Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

September 24 2013

À Neukölln (Berlin), quartier de mauvaise réputation à cause de sa population immigrée et de la…

À Neukölln (Berlin), quartier de mauvaise réputation à cause de sa population immigrée et de la précarité des familles y vivant, certains parents s’organisent pour scolariser leur têtes blondes dans des quartiers mieux réputés. Pendant ce temps, Petra Lafrenz une maman monte une asso pour au contraire resserrer les liens entre habitants du quartier et milite pour une scolarité pour tous les enfants du quartier dans les écoles du quartier.
L’intégration se fait à deux...

"Viele Eltern aus Berlin-Neukölln schulen ihre Kinder lieber in anderen Vierteln ein. Eine Initiative versucht nun, dagegen anzukämpfen."
http://www.zeit.de/2013/35/berlin-neukoelln-kiezschulen-initiative/seite-1
#école #ségrégation #initiative #Allemagne #Schule #integration #deutsch #allemand #enfants #kinder

September 23 2013

*De Tripoli à Lampedusa, de Bari à Hambourg* ❝Fin mai, Berlin a accusé l'Italie d'avoir donné 500…

De Tripoli à Lampedusa, de Bari à Hambourg

Fin mai, Berlin a accusé l’#Italie d’avoir donné 500 euros à des #migrants pour qu’ils se rendent en #Allemagne. Le ministère de l’intérieur allemand s’est fendu d’un communiqué, repris par la presse sous des gros titres qui faisaient très peur. Par exemple sur le site du quotidien allemand Bild ou celui du quotidien italien la Repubblica. Mais l’incident diplomatique redouté n’a pas eu lieu. Peu de journalistes sont allés vérifier l’information, Rome n’a pas répondu aux accusations de Berlin. Quelques jours plus tard, tout était oublié.

En réalité, en février, l’Italie a décrété la fin du plan d’urgence mis en place pour accueillir les #réfugiés de la guerre en #Libye arrivés par milliers à #Lampedusa au printemps 2011. Afin de pouvoir fermer les centres d’accueil temporaires, Rome a finalement donné des permis de séjour humanitaires aux migrants et entre 400 et 500 euros « d’#argent_de_poche » à chacun pour qu’il se débrouille seul. Le #permis_de_séjour_humanitaire permet de voyager dans l’espace Schengen mais pas de travailler ailleurs qu’en Italie. Sauf que dans une Italie en crise, les usines ferment et le taux de chômage ne cesse d’augmenter, alors une partie des réfugiés de Libye a fait le même choix que de plus en plus d’italiens ces derniers temps : aller tenter leur chance ailleurs, plus au nord.

L’émission Accents d’Europe est allée enquêter en Allemagne et en Italie. Dossier diffusé le 17 juin 2013 sur RFI, émission présentée par Laurent Berthault

http://mathilderome.wordpress.com/2013/06/18/de-tripoli-a-lampedusa-de-bari-a-hambourg

September 01 2013

Histoire des noir-e-s et des féministes noires en Allemagne

Histoire des noir-e-s et des féministes noires en Allemagne
http://www.cases-rebelles.org/emission-n36

Pour l’émission n°36, l’une des membres de Cases Rebelles est allée à Berlin au mois de mai rencontrer l’une des fondatrices de deux organisations issues du mouvement féministe afro-allemand : Katharina OGUNTOYE, co-fondatrice de l’ISD, Die Initiative Schwartze Menschen in Deutschland (l’initiative des noirs en Allemagne et co-fondatrice de JOLIBA) et Ekpenyong ANI, membre de l’ADEFRA, Afro-Deustche Frauen (Femmes noires en Allemagne). A travers deux entretiens passionnants elles nous parlent de (...)

August 29 2013

Everyone's history ?! An inventory on writing contemporary history in the digital age | We think…

Everyone’s history?! An inventory on writing contemporary history in the digital age | We think History

http://wethink.hypotheses.org/1218

Everyone’s history?! An inventory on writing contemporary history in the digital age
Posted on 28/08/2013 by Guido Koller

Frédéric Clavert, Serge Noiret (Editors), L’histoire contemporaine à l’ère numérique, Contemporary History in the Digital Age, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt, New York, Oxford, Wien, 2013. 381 p.

Review

The humanities are subject to a continuous, but recently accelerated change. In the meantime, this change has a powerful name: Digital Humanities. And this name is program – the humanities are to be made ​​ fit for the digital age. To this, in October 2009, a symposium took place, organized by the Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe and the University of Luxembourg. The aim was to take into view the new sources, tools and methods of contemporary history. The articles are now available in a rich anthology, edited by Frédéric Clavert and Serge Noiret, two protagonists of the Digital Humanities in Europe.

#histoire #internet

August 28 2013

À Pékin, le métro se paie en échange de bouteilles en plastique | Réseau International

À Pékin, le métro se paie en échange de bouteilles en plastique | Réseau International
http://avicennesy.wordpress.com/2013/08/26/a-pekin-le-metro-se-paie-en-echange-de-bouteilles-en-plastique

Le métro de Pékin permet aux passagers de voyager gratuitement en échange de bouteilles de plastiques usagées. Les voyageurs peuvent de cette façon contribuer à la préservation de l’environnement tout en économisant de l’argent.

#recyclage

August 26 2013

Le protagoniste le plus scandaleux de la privatisation des services sociaux berlinois accusé d'abus…

Le protagoniste le plus scandaleux de la privatisation des services sociaux berlinois accusé d’abus de biens sociaux
http://www.tagesspiegel.de/images/harald-ehlert/1402362/3-format1.jpg
Ex-Chef der Berliner Treberhilfe Harald Ehlert vor Gericht
http://www.tagesspiegel.de/berlin/polizei-justiz/prozessauftakt-in-berlin-harald-ehlert-vor-gericht/8691902.html

Harald Ehlert muss sich ab Montag vor einem Berliner Gericht verantworten. Ihm werden mehrere Straftaten zur Last gelegt, unter anderem soll er Ex-Chef der Berliner Treberhilfe sich einen Sportwagen als Dienstauto geleistet haben.

On aime bien les histoires scandaleuse. Pourtant il y a peu de scandales vraiment intéressants et les arrière plans des rares histoires significatives sont généralement occultés. Aujourd’hui Der Tagesspiegel ne mentionne pas que « Maserati-Harry » est l’incarnation idéale de l’entrepreneur moderne et socialement engagé d’après l’ Agenda 2010 de l’ancien chancelier Schroeder et du challengeur Steinbrück .

Avant sa chute Ehlert était jeune entrepreneur brillant, chef du prestataire de services sociaux Treberhilfe , membre du SPD-Schöneberg, député au parlement de Berlin, bref un personnage qu’on respectait pour ses compétences et son succès. Avec lui on croyait pouvoir réaliser une politique d’austérité visant à se débarasser des dettes municipales tout en améliorant la qualité des prestations sociales par leur privatisation.
http://www.morgenpost.de/img/ipad_berlin/crop100874372/9760699048-ci3x2l-h307/1104-treberhilfe-BM-Berlin-Berlin.jpg
Le principe était simple : La plus grande partie des frais du fonctionnement des services sociaux étant des salaires la ville n’embauche plus de personnel mais achète des prestations auprès d’entreprises spécialisées. Par leur statut « d’intérêt général » leur interdisant le versement des bénéfices
à ses propriétaires, ces entreprises garantissent à la ville le prix le moins cher. Si pour une raison ou une autre la ville ne prolonge pas le contrat avec un prestataire, celui-ci peut licencier ses employés du jour au lendemain contrairement aux employés de la ville qui sont protégés par les conventions collectives du BAT historique et du TV-L.

Alors tout ce petit monde de socialo-gôche était content et dégustait joyeusement les petits fours offerts lors de l’énième réception d’inauguration d’un centre d’acceuil pour jeunes SDF par le Treberhilfe de Harry Ehlert. On appréciait le personnage baroque avec sa Maserati et son look de parrain sicilien.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d1/Kienbaum_Consultants_International_Logo.svg/500px-Kienbaum_Consultants_International_Logo.svg.png
L’histoire du succès de Maserati-Harry touchait brusquement à sa fin après la présentation d’une étude de rentabilité établié sur commande de Harry Ehlert par la société Kienbaum, une de plus importantes « consulting firms » d’Allemage. Le concern construit par Harry Ehlert autour de la Treberhilfe était effectivement l’entreprise la plus moderne et la plus rentable sur le marché berlinois. Kienbaum avait même inventé un nouveau terme technique pour mesurer l’efficacité d’une action sociale. C’était l’heure du « social profit ». Il désigne la différence entre la somme des frais causés par une personne en difficultés à la société sans intervention sociale et la somme de ces frais après avoir profité des aides ayant contribué à son redressement. Si la différence est positive, il s’agit d’un social profit que la société ou l’état et le prestataire social peuvent se partager.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/76/Berlin_schoeneberg_belziger_26.10.2012_11-53-22_ShiftN.jpg/773px-Berlin_schoeneberg_belziger_26.10.2012_11-53-22_ShiftN.jpg
Les fonctionnaires des vielles associations caritatives étaient choquées par ce modèle d’affaire mettant en danger leur propre existence. Ils avaient établi des structures kafkaesques inefficaces et chères alimentés à la fois par la Kirchensteuer spécifique à l’état ouest-allemand, par des dons charitables et par les sommes versées par l’état dans le cadre du remboursement de frais de fonctionnement pour des activités précises comme l’enseignement scolaire ou l’hébergement de jeunes filles tombées.

Les plus grands organismes de ce type sont la Croix Rouge, l’ Arbeiterwohlfahrt proche du SPD, le Diakonisches Werk crée par l’église d’état protestante et la Caritas de l’église catholique. Ces molochs sociaux à l’age canonique se trouvaient tout d’un coup en position de défense par rapport à une start-up social-démocrate d’inspiration anglo-saxonne qui avait réussi à s’emparer de la plus grosse part du marché SDF berlinois.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/88/Rathaus_Schoeneberg.JPG

Le 12 février 2010 la présentation « social profit » tournait mal. Harry Ehlert avait invité tous les PDGs concurrents dans la plus grande et plus belle salle de l’ancienne mairie de Berlin. Ces anciens assistants sociaux, les curés et comptables n’étaient pas encore arrivés dans la mairie que déjà ils étaient mécontents parce que les Mercedes et BMW des petits patrons de la Treberhilfe bloquaient le parking devant la mairie. Il fallait se garer plus loin et marcher un peu.

Après la présentation des chiffres « social profit » par les spécialistes Kienbaum Harry Ehlert , qui avait déjà bien bu, montait sur le podium. Dans son élan il s’adressait directement aux responsables dans le public pour annoncer lesquelles de leurs activités il allait reprendre dans les mois à venir. Il était évident que son entreprise était plus efficace et qu’il fallait soutenir le gouvernement de Berlin dans ses efforts pour assainir les finances municipales.
http://www.derwesten.de/img/incoming/origs3424625/0489246168-w656-h240-bF3F3F3-st/27542288-543x199.jpg
Avec cette déclaration de guerre Harry Ehlert avait signé son arrêt de mort professionnelle. Peu de temps après la presse conservatrice commencait à publier les histoires autour de Maserati-Harry qui s’enrichissait au dépens des pauves SDF. Ehlert avait négligé d’agir comme un vrai parrain et de faire éliminer ses adversaires préalablement par des alliés dans leurs rangs.

Voici la fin de l’histoire telle quelle est racontée par Wikipedia :

Am 30. November 2011 wurde das operative Geschäft der Treberhilfe vom evangelischen Diakonieverein Berlin Zehlendorf für 0 Euro übernommen und in die GmbH Neue Treberhilfe überführt. Die Immobilien der Firma gingen in die Insolvenzmasse ein.

Le procès de Hans-Harald Ebert n’est qu’un épilogue qui nous apprendra quel pourcentage de sa fortune les vrais parrains du social concèderont à celui qui est tombé parmi les parias.

On peut se renseigner sur quelques éléments de l’histoire sur les pages Wikipedia en allemand :
http://de.wikipedia.org/wiki/Harald_Ehlert
http://de.wikipedia.org/wiki/Treberhilfe_Berlin

#allemagne #berlin #social #privatisation

August 25 2013

A propos de la conférence de Berlin en 1885 The Scramble for Africa | 15 Minute History

A propos de la conférence de Berlin en 1885

The Scramble for Africa | 15 Minute History

http://blogs.utexas.edu/15minutehistory/2012/10/24/episode-3-the-scramble-for-africa

This episode provides an overview of the Scramble for Africa and how the 1885 Berlin Conference changed European colonialism on the continent. What did colonialism look like before 1885, and how did the Berlin Conference change the ways Europeans behaved? What did colonialism look like in various regions of the continent? And what are the lingering legacies of colonialism and de-colonization that continue to have an impact on contemporary Africa?

http://blogs.utexas.edu/15minutehistory/files/2012/10/463px-Punch_Rhodes_Colossus.png

#afrique #colonialisme #conférence_de_berlin

August 24 2013

*Toujours plus de murs dans le monde* ❝Alors que l'article 13 de la déclaration universelle des…

Toujours plus de #murs dans le monde

Alors que l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 proclame le droit à chacun à « circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État », et à « quitter tout pays, y compris le sien et à y revenir », l’Union europenne n’a eu de cesse de déployer une myriade de dispositifs pour empêcher, ou plutôt canaliser les flux migratoires. C’est la tentation du mur. Tandis que La Grèce amorce la construction d’un mur le long de sa frontière avec la Turquie, l’Atlas des migrants en europe (2e édition) dont est issu cette carte que j’ai réalisé, nous apprend que le nombre de murs, #barrières et #clôtures dans le monde a triplé depuis la chute du mur de Berlin. En 2011, il y avait 48 murs recensés dans le monde, souvent construits dans un but affiché d’empêcher les #migrations. Cela représente plus de 30 000 kilomètres linéaire. Par ailleurs, les études montrent que ce dispositif n’empêche en aucun cas les gens de passer. La construction de murs constitue plutôt un aveu de faiblesse et une réponse inadaptée à un risque fantasmé. Comme la plupart des dispositifs mis en place par l’Union européenne dans le cadre de sa #politique_migratoire, les murs n’empêchent pas les flux, ils les détournent.

http://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1381/files/2013/06/murs.png

http://neocarto.hypotheses.org/278#comment-7

#carte #cartographie #visualisation

August 20 2013

L'Allemagne reconnaît la monnaie virtuelle Bitcoin, pour mieux la taxer

L’#Allemagne reconnaît la monnaie virtuelle #Bitcoin, pour mieux la taxer
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/08/20/berlin-reconnait-la-monnaie-virtuelle-bitcoin-pour-mieux-la-taxer_3463593_65

Grâce à ce statut juridique, tous les « échanges multilatéraux » pourront être réalisés dans cette devise virtuelle en Allemagne. En contrepartie, Berlin ne cache pas son intérêt dans l’opération : l’administration fiscale pourra en effet désormais prélever une taxe sur toutes ces transactions, qui échappaient jusque-là à l’impôt.

Et la part de Berlin est loin d’être négligeable, puisque les prélèvements se feront à hauteur de 25 % sur les bénéfices la première année. « Cela fonctionnera exactement comme la taxation sur les plus-values immobilières. Concernant les entreprises, elles devront intégrer un taux de TVA dans toutes leurs transactions en bitcoins », explique encore le Huffington Post.

#fiscalité

August 18 2013

From Boston to Beirut : A Comparison of “Terror” | Al Akhbar English

From Boston to Beirut: A Comparison of “Terror” | Al Akhbar English
http://english.al-akhbar.com/content/boston-beirut-comparison-%E2%80%9Cterror%E2%80%9D

Despite the fact that the perpetrators and the act itself snugly fit into the legal definition of “terrorism” by the US and UK authorities, the media coverage by British and American media outlets described it as a “bomb blast” from a possible “suicide attack.”

More so, as media critic and former editor-at-large of Al-Akhbar English Emily Dische-Becker in Berlin observed to the Institute of Public Accuracy, many of the foreign news agencies took great pains to add that the car bomb explosion occurred in a “Hezbollah stronghold.”

Virtually all reports on the attack on the residential neighborhood of Roueiss noted Hezbollah’s military involvement in Syria, therefore subtly inferring that the attack was justifiable despite the fact that the victims were innocent civilians. Those killed will not have the leisure of being named and cared for by extensive human-oriented stories, slick infographics, painful photo galleries, and a barrage of follow-up tales of coping the day after.

August 14 2013

L'accaparement des terres au centre centre de Berlin Les terrains des jardins ouvriers encore…

L’accaparement des terres au centre centre de Berlin

Les terrains des jardins ouvriers encore nombreux sont devenu l’objet de la convoitise des promoteurs immobiliers. Les meilleurs terrains de la ville sont vendus, alors les entreprises de l’immobilier essaient avec succès de s’emparer des zones jusqu’à maintenant protégées et réservées à l’utilisation par la population berlinoise. Le premier cas est un bloc près du Kurfürstendamm où des jardins populaires ont été sacrifiés. Voici une image pris dans le prospectus de vente de l’investisseur.
http://www.tagesspiegel.de/images/heprodimagesfotos83120110302rosengaert-jpg/3897828/1-format43.JPG

Bedrohte Kleingärten : Auch das Land Berlin will Kolonien bebauen - Berlin - Tagesspiegel
http://www.tagesspiegel.de/berlin/bedrohte-kleingaerten-auch-das-land-berlin-will-kolonien-bebauen/8318022.html
http://www.bz-berlin.de/multimedia/archive/00087/Oeynhausen3_87442a.jpg

Akut bedroht sind zwei weitere Kolonien. Gegen ihre Kündigung zum Jahresende haben Pächter der Kolonie Oeynhausen in Schmargendorf eine Klage eingereicht. Es geht um 147 Parzellen auf dem ehemaligen Postgelände im Norden der Kolonie, das dem Finanzinvestor Lorac gehört. Bald will der Berliner Unternehmer Klaus Groth dort 700 Wohnungen bauen. Ein Kompromiss mit dem Bezirksamt Charlottenburg-Wilmersdorf sieht vor, dass die restlichen 155 Parzellen auf dem Privatgrundstück dem Bezirk übereignet und erhalten werden. Der südliche Teil der Anlage mit 122 Lauben gehört bereits dem Land Berlin.

Il y a deux types de terrains qui tombent entre les mains des spéculateurs :
– D’abord il y les jardins de cheminots. Après la privatisation du Bundesbahn ses dirigeants cherchent à augmenter les profits en vendant tout ce qui est possible et en réduisant les frais du fonctionnement des trains. Actuellement les habitants de Mayence en paient les frais parce que la gare de la capitale du Rhénanie-Palatinat n’est plus desservie le soir.
– Après il y a les terrains appartenant à la ville de Berlin dont le sénateur du budget se vante de réaliser un budget équilibré d’ici l’année prochaîne. Pour y arriver il faudra encore vendre des terrains et réduire le coût des services aux habitants. Les jardins ouvriers de la ville sont alors vendus dès que leur statut de protection touche à sa fin.

La situation des jardins d’ouvriers en Allemagne ( de )
http://de.wikipedia.org/wiki/Laubenkolonie#Situation_in_Deutschland

Les arguments pour la transformation des biens communs en propriété privé se ressemblent, on connaît la chanson : « Il faut construire pour créer des logements. » Les prix de ces logements ne sont malheureusement jamais à la portée de la quasi totalité des Berlinois à la recherche d’un appartement. On les oblige à déménager dans les cités à la périphérie de la ville pour faire place aux nouveaux arrivants munis de portefeuilles bien remplis.

#berlin #allemagne #privatisation

July 18 2013

CryptoParty.org

CryptoParty.org http://www.cryptoparty.in

What is CryptoParty?
Attend a CryptoParty to learn and teach how to use basic cryptography tools. A CryptoParty is free, public and fun. People bring their computers, mobile devices, and a willingness to learn!
CryptoParty is a decentralized, global initiative to introduce the most basic cryptography programs and the fundamental concepts of their operation to the general public, such as the Tor anonymity network, public key encryption (PGP/GPG), and OTR (Off The Record messaging). CryptoParties are free to attend, public and commercially non-aligned.

Berlin ! http://www.cryptoparty.in/berlin

CryptoParty ist eine dezentrale, selbstorganisierte Veranstaltungsreihe. Wer eine organisieren möchte, findet viele Informationen auf der HowTo-Seite, den Seiten zur Dokumentation und dem Handbuch. Außerdem empfiehlt es sich, sich mit anderen CryptoParty-Veranstaltern abzusprechen. Für Berlin gibt es die Mailingliste cryptoparty@blast.k0a1a.net, wo auch generelle Fragen gestellt werden können.

#cryptographie #surveillance #securite #berlin

July 11 2013

Pour klaus : il y a une manif _megaspree_ contre la spéculation immobilière à Berlin, prévue samedi…

Pour @klaus : il y a une manif megaspree contre la spéculation immobilière à Berlin, prévue samedi à 13h, départ devant l’east side galerie, un truc libertaire et écolo http://www.megaspree.de/megaspree-2/letzte-vorbereitungstreffen-zur-demo-am-13-7-13-zum-5-jahrestag-des-burger

Tags: City:Berlin

July 10 2013

United Stasi of America

United Stasi of America
http://lesaventuresdeuterpe.blogspot.fr/2013/07/united-stasi-of-america.html

Oliver Bienkowski, l’auteur de la projection, est déjà connu à Berlin pour ses actions de guerilla (Guerilla-Aktionen) par exemple humanitaires. Il avait fait il y a peu une fausse campagne de pub pour des Shitstorms (littéralement « tempête de merde ») organisés, proposant contre une somme d’argent appréciable des actions de dénigrement sur le net à la commande. Il prétendait faire travailler des sans-abri. L’histoire avait indigné la presse.
En fait, il voulait attirer l’attention sur la situation des sans-abri en Allemagne. Ci-dessous Oliver Bienkowski avec le panneau « 580 000 sans-abri en Allemagne, c’est trop ! »
Il s’est marré parce qu’avec son coup monté, il a épargné 68 000 euros de pub et de campagne de marketing pour rendre visible son message !

http://m.youtube.com/watch?v=A2Yb3gWmm2I

July 09 2013

Tout est bien qui finit bien. Avant

Tout est bien qui finit bien.

Avant
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a7/Bundesarchiv_Bild_146-1986-029-02%2C_%22Germania%22%2C_Modell_%22Gro%C3%9Fe_Halle%22.jpg
Pendant
http://www.berlin-brigade.de/us-ins/tbg83.jpg
Après
http://www.berlin-brigade.de/us-ins/tbg17.jpg

http://de.wikipedia.org/wiki/Wehrtechnische_Fakult%C3%A4t#Wehrtechnische_Fakult.C3.A4t_und_Hochschu

Bestandteil der Germania-Planung war auch die Wehrakademie, deren unvollendeter Rohbau nach 1945 zum Teufelsberg aufgeschüttet wurde.

http://www.berlin-brigade.de/us-ins/field-station.html

Two floor levels of that huge Nazi complex were almost finished when WWII has started.
All buildings got destroyed and the remains after war end were covered with countless tons of Berlin city war (bombs) rubble and sand. All the stuff from downtown was transported by thousands of trucks and by this way the hill was growing yard by yard to its current size. More than 200.000 trees were planted by volunteers. The T-berg complex, about 117 yards above sea level, was located in the British sector of West Berlin.

In 1961, the U.S. National Security Agency (NSA) took over that location for own military purposes. There was no other place which was better located to the Red Army country. There were several constructions and changes in all the years. In that Grunewald area are 2 hills, like twins, side by side, one as public recreation area only, the other one occupied by the U.S. & Brit. Army. The Berliners also used their part of it in the Winter time. It still had some nice toboggan and ski runs downhill.

#berlin #nsa #histoire

June 30 2013

Berlin, ville de la « domestication » et de la « normalisation » de la « société » par la « culture » selon…

#Berlin, ville de la « domestication » et de la « normalisation » de la « société » par la « culture » selon le philosophe #Francesco_Masci dans son essai "L'ordre règne à Berlin" (titre emprunté à un article de #Rosa_Luxemburg) paru aux éditions Allia
http://www.youtube.com/watch?v=opA73140gA4
http://www.lerideau.fr/francesco-masci/6983
Francesco, quel est le point de départ de ce livre ? Pourquoi la ville de Berlin ?

Parce que la nouvelle théorie de la #modernité que j'ai essayé de construire dans mes livres précédents était très bien illustrée par cette #ville. L'Ordre règne à Berlin est différent de mes autres livres, surtout le premier (Superstitions, NDLR), dans lequel il y a encore des échos un peu littéraires presque #postromantiques, surtout dans sa composition par fragments. Mais il n'y a aucune rupture théorique. Depuis mon premier livre je travaille à construire une nouvelle lecture de la #modernité et de son évolution avec comme point de départ l'idée que la culture n'est pas une victime désignée d'une quelque force néfaste et obscurantiste, mais qu'elle participe à la « mise en #ordre » du #monde, qu'elle est une force de conservation plus qu'une force #révolutionnaire.

C'est un #discours qui n'est pas facile à saisir, parce que les gens ont un automatisme : on pense culture, donc on pense forcément à quelque chose de séparé de la #société et meilleur que celle-ci. Il est difficile de comprendre que l'on puisse avoir un regard neutre sur la culture moderne et son histoire qui en arriverait à la conclusion d'une participation active de la « #machine_culture » à l'#organisation sociale. Je voulais rompre avec l'illusion bicentenaire d'abord romantique, puis #avant-gardiste et enfin #adornienne et aussi #debordienne, d'un #pouvoir exorbitant d'ordre presque #religieux attribué aux #images et aux #événements, le pouvoir de sauver un monde a priori jugé mauvais.

Ce que j'ai essayé de démontrer de manière théorique dans mes autres livres, c'est l'emprise de ce que j'appelle la culture absolue sur le réel. J'appelle « #culture_absolue » la machine de #reproduction d'événements ou d'images #autoréférentielles, qui forment l'unique milieu où les individus sont capables de se connaître et de se reconnaitre. Ce #processus de #substitution d'un monde constitué d'#images et d'événements à une #réalité potentiellement #conflictuelle est au centre même de notre modernité, une modernité qui est essentiellement culturelle, c'est-à-dire qui est en train de réaliser les promesses de ses origines grâce à la culture, d'une manière « imaginaire ». La modernité est en train de réaliser ses promesses originaires, l'#émancipation de l'individu vis-à-vis d'une société totale, la promesse aussi d'un sujet entier ayant une maîtrise totale sur le monde, mais elle les réalise dans un espace #aseptisé et séparé de celui de la contrainte #factuelle, du monde de la #technique qui continue pourtant bel et bien à exister.

Ces promesses n'ont pas réalisé par le #politique. Le politique, entendu comme le principe conflictuel de l'#opposition ami/ennemi, à ne pas confondre avec une technique d'organisation que j'appelle la politique. Toute la complexité d'une conflictualité permanente (on peut rappeler par exemple les tumultes des factions des villes de la #Renaissance italienne chéries par #Machiavel), cette conflictualité a été, au cours de la modernité, progressivement écartée, évacuée (sauf dans les moments où elle réapparait dans l'histoire comme hyperviolence). Elle a été remplacée par des conflits imaginaires moralement polarisés qui ne franchissent jamais l'au-delà de cet horizon de la culture absolue dedans lequel ils sont renfermés.

Berlin, qui gardait des restes de cette #division éminemment politique, division inscrite dans la chair même de la ville (le #Mur, mais pas seulement), résume parfaitement l'histoire de ce passage à la culture absolue comme mode de #gestion d'une #société. En vingt ans, depuis la chute du Mur, toute l'histoire et la réalité de la ville a été non seulement effacée, mais transformée dans son essence même, avec une prise de #contrôle absolue de son #territoire, comme nulle part ailleurs en #Occident, par un #imaginaire #abstrait et #allogène.

Quand je parle d'une #réorganisation du territoire même de la ville par la culture, je ne parle pas de la #production d'événements culturels. Bien sûr, il y a des nombreuses #institutions culturelles à Berlin, les #galeries, les #musées, les #fondations, mais ce ne sont pas elles qui font de Berlin la ville où la culture absolue s'est chargée de l'organisation sociale. C'est plutôt une prise de pouvoir d'ordre ontologique

#Culture #Philosophie #Pensée_critique #Esthétique #Technique #Histoire #Urbanisme #Relégation #Allemagne #Einstürzende_Neubauten #Musique #Film #Berlin_Babylon #Hubertus_Siegert #Vidéo #Allia #livre

The Collaboration — Ben Urwand | Harvard University Press

The Collaboration — Ben Urwand | Harvard University Press
http://www.hup.harvard.edu/catalog.php?isbn=9780674724747

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_UJrSc4PXVM

To continue doing business in Germany after Hitler's ascent to power, Hollywood studios agreed not to make films that attacked the Nazis or condemned Germany's persecution of Jews. Ben Urwand reveals this bargain for the first time—a “collaboration” (Zusammenarbeit) that drew in a cast of characters ranging from notorious German political leaders such as Goebbels to Hollywood icons such as Louis B. Mayer.

At the center of Urwand's story is Hitler himself, who was obsessed with movies and recognized their power to shape public opinion. In December 1930, his Party rioted against the Berlin screening of All Quiet on the Western Front, which led to a chain of unfortunate events and decisions. Fearful of losing access to the German market, all of the Hollywood studios started making concessions to the German government, and when Hitler came to power in January 1933, the studios—many of which were headed by Jews—began dealing with his representatives directly.

Urwand shows that the arrangement remained in place through the 1930s, as Hollywood studios met regularly with the German consul in Los Angeles and changed or canceled movies according to his wishes. Paramount and Fox invested profits made from the German market in German newsreels, while MGM financed the production of German armaments. Painstakingly marshaling previously unexamined archival evidence, The Collaboration raises the curtain on a hidden episode in Hollywood—and American—history.

June 27 2013

« Résister ou partir » : le choix d'Halil, Allemand d'origine turque

« Résister ou partir » : le choix d'Halil, Allemand d'origine turque
http://fr.myeurop.info/2013/06/27/resister-ou-partir-le-choix-d-halil-allemand-d-origine-turque-10926

Delphine Nerbollier

Allemand d'origine turque, Halil Gülbeyaz s'est installé il y a peu à Berlin. Athée, alévi, engagé à gauche, cet écrivain et journaliste est aussi père de deux enfants. Pour myeurop, il explique son choix et partage son regard sans concession sur la politique d'#Erdogan comme de #Merkel. (...)

#Portraits #Allemagne #Turkey #immigration #islam #minorité #Turquie #union_européenne

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl