte près de sept millions de carers, soit plus de 10% de la population du pays.

#Grande-Bretagne : la #révolte des #carers
#autérité
#handicapés

Sean s’occupe de sa femme Barbara victime d’un accident de voiture, Kathy veille sur sa fille polyhandicapée. Mais depuis deux ans, le gouvernement conservateur de David Cameron a décidé de réduire drastiquement les allocations des personnes handicapées et des carers qui veillent sur eux.

Sean, Kathy, comme tous les carers, travaillent 7 jours sur 7 au chevet de leurs proches et doivent survivre avec quelques centaines d’euros par moi. Pire, désormais les services sociaux sont en mesure de forcer un parent proche à devenir carer... quitte à ce qu’il quitte son premier métier. Aujourd’hui, les carers ont peur de l’avenir, et surtout ils sont en colère.

Monté de la contestation contre le gaz et le pétrole de schiste ❝Alors que de plus en plus de pays…

Monté de la contestation contre le #gaz et le #pétrole de #schiste

Alors que de plus en plus de pays autorisent l’exploration et l’exploitation des pétrole et gaz de schiste, les contestations se succèdent. Samedi 19 octobre, ils doivent être des milliers à manifester, en France (à Paris, Toulouse, Lille ou Nice), aux Etats-Unis, Canada, Angleterre, Allemagne ou encore Roumanie à l’occasion de la Journée mondiale contre le gaz de schiste.

Car si ces hydrocarbures non conventionnels font miroiter aux entreprises et aux pays revenus, recettes fiscales et emplois – jusqu’au rêve d’une indépendance énergétique –, ils sont vivement critiqués pour leurs conséquences néfastes sur l’environnement ainsi que sur le climat. Tour d’horizon de ces mouvements d’opposition.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/18/la-contestation-contre-le-gaz-de-schiste-essaime-dans-le-monde_3498235_3244.

October 15 2013

Léonarda, 15 ans, arrêtée et expulsée pendant une sortie scolaire (RESF)

Léonarda, 15 ans, arrêtée et expulsée pendant une sortie scolaire (RESF)
http://blogs.mediapart.fr/blog/resf/141013/leonarda-15-ans-arretee-et-expulsee-pendant-une-sortie-scolaire

Mme Dibrani et ses 6 enfants ont été expulsés mercredi 9 octobre au matin vers le Kosovo. Ils habitaient un appartement à Levier (Doubs) qu’ils occupaient dans le cadre de la prise en charge des demandeurs d’asile du DLHD.
[…]
Les enfants qui ont entre 5 et 17 ans étaient scolarisés depuis plus de 3 ans, ils étaient en France depuis presque 5 ans (4 ans et 10 mois), autrement dit, dans deux mois, ils entraient de plein droit dans le cadre de la circulaire Valls et pouvaient être régularisés.
[…]
La plus petite Médina est âgée d’un an, elle est née en France. Tous les enfants parlent parfaitement le français. Maria et Leonarda ont obtenu le DELF diplôme de français niveau B1 demandé par la préfecture pour obtenir la nationalité française. Après ses années de collège, Maria a fait cette année sa rentrée au lycée Toussaint Louverture en première année de CAP service.
[…]
Une voiture de police est arrivée, deux policiers en uniforme sont sortis. Je leur ai dit que la façon de procéder à l’interpellation d’une jeune fille dans le cadre des activités scolaires est totalement inhumaine et qu’ils auraient pu procéder différemment, il m’ont répondu qu’ils n’avaient pas le choix, qu’elle devait retrouver sa famille...Je leur ai encore demandé pour rester un peu avec Léoanarda et lui dire au revoir (je la connais depuis 4 ans et l’émotion était très forte). Puis j’ai demandé aux policiers de laisser s’éloigner le bus pour que les élèves ne voient pas Léonarda monter dans la voiture de police, elle ne voulait pas être humiliée devant ses amis ! Mes collègues ont ensuite expliqué la situation à certains élèves qui croyaient que Léonarda avait volé ou commis un délit. […]. »

#éducation #RESF #expulsion #Rroms #LeChangementC'estMaintenant #gerbe

October 04 2013

L'impuni et ses amis - regards.fr

L’impuni et ses amis - regards.fr
http://www.regards.fr/web/L-impuni-et-ses-amis,7057

Marion Fesneau-Castaing devrait bientôt disparaître de l’organigramme du Consulat général de France à Jérusalem où elle émargeait comme « Attachée de coopération humanitaire et sociale ». Sa mission au sein de la représentation diplomatique française auprès des Palestiniens est écourtée.

Vendredi 20 septembre, elle faisait partie d’un petit convoi de véhicules, avec d’autres diplomates et des humanitaires, venu porter de l’aide d’urgence à Khirbet al-Makhoul, dans la vallée du Jourdain. Un village de bédouins palestiniens dont l’armée israélienne avait détruit les habitations quelques jours avant, entraînant, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) le déplacement de « dix familles comprenant 48 personnes, dont 16 enfants ». Le 20 septembre, les soldats empêchent le convoi de passer et malmènent certains de ses occupants. Dont Marion Fesneau-Castaing qui est mise à terre.

Cette fois, l’incident se produit au moment où le gouvernement français vient de muter plusieurs diplomates loin du Proche-Orient. Sur son blog, le journaliste Georges Malbrunot indique ainsi que récemment l’Ambassadeur aux Emirats arabes unis, Alain Azouaou, a été envoyé en Irlande et remplacé par Michel Miraillet, « connu pour son tropisme favorable à Israël » et que le Consul-général de France à Jérusalem, Frédéric Desagneaux, a été dépêché au Vénézuéla. Le premier était un diplomate « arabisant, fin connaisseur du Golfe » et le second un « excellent connaisseur du problème palestinien » selon Malbrunot qui, dans son billet, voit dans cette succession de nomination la poursuite d’une « chasse aux sorcières » entamée « sous Kouchner en 2007 ».

#Israël #pression #répression

Syrian refugees threaten suicide after French police try to arrest them

Syrian refugees threaten suicide after French police try to arrest them
http://english.al-akhbar.com/content/syrian-refugees-threaten-suicide-after-french-police-try-arrest-t

http://english.al-akhbar.com/sites/default/files/imagecache/4cols/leading_images/351353-01-08.jpg

Syrian migrants trying to go to England block a pedestrian bridge leading to the ferry terminal of Calais in #France on October 3, 2013. (Photo: AFP - Philippe Huguen)

Two Syrians threatened to jump off a building early Friday after French riot police attempted to clear a group of refugees from a footbridge they are occupying at the English channel in a desperate attempt to get to #Britain. About 60 refugees, 20 of whom are on a hunger strike, have since Wednesday (...)

#syria #Top_News

October 01 2013

Après la chasse aux communistes, les Etats-Unis se lancent dans la traque aux écologistes -…

Après la chasse aux communistes, les Etats-Unis se lancent dans la traque aux écologistes - Eco-Terrorisme - Basta !
http://www.bastamag.net/article3345.html

Le FBI lui a proposé d’infiltrer son groupe militant. Il a décidé d’écrire un livre sur la chasse aux « éco-terroristes ». Dans Green is the New Red, pas encore publié en France, le journaliste étasunien Will Potter dénonce l’utilisation du qualificatif « terroriste » appliqué abusivement à des militants écologistes. Certains ont été lourdement condamnés depuis le 11 septembre 2001. Il pointe également le lobbying de plusieurs entreprises pour renforcer cette répression. Un air de déjà vu : c’était dans les années 1950, la menace était Rouge. Aujourd’hui, elle est verte. Entretien.

#écologie #répression

Marion Fesneau-Castaing, diplomate Française, sera expulsée d'Israël Pourquoi la France se…

Marion Fesneau-Castaing, diplomate Française, sera expulsée d’Israël

Pourquoi la France se plie-t-elle toujours aux diktats israéliens ?

http://blogs.mediapart.fr/blog/rachid-barbouch/280913/marion-fesneau-castaing-diplomate-francaise-sera-expulsee-disrael

Nous sommes en Cisjordanie, les fameux territoires occupés illégalement par Israël depuis 1967 où règne la loi de la jungle. Malgré les condamnations onusiennes pour violation du droit international, comme le sait tout un chacun, les colonies israéliennes y fleurissent comme des champignons.

 

 Toujours en quête d’espaces pour implanter des logements au profit des nouveaux colons, les troupes du Tsahal rasent en toute impunité depuis plus de deux semaines à Khirbet Al-Makhul les habitations des Bédouins Palestiniens en les mettant devant le fait accompli. Et gare à celui ou à celle qui protestera ! Tout le monde sait que la soldatesque israélienne a la gachette facile

 A contre-courant, un groupe d’indignés composé de militants humanistes, de membres d’ONG et de diplomates européens décident de venir en aide à ces laissés-pour-compte bédouins en leur acheminant à bord d’un petit camion des tentes et du matériel de survie. Pour Israël, ce genre d’aides aux Palestiniens a tout l’air d’un crime impardonnable.

 Des soldats israéliens surgissent du désert et font barrage au petit camion transportant entre autres Marion Fesneau-Castaing, Attachée de Coopération Humanitaire, Sociale et Décentralisée auprès du Consulat de France à Jérusalem. Marion Fesneau-Castaing et ses compagnons de route sont forcés à descendre manu militari.

 Tout se passe rapidement. Le groupe composé de diplomates, de militants humanistes, de membres d’ONG et des locaux a été vite encerclé de soldats armés jusqu’aux dents. On entend soudain une femme crier. Marion Fesneau-Castaing est allongée par terre. Que s’est-il passé ? Pourquoi est-elle dans cette position ? A-t-elle été agressée derrière le mur formé par la soldatesque israélienne ? A-t-elle été insultée ? Elle, seule, pourrait nous fournir les premiers éléments de réponse.

 Le léger coup de poing donné par Marion Fesneau-Castaing à l’élément de la soldatesque israélienne suscite moult questions réveillant dans la foulée un sentiment victimaire chez la presse israélienne : Notre soldat a-t-il été blessé ? Et si tel est le cas, de combien de jours d’arrêt de travail a-t-il bénéficié ? Pauvre chéri...

 Sur la même vidéo, on voit avec quelle violence ces mêmes soldats se comportent avec les Palestiniens ! Mais, non cette violencelà, elle n’est pas dans le compteur.. Mais alors pourquoi Marion Fesneau-Castaing a-t-elle levé la main spécialement sur ce soldat et non sur celui qui était tout près d’elle ? L’a-t-elle « choisi » parce que c’était une tête à claques ? Généralement, quand une femme tente de frapper un homme c’est qu’il l’a vraiment cherché..

 En tout état de cause, d’énormes pressions ont, semble-t-il a posteriori, été exercées sur le Quai d’Orsay pour que la jeune femme soit punie. Et aujourd’hui, on apprend que la diplomate française sera expulsée d’Israël d’ici la fin de l’année. Quelle galanterie ! Le message est clair : on n’aide pas les Palestiniens dépossédés de leurs habitations. On les laisse crever. Merci à Monsieur Laurent Fabius.

 

 NB : Je tiens à remercier vivement les journalistes présents sur place sans qui nous n’aurions pas eu ces images. Leur présence permet aussi et surtout d’éviter les « bavures »...

September 29 2013

Une base de données des plantes de nos jardins (fleurs, légumes, etc) avec les calendriers de…

Une base de données des plantes de nos jardins (fleurs, légumes, etc) avec les calendriers de semis, floraison, récolte…

(P.S. dev : Un gros #SPIP avec une utilisation massive du plugin Dictionnaires, merci à Claude pour ce test grandeur nature :D)

hortical
http://hortical.com

Hortical, le #calendrier des jardins, est une base de données* sur les plantes rencontrées dans les jardins — potagers et naturels plus qu’horticoles** — et dans notre environnement. Les données fournies sont croisées autant qu’elles peuvent l’être pour permettre le maximum de recoupements utiles.

Les indications collectées concernent plutôt le climat de la Belgique et du nord de la France, même s’il y existe beaucoup de sous-climats. Les pages indiquent parfois des animaux qui fréquentent la plante décrite, de même des fiches indiquent les végétaux fréquentés par quelques animaux (oiseaux, papillons, libellules, …).

Le rédactionnel se développe pour donner plus de vie et de clarté à des données brutes et souvent abstraites.

#jardinage #potager #plante

L'armée suisse a imaginé une attaque française - France Info

L’armée suisse a imaginé une attaque française - France Info
http://www.franceinfo.fr/europe/l-armee-suisse-a-imagine-une-attaque-francaise-1159315-2013-09-29

L’armée suisse a imaginé une attaque de la France surendettée contre la Confédération au cours d’un exercice de ses brigades blindées. C’est ce que révèle le journal Le Matin Dimanche.

http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/imagecache/462_ressource/2013/09/29/1159309/images/ressource/ff.jpg

C’est un scénario rocambolesque qu’a conçu l’armée suisse pour l’exercice annuel des brigades blindées de Suisse romande, qui s’est déroulé du 26 au 28 août. Les militaires hélvètes ont imaginé que la France, en complète déroute financière, s’est désintégrée en plusieurs entités régionales, sous l’effet de la crise, et que l’une d’entre elles, baptisée « la Saônia », a décidé d’attaquer la Suisse, forcée ainsi de se défendre.

Le Jura envahit la Suisse

Concrètement, une organisation paramilitaire proche du gouvernement de la « Saônia », et appelée BLD (Brigade Libre de Dijon) veut « venir chercher de l’argent que la Suisse a volé à la ’Saônia’ », selon le scénario. La BLD menace d’envahir la Suisse à partir de trois points de passage, proches de Neuchâtel, Lausanne et Genève....

#France
#surendettement
#Suisse
#paramilitaire
#peur
L’invasion de #Saônia

« Ne vivons plus comme des esclaves », un film de Yannis_Youlountas

« Ne vivons plus comme des esclaves », un #film de #Yannis_Youlountas
http://nevivonspluscommedesesclaves.net

Venu des catacombes grecques de l’Europe, un murmure traverse le continent dévasté : « Ne vivons plus comme des esclaves » (prononcer « Na mi zisoumé san douli » en grec). Sur les murs des villes et sur les rochers des campagnes, sur les panneaux publicitaires vides ou détournés, dans les journaux alternatifs et sur les radios rebelles, dans les lieux d’occupation et d’autogestion qui se multiplient, tel est le slogan que la résistance grecque diffuse, jour après jour, et nous invite à reprendre en chœur sur les mélodies de ce film à ses côtés. Un grand bol d’air frais, d’enthousiasme et d’#utopies en marche, venu de la mer Égée.

https://www.youtube.com/watch?v=rpqk24qvoR4

Pourquoi un film #gratuit ?

NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES s’adresse à celles et ceux qui souffrent – en Grèce, en France et ailleurs –, qui peinent non pas seulement à vivre, mais, de plus en plus, à survivre…
– Nous ne voulons pas que l’accès à ce film leur coûte l’équivalent d’un repas, même le plus frugal.

NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES s’adresse à celles et ceux qui résistent, vivent à la marge, inventent d’autres modes d’existence moins absurdes, aliénés ou compromettants ; ceux dont la lutte courageuse est souvent au prix de sacrifices socio-professionnels et, par conséquent, budgétaires, par souci de cohérence ou, tout simplement, bannis par les dirigeants du monde du travail…
– Nous ne voulons pas que l’accès à ce film leur coûte le moyen de réaliser une action de résistance, même la plus modeste.

NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES s’adresse à celles et ceux qui s’interrogent, doutent de plus en plus du système actuel et de son évolution, s’attristent de voir toujours plus de souffrance et de dévastation autour d’eux et ne peuvent se satisfaire de chercher un bonheur précaire et discutable dans un océan de malheur qui s’étend et nous submerge les uns après les autres.
– Nous voulons que l’accès gratuit à ce film participe à les faire réfléchir et contribue à étendre le débat sur la nécessité de rompre avec la marchandisation du monde et de l’humain ; marchandisation qui frappe jusqu’aux outils et matériaux essentiels à l’amplification de la lutte et à la création d’alternatives.

A l’inverse, pour ces derniers, notre souscription de soutien (http://nevivonspluscommedesesclaves.net/spip.php?rubrique3) est l’occasion de contribuer authentiquement – et non sous la forme d’une charité quelconque – à nourrir la pensée et l’action de ceux qui précèdent : donner à celles et ceux qui souffrent la force de se lever ou – au moins – de se sentir vraiment soutenus, et à celles et ceux qui résistent un témoignage d’affection, d’estime et d’encouragement à persévérer dans l’adversité.

En Grèce, en France et ailleurs, quotidiennement, des milliers de personnes humbles et extraordinaires croient encore qu’un autre monde est possible et le prouvent. Par leurs actes, ils témoignent que l’être humain est capable de grandes choses : non pas de constructions technologiques rutilantes ni de coups d’éclats sportifs, financiers ou militaires salués dans la gabegie par le spectacle, mais tout simplement de persévérance, d’amour et de dignité.

Alors que le système distille, chaque jour toujours plus, la résignation, l’égoïsme et la peur, il ne tient qu’à nous, partout, selon nos moyens, de répandre leurs antidotes : la persévérance, même dans l’adversité, l’amour indéfectible de l’humanité – parce qu’elle est capable d’autre chose – et la dignité de résister au système qui la tyrannise et la rend méconnaissable.

#Grèce #autogestion #alternatives #expérimentation_sociale #vidéo #documentaire #anticapitalisme #crise #luttes #extrême_droite

September 28 2013

*Contrôle au faciès, le fléau de la Republique* ❝Un rapport inquiétant d'Open Society Justice…

Contrôle au faciès, le fléau de la Republique

Un rapport inquiétant d’Open Society Justice Initiative révèle l’ampleur et les conséquences sur la société française des contrôles d’identité “au faciès”.

http://www.lesinrocks.com/2013/09/28/actualite/controle-au-facies-fleau-republique-11430848

Ce n’est pas la première fois que les américains d’#Open-Society se penchent sur le cas français. En 2009 déjà, dans un rapport intitulé “Initiative, Police et minorités visibles : les contrôles d’identité à #Paris”, on apprenait que les #Noirs subissaient quatre fois plus de palpations que les #Blancs et qui si vous étiez #arabe et vous trouviez à la station Chatelet, vous aviez jusqu’à 15 fois plus de risques d’être contrôlé qu’un blanc. Artiste plus connu sous le pseudo d’Axiom, Hicham Kochman témoigne dans le cadre du nouveau rapport. Sa vision est plutôt sombre :

« Les gens qui ne vivent pas ce #harcèlement, en vérité, ils ne comprennent pas de quoi on parle… Ils ne savent pas ce que ça provoque en nous, ce que ça fait naître en termes de sentiment, d’être pointé du doigt, comme si on était de seconde zone, de troisième zone. Vous n’êtes rien, taisez-vous. Ils vous font comprendre que vous n’êtes rien, personne, voilà… C’est quand même d’une humiliation permanente, quotidienne, dont on parle. »

Toutes les études convergent ainsi vers le même constat : en #France, « les personnes issues des “#minorités_visibles” sont contrôlées bien plus fréquemment que leurs homologues blancs ». Au delà des idées reçues, cet état de fait ne concerne pas que la banlieue ou la jeunesse. Lanna Hollo, représentante d’Open Society en France, explique ainsi qu’ « un quadragénaire noir ou arabe en tenue de travail sera plus contrôlé qu’un homme blanc du même profil. » Et de poursuivre en expliquant que « les facteurs s’ajoutent les uns aux autres : si vous êtes un homme, jeune et arabe, vous cumulez les risques ».

Une police qui a les mains libres pour contrôler mais n’a aucun compte à rendre

Dans l’état actuel du #droit français, quatre normes juridiques distinctes autorisent le recours aux #contrôles d’identités mais seulement une seule d’entre elles astreint les agents à faire état de soupçons spécifiques pour contrôler un #individu. La loi laisse ainsi une grande marge de manœuvre à la #police pour choisir qui contrôler et comment le faire, ce qui revient, pour les rapporteurs, à proposer « une recette pour une discrimination assurée » puisque la police a « les mains libres et n’a pas de comptes à rendre ». Le rapport pointe également la perte de confiance envers la police et le sentiment d’#insécurité que les forces de l’ordre provoquent chez les populations minoritaires faisant l’objet de contrôles fréquents.

Lyes Kaouah, étudiant en art dramatique habitant Vaulx-en-Velin raconte : « Nous, quand on marche en ville et qu’on voit des flics, on se sent en insécurité. Il y a pourtant des gens qui grâce à la présence policière se sentent en sécurité. Qu’est-ce que c’est que ce fossé qui nous sépare ? C’est qu’il y a deux France, il y a notre France à nous, la France des quartiers, la France des #immigrés, des gens d’origine étrangère, des #chômeurs, des cas sociaux, et il y a la France des autres, ceux qui se sentent rassurés par les voitures de police. Et on a tous en tête, quand on se fait contrôler, des histoires de bavures, on se dit : « ça pourrait être moi », et plus on grandit, plus on pense à ça. »

Loin d’être sans conséquences, le sentiment exprimé par Lyes Kaouah se généralise et affecte le travail de la police sur le terrain. Le rapport explique ainsi que « lorsque la confiance dans la police s’effondre, les populations deviennent réticentes à signaler à la police les activités criminelles ou suspectes, et se montrent peu disposées à coopérer et à fournir des renseignements. (…) A mesure que le travail de maintien de l’ordre se complique et que son efficacité est ainsi entravée, la sécurité du public en pâtit à son tour ».

Un sentiment confirmé par Yannick Danio, major de police et secrétaire national du syndicat Unité Police : « Une police qui a la population contre elle ne peut pas fonctionner. Ce n’est pas possible. Les contrôles à répétition sont contreproductifs. Nous, policiers, nous le disons, les spécialistes, les universitaires, ces personnes qui nous observent le disent. Ça n’a ni queue ni tête ! Nous avons besoin de renverser la vapeur pour ne permettre que des contrôles d’identité justifiés au lieu d’en faire à la pelle. La police nationale a besoin de travailler avec les citoyens et pas contre eux. Sinon c’est le monde à l’envers. »

#Société #Stigmatisation #Politique #Citoyenneté #Relégation #Discrimination

Anina Ciuciu, ex-mendiante Rom, future juge - ouest-france.fr

Anina Ciuciu, ex-mendiante Rom, future juge - ouest-france.fr
http://www.ouest-france.fr/actu/Magazine_detail_-Anina-Ciuciu-ex-mendiante-Rom-future-juge_3639-2188738
Juste parce que ça fait du bien de lire autre chose.

Anina reconnaît qu’elle doit beaucoup à sa famille, qui a toujours eu la volonté d’échapper au triste destin des Roms de l’Est, « considérés comme des sous-hommes ». Son grand-père tenait une épicerie, son père était comptable, sa mère aide-soignante dans un hôpital. Des emplois obtenus moyennant le fait d’avoir caché leurs origines, et perdus le jour où celles-ci ont été découvertes. « Des Roms qui réussissent, là-bas, il y en a. Mais on ne le sait pas, parce qu’ils se sont fondus dans la masse. »

Un jour de 1997, alors qu’Anina a 7 ans, elle s’entasse avec ses parents et ses deux soeurs dans la guimbarde d’un passeur. Direction la France, « pays des oranges et des mandarines ». Après de multiples péripéties, la famille atterrit par hasard à Bourg-en-Bresse, dans l’Ain. Elle vit d’abord dans une camionnette. Le père vend des journaux, la mère et les enfants mendient. Là, au marché, une passante qui deviendra une amie les guide vers des associations. De fil en aiguille, ils obtiennent un logement HLM, les parents arrivent peu ou prou à travailler.

Anina, qui a toujours aimé l’école, se montre très douée. « J’avais envie de montrer que bien que Roumaine, je n’étais pas forcément malhonnête. » Pas toujours facile. « On m’a parfois traitée de sale Rom. Ma mère me donnait des bonbons pour que je me fasse des copines. Elles prenaient les bonbons et elles partaient ! » Au collège, les choses changent. « J’avais toujours droit à des moqueries, mais parce qu’on me considérait comme une intello ! »

Aujourd’hui, après de brillantes études de droit à Bourg-en-Bresse, antenne de l’université de Lyon, la jeune femme veut plus que jamais devenir magistrate. Elle a « une très forte envie de combattre les injustices ». Elle a accepté de raconter son histoire dans un livre, parce qu’elle veut « faire changer le regard sur les Roms ». Pas parce qu’elle considère qu’il est exceptionnel qu’une Rom réussisse ! « Les Roms ont les mêmes capacités que tout le monde. »

Elle ne nie pas qu’il y ait des problèmes de délinquance. « Comme dans toutes les communautés ! Mais je ne sais pas d’où la police sort ses chiffres. Et c’est la misère qui pousse à ces comportements, ce n’est pas intrinsèque aux Roms. Il y a aussi des réseaux qui profitent des familles, exploitent des enfants. »

#racisme #exclusion

September 27 2013

L'arbre à Palabre | ARTE

L’arbre à Palabre | ARTE
http://palabre.arte.tv/fr

L’arbre à palabre vous invite à faire l’expérience de six #langues menacées de disparition. Choisissez celle que vous souhaitez explorer et découvrez dans les branches de son arbre à palabre quelques-uns de ses mots en VO.

et en visitant le site je suis arrivée sur cette page
Le symbole, pour obliger les gamins à parler français
Ah, le raffinement des œuvres civilisatrices !
http://palabre.arte.tv/docu/fr/cat-symbol

Le « symbole », de triste mémoire, était un objet honteux utilisé dans les écoles, tant en France métropolitaine que dans les anciennes colonies, pour forcer les enfants à parler français et à oublier leurs propres langues maternelles.

Basé sur la délation, le principe était simple mais redoutable : lorsqu’un élève était surpris à parler sa langue, l’instituteur l’affublait d’un objet, symbole de son arriération : queue de vache, sabot etc. en France ; crâne de singe, bouses de vache etc. en Afrique.

L’enfant devait alors porter ce « symbole » autour du cou jusqu’à ce qu’à son tour il débusque un autre camarade fautif. Et en fin de journée, le dernier à porter le symbole était puni : châtiments corporels, séances de moquerie générale, amendes, devoirs supplémentaires etc.

#langage #colonialisme

September 24 2013

Comment les drones vont changer nos vies — Les Echos

Comment les #drones vont changer nos vies — Les Echos
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/air-defense/actu/0202839141926-comment-les-drones-vont-changer-nos-vies-601558.php

l’industrie française semble bien placée. « On peut se vanter en disant que la France est pour une fois en avance sur un marché à fort potentiel technologique », estime Frédéric Serre, président du directoire de Delta Drone. Aujourd’hui, 20 constructeurs sont déjà homologués et 277 opérateurs autorisés.
Un coup de pouce est opportunément venu en avril 2012 de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile), qui, première au monde, a offert un cadre réglementaire précis aux vols de drones civils. Quoique très contraignant (ils ne peuvent pas dépasser 25 kilos et voler au-dessus de 150 mètres - au-delà c’est l’espace aérien -, et ceux qui volent de manière autonome ne peuvent pas peser plus de 2 kilos, par souci de sécurité), ce texte a sonné comme un coup d’envoi.

(...)

Chez Ateos, on estime que, du fait d’une sophistication accélérée, le chiffre d’affaires du marché des petits drones sera multiplié par 50 au cours des prochaines années, et par 500 lorsqu’apparaîtront les drones civils de grande taille. « On a mis en route une machine à développer le secteur, en associant entreprises et recherche », en cycle court, observe Patrick Fabiani. Dans les « valleys » autour de Bordeaux, Grenoble ou Toulouse, la dizaine de vrais grands intégrateurs français de drones civils sont effectivement là où se trouvent les labos.

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl