Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

August 24 2013

Le Liban tremble sous les secousses du conflit syrien - Libération

Le Liban tremble sous les secousses du conflit syrien - Libération
http://www.liberation.fr/monde/2013/08/23/le-liban-tremble-sous-les-secousses-du-conflit-syrien_926730
Au lendemain de l’attentat de tripoli, Jean-Pierre Perrin dans Libération développe une analyse exactement symétrique de celle citée par Scarlett Haddad dans l’OJ (cf.http://seenthis.net/messages/167411 @nidal ), qui est également celle du Hezbollah (http://seenthis.net/messages/167384 @nidal itou), sauf que l’on retrouve, en grand manitou de la violence interconfessionnelle, la Syrie de Bachar en lieu et place de Bandar.

La colère a ensuite saisi une partie des habitants des quartiers touchés, qui ont accusé le régime syrien et le Hezbollah d’être derrière la double attaque. « Nous sommes au début d’une tempête, nous devons en être conscients et essayer de protéger la nation. Cette tempête est devenue un immense et grave danger », a déclaré de son côté Ashraf Rifi, l’ancien chef des Forces de sécurité libanaises (FSI, l’équivalent de la gendarmerie), dont la maison à Tripoli a été ravagée par le second attentat.

Si la double explosion permet de détourner l’attention internationale, elle apparaît aussi comme « une réponse du berger à la bergère », pour reprendre l’expression d’un politologue franco-libanais, étant survenue huit jours après l’attentat de Roueiss, dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah. Le lendemain, le chef suprême du parti de Dieu, Hassan Nasrallah, avait accusé les partis sunnites radicaux d’être impliqués et s’était déclaré prêt à aller combattre personnellement en Syrie les extrémistes musulmans. L’attentat apparaît dès lors comme une riposte. Une sorte d’équilibre par la terreur.

Haine. Mais rien n’est jamais simple à Tripoli. Selon une source sécuritaire libanaise, le périmètre de Roueiss, où la voiture piégée a explosé, était au cœur de la forteresse ultrasécurisée du Hezbollah, le complexe Sayyed al-Chouhada, l’endroit même où Nasrallah a prononcé la plupart de ses discours. Et quand on sait à quel point la sécurité est obsessionnelle pour le Hezbollah, confronté à des menaces israéliennes permanentes, et les mesures draconiennes qu’il prend, on se demande comment les groupuscules sunnites jihadistes qui, au Liban, ne représentent une force ni organisée ni importante, ont pu mener à bien une opération aussi complexe. D’où l’hypothèse que l’attentat, revendiqué par un groupe sunnite inconnu, les Brigades d’Aicha, a pu être commandité par Damas, même s’il a frappé le fief de son allié. La raison : aggraver la haine entre sunnites (largement acquis à la rébellion syrienne) et chiites (favorables au régime alaouite, une secte issue du chiisme), et faire déborder ainsi la guerre syrienne au Liban. C’est un des objectifs déclarés d’Al-Assad, et il l’a plusieurs fois répété. C’est donc la stratégie du pire que le régime syrien entend développer au pays du Cèdre. La crainte concerne à présent le secteur chrétien du Liban qui pourrait être à son tour frappé par des attentats. Pour précipiter encore un peu plus le pays dans la guerre.

#Tripoli
#Liban
#Syrie
#terrorisme

August 23 2013

Liban : Attentats anti-sunnites à Tripoli après les attentats anti-chiites à Beyrouth : les tabous…

Liban : Attentats anti-sunnites à Tripoli après les attentats anti-chiites à Beyrouth : les tabous tombent… | Middle East Strategic Perspectives
http://www.mestrategicperspectives.com/2013/08/23/liban-attentats-anti-sunnites-a-tripoli-apres-les-attentats
Intéressantes remarques sur ce blog

(ii) Israël et le Hezbollah : deux ennemis face à un ennemi commun…

L’Armée israélienne, qui accuse le djihad international, entendre al-Qaëda et ses filiales régionales et locales, d’être derrière les tirs de roquettes contre Israël, a blanchi le Hezbollah, son ennemi supposé numéro un, et engagé des représailles contre le FPLP… Israël, qui doit gérer une autre problématique terroriste à l’intérieur, certes, mais aussi sur le front égyptien, et le Hezbollah, qui se retrouve, au Liban et en Syrie, devant une problématique similaire, se retrouvent devant un ennemi commun : le djihad sunnite international… Un deuxième tabou est en train de tomber.
[...]
Curieusement, c’est dans ce contexte de décentralisation de fait, et d’effondrement des institutions nationales, qu’émerge à nouveau l’idée de l’ouverture d’un ou de deux nouveaux aéroports pour desservir des régions en dehors de l’influence du Hezbollah… Tout cela intervient alors que les institutions politiques nationales sont bloquées et que l’accord de Taëf est questionné et la Constitution qu’il a engendrée montre, à l’évidence, ses limites. Ce constat imposera, tôt ou tard, une révision de la Constitution et un abandon de l’accord de Taëf, dans le sens, possible, d’une véritable décentralisation, voire d’un projet fédéral. Encore un tabou qui tombe.

August 21 2013

Dahiyeh : Not Your Average Suburb | Al Akhbar English

Dahiyeh : Not Your Average Suburb | Al Akhbar English
http://english.al-akhbar.com/content/dahiyeh-not-your-average-suburb

In Dahiyeh, Beirut’s southern suburb, the poor live side by side with the middle class and the wealthy. There is little development taking place in the suburb, and the crime rate is increasing. Though Dahiyeh’s problems are not unique, the area’s social make-up is.

Après l’article d’hier sur la puissance économique de la banlieue sud (http://english.al-akhbar.com/content/dahiyeh-engine-lebanese-economy), cet article insiste sur la diversité sociale et urbanistique de la banlieue-sud de Beyrouth, en fournissant quelques données chiffrées intéressantes et surtout en analysant la diversité des trajectoires sociales (études, migrations, professions) de ses habitants.
Pour rappel, quelques universitaires se sont attachés, ces dernières années, à l’analyse de cet espace majeur, mais trop méconnu, de l’agglomération beyrouthine :
– Mona Harb, voir ses travaux sur Académia : http://aub.academia.edu/MonaHarb. Notamment en libre accès, son petit livre de 1996 Politiques urbaines en banlieue sud de Beyrouth : http://books.openedition.org/ifpo/3578 mais son livre de 2010 actualise ces informations, notamment sur le fonctionnement socio-politique de la Dahiyeh. Elle publie ces jours ci un nouveau livre : Leisurely Islam : Negotiating Geography and Morality in Shiite South Beirut avec Lara Deeb (http://www.academia.edu/3770670/Leisurely_Islam_Negotiating_Geography_and_Morality_in_Shiite_South_Beirut)

– Jihad Farah : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article3392
J’avais parlé de sa thèse ici : http://rumor.hypotheses.org/1750 et on peut lire ici ses réflexions sur la politique municipale à Hadath : http://rumor.hypotheses.org/1765

– Mona Fawaz : pas de pages web mais plusieurs textes accessibles via Google Scholar : http://scholar.google.fr/scholar?hl=fr&q=mona+fawaz&btnG=&lr=

– Valérie Clerc-Huybrechts pour son livre en livre accès sur les quartiers irréguliers de Beyrouth : Clerc-Huybrechts, Valérie. 2008. Les quartiers irréguliers de Beyrouth  : Une histoire des enjeux fonciers et urbanistiques dans la banlieue sud. Presses de l’Institut Français du Proche-Orient. http://ifpo.revues.org/63.

– Hiba Bou Akar : http://hampshire.academia.edu/HibaBouAkar. Elle travaille notamment sur les interfaces entre la banlieue sud chiite et ses marges druze et chrétienne.
#Beyrouth
#Dahiyeh

August 17 2013

France 24 fait une rechute de « “terroristes”-entre-guillemets » :

France 24 fait une rechute de « “terroristes”-entre-guillemets » :
http://www.france24.com/fr/20130816-le-chef-hezbollah-accuse-extremistes-musulmans-etre-derriere-atte

Attentat de Beyrouth : le Hezbollah prêt à combattre les « terroristes » en Syrie

[…]

il a également qualifié les événements de la veille de « massacre terroriste ».

Il n’y a bien que ce Hassan Nasrallah pour qualifier de « “terroristes” » des attentats à la voiture piégée perpétrés au cœur d’une ville et qui ne tuent que la population civile. Comme d’habitude, me voici obligé d’utiliser des doubles-guillemets pour citer le mot « “terroristes” », qui n’a pas pour France 24 le même sens que lorsque des vrais « terroristes » font sauter une voiture piégée au cœur d’une ville qui n’est pas « un des fiefs du Hezbollah ».

Admire l'aspect systématique dans la construction de ce billet du Figaro-avec-AFP :

Admire l’aspect systématique dans la construction de ce billet du Figaro-avec-AFP :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/08/16/97001-20130816FILWWW00311-attentatbeyrouth-la-france-condamne.php

Après un premier paragraphe rapportant que la France condamne l’attentat à Beyrouth, tout ce qui suit est consacré à la « mise en situation » par le Figaro-avec-AFP.

22 personnes tuées, mais immédiatement on explique avec élégance qu’il s’agit d’un « fief du Hezbollah qui combat les insurgés en Syrie aux côtés du régime de Bachar el-Assad ». Sur 43 mots, le dernier tiers sert à justifier l’attentat :

Au moins 22 personnes ont été tuées et 300 blessées hier dans le plus sanglant attentat en trois décennies ayant frappé la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah qui combat les insurgés en Syrie aux côtés du régime de Bachar el-Assad.

Ensuite, présenter sommairement les accusations libanaises (par la voix d’un Président dont on ne précisera pas qu’une bonne moitié du Liban le considère désormais illégitime sur les questions qui concernent la Résistance) contre Israël, en laissant autant de place à la réfutation par le menteur professionnel israélien. Évidemment, ne pas mentionner l’incursion israélienne contre le Liban il y a à peine quelques jours (pour faire quoi ?), que les soldats israéliens ont chèrement payée :

Le président libanais Michel Sleimane a accusé Israël d’être derrière cet attentat, accusations rejetées par le président Shimon Peres.

Consacrer ce paragraphe tout entier de la « mise en situation » à justifier l’attentat :

Le président libanais a adopté une politique de « distanciation » vis-à-vis du conflit chez son voisin syrien qui divise profondément la société. La plupart des Libanais chiites, emmenés par le Hezbollah, sont favorables au régime syrien de Bachar el-Assad, tandis que les sunnites soutiennent plutôt la cause de l’opposition syrienne.

Et finalement, citer l’ONU en mettant en exergue une phrase qui, implicitement, justifie l’attentat :

Le Conseil de sécurité des Nations unies a « condamné fermement » l’attentat meurtrier commis hier dans la banlieue de Beyrouth et a appelé les Libanais à « s’abstenir de toute implication dans la crise syrienne », dans une déclaration unanime adoptée hier soir.

Drôle de condamnation, qui consacre plus de temps à expliquer que les victimes de l’attentat, c’est tout de même un peu leur faute.

Reposted bycheg00 cheg00

July 28 2013

Le jeune hackerspace de Beyrouth a pour ambition de « hacker la société libanaise », une ambition…

Le jeune hackerspace de Beyrouth a pour ambition de « hacker la société libanaise », une ambition folle à l’image de cette ville-chantier. Pour cela, il s’appuie sur une communauté transdisciplinaire et paritaire.

http://sabineblanc.net/spip.php?article26

July 09 2013

Attentat de Bir el-Abed : les responsables dénoncent une tentative de destabilisation du Liban

Attentat de Bir el-Abed : les responsables dénoncent une tentative de destabilisation du Liban
http://www.lorientlejour.com/article/822944/attentat-de-bir-el-abed-les-responsables-denoncent-une-tentative-de-d

Les responsables libanais ont condamné, mardi, l’attentat perpétré vers 11h à Bir el-Abed, un fief du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth.

Cet attentat à la voiture piégée qui a fait une cinquantaine de blessés, dont deux graves, vise à destabiliser le Liban, ont averti la plupart d’entre eux.

Dozens wounded in Beirut blast on the eve of Ramadan
http://english.al-akhbar.com/content/explosion-rocks-beirut-southern-suburb

http://english.al-akhbar.com/sites/default/files/imagecache/5cols/leading_images/783768-01-08.jpg

It remains unclear who was behind Tuesday’s blast, but there is no shortage of suspects.

Hezbollah MP Ali Ammar pointed the finger at Israel, which launched 34-day war on Lebanon in 2006 which reduced much of Dahiyeh to rubble.

But Salafi radicals affiliated with Syria’s anti-government rebels are also suspected to have been behind a series of recent attacks on Lebanon.

The bomb was the second major attack on Beirut’s southern suburbs, where Hezbollah maintains strong support, in recent weeks.

July 03 2013

Est-ce qu'il existe des articles (notamment dans les médias arabes) qui relient le coup contre les…

Est-ce qu'il existe des articles (notamment dans les médias arabes) qui relient le coup contre les ikhwan égyptiens ce soir et la destitution de l'Émir du Qatar la semaine dernière ?

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl