Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

January 08 2014

Coccinelle, 2 CV et « trente glorieuses »

La plus grande aventure industrielle du XXe siècle commence avec le succès foudroyant de la Ford T, lancée par Henry Ford en 1908 à un prix très bas, ce qui la rend accessible aux couches moyennes. L'entrepreneur s'inspire des principes du taylorisme : rationalisation et standardisation à outrance, (...) / Allemagne, États-Unis, France, Automobile, Économie, Histoire, Industrie, Nazisme, Transports, Travail - 2014/01

August 19 2013

Une série d'entretiens avec Augustin Berque, que j'ai découvert il y a quelques années grâce à Mona

Une série d’entretiens avec Augustin Berque, que j’ai découvert il y a quelques années grâce à @Mona http://www.peripheries.net/article184.html, et qui approfondit bien les choses concernant l’#empreinte_écologique dans sa dimension humaine (aspect qui reste dans un angle mort de la plupart des discours écolos).
Résumé de ce que j’en retiens :

1. Il ne faut pas réduire le problème à sa dimension écologique http://www.dailymotion.com/video/xfvyhz_il-ne-faut-pas-reduire-le-probleme-a-sa-dimension-ecologique_web
Les écologistes ne se posent pas le problème de l’#écoumène, cela reste dans un angle mort du mouvement écolo actuel. Or notre relation à la Terre n’est pas uniquement écologique, elle est également écouménale, elle implique aussi des systèmes techniques et des systèmes symboliques. C’est cette dimension technique et symbolique qui fait notre rapport au monde en tant qu’humains. Notre monde humain repose sur les écosystèmes mais il les dépasse également, il nous faut comprendre en quoi notre monde est + que des écosystèmes.

La technique est bel et bien une extériorisation, qui prolonge notre corporéité hors de notre corps jusqu’au bout du monde ; mais le symbole est au contraire une intériorisation, qui rapatrie le monde au sein de notre corps. Quand le robot Sojourner saisit cette pierre, là-bas sur Mars, il prolonge, grâce à la technique, le geste ancestral de l’Homo habilis, qui, voici deux millions d’années, investit dans un galet aménagé, tenu à bout de bras, une fonction jusque-là uniquement exercée par les incisives au-dedans de la bouche. Mais inversement, c’est avec ma bouche, ici et maintenant, que je parle de Mars et de Sojourner, qui sont loin dans l’espace, et d’Homo habilis, qui est loin dans le temps. Je peux le faire grâce à la fonction symbolique, laquelle, sous ce rapport, consiste donc à rendre présentes au-dedans de mon corps des choses qui en sont physiquement éloignées. Cela, ce n’est pas une projection ; c’est, tout au contraire, une introjection. La trajection, c’est ce double processus de projection technique et d’introjection symbolique. C’est le va-et-vient, la pulsation existentielle qui, animant la médiance, fait que le monde nous importe. Il nous importe charnellement, parce qu’il est issu de notre chair sous forme de techniques et qu’il y revient sous forme de symboles. C’est en cela que nous sommes humains, en cela qu’existe l’écoumène, et c’est pour cela que le monde fait sens

extrait de « Ecoumène, introduction à l’étude des milieux humains »

2. « Ce monde là court à la catastrophe... » http://www.dailymotion.com/video/xgp64m_ce-monde-la-court-a-la-catastrophe_webcam
On n’a pas qu’un corps animal, on a aussi un #corps_médial, fait de projections et d’introjections. Ce corps n’existe qu’en lien avec le monde. L’humain et le monde que construit l’émergence de l’espèce humaine sont co-dépendants. C’est le rapport entre ces systèmes (techniques et symboliques) extérieurs à notre corps et leur effet en retour sur le corps animal qui explique l’émergence de l’espèce humaine. On humanise l’environnement par nos systèmes symboliques, on l’anthropise par nos systèmes techniques. C’est l’effet retour des symboles et des techniques sur notre corps qui nous fait humains.
Cette notion de co-dépendance (ou co-suscitation) a été beaucoup plus creusée dans les traditions asiatiques que dans les traditions européennes. On pourrait avoir tendance à les rejeter car ces réflexions (dans les civilisations asiatiques) font aussi appel à des éléments religieux et mystiques, mais on aurait tort de se priver de ces sources-là car elles peuvent être des inspirations utiles pour pouvoir changer de rails.

3. La pulsion de retour à la « nature » détruit la « nature » http://www.dailymotion.com/video/xgp786_la-pulsion-de-retour-a-la-nature-detruit-la-nature_webcam
Une des pires façons actuelles d’habiter le monde est ce qu’il appelle « l’#urbain_diffus », ou que d’autres appelle « suburbia », soit vivre loin des centres urbains tout en continuant à avoir avoir un mode de vie urbain, sur le modèle pavillon + #voiture qui est l’idéal de beaucoup de gens. En arrière plan de cet idéal se trouve l’aspiration à vivre près de la « #nature » (même si cette « nature » se traduit factuellement par du gazon et des thuyas). C’est en partie un mode de vie de riches qui s’est plus moins démocratisé avec la société de consommation, qui chez certaines élites anciennes incluait l’observation de la nature, mais excluait (ou forcluait, pour reprendre son terme) le travail #paysan, le travail qui consiste à obtenir une production alimentaire par aménagement de la nature.
Outre cette « démocratisation », cette aspiration à vivre près de la « nature » provient d’une pulsion très ancienne qui est celle du retour à la matrice originelle (ou nostalgie du sein maternel). Cette pulsion, dans la façon dont elle s’exprime aujourd’hui, a des résultats destructeurs tant au niveau écosystémique qu’humain.

4. Nous assistons à la transformation de l’humain en cyborg http://www.dailymotion.com/video/xgpcuz_nous-assistons-a-la-transformation-de-l-humain-en-cyborg_webcam
Le mode de vie campagnard et son rapport particulier à la terre subsistent aujourd’hui à l’état relictuel dans l’occident. Le développement de la société de consommation à partir des années 1950 a engendré l’extinction de la culture paysanne, laissant place à des entrepreneurs agricoles fonctionnant sur un mode civilisationnel urbain.
L’urbain diffus défait la ville et défait la campagne, par un système mécanique qui se développe selon sa propre logique. Tout se construit en fonction de l’usage de la voiture, qui tue pourtant 1.5 millions de gens par an dans le monde. On adapte nos espaces à l’#automobile plutôt que l’inverse.
Au-delà de cette omniprésence et ces dégâts humains causés par la voiture, les systèmes mécaniques transforment l’humain en cyborg (être ne pouvant pas vivre sans machine), dans la mesure où on pense le monde en terme de machine (pensée mécaniciste moderne issue entre autres de Descartes).

5. « Il n’est pas certain que je veuille laisser une épitaphe » http://www.dailymotion.com/video/xgpcyt_il-n-est-pas-certain-que-je-veuille-laisser-une-epitaphe_webcam
D’après lui il faudra sûrement une catastrophe pour servir de déclic au dépassement de l’idéal pavillon + voiture, au changement de notre rapport au monde.

Fukushima n’a visiblement pas suffi. Ce serait peut-être bien également de chercher à rendre plus désirable, dans l’imaginaire collectif, l’urbain compact (libéré autant que possible de la voiture), et de cultiver (ou recréer là où il a disparu) le rapport particulier à la terre du mode de vie campagnard.

July 19 2013

La ville de Detroit s'est déclarée en faillite jeudi 18 juillet, avec 18,5 milliards de dollars de…

La ville de Detroit s’est déclarée en faillite jeudi 18 juillet, avec 18,5 milliards de dollars de dette accumulée. Depuis 1945, le joyau de l’industrie automobile américaine n’a cessé de perdre hommes et activités. Cette dégringolade, qui semblait « vouloir ne jamais finir », comme l’écrivait Le Monde diplomatique en janvier 2010, connaît aujourd’hui une étape décisive.

La ville américaine de Detroit se déclare en faillite
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/07/18/la-ville-americaine-de-detroit-se-declare-en-faillite_3449873_3222.html
http://seenthis.net/messages/157922

Detroit, la ville afro-américaine qui rétrécit, par Allan Popelard et Paul Vannier (#2010/01)
http://www.monde-diplomatique.fr/2010/01/POPELARD/18702

Ancienne capitale mondiale de l’automobile, Detroit n’a cessé de perdre de sa puissance. Et de sa population. La crise actuelle n’arrange rien. Les emplois industriels se font rares ; les maisons abandonnées à leurs créanciers se multiplient dans certains quartiers. Malgré tout, cette ville à majorité noire continue de faire confiance au président pour lequel elle a voté.

#Ville #Travail #Chômage #Économie #Industrie #Automobile #Démographie #Crise_économique #États-Unis

Cartographie de l’aire métropolitaine de Détroit par @reka
http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/detroit
http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/png/detroitGF.png

July 09 2013

Pertes très importantes dans l'industrie automobile européenne

Pertes très importantes dans l’industrie automobile européenne
http://www.wsws.org/fr/articles/2013/jul2013/auto-j08.shtml

La crise de l’#industrie #automobile est la conséquence directe de la politique d’#austérité de l’UE. Dès le début des réductions des dépenses, le #chômage a rapidement augmenté en Europe méridionale. Dans des pays comme l’Espagne et la Grèce, 60 pour cent des jeunes sont sans emploi.
Même parmi ceux qui ont un emploi, un grand nombre a du mal à joindre les deux bouts avec des revenus en baisse ou stagnants. Un gros achat comme celui d’une nouvelle voiture n’est pas envisageable pour la grande masse des gens.
Selon AlixPartners, 58 des 100 plus grands sites automobiles d’Europe seront en perte cette année étant donné qu’ils fonctionnent en-dessous du taux critique de 75-80 pour cent d’utilisation de leurs capacités.

July 07 2013

Obésité, mal planétaire

Selon un préjugé répandu, et entretenu par l'industrie agroalimentaire, les personnes obèses, incapables de contrôler leurs désirs, seraient responsables de leur condition. Ce discours occulte les causes d'un phénomène en voie de mondialisation. Tirer le fil de l'obésité, c'est débobiner toute la (...) / États-Unis, Alimentation, Audiovisuel, Automobile, Capitalisme, Industrie, Mondialisation, Santé, Société, Sport - 2012/09

May 27 2013

De l'autoroute publique aux péages privés

La privatisation des autoroutes illustre le capitalisme de connivence à la française : l'Etat impose le système coûteux du péage, assume l'essentiel des risques, puis organise la captation de la rente par les grands groupes. / France, Automobile, Économie, Entreprise, Finance, Service public, (...) / France, Automobile, Économie, Entreprise, Finance, Service public, Transports, Privatisation - 2012/07

October 25 2012

Peugeot, choc social et point de bascule

En France, la crise se rappelle brutalement au bon souvenir du monde politique, jusqu'ici accaparé par les échéances électorales, avec une vague de fermetures d'usines. Le gouvernement, qui a fait de la réindustrialisation l'une de ses priorités, se trouve désormais dos au mur. / France, Automobile, (...) / France, Automobile, Économie, Entreprise, Finance, Industrie, Protection sociale, Travail, Chômage, Crise économique - 2012/08

October 04 2012

Dans le Mississippi, les fractures de l'Amérique profonde

Proche du courant chrétien fondamentaliste, Rick Santorum a triomphé, le 13 mars, lors de la primaire républicaine du Mississippi. Une victoire qui confirme le paradoxe électoral américain : c'est dans les régions pauvres que les conservateurs réalisent leurs meilleurs scores. / États-Unis, États-Unis (...) / États-Unis, États-Unis (affaires intérieures), Automobile, Élections, Inégalités, Mouvement de contestation, Afro-Américains, Parti politique, Pauvreté, Politique, Racisme, Travail, Esclavage - 2012/04

July 20 2012

Quelques données sur la production industrielle

La production automobile bascule à l'Est Ces cartes et graphiques, publiés dans le dossier industrie du numéro de mars 2012 du Monde diplomatique, sont issus de l'Atlas Mondes émergents. / Allemagne, Chine, États-Unis, France, Automobile, Économie, Industrie, Matières premières - Economie et (...) / Allemagne, Chine, États-Unis, France, Automobile, Économie, Industrie, Matières premières - Economie et finance

Quelques données sur la production industrielle

La production automobile bascule à l'Est Ces cartes et graphiques, publiés dans le dossier industrie du numéro de mars 2012 du Monde diplomatique, sont issus de l'Atlas Mondes émergents. / Allemagne, Chine, États-Unis, France, Automobile, Économie, Industrie, Matières premières - Economie et (...) / Allemagne, Chine, États-Unis, France, Automobile, Économie, Industrie, Matières premières - Economie et finance

July 17 2012

« Working »

L'auteur recueille des « histoires orales du travail aux Etats-Unis ». Ici, Phil Stallings, soudeur à l'arc, décrit le travail à la chaîne chez Ford Chicago au début des années 1970. Je reste sur place, sur une surface d'un mètre, un mètre cinquante toute la nuit. Le seul moment où on s'arrête, c'est quand (...) / États-Unis, Automobile, Entreprise, Industrie, Travail - 2012/03

« Working »

L'auteur recueille des « histoires orales du travail aux Etats-Unis ». Ici, Phil Stallings, soudeur à l'arc, décrit le travail à la chaîne chez Ford Chicago au début des années 1970. Je reste sur place, sur une surface d'un mètre, un mètre cinquante toute la nuit. Le seul moment où on s'arrête, c'est quand (...) / États-Unis, Automobile, Entreprise, Industrie, Travail - 2012/03

February 07 2012

Le rêve amazonien de Henry Ford

Au début du XXe siècle, l'industriel américain Henry Ford impose sa vision du monde à la construction automobile, avec l'ambition d'étendre « rationalisation » et « standardisation » à toutes les activités humaines. En créant Fordlandia, au cœur de l'Amazonie, il met son rêve en pratique. / Brésil, (...) / Brésil, États-Unis, Automobile, Capitalisme, Entreprise, Histoire, Industrie, Pauvreté, Travail, Ville, Matières premières, Environnement - 2011/08

January 25 2012

Dans l'Ohio, les emplois volés de Fostoria

Plusieurs Etats du Midwest connaissent un phénomène de désindustrialisation. Les syndicalistes en imputent une partie de la responsabilité à l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena). L'histoire de Fostoria, ville industrielle de l'Ohio, ne les démentira pas. / États-Unis, Mexique, Automobile, (...) / États-Unis, Mexique, Automobile, Capitalisme, Économie, Entreprise, Industrie, Protection sociale, Syndicalisme, Travail, Chômage, Néolibéralisme - 2011/07

October 04 2011

Restructurations et résistance chez Fiat

Symboles de l'industrie et du mouvement ouvrier italiens, deux établissements du constructeur automobile subissent une nouvelle mise au pas. Mais le durcissement des conditions de travail entraîne une mobilisation inattendue.

Bologne, le 27 janvier. Face à une piazza Maggiore noire de monde, au terme d'une manifestation qui avait réuni trente mille personnes, M. Maurizio Landini, secrétaire général de la Fédération des métallurgistes italiens (Fiom), raconte sa mésaventure : dans le train, une dame lui a demandé s'il était bien vrai qu'il y avait encore des ouvriers et des chaînes de montage. A l'image de cette dame, nombre d'Italiens semblent avoir redécouvert l'existence d'une classe ouvrière combative à l'occasion de deux référendums sur la flexibilisation du travail et la réduction des coûts imposés par la direction du constructeur automobile Fiat au personnel de deux établissements : Pomigliano d'Arco, près de Naples, en juin 2010, et Mirafiori, à Turin, en janvier dernier. A travers ces accords d'entreprise arrachés contre la promesse d'investissements s'affirmait un projet plus général : reconstruire les relations industrielles héritées des années 1970 et 1980 dans le sens d'un droit syndical restreint et d'une discipline au travail accrue.

L'inventeur de cette stratégie de choc, M. Sergio Marchionne, Italo-Canadien résidant en Suisse, a su jouer avec maestria de deux passions italiennes contradictoires et complémentaires : la tendance à l'autoflagellation et le patriotisme. L'administrateur délégué de Fiat a permis à ce dernier sentiment de s'étaler sur les couvertures de presse quand son groupe a acquis, grâce à la garantie financière du gouvernement de M. Barack Obama, 20 %, puis 25 %, de l'américain Chrysler menacé de faillite — les deux entités pourraient fusionner d'ici à 2013. Aussi, lorsqu'il déclare que « la seule zone du monde où l'ensemble du système industriel et commercial du groupe Fiat perd de l'argent, c'est l'Italie (1) », il est écouté avec déférence par les dirigeants politiques des deux bords, qui s'abstiennent d'interroger la politique générale du groupe, dont la plupart des véhicules sont produits en Pologne, en Turquie et, surtout, au Brésil.

Le concert de louanges redouble lorsque, le 21 avril 2010, M. Marchionne annonce, avec l'héritier de l'empire Agnelli, « le plus extraordinaire plan industriel que notre pays ait jamais eu » : le projet Fabbrica Italia. Outre le doublement de la production de véhicules en cinq ans, ils promettent que le groupe placera « 70 % de ses investissements mondiaux dans les établissements italiens ». A la différence des projets précédents, celui-ci, nullement négocié, se présente comme un business plan (en italien dans le texte) et ne lie en rien l'entreprise. Or, comme le rappelle un manifeste de cent trente-deux économistes, « les priorités de la Fiat sont toujours plus orientées vers la dimension financière, à laquelle pourraient être sacrifiées à l'avenir la production d'autos en Italie et la propriété même des établissements (2) ». Entre 1970 et 2006, les actifs industriels de la Fiat sont en effet passés de 72 à 30 %, et les actifs financiers de 28 à 70 % (3). Si l'on ignore comment l'entreprise pourrait doubler ses ventes de véhicules produits en Italie, pareil tapage semble idéal pour stimuler les cours boursiers.

C'est pourtant en vertu de telles promesses que, sous la menace d'une fermeture des établissements, l'administrateur délégué va imposer successivement deux « accords ». Le premier vise l'usine de Pomigliano.

Dans cette Campanie réputée mafieuse et paresseuse, la direction avait, dès 2007, entrepris de créer la « Nouvelle Pomigliano », grâce à un stage obligatoire de deux mois (sous la surveillance de vigiles et avec interdiction d'aller aux toilettes) destiné à former la main-d'œuvre à la World Class Manufacturing, méthodologie d'organisation du travail et d'accélération des rythmes. Campagne de presse, implication des familles par envoi de DVD et de SMS ainsi que panneaux, revues et sites Internet aux messages orwelliens étaient censés donner aux travailleurs le sentiment d'appartenir à une communauté d'entreprise. Cette politique entraîna des résistances : le 10 janvier 2008, par exemple, une manifestation interne de deux cents ouvriers aboutit à la mise à pied de sept d'entre eux.

S'affranchir des accords nationaux

En dépit de l'appel des autres syndicats et de représentants éminents de la gauche institutionnelle à approuver les « accords », le « non » a totalisé 38,8 % des voix dans l'usine de Campanie et 45,9 % dans l'établissement turinois. Dans ce dernier, les ouvriers des chaînes, premiers concernés par la réorganisation du travail, ont majoritairement voté contre. Contre la diminution des heures de repos, le déplacement de la pause déjeuner à la fin du service, la possibilité de semaines de quarante-huit heures, la modulation de la semaine au bon vouloir des patrons, la possibilité de journées de dix heures, le non-paiement des deux premiers jours de maladie, la suppression de fait du droit de grève, l'exclusion des syndicats n'ayant pas signé l'accord (4).

Pour parvenir à ses fins, M. Marchionne a dû créer une nouvelle société, la Newco, qui est sortie de la confédération patronale italienne (Confindustria), ce qui lui a permis de s'affranchir des accords collectifs nationaux. Cette stratégie, quoique désapprouvée officiellement par la Confindustria, a éveillé l'intérêt d'autres patrons.

Mais, dès le 16 octobre 2010, une manifestation nationale montrait déjà le soutien de larges secteurs de la société à la résistance ouvrière. Le collectif Unis contre la crise se formait alors autour de la Fédération des ouvriers de la métallurgie (FIOM), réunissant les étudiants de l'Onda (5), des organisations d'immigrés, les opposants à la privatisation de l'eau... Leurs représentants étaient présents à la tribune, ce 27 janvier, ainsi que celui d'un collectif d'écrivains proscrits des bibliothèques de Vénétie aux mains de la Ligue du Nord (6). La veille, l'édition locale de L'Unità titrait « Ouvriers et écrivains en grève ».

Bien que les journaux berlusconiens appellent à une « marchionnisation » de l'Italie, la « rééducation du pays au défi de la compétitivité globale » n'est pas acquise.


(1) 28 juillet 2010, cité dans : Fondazione Centro per la Riforma dello Stato (Gruppo Lavoro), Nuova Panda, schiavi in mano, Derive Approdi, Rome, 2010.

(2) Publié notamment dans le supplément spécial du Manifesto du 28 janvier 2011.

(3) Chiffres tirés de Nuova Panda…, op. cit.

(4) Pour une analyse précise des deux accords, cf. Nicola Cianferoni, « Quand la Fiat veut briser les droits syndicaux », LaBreche.ch, 19 janvier 2011.

(5) Lire « En Italie, l'onde, la vague et la marée », Le Monde diplomatique, janvier 2009.

(6) Cf. Carlo Brambilla, « La Ligue du Nord joue les censeurs », La Repubblica, repris dans Courrier international, Paris, 21 janvier 2011.

August 31 2011

Detroit détruit

Une école ravagée au milieu d'un champ, les suites d'un hôtel de prestige livrées au pillage, un théâtre délabré où Iggy Pop et les Stooges se produisirent dans les années 1970, un cimetière de gratte-ciel occupés par un capharnaüm prodigieux, des photographies de suspects éparpillées dans un commissariat, (...) / États-Unis, Automobile, Industrie, Photographie, Urbanisme, Ville - 2011/06

March 07 2011

Les cahiers de doléances du peuple chinois

Soumis à des conditions d'existence dégradantes et à une discipline de fer, les ouvriers chinois ont multiplié les arrêts de travail et obtenu d'importantes augmentations de salaire. Mais leur contestation emprunte aussi d'autres voies, moins connues. / Chine, Automobile, Économie, Entreprise, (...) / Chine, Automobile, Économie, Entreprise, Industrie, Inégalités, Société, Travail - 2010/09

July 19 2010

Detroit, la ville afro-américaine qui rétrécit

Ancienne capitale mondiale de l'automobile, Detroit n'a cessé de perdre de sa puissance. Et de sa population. La crise actuelle n'arrange rien. Malgré tout, cette ville à majorité noire continue de faire confiance au président pour lequel elle a voté. / États-Unis, Automobile, Démographie, Économie, (...) / États-Unis, Automobile, Démographie, Économie, Industrie, Ville, Emploi, Chômage, Crise économique - 2010/01

June 16 2010

Un robot en France, un ouvrier en Chine

On oppose souvent la production industrielle en France et en Chine ; l'étude comparative de l'organisation du travail chez Renault Trucks et chez son partenaire Dongfeng met à mal ces idées reçues. / Chine, France, Automobile, Industrie, Travail - (...) / Chine, France, Automobile, Industrie, Travail - 2010/01
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl