Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

September 29 2013

Faut-il faire frire Bernard Friot (et son salaire socialisé) ?

Faut-il faire frire Bernard Friot (et son salaire socialisé)?
http://www.tantquil.net/2013/09/21/faut-il-frire-bernard-friot-et-son-salaire-socialise

A l’heure où le PS se propose de « réformer » les retraites, ou plutôt de les diminuer sous une forme ou une autre, plusieurs voix s’élèvent à gauche pour défendre « d’autres réformes, citoyennes, démocratique, etc. » L’une d’entre elle est celle de Bernard Friot. Un économiste et sociologue, enseignant à Paris X, proche du Front de Gauche. Mais que propose au juste cet universitaire altermondialiste ? Faut-il prendre pour argent comptant ce qu’il dit ? On va essayer de décrypter son projet de « salaire socialisé ».

Pourquoi parler de Friot en particulier ? A tantquil, on a rien de personnel contre lui. Mais il fallait bien commencer quelque part. Et puis les théorie loufoques de Friot sont bien significatives d’un argumentaire qui obtient aujourd’hui de plus en plus d’échos dans l’extrême gauche, y compris libertaire : une gestion alternative du capitalisme serait possible. Il suffirait ainsi de repeindre en rouge le salariat pour faire disparaitre l’exploitation qui va avec d’un bon coup de baguette magique (et citoyenne)… Allons donc voir ça de plus près.

#capitalisme #communisme #analyse

August 30 2013

Neelie Kroes Pushing Telcos' Agenda to End Net Neutrality

Paris, 30 August 2013 — For the past 3 years, a consortium led by Alcatel-Lucent has been working on technical, business and legal aspects of a plan that would effectively put an end to the free and open Internet we enjoy today. Under the guise of protecting Net neutrality, EU Commissioner Neelie Kroes is about to give these big telecom companies a EU-wide legal shield to achieve their power-grab on the Internet economy, as confirmed by a new leaked EU Commission document. Such a shocking instance of corporate policy capture would have disastrous effects for freedom and innovation online.

Last month, La Quadrature du Net and several advocacy groups slammed the Commission's draft proposal on the reform of the EU telecom market, showing how it aims at killing Net neutrality under the guise of defending it, while the article 20 of the draft would prevent telecom operators from blocking and throttling Internet communications1. The proposal would also let operators establish data-caps, breaking away from the unlimited access offers many European citizens enjoy today2.

As we pointed out, the Commission would thereby be giving in to the telecoms lobby's long-lasting demand to enter into business deals with big content providers such as Google, Facebook or traditional broadcasters to prioritise their data flows over the Internet3. Through such a corporate power-grab, this plan would relegate the rest of citizens and new-entrant innovators to a slower Internet, undermining competition, innovation, and the open platform of communication called the Internet.

While Commissioner Neelie Kroes and her staff have arrogantly dismissed these criticisms, a comparison between the draft regulation and the ETICS consortium documents4 shows that they were exactly to the point. These documents help explain why Neelie Kroes — who not long ago used to condemn commercially-motivated traffic discrimination5 — has become such an ardent defendant of the short-term business interests of dominant telecom operators.

What is ETICS?

Three years ago, under the ironic name of ETICS (for "Economics and Technologies for Inter-Carrier Services"), a consortium started working on the technical, business and legal aspects of so-called "Assured Service Quality" (or "ASQ"), another name for "traffic proritization".


ETICS partners

Led by the telecom equipment company Alcatel-Lucent, ETICS was comprised of dominant telecom operators (BT, Deutsche Telekom, Orange, Telefonica, Telenor), but also research institutions (Politecnico di Milano, Institut Telecom, Université de Versailles, University of Stuttgart). EU taxpayers will also be interested in knowing that most of the project's budget came from an 8-million-euro public subsidy from the European Union, under a research program on "Future Networks"6.

The ETICS project concluded in June 2013 by issuing its last deliverables. Among many false assumptions, the ETICS documents claim that "current Internet funding and management rules may have reached their limit", and that traffic prioritization on the Internet is the only way for operators to invest in faster networks. Meanwhile, they grossly ignore or misrepresent the arguments of Net neutrality advocates7. But in spite (or because) of all their biases, these documents help to shed a new light on much of the the EU policy debate on Net neutrality of the past three years.

ETICS and Kroes' shifting stance on Net neutrality

Looking at the ETICS document, it becomes absolutely clear that Neelie Kroes' anti-Net neutrality stance has been directly aimed at paving the way for the regulatory framework called for by the consortium.

At the beginning of her mandate, during her confirmation hearing at the EU Parliament, Neelie Kroes made a unequivocal statement against commercially-motivated anti-Net neutrality practices. But a few months later, the ETICS project was launched, and in 2011, Kroes started convening so-called "CEO-roundtables" to gather ideas on "boosting investment in high speed broadband networks". Of course, civil society, researchers and the many citizen organizations providing flexible and affordable Internet access across Europe remained out of the picture. Meanwhile, most of the ETIC consortium's members were represented at these gatherings.

Since then, Kroes has constantly sided with the telecom lobby on this fundamental question8. For instance, in the Fall of 2012, the Brussels-based lobby of dominant telecom operators, ETNO, proposed amendments to the founding treaty of the International Telecoms Union (ITU) that would have imposed “differentiated Quality of Service” (i.e. prioritization) on the Internet worldwide9. It was an attempt at imposing on the international scale the anti-Net neutrality business models pushed by big EU telcos. And Neelie Kroes remained silent, in spite of the criticisms of advocacy groups and other stakeholders: it was clear that ETNO had her tacit support. Such support became more explicit last January, after the ETNO proposals were rejected at the ITU, when Kroes wrote in an Op-Ed that she supported a fragmented Internet, whereby operators could give priority to specific online services at the expense of all other Internet users.

Looking at the ETICS document, it is clear that the ETNO ITU proposals were modeled on the recommendations of the consortium. And now, Kroes is pushing for the same exact regulatory framework that would allow the ETICS consortium to develop business practices that will end Net neutrality and severely undermine the open platform of expression and innovation that is the Internet.

Kroes's proposal is ETICS's "model law"

Not only does the proposed article 20 of the draft regulation recognize the operators' "freedom" to prioritize10, the text also creates the perfect regulatory framework for "Assured Service Quality", which precisely accommodates the product and business models that the consortium spent three years working on11. But there is more. ETICS' research on current regulatory frameworks suggested that existing or future national Net neutrality rules could prevent them from launching ASQ-based services. And so in its proposal, the EU Commission carved out a EU-wide loophole banning NRA from enforcing "real" Net neutrality12.

Net neutrality advocates, La Quadrature included, have argued that "guaranteed" Quality of Service for existing Internet services and applications (as opposed to the traditional best-effort delivery model) could be acceptable under three main conditions13:

However, that is not something ETNO or ETICS is interested in. To be sure, big telcos want to be able to act as an oligopoly, picking the winners of the Internet economy by deciding who is able to benefit from guaranteed QoS, monetizing prioritized access to their subscribers to the highest-bedding online services (e.g. Google, Facebook or media corporations). After all, there would be big money to be made for an ETICS cartel: according to the document, ASQ-based video communications could make up as much as 73% of all Internet video traffic within five years; it also forecasts that ETICS partners could be able to grab 25% of Skype's revenues.

The draft regulation, as well as Neelie Kroes' repeated statements and refusal to genuinely address the concerns voiced by civil society last month, confirm that the Commission is ready to push for this unacceptable model16. If adopted as is, the regulation would turn Internet access providers into the Internet's gatekeepers, breaking the historic model of growth and innovation that has worked so well for the past two decades, as well as the egalitarian platform of free communications we know today.

In the coming days, the European Commission will make public the draft regulation. Citizens as well as policy-makers must vigorously oppose Neelie Kroes' plan, and instead adopt a meaningful protection of Net neutrality against the risk of corporate capture and rent-seeking business-models. In particular, lawmakers should amend the text to explicitly ban prioritization of Internet services. The future of the Internet is at stake.

Sources

  • 1. Article 20(1): "End-users shall be free to access and distribute information and content, run applications and use services of their choice. via their internet access service.
    Article 20(5): "Within the limits of any contractually agreed data volumes or speeds for internet access services, providers of electronic communications to the public internet access services shall not restrict the foregoing freedoms provided for in paragraph 1 by employing traffic management practices solely or primarily to block, slowing down, degrading or otherwise discriminating against specific services or content, applications or services, or specific classes thereof, unless,except in cases where it necessary to apply reasonable traffic management measures. Reasonable traffic management measures shall be transparent, non-discriminatory, proportionate (...).", the Commission would let them engage in prioritization (through "specialised services" and "Assured Service Quality" products), which is of course another form of discriminationPrioritization is a non-technical term for "guaranteed", "differentiated" "Quality of Service", as opposed to the traditional "best-effort" model for the delivery of Internet traffic
  • 2. See also article 20(1): "End-users shall be free to agree enter into agreements on data volumes, and speeds and general quality characteristics with providers of electronic communications to the public internet access services and, in accordance with any such agreements relative to data volumes, to avail of any offers by providers of internet content, applications and services (...)."
  • 3. In early-2010, for instance, the CEO of Telefonica declared that “Internet search engines use our Net without paying anything at all, which is good for them but bad for us. It is obvious that this situation must change, our strategy is to change this”. eitb.com, 6 February 2010, Spanish Telefónica to charge Google, Yahoo, Bing.
  • 4. The ETICS documents are referenced at the end of the post, and linked to in the text.
  • 5. At the beginning of her mandate, during her confirmation hearing at the EU Parliament, Neelie Kroes made a unequivocal statement against commercially-motivated anti-Net neutrality practices.
  • 6. Source: http://cordis.europa.eu/fetch?CALLER=ICT_UNIFIEDSRCH&ACTION=D&DOC=3821&CAT=PROJ&QUERY=0130ef6d9003:9714:06ee8c4b&RCN=93071
  • 7. For instance, after having described at length the position of those who defended the status quo (i.e sticking to competition and transparency as the solution for anti-Net neutrality abuses) in EU policy consultations, the document claims that "a few (sic) opinions recognized that transparency and competition are part of the answer, but remarked that they do not provide the full solution" (p. 95). Revealingly, ETICS also distinguishes between two definitions of Net neutrality: "While the first (avoiding intentional traffic hampering but applying prioritization) can more exactly be termed as 'neutrality', the other (avoiding any kind of traffic management) should be better qualified as 'egalitarianism'." (p. 121).

    Needless to say, ETICS supports the former, which is not neutrality, at least not as nearly all stakeholders independent from telecoms operators understand it. And contrary to the claim of the document, the second acception does give room for "reasonable" traffic management on the Internet, for instance to protect the integrity of networks or deal with unforeseen congestion whereby all traffic should be treated equally, and even possibly user-controlled, application-agnostic managed QoS on the public Internet.

  • 8. A timeline have been created to show the evolution of her stance on Net neutrality: http://www.tiki-toki.com/timeline/entry/108784/Net-neutrality-in-Europe/
  • 9. At that time, ETNO said the ITU's founding treaty should “enable incremental revenues by end‐to‐end QoS pricing and content value pricing” and allow for “new interconnection policies based on the differentiation of the QoS parameters for specific services and types of traffic (not only on the "volume")”. That, they said, should be part of the “Internet ecosystem” (i.e. not just for private IP networks physically distinct from the public Internet).
  • 10. “(...) Providers of content, applications and services and providers of electronic communications to the public shall be free to agree with each other on the treatment of the related data volumes or on the transmission of traffic as specialised services with a defined quality of service or dedicated capacity so long as the provision of such specialised services does not substantially impair the quality of internet access services.”
    What does "substantially impair", it is not said. In the previous version of the draft, there was no reference to the notion of "specialised services", but only to "defined quality of service". This latter addition appears to be the Commission's response to the criticisms of civil society on its first draft. As Kroes and her staff refused to address the question of: "Will you allow priorization on the public Internet?", it is now using the notion of specialized services to imply that defined quality of service will only be allowed on private IP networks physically separate from the flow of Internet communications. This is how "specialised services" are usually understood. But in this new draft, discrimination amounting to priorization is not banned on the public Internet in the definition of Net neutrality. Actually, the Internet itself is never defined, whereas "specialised services" are only vaguely defined: "Specialised service" means an electronic communications service or an information society service that provides the capability to access specific content, applications or services, or a combination thereof, or provides the capability to send or receive data to or from a determined number of parties or endpoints; and that is not marketed or widely used as a substitute for internet access service."
    This definition suffers from severe flaw, since it does not stress the fact that to be acceptable, "specialised services" should clearly be defined as private, closed to the public, and separate from the Internet at the network layer. Moreover, the definition of Net neutrality in 20(1) and 20(5) should stress that positive discrimination under the form of priorization on the Internet should be banned (i.e not just banning blocking, throttling, degrading or discriminating against, but also discriminating in favor of particular services of classes of traffic). Lastly, the framework should define more thoroughly the general architectural features of the Internet.
  • 11. In the recitals state that: "Assured service quality (ASQ) connectivity product" means a product that is made available at the internet protocol (IP) exchange, which enables customers to set up an IP communication link between a point of interconnection and one or several fixed network termination points, and enables defined levels of end to end network performance for the provision of specific services to end users on the basis of the delivery of a specified guaranteed quality of service, based on specified parameters".
    The requirement for ASQ products are further defined in annex II of the draft regulation: "Connectivity agreement ensuring end-to-end Quality of Service, based on common specified parameters that enable the provision of at least the following classes of services: voice and video calls; broadcast of audio-visual content; and - data critical applications."
  • 12. See again article 20: “The exercise of these freedoms shall not be restricted by national competent authorities, or, as regards the freedom laid down for end-users, by providers of electronic communications to the public, save in accordance with the provisions of this Regulation, the Directives and other provisions of Union law.”
  • 13. See also John Palfrey's 2010 submission to the FCC (item 3): http://jpalfrey.andover.edu/2010/11/03/a-citizens-choice-framework-for-net-neutrality/
  • 14. End-users should be able to choose whether they want to communicate through defined QoS, and which service or application providers they use through such QoS. This kind of application-agnostic and user-controlled discrimination is defined in a May 2012 ETICS document as the "Quality Classes – User Pays" model (p. 130). For more discussion on end-user-controlled Quality of Service, see the work of prof. Barbara van Schewick: https://cyberlaw.stanford.edu/blog/2012/06/network-non-discrimination-and-quality-service
  • 15. On this point, the draft regulation says that guaranteed QoS shall not "substantially impair" Internet access, which is both vague and extremely weak. It will do very little to address the problem.
  • 16. The Commission does so by allowing "assured service quality" products on so-called "specialised services" (a category introduced in the latest draft regulation). The problem is that "specialized services" are never correctly defined as strictly separate from the public Internet or regulated so that they do not unfairly compete with existing Internet services or applications. This inclusion therefore appears to be a mere diversion aimed at misleading the Commission's critics.

August 16 2013

*The vanishing cost of guessing*

The vanishing cost of guessing

http://radar.oreilly.com/2013/08/the-vanishing-cost-of-guessing.html

[C]ritics charge that big data will make us stick to constantly optimizing what we already know, rather than thinking out of the box and truly innovating. We’ll rely on machines for evolutionary improvements, rather than revolutionary disruption. An abundance of data means we can find facts to support our preconceived notions, polarizing us politically and dividing us into “filter bubbles” of like-minded intolerance. And it’s easy to mistake correlation for causality, leading us to deny someone medical coverage or refuse them employment because of a pattern over which they have no control, taking us back to the racism and injustice of Apartheid or Redlining.

// via soup.io where the complete article is available - here

#données - #prédiction #prévention #anticipation #corrélation - #coût #préjugé

#Daten #Vorhersage #Vorsorge #Analyse #Zusammenhang - #Kosten #Vorurteil - #gelenkte #Wahrnehmung

#big_data #data - #prediction #preventing #analysis - #cost #prejudice #bias #preconception

August 14 2013

« Avec les Frères musulmans, l'armée a aussi écrasé la démocratie naissante », édito Christophe Ayad

« Avec les Frères musulmans, l’armée a aussi écrasé la démocratie naissante », édito Christophe Ayad

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/08/14/avec-les-freres-musulmans-l-armee-a-aussi-ecrase-la-democratie-naissante-en-

Les islamistes ne sont pas les seules victimes de l’assaut donné mercredi par les forces de sécurité contre les deux « sit-in » de militants pro-Morsi (...). Les libéraux ont été politiquement laminés par le choix du tout-sécuritaire qui a prévalu.

#analyse #Egypte #Rabaa

July 25 2013

Pour une véritable politique numérique, arrêtons de mimer l'environnement physique !

Paris, le 25 juillet 2013 — Le Ministère de la Culture a créé une commission au sein du Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique (CSPLA) pour se pencher sur la question de la revente de fichiers numériques d’occasion. L’ouverture de ces travaux répond aux inquiétudes des titulaires de droits face à la multiplication des services d’occasion numérique qui menaceraient le marché primaire des œuvres. En réalité, aborder la question sous cet angle revient une nouvelle fois à plaquer les anciens schémas de l’environnement physique sur les pratiques numériques. Derrière le faux problème de la revente d’occasion, c’est à nouveau la question du droit au partage qui est posée et que le Ministère de la Culture refuse de prendre en compte.

Derrière l'occasion numérique, la question de l'épuisement des droits

Plusieurs intermédiaires ont commencé à proposer des formules permettant au propriétaire d’un fichier numérique de le revendre à un tiers, en « garantissant » que sa copie soit effacée de son ordinateur à l’occasion de la transaction1.

La revente du support physique d'une œuvre est possible légalement, sur la base du fondement de la doctrine de la première vente aux États-Unis (First Sale Doctrine [en]) et de l’épuisement des droits en Europe. Ces mécanismes encadrant le champ d’application du droit d’auteur dans le monde physique sont fondamentaux pour les pratiques culturelles, car ce sont eux qui permettent également le don et l’échange de supports (livres papiers, CD, DVD, etc) entre particuliers. Mais vouloir les décalquer à l'identique dans la sphère numérique, en exigeant la suppression des fichiers cédés, manifeste une profonde incompréhension du caractère non-rival des copies numériques.

Un faux problème

Les titulaires de droits ont réagi à ses nouveaux services de revente en les traînant devant les tribunaux, où ils ont obtenu pour l’instant gain de cause2, sauf en matière de logiciels, où la CJUE a considéré que l’épuisement des droits était applicable3.

Mais, en réalité, la revente de fichiers numériques constitue un non-problème, dans la mesure où cette pratique n’a tout simplement pas de sens dans l’environnement numérique. Au lieu de revendre un fichier et de le transférer à un tiers, il devrait être toujours possible à son détenteur de le copier et de le partager en ligne sans but de profit. Dans l’hypothèse où le partage non-marchand entre individus serait reconnu comme un droit, les titulaires de droits n’auraient en réalité plus rien à craindre de ces services de revente, puisque le partage assurerait la diffusion des œuvres.

Comme c’est le cas également avec les plateformes centralisées payantes, type feu MegaUpload et tous ses successeurs, on se rend compte à nouveau que le meilleur moyen pour les titulaires de droits d’éviter la concurrence de services marchands captant la valeur consiste à accepter la légalisation du partage.

Sortir du paradigme de la rareté

Admettre la revente d’occasion de fichiers conduit en réalité à des aberrations et à des successions de dérives potentielles. En effet, à défaut d’être possible sur la base de l’épuisement des droits, la revente s’effectuera sur une base contractuelle par l’entremise de systèmes de DRM qui continueront à bafouer les droits élémentaires des individus sur les contenus culturels. Par ailleurs, de gros acteurs du numérique, comme Amazon ou Apple, sont en train de se positionner sur le créneau de la revente d’occasion de fichiers, par le biais de solutions brevetées qui leur permettront de renforcer encore davantage leurs stratégies d’intégration verticale.

La revente d’occasion n’est pas seule à « mimer » ainsi l’environnement physique pour recréer artificiellement de la rareté dans l’environnement numérique. On retrouve la même logique avec les formules de « prêts » de fichiers que proposent des opérateurs comme Amazon pour les livres numériques ou Steam pour les jeux vidéo. Des fichiers achetés par des utilisateurs peuvent être transmis à des « amis » pour un temps donné, durant lequel ils sont indisponibles pour l’acquéreur initial. Les bibliothèques publiques se voient aussi proposer des formules de « prêt numérique », impliquant l’usage de DRM chronodégradables, notamment pour la mise à disposition de livres numériques à leurs usagers. Le Ministère de la Culture a d’ailleurs mis à l’étude un memorandum au niveau du Service du Livre et de la Lecture pour envisager le déploiement à grande échelle de cette solution en France.

Pour une extension de l'épuisement des droits aux échanges non-marchands

Les citoyens ne doivent pas s’y tromper : tous ces dispositifs constituent une régression de leurs droits fondamentaux et non de nouvelles facultés positives. La seule solution qui permette réellement de dépasser ces faux-semblants est la légalisation du partage non-marchand. Occasion ou prêt numériques ne sont que des façons de nier l’existence d’une sphère non-marchande de la Culture sur Internet.

Pour consacrer ces pratiques légitimes et tirer toutes les conclusions de la révolution numérique, La Quadrature du Net propose au contraire d’étendre le mécanisme de l’épuisement des droits aux échanges non-marchands entre individus. C’est la conséquence logique du passage à un univers d’abondance où la copie ne peut être contrôlée sans déployer des moyens de répression inacceptables. C'est également le moyen d'assurer une coexistence et une synergie entre les activités commerciales et la sphère non marchande.

Penser des politiques publiques adaptées à l'environnement numérique

Cela ne signifie pas pour autant renoncer au financement de la création. L’épuisement des droits permet au contraire d’envisager la mise en place de solutions innovantes, comme la contribution créative. Si le partage repose sur l’épuisement des droits, ces financements mutualisés n’ont plus à fonctionner selon les schémas du droit d’auteur, dans lesquels l’usage est vu comme un préjudice. Ce serait l’occasion de construire un volet de financement plus équitable pour les créateurs, y compris les praticiens en devenir qui foisonnent sur Internet.

Le Ministère de la Culture a fait un premier pas positif en acceptant d’aborder la question des « pratiques tranformatives » (mashup, remix). Il doit à présent faire de même pour le partage non-marchand.

« En se focalisant sur la revente d’occasion de fichiers, le Ministère de la Culture continue à raisonner selon des schémas anciens, alors que la vraie question réside dans la reconnaissance du partage non-marchand entre individus, sur la base de l’épuisement des droits », déclare Philippe Aigrain, co-fondateur de La Quadrature du Net.

« Les politiques culturelles doivent prendre en compte les spécificités du numérique, ce qui implique de regarder en face les paramètres de l’économie de l’abondance et oblige à prendre en compte de nouveaux droits fondamentaux vis-à-vis de la Culture », déclare Lionel Maurel, membre fondateur de l'association La Quadrature du Net.

July 19 2013

Why the EU Commission's True Intent is to Kill Net Neutrality

Paris, 19 July 2013 — Since last week, after citizen groups started criticizing the EU Commission over its leaked draft regulation threatening to kill Net neutrality, Commissioner Neelie Kroes and her staff have tried to defend their proposal on Twitter, arguing that these criticisms were “misleading European citizens”. Here is a summary of what was said, not said, and how it reveals that these criticisms are absolutely right.

Late last week, after EDRi leaked the EU Commission's "draft regulation on a telecom single market", citizen groups like Bits of Freedom, Netzpolitik and La Quadrature du Net slammed the proposal for aiming to kill Net neutrality under the guise of defending it.

What is in the Commission's proposal?

As La Quadrature wrote, while seemingly defending Net neutrality principle by banning blocking and throttling Internet communications1, the draft text makes it meaningless by explicitly allowing prioritization, which is another form of discrimination (prioritization is another word for the more technical term of "guaranteed" or "differentiated" "Quality of Service", as opposed to the traditional "best-effort" model for the delivery of Internet traffic)2.

What is more, the text also proposes that, “in the pursuit of the foregoing freedom (sic)”, telecom operators should be free to impose data caps on users3. Finally, it aims at preventing national authorities from protecting online freedom of expression and innovation by introducing real protections for Net neutrality4.

From the leaked document, it seems clear that far from introducing a real protection for the open and neutral Internet, the EU Commissioner for the Digital Agenda Neelie Kroes wants to grant the telecom lobby its long-lasting demand to implement traffic management measures and pricing schemes that would boost their revenues at the expense of freedom of communication and innovation.

However, the Commission reacted angrily to the criticisms by civil society groups, attacking our credibility and saying that we were misleading EU citizens. First, Ryan Heath, the spokesperson of Neelie Kroes, sought to contradict our interpretations. In order to strenghten his claims and reflect his alleged commitment (Mr. Heath even changed his avatar in the course of the feverish exchanges):

Then, Commissioner Kroes herself (also Vice-President of the Commission) went ahead and directly tried to undermine the credibility of both Netzpolitik and La Quadrature du Net:

As we explain below, these accusations are both ill-founded, hypocritical and unacceptable.

Traffic prioritisation: A long-lasting demand of the telecom lobby

La Quadrature and other advocacy groups have said that by allowing prioritisation, the Commission would be giving in to the telecoms lobby's long-lasting demand to enter into business deals with big content providers such as Google, Facebook or traditional broadcasters to prioritise their data flows over the Internet5.

Such a law condoning prioritization would not be something coming out of the blue. During last year's debate on the WCIT, the Brussels-based lobby of dominant telecom operators, ETNO, proposed amendments to the founding treaty of the International Telecoms Union (ITU) that would have imposed “differentiated Quality of Service” (i.e. prioritization) worldwide.

At the time, ETNO said the ITU's founding treaty should “enable incremental revenues by end‐to‐end QoS pricing and content value pricing” and allow for “new interconnection policies based on the differentiation of the QoS parameters for specific services and types of traffic (not only on the "volume")”. That, they say, should be part of the “Internet ecosystem” (i.e. not just for so-called "managed services" or "specialized services", which are private IP networks distinct from the public Internet). Back then, the ETNO chairman, Luigi Gambardella also dismissed any claims that these amendments would put an end to Net neutrality as "false information" and bad "propaganda".

Fortunately, after a mobilization of civil society - and in spite of the tacit support ETNO apparently benefited from the EU Commission and some Member States governments such as France - these dangerous amendments were eventually

EU Commission playing dumb on Net Neutrality

Today, six months after the Dubai episode, ETNO's proposals resurface in the Commission's proposal:

“Providers of content, applications and services and providers of electronic communications to the public shall be free to agree with each other on the treatment of the related data volumes or on the transmission of traffic with a defined quality of service.”

It should be of no surprise, then, that a EU trade group for cable TV providers, Cable Europe, was recently reported in the Financial Times to welcome the so-called "Net-Neutrality provision" of the draft regulation, since it “allows operators to enter into commercial agreements with Internet content providers over certain services”. This analysis is also confirmed by a recent report of the consultancy Cullen International, who also analyzed the leaked text:

At this stage, the Commission has not contradicted Cable Europe or Cullen's analysis. Only civil society groups have been criticized on Twitter, with the Commission refusing to acknowledge that it is pushing for prioritisation.

Instead, the Commission sticks to its spin: it maintains that by preventing blocking and throttling, it is protecting Net neutrality. But it cannot ignore (or else it is worryingly incompetent) that established definitions of this crucial principle stress that non-discrimination is to be understood as the “homogeneous treatment of flows”, as a French parliamentary report rightly pointed out two years ago. And it is well aware that from a technical point of view, prioritizing some traffic necessarily means that all other data streams will be slowed down.

Whether it is blocking, throttling or prioritizing Internet communications, discriminatory traffic management practices imposed by telecom operators are unacceptable. The Commission's refusal to acknowledge the fundamental flaws of its so-called "Net neutrality provision" is both shallow and hypocritical. Especially when one considers that its defense of the "telcos' freedom" clearly shows what its real intentions are:

Discrimination and data-caps as the price for better networks?

But why is the Commission so keen on giving telecoms operators a free hand in making deals with big content providers? As pointed out above, Neelie Kroes and her staff are desperately trying to boost investment in faster networks across the EU, while at the same time decreasing roaming charges to appear "consumer-friendly". These consensual objectives are Kroes' main political priorities, to the extent that she is ready to sacrifice the open Internet and unlimited access offers by allowing data-caps so as to boost telcos' revenues. In return, she naively hopes that operators will use the extra money to invest in new, better networks.

Such a plan is downright harmful, and once again shows the Commission's bias toward the position of the telecom lobby. As we wrote in 2009, it is Net neutrality that

has made Internet the one invention in the history of mankind that has scaled seamlessly from an experiment connecting 4 or 5 local networks of research centers to a global network connecting a billion and a half humans [now close to 2,5 billions], and on which information is transmitted that represents ten orders of magnitude more traffic in 20 years (10000 millions times)6. With the arrival of new technologies, Internet applications became more sophisticated and more demanding in terms of network capacities. To deliver these innovative services to end-users, telecoms operators have invested in more bandwidth.

This is the Internet's historical model for the growth, one that is at threat if we allow operators to manage the growth of traffic demand by imposing data-caps, implementing pricing volume schemes and profiting from congestion through business arrangements for prioritizing a just a few content providers.The direct effect of such practices will be to disincentivize investments in more network capacities (even though the price of bandwidth is rapidly decreasing and that the global rate of growth in percentage terms is declining over time). Blind to this economic reality, the Commission argues that its proposal is the only way to go:

As one Twitter participant rightly points out:

If the Commission really was serious about fostering better Internet access and innovation across the EU, it would stick to current offerings where pricing is based first and foremost on speeds, and launch a debate on allowing end-user-controlled quality of service7. Beyond economic models, it would push for ambitious open spectrum policies, encourage citizen organizations working all over the continent to provide alternative and cheap Internet access, and better regulate the billions of euros of subsidies to ensure that they form part of the Internet commons rather than reinforcing dominant telecoms operators.

Conclusion

After ACTA and many other policy initiatives, the EU Commission is once again giving in to big corporations at the expense of the public interest. It acts as a pretentious technocratic body, overly confident that it has the one perfect answer to a policy problem.

And again, it resorts to shameless personal attacks and newspeak, calling Net neutrality what it knows is not, lying to EU citizens and blaming citizen groups who are only trying to engage in a democratic debate of prime importance for the future of the Internet.

At the beginning of her mandate, during her confirmation hearing at the EU Parliament, Neelie Kroes made a unequivocal statement against commercially motivated anti-Net neutrality practices. Since then, she has constantly sided with the telecom lobby on this fundamental question. By now, citizens have learned she cannot be trusted.

  • 1. The Commission provides a vague, brief but seemingly accurate description of Net neutrality: “End-users shall be free to access and distribute information and content, run applications and use services of their choice.”
  • 2. “(...) Providers of content, applications and services and providers of electronic communications to the public shall be free to agree with each other on the treatment of the related data volumes or on the transmission of traffic with a defined quality of service.”
  • 3. “End-users shall be free to agree on data volumes, speeds and general quality characteristics with providers of electronic communications to the public and, in accordance with any such agreements relative to data volumes, to avail of any offers by providers of content, applications and services, including offers with defined quality of service.”
  • 4. “The exercise of these freedoms shall not be restricted by national competent authorities, or, as regards the freedom laid down for end-users, by providers of electronic communications to the public, save in accordance with the provisions of this Regulation, the Directives and other provisions of Union law.”
  • 5. In early-2010, for instance, the CEO of Telefonica declared that “Internet search engines use our Net without paying anything at all, which is good for them but bad for us. It is obvious that this situation must change, our strategy is to change this”. eitb.com, 6 February 2010, Spanish Telefónica to charge Google, Yahoo, Bing.
  • 6. Andrew Odlyzko, Internet traffic growth: Sources and implications: http://www.dtc.umn.edu/~odlyzko/doc/itcom.internet.growth.pdf
    There is debate on whether this ability to scale up is today endangered by an acceleration of the growth rate of traffic. Andrew Odlyzko, the leading expert on Internet statistics and modeling stresses that this claim is not founded. See Andrew Odlyzko, Threats to the Internet: Too Much or Too Little Growth?, http://www.internetevolution.com/author.asp?section_id=592&doc_id=146747&.
  • 7. See the work of prof. Barabara van Schewick: https://cyberlaw.stanford.edu/blog/2012/06/network-non-discrimination-and-quality-service
Reposted bycheg00 cheg00

July 02 2013

La légalisation du partage de la culture mérite un véritable débat !

Paris, 2 juillet 2013 — Alors que le rapport Lescure avait écarté la piste de la légalisation du partage non-marchand, la Hadopi a annoncé la semaine dernière le lancement d’une étude sur un système de rémunération proportionnel du partage. Cette annonce intervient alors que le Ministère de la Culture s’apprête de son côté à lancer une mission sur le statut juridique du partage non-marchand et que plusieurs parlementaires ont demandé à ce que la réflexion soit approfondie sur le sujet. La Quadrature du Net milite depuis des années pour que cesse la guerre au partage et a fait des propositions concrètes de mise en œuvre d’une légalisation du partage non-marchand. Cette question majeure doit faire l’objet d’un débat public réel centré sur des objectifs de politiques culturelles et de droits fondamentaux des citoyens et des contributeurs à la création. Les orientations de la Hadopi et du Ministère de la Culture font craindre une approche biaisée visant la création de nouvelles rentes de situation ou même servant à écarter l'idée de la reconnaissance du partage non marchand.

 

Aurélie Filippetti
Aurélie Filippetti

L’étude envisagée par la Hadopi résulte visiblement d'un effort de dernière minute pour tenter d'exister sur un sujet pour lequel elle est le moins légitime des intervenants possibles. Elle repose sur un ensemble de présupposés qui vont orienter par avance ses résultats au lieu de fournir des pistes ouvertes de légalisation du partage non-marchand. Elle considère le partage comme un préjudice majeur devant donner lieu à compensation, alors que les études indépendantes n’accréditent pas cette thèse. Pire encore, en prétendant cibler « les entités tirant, par leurs activités, un gain marchand des échanges non marchands des œuvres », elle sous-entend qu’il n’existe pas réellement de sphère du partage non-marchand, alors que cette dimension est essentielle.

La mission envisagée par le Ministère de la Culture sur le statut juridique des échanges non-marchands soulève quant à elle deux questions essentielles. Le choix de confier cette mission à une personnalité ayant un profil juridique marque une démission du politique, lequel devrait élaborer après consultation une proposition avant de demander aux juristes la question du « comment ». Par ailleurs, l’étude semble vouloir s’appuyer sur l’exception de représentation dans le cadre du cercle de famille, en interrogeant les possibilités de l’élargir à certains types d’échanges en ligne, au sein de communautés d’intérêts. Cette piste restera nécessairement en deçà de la reconnaissance d’un véritable droit au partage des œuvres, s'effectuant en ligne sans avoir à se cacher. Elle limitera également les bénéfices économiques et culturels du partage (recommandations, reprises sur des blogs, partage P2P public) par rapport à sa pratique dans la sphère publique.

 

Sharing the book

La Quadrature du Net considère que le partage non-marchand constitue un droit culturel des individus, qui doit être consacré en tant que tel. Elle en a fait le cœur du programme de réforme positive du droit d’auteur qu’elle défend. Nous proposons de légaliser le partage en cessant de considérer celui-ci comme un préjudice, par le biais du mécanisme dit de « l’épuisement » du droit d’auteur. Nous appelons à la mise en place de financements mutualisés pour la création, de type contribution créative, qui bénéficieraient à l’ensemble des créateurs en ligne, professionnels comme amateurs, auteurs comme artistes ou contributeurs techniques. Nous voulons que ces nouveaux financements soient gérés de manière ouverte et transparente, sous le contrôle effectif des citoyens au sein d’un système réellement renouvelé. Il s'agit d'inventer une nouvelle forme de financement de la culture adaptée au numérique et non de perpétuer par d'autres biais des logiques de rentes qui n'ont que trop duré !

De telles questions doivent être mises à l’étude dans un cadre ouvert et impartial, à la lumière d’un véritable débat public, et non par le biais d’une étude prédéterminée de la Hadopi ou d’une énième mission orientée. C’est au niveau européen que la question de la légalisation des échanges non-marchands doit avant tout être posée. Or le gouvernement a annoncé qu’il saisissait le CSPLA (Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique) pour élaborer des recommandations en vue de la réouverture de la directive européenne 2001/29 sur la société de l’information. Une mission a été confiée à Pierre Sirinelli en ce sens. Si le gouvernement veut réellement mettre à l’étude la question de la légalisation des échanges non-marchands, c’est à ce niveau que la réflexion doit être conduite, mais certainement pas dans le cadre du CSPLA, dont la représentativité est plus que contestable1.

« Les pouvoirs publics ne peuvent plus ignorer la revendication d’une légalisation des échanges non-marchands, que nous défendons depuis des années et qui progresse en Europe. Mais les citoyens ne se satisferont pas d’un débat tronqué sur cette question qui touche à leurs droits fondamentaux », déclare Philippe Aigrain, co-fondateur de la Quadrature du Net.

« Le gouvernement doit faire le choix entre l’approche répressive et une réelle évolution vers la reconnaissance de la légitimité du partage. Il faut dénoncer les manœuvres de diversion, destinées à masquer la mise en place en parallèle des mesures répressives préconisées par le Rapport Lescure, véritable "SOPA" à la Française aux mains du CSA », déclare Jérémie Zimmermann, porte-parole de la Quadrature du net.

Pour plus d'informations et en discuter, vous pouvez vous rendre sur notre forum.

Reposted bycheg00 cheg00

May 27 2013

Privacy Alert #1 : le consentement explicite

Cette analyse fait partie d'une série.

Paris, 28 mai 2013 — Quand vous naviguez sur Internet, pouvez-vous dire qui collecte des informations à votre sujet, quelle est la nature de ces informations et qui peut y avoir accès ? Pouvez-vous contrôler qui peut savoir quoi de vous ? La Commission européenne a proposé de vous en donner le pouvoir, mais le Parlement européen, sous la pression des lobbies de l'industrie, risque de voter autrement.

Avec le développement du commerce des données, le contrôle des citoyens sur leurs données personnelles a progressivement diminué, alors même que leur droit fondamental à la vie privée ne peut être défendu s'ils n'ont pas eux-mêmes les moyens de le protéger. Mais la protection de notre vie privée n'est pas le seul enjeu lié à cette question : ce manque de contrôle entraîne un manque de confiance aux conséquences négatives tant pour la liberté d'expression1 que pour le développement économique des services en ligne2.

Pour faire face à cette situation critique, la Commission européenne propose de donner aux citoyens un véritable contrôle sur leurs données personnelles en établissant un principe clair : que les utilisateurs aient à donner un consentement explicite pour toute collecte, traitement ou échange d'informations les concernant.

L'enjeu

Pour mieux comprendre le sens de la proposition de la Commission européenne, il faut revenir à l'actuelle législation européenne – la directive de 1995 obsolète – qui n'exige pas que le consentement soit donné « explicitement » mais « indubitablement »3. Qu'est-ce qu'un consentement « indubitablement donné » ? Le sens d'une notion si vague « est souvent mal interprété ou simplement ignoré », comme le déplore le groupe de travail « Article 29 »4 – l'organe européen réunissant l'ensemble des autorités nationales européennes de protection des données personnelles.

Un consentement peut être considéré comme « indubitablement donné » lorsqu'une personne informée du traitement de ses données ne s'y oppose pas. Cependant, la législation actuelle n'obligeant pas les entreprises à s'assurer que ces personnes soient effectivement informées, la plupart de ces entreprises ne sont pas vraiment enclines à exposer de façon claire, pratique et visible la nature ou le but des traitements de données qu'elles réalisent.

Par conséquent, les citoyens ignorent la plupart des traitements que leurs données subissent : en pratique, ils ne pourraient pas s'y opposer s'ils le désireraient.

Prenons l'exemple d'Amazon. Lorsque vous consultez un article sur ce site, votre navigation est enregistrée pour vous suggérer des produits similaires :

Recommandations d'Amazon basée sur l'historique de navigation

Bien que la formule « inspirés par votre historique de navigation » vous indique que certaines de vos données personnelles sont traitées, elle n'indique pas qu'Amazon collecte en réalité bien plus de données que la simple liste d'articles que vous avez consultés et, ce même s'il s'agit de votre première visite et que vous n'êtes pas inscrit sur ce site :

Données personnelles collectées par Amazon

Ces informations ne sont accessibles qu'à la toute fin des pages du site Internet :

Lien vers la page Vie Privée de Amazon

Google, quant à lui, ne prend même pas la peine d'indiquer qu'il collecte, stocke et traite l'ensemble des informations liées à toutes vos requêtes et visites de site Internet. Le seul moyen de le savoir est de rechercher puis de lire ses règles de confidentialité :

Données personnelles collectées par Google

La proposition de la Commission

La proposition élaborée par la Commission européenne changerait radicalement cette situation en posant le principe d'un consentement explicite de l'utilisateur. Le consentement des utilisateurs devraient alors être exprimé « par une déclaration ou par un acte positif univoque »5, et ce pour chacune des finalités pour lesquelles une entreprise souhaiterait collecter leurs données. Le « silence informé » ne serait plus considéré comme un consentement valide.

Les entreprises devraient alors activement rechercher le consentement de leurs utilisateurs, assurant ainsi qu'aucune donnée personnelle ne puisse plus être traitée sans que les utilisateurs n'en aient été véritablement et directement informés. Adoptée, cette proposition assurerait que rien ne se passe hors de vue ou de contrôle des utilisateurs.

À cet égard, de bonnes pratiques existent déjà et constituent des exemples concrets de ce que serait un consentement explicitement donné sur Internet. Des navigateurs tels que Firefox et Chrome requièrent déjà votre consentement explicite avant d'envoyer des informations concernant votre géolocalisation à un site Internet.

Consentement à la géolocalisation sous Firefox
Consentement à la géolocalisation sous Firefox. Essayez-le par vous-même en cliquant sur 'Give it a try!' en haut de cette page du site de Mozilla [en].

Ceci permet de garantir que, pour tout traitement, vous êtes réellement informé de la nature des données collectées et, ainsi, que vous puissiez véritablement y consentir. Ensuite, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi simplement choisir de « toujours accepter » que le site que vous visitez puisse collecter votre position géographique sans avoir à chaque fois à obtenir votre consentement.

Même si le concept de cette « boîte de requête » est largement perfectible – en ce qu'elle n'indique pas comment vos données seront traitées ni qui pourra y accéder – cela nous montre, au moins, le type de contrôle que nous pourrions exercer si l'exigence d'un consentement explicite était adoptée.

Les recommandations des géants de l'Internet

Le contrôle des utilisateurs semble être problématique pour les géants de l'Internet, dont les bénéfices reposent largement sur la quantité de données personnelles qu'ils collectent. Ils redoutent qu'un plus grand contrôle donné aux utilisateurs amoindrisse les quantités de données qu'ils traitent. Ceci nous montre bien comment notre vie privée est considérée par ces entreprises : si leurs activités respectaient véritablement notre vie privée, pourquoi craindraient-elles que nous n'y consentions pas ? Exiger un consentement explicite ne porterait atteinte qu'aux entreprises qui ne respectent pas notre vie privée. Les autres, en revanche, ne pourraient que bénéficier du gain de confiance résultant du véritable contrôle donné aux utilisateurs.

Google, Facebook, Microsoft, Amazon et eBay ont unanimement demandé aux députés européens de retirer du règlement le consentement explicite6. Leur principal argument est que les utilisateurs « veulent des services Internet qui soient rapides, simples d'accès et efficaces [et que rechercher systématiquement leur consentement explicite] les conduirait à le donner automatiquement, par habitude », « étant surchargés de demandes de consentement » (traduits par nos soins).

Dès lors que rechercher le consentement explicite des utilisateurs est le seul moyen de garantir qu'ils seront veritablement avertis de chacun des traitements réalisés sur leurs données personnelles, ces demandes ne peuvent pas représenter une « surcharge ». Quiconque choisirait de consentir « automatiquement, par habitude », serait tout de même averti de ces traitements, alors que nous ne le sommes que rarement aujourd'hui.

De plus, une fois qu'ils auraient accepté qu'une entreprise puisse traiter certaines de leurs données pour une finalité claire et spécifique, les utilisateurs n'auraient pas à consentir aux nouveaux traitements qui poursuivraient exactement cette même finalité7. Ainsi, déclarer qu'ils seraient « surchargés de demandes de consentement » est simplement faux. En pratique, les utilisateurs n'auraient généralement à consentir, tout au plus, qu'une seule fois : en visitant un site Internet pour la première fois ou en utilisant pour la première fois une nouvelle fonctionnalité de ce site.

Les propositions des députés européens

Malcolm HARBOUR
Malcolm HARBOUR (UK/ECR),
Président de la commission IMCO

Les commissions « consommateurs » (IMCO) et « industrie » (ITRE) ont suivi les recommandations des géants de l'Internet et ont voté contre l'exigence d'un consentement explicite. IMCO a proposé de subordonner cette exigence au « contexte », ce qui est aussi vague et dangereux que d'exiger un consentement « indubitablement donné »8 ; alors que la commission ITRE a suggéré que le consentement ait simplement à être donné « sans équivoque », d'une façon similaire à ce que prévoit déjà la directive de 19959.

Ces deux avis semblent avoir véritablement influencé le débat, de sorte que sept amendements ont été déposés dans la commission « libertés civiles » (LIBE), par dix-sept députés européens, proposant de retirer l'exigence d'un consentement explicite du règlement10. Ce qui démontre que ces membres de LIBE, principalement libéraux et conservateurs, ne souhaitent pas conférer aux utilisateurs le contrôle sur leurs données.

Aujourd'hui, il apparaît que la plupart des députés européens sont opposés au principe d'un consentement explicite, dupés par des centaines de lobbyistes, et ne changeront pas de position si nous ne nous mobilisons pas et n'agissons pas dès maintenant.

Ce que vous pouvez faire

Manifestation anti-ACTA
Manifestation anti-ACTA

Tout d'abord, vous ne devriez utiliser que des logiciels et des services dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Préférez des logiciels libres et hébergez vos propres services autant que possible. De nombreux outils, tels que Tor11, DuckDuckGo12 ou des extensions de navigateurs, tels que NoScript ou HTTPS Everywhere, vous permettent de remplacer, contourner ou bloquer certains services Internet essayant de collecter vos données personnelles.

Malheureusement, ces solutions ne suffiront jamais à protéger pleinement votre vie privée en ce qu'elles ne sont pas installées par défaut, demandent un certain effort et sont parfois perçues comme complexes à utiliser. Ainsi, nous devons agir afin de nous assurer que le futur règlement protégera véritablement la vie privée des citoyens européens : appelez ou écrivez à vos représentants dès maintenant – les inquiétudes de leurs électeurs et la défense des libertés fondamentales devraient toujours primer sur les intérêts économiques des géants de l'Internet –, partagez cette analyse, écrivez-en afin de donner votre opinion sur le sujet, parlez-en autour de vous ou inventez quelque chose à base d'image, de vidéo, de son, etc. C'est maintenant que nous devons agir ! Les membres de LIBE des différents groupes politiques ont déjà commencé à chercher des compromis sur ce sujet précis : nous devons les contacter avant qu'ils ne tombent d'accord sur les pires amendements.

Pour plus d'informations et en discuter, vous pouvez vous rendre sur notre forum.

  • 1. L'UNESCO a publié en 2012 une étude mondiale sur le respect de la vie privée sur l'internet et la liberté d'expression [en], qui commence ainsi : « Le droit au respect de la vie privée sous-tend d’autres droits et libertés, dont la liberté d’expression, la liberté d’association et la liberté de conviction. L’aptitude à communiquer anonymement sans que les gouvernements connaissent notre identité, par exemple, a joué historiquement un grand rôle dans la sauvegarde de la libre expression et le renforcement de la responsabilisation politique, les individus étant plus enclins à s’exprimer sur les questions d’intérêt public s’ils peuvent le faire sans crainte de représailles. »
    Ce qui a toujours été vrai pour la surveillance gouvernementale se vérifie probablement aujourd'hui pour la surveillance privée. Pouvons-nous vraiment nous exprimer librement si toute entreprise, ou même toute personne, peut connaître notre identité et quantité d'autres informations sensibles à notre sujet ?

  • 2. Une étude [en] du Boston Consulting Group montre que « la valeur créée par l'identité digitale peut en effet s'avérer considérable : un milliard d'euro en Europe d'ici 2020 [mais] deux tiers de la valeur totale liée à l'identité numérique ne se réalisera pas si les acteurs n'arrivent pas à établir un climat de confiance pour la circulation des données personnelles » (traduit par nos soins).

  • 3. Directive de 1995 :
    Article 2 - Définitions
    Aux fins de la présente directive, on entend par:
    h) «consentement de la personne concernée»: toute manifestation de volonté, libre, spécifique et informée par laquelle la personne concernée accepte que des données à caractère personnel la concernant fassent l'objet d'un traitement.
    Article 7
    Les États membres prévoient que le traitement de données à caractère personnel ne peut être effectué que si:
    a) la personne concernée a indubitablement donné son consentement

  • 4. Opinion of the Article 29 Data Protection Working Party on the Definition of Consent [en] : « Cet avis est en partie rendu en réponse à une requête de la Commission dans le cadre de la révision en cours de la directive concernant la protection des données personnelles. Elle contient donc des recommandations à prendre en compte dans cette révision. Ces recommandations comprennent :
    (i) clarifier la définition de consentement "indubitablement donné" et expliquer que seul un consentement basé sur des actions ou déclarations faites pour signifier un accord constitue un consentement valable ;
    (ii) exiger que les responsables de traitement mettent en place des mécanismes pour démontrer le consentement (dans le cadre d'une obligation générale de responsabilité) ;
    (iii) ajouter une exigence explicite concernant l'accessibilité et la qualité de l'information sur laquelle se fonde le consentement, et
    (iv) un certain nombre de suggestions concernant les mineurs et autres personnes dépourvues de leur capacité juridique. »

    « La notion de consentement "indubitablement donné" est utile pour mettre en place un système qui, sans être trop rigide, permet une protection forte. Alors qu'il pourrait potentiellement conduire à un système raisonnable, malheureusement, son sens est souvent mal interprété ou simplement ignoré. »

    « La clarification doit se concentrer sur le fait qu'un consentement "indubitablement donné" requiert l'utilisation de mécanismes qui ne laissent aucun doute sur l'intention de la personne concernée de donner son consentement. Cependant, il doit être clair que l'utilisation de paramétrage par défaut exigeant que la personne concernée les modifient afin de signifier son désaccord (un consentement fondé sur le silence) ne peut constituer en soi un consentement "indubitablement donné". Ceci est particulièrement vrai dans l'environnement en ligne. »

    « La position commune 10 du Conseil de 1995 a introduit la définition (actuelle) du consentement. Il a été défini comme "toute indication donnée de façon spécifique, libre et informée de ses souhaits par laquelle la personne concernée signifie son accord au traitement de données personnelles le concernant". La principale modification apportée à la position de la Commission de 1992 ayant été d'effacer le mot "expresse" qui qualifiait le mot "indication". En même temps, le terme "indubitablement" a été rajouté à l'article 7(a) qui devenait ainsi : "la personne concernée a indubitablement donné son consentement". »

    (traduit par nos soins)

  • 5. Proposition de Règlement pour la protection des données
    Article 4 - Définitions
    Aux fins du présent règlement, on entend par:
    8. «consentement de la personne concernée»: toute manifestation de volonté, libre, spécifique, informée et explicite par laquelle la personne concernée accepte, par une déclaration ou par un acte positif univoque, que des données à caractère personnel la concernant fassent l'objet d'un traitement;

  • 6. Lire les recommandations contre le consentement explicite envoyées aux députés européens par les géants de l'Internet [en] sur le wiki de la Quadrature. Vous pouvez également lire bien d'autres documents envoyés par les lobbies [en] aux députés européens, sur d'autres sujets concernant la protection des données personnelles.

  • 7. La Quadrature du Net publiera bientôt une analyse de Privacy Alert abordant précisément ce point.

  • 8. Voir la réaction de La Quadrature du Net au vote de IMCO du 23 janvier.
    Avis de IMCO : amendement 63
    Article 4 - Définitions
    (8) "consentement de la personne concernée": toute manifestation de volonté libre, qui doit être spécifique, informée et aussi explicite que possible selon le contexte, par laquelle la personne concernée accepte, par une déclaration ou par un acte positif univoque, et de manière explicite lorsque les données visées à l'article 9, paragraphe 1, doivent être traitées, que des données à caractère personnel la concernant fassent l'objet d'un traitement;

    (Comment lire un amendement : ajouté au texte initial / supprimé du texte initial)

  • 9. Voir la réaction de La Quadrature du Net au vote de ITRE du 21 février.
    Avis de ITRE : amendement 82
    Article 4 - Définitions
    (8) "consentement de la personne concernée": toute manifestation de volonté, libre, spécifique, informée et explicite sans équivoque par laquelle la personne concernée accepte que des données à caractère personnel la concernant fassent l'objet d'un traitement. Le silence ou l'inaction n'équivalent pas en soi à un consentement;

    (Comment lire un amendement : ajouté au texte initial / supprimé du texte initial)

  • 10. Amendements 757, 758, 760, 762, 764, 765 et 766, déposés en LIBE par :
    Lidia Joanna Geringer de Oedenberg (S&D - Pologne)
    Adina-Ioana Vălean (ALDE - Roumanie)
    Jens Rohde (ALDE - Danemark)
    Louis Michel (ALDE - Belgique)
    Sarah Ludford (ALDE - Royaume-Uni)
    Charles Tannock (ECR - Royaume-Uni)
    Timothy Kirkhope (ECR - Royaume-Uni)
    Axel Voss (EPP - Allemagne)
    Seán Kelly (EPP - Irlande)
    Wim van de Camp (EPP - Pays-Bas)
    Hubert Pirker (EPP - Autriche)
    Monika Hohlmeier (EPP - Allemagne)
    Georgios Papanikolaou (EPP - Grèce)
    Véronique Mathieu Houillon (EPP - France)
    Anna Maria Corazza Bildt (EPP - Suède)
    Agustín Díaz de Mera García Consuegra (EPP - Espagne)
    Teresa Jiménez-Becerril Barrio (EPP - Espagne)

  • 11. Tor est un logiciel libre et un réseau ouvert qui vous aide à vous protéger d'une forme de surveillance du réseau, telle que l'analyse du trafic réalisée par certains gouvernements, menaçant nos libertés individuelles et notre vie privée.

  • 12. DuckDuckGo est un moteur de recherche utilisant des informations récoltées sur des sites web participatifs, tel que Wikipédia, afin de répondre à vos requêtes. Le moteur de recherche déclare protéger votre vie privée et ne pas enregistrer d'information vous concernant.

May 22 2013

Privacy Alert #1: Explicit Consent, the Cornerstone

This analysis is a part of a series.

Paris, 22 May 2013 — When you are browsing the web, can you say who collects information about you, what is the nature of that information and who may access it? Can you control who may know what about you? The European Commission intended to give you the power to do so, but European Parliament may vote otherwise, under pressure by corporate lobbies.

With the development of the data industry, citizens' control over their personal information has progressively decreased, while their fundamental right to privacy cannot be respected if they do not have proper legal instruments to protect their privacy themselves. But protection of privacy is not the only issue: this lack of control leads to a lack of trust that already damages both freedom of expression1 and growth of Internet services2.

To address this critical situation, the EU Commission proposes to give citizens actual control over their personal data by setting a simple principle: users must give their explicit consent for each collection, processing or trading of information related to them.

The issue

To better understand the sense of the European Commission Proposal, let's go back to the current European legislation – the outdated 1995 Directive – where consent does not have to be “explicit” but merely “unambiguous”3. What is an “unambuguous consent”? The meaning of such a vague definition “is often misunderstood or simply ignored”, as deplored by the Article 29 Working Party4, a European body gathering the data protection authorities of each Member State. An “unambiguous consent” can be considered as given when users, informed of the processing of their personal data, do not oppose it. However, since the current legal framework does not force companies to ensure users are effectively informed, most companies are not particularly enthusiastic about disclosing what data they collect, for what purpose, in a visible, accessible and handy way.

As a result, users are not aware of most of the processing their personal data undergo: in practice, would they want to, they would not be able to oppose such processing.

Take Amazon for instance. When you look at an item on its website, your visit is saved by the company in order to suggest you similar products:

Amazon recommendation based on browsing history

Although the caption “recommended based on your browsing history” shows an undergoing processing of some of your personal data, you don't know that Amazon is collecting in fact much more data than your viewed items, even if it is your very first visit and you are therefore not even logged in:

Personal data collected by Amazon

This information is only accessible on the very bottom of the website's pages:

Link to the Amazon Privacy Notice

As for Google, it does not indicate at all that it collects, stores and processes information on whatever request you make or website you visit. You can only know that by looking for Google's privacy policy page:

Personal data collected by Google

The Commission's Proposal

The Proposal made by the European Commission would radically change this situation by introducing the principle of user's explicit consent. This would require citizens' consent to be expressed “either by a statement or by a clear affirmative action”5, and for each and every purpose companies intend to collect their data. “Informed silence” could not be considered as consent anymore. Companies shall then have to actively seek users' consent, which means no personal data could be processed until users have been really and directly informed. If adopted, the Proposal would ensure that nothing happens out of users' sight and control.

To that respect, some good practices already exist and may provide clear examples of what “explicit consent” can be on the Internet. Web browsers such as Firefox and Chrome already require your explicit consent before sending information on your geographic location to a given website.

Consent request on Firefox for geolocation
Consent request on Firefox. Try it yourself by clicking on 'Give it a try!' on the top of this Mozilla page.

This ensures that, for every processing, you are really informed on what is collected and, thus, have truly given your consent. Then, if you want, you can also simply choose to “always agree” that the website you are visiting may collect your geographic location again without having to ask for your consent.

Even if the concept of that “request box” is largely perfectible – as it does not indicate how your data will be used and who may access them – it shows, at least, the kind of control we would have over our data if the explicit consent requirement was adopted.

Internet giants' recommendations

Users' control seems to be problematic for Internet giants whose profits largely depend on the amount of personal data they collect. They dread a greater control by users, which for them would equate with less data processed. It also shows how these companies deal with our privacy: if their activity was really respectful of our private life, why should they fear us not giving our consent? Requiring an explicit consent would only harm those businesses which do not respect our privacy. The other ones, by contrast, could only capitalize the gain of confidence resulted from a real users' control.

Google, Facebook, Microsoft, Amazon and eBay unanimously asked MEPs to withdraw explicit consent from the Regulation6. Their main argument is that users “demand Internet services that are fast, easy-to-use and efficient [therefore, systematically requiring an explicit consent would] lead users to opt in as a matter of routine”, “as a consequence of consumers being overloaded with consent requests”.

But, since asking for their consent is the only way to guarantee users are truly warned of every processing their personal data undergo, there can not be too many consent requests. Whoever opts in “as a matter of routine” would still be warned of processing while we currently rarely are.

In addition, once they have agreed that a website may process some of their data for a specific and clear purpose, users would not have to consent to further processing pursuing the exact same purpose7. Thus, stating that consumers would be “overloaded with consent requests” is simply wrong. In practice, users may generally only be asked once, if any, when visiting a website for the first time, and/or when using new features and functionnalities of the service for the first time.

MEPs' proposals

Malcolm HARBOUR
Malcolm HARBOUR (UK/ECR),
Chair of the IMCO Committee

The “Consumer Protection” (IMCO) and the “Industry” (ITRE) Committees have followed Internet giants' recommendations and voted against the explicit consent requirement. IMCO proposed to make consent's explicitness dependent on “the context”, which is as vague and dangerous as requiring an “unambiguous” consent8; while ITRE Committee simply proposed to keep the same “unambiguous consent” required by the 1995 Directive9.

Those two opinions seem to have had a major impact on the debate since seven amendments have been tabled in the The “Civil Liberties” (LIBE) Committee, by seventeen MEPs, to propose the withdrawal of the explicit consent requirement from the Regulation10. Which proves those LIBE members, mainly liberals and conservatives, do not want to give users control over their data.

Today, it appears that most of MEPs are against the explicit consent principle, deceived by hundreds of lobbyists, and will not change their mind unless we do mobilize and act now.

What you can do

Manifestation anti-ACTA
Manifestation anti-ACTA

First of all, you should use only software and services you can trust. Choose free-as-free-speech software, and host your own services as much as possible. Many tools, such Tor11, DuckDuckGo12, or browser add-ons such as NoScript or HTTPS Everywhere, allow you to replace, circumvent and block Internet services trying to collect your personal data.

Unfortunately, these solutions will never be enough to fully protect your privacy, as they are not installed by default, require effort, and are sometimes perceived as complex to use. So, we have to act to ensure real protection of citizens' privacy on the future regulation: write or call your representatives now – their voters' concerns and defense of fundamental freedoms should always weigh more than Internet giants' economic interest –, share this article, write some about your thoughts on data protection, talk about it around you, or invent something else using images, video, sound, etc. Now is time to Act! The LIBE members of different political groups have already started seeking compromises on this very issue: we must contact them before they agree on the worst amendments.

  • 1. The UNESCO published in 2012 a "Global survey on Internet privacy and freedom of expression", which starts by: “The right to privacy underpins other rights and freedoms, including freedom of expression, association and belief. The ability to communicate anonymously without governments knowing our identity, for instance, has historically played an important role in safeguarding free expression and strengthening political accountability, with people more likely to speak out on issues of public interest if they can do so without fear of reprisal.”

    What has always been true about governments' surveillance may now stand for private surveillance. May people really speak freely if any company, or anyone, can know who they are or access any other sensitive information related to them?

  • 2. A report by the Boston Consulting Group showed that “the value created through digital identity can indeed be massive: €1 trillion in Europe by 2020 [but that] two-thirds of digital identity’s total value potential stands to be lost if stakeholders fail to establish a trusted flow of personal data”.
  • 3. 1995 Directive:
    Article 2 - Definitions
    (h) 'the data subject's consent' shall mean any freely given specific and informed indication of his wishes by which the data subject signifies his agreement to personal data relating to him being processed.
    Article 7
    Member States shall provide that personal data may be processed only if:
    (a) the data subject has unambiguously given his consent; or [...]
  • 4. Opinion of the Article 29 Data Protection Working Party on the Definition of Consent (2011):
    'This Opinion is partly issued in response to a request from the Commission in the context of the ongoing review of the Data Protection Directive. It therefore contains recommendations for consideration in the review. Those recommendations include:
    (i) clarifying the meaning of “unambiguous” consent and explaining that only consent that is based on statements or actions to signify agreement constitutes valid consent;
    (ii) requiring data controllers to put in place mechanisms to demonstrate consent (within a general accountability obligation);
    (iii) adding an explicit requirement regarding the quality and accessibility of the information forming the basis for consent, and
    (iv) a number of suggestions regarding minors and others lacking legal capacity.'
    'The notion of unambiguous consent is helpful for setting up a system that is not overly rigid but provides strong protection. While it has the potential to lead to a reasonable system, unfortunately, its meaning is often misunderstood or simply ignored.'
    'Clarification should aim at emphasizing that unambiguous consent requires the use of mechanisms that leave no doubt of the data subject’s intention to consent. At the same time it should be made clear that the use of default options which the data subject is required to modify in order to reject the processing (consent based on silence) does not in itself constitute unambiguous consent. This is especially true in the on-line environment.'
    'The Council Common Position10 in 1995 introduced the final (today's) definition of consent. It was defined as "any freely given specific and informed indication of his wishes by which the data subject signifies his agreement to personal data relating to him being processed". The main change from the 1992 Commission position involved deleting the word "express" that had preceded the word "indication". At the same time, the word "unambiguous" was added to Article 7(a), so it reads as follows: "if the data subject has given his consent unambiguously".'
  • 5. Data Protection Proposal Regulation
    Article 4 - Definitions
    8. 'the data subject's consent' means any freely given specific, informed and explicit indication of his or her wishes by which the data subject, either by a statement or by a clear affirmative action, signifies agreement to personal data relating to them being processed.
  • 6. Read internet giant's recommendations send to MEPs against explicit consent on La Quadrature's wiki. You may also read many other documents send by lobbies to MEPs about this Regulation.
  • 7. La Quadrature du Net will publish a dedicated Privacy Alert on this very subject.
  • 8. Read our reaction to the 23 January IMCO's vote.
    IMCO's opinion: amendment 63
    Article 4 - Definitions
    8. ‘the data subject's consent’ means any freely given indication that must be specific, informed and as explicit as possible according to the context, of his or her wishes by which the data subject, either by a statement or by a clear affirmative action, explicitly whenever the data referred to in Article 9(1) are to be processed, signifies agreement to personal data relating to them being processed;

    (How to read an amendment: added to the initial text / deleted from the initial text)
  • 9. Read our reaction to the 21 February ITRE's vote.
    ITRE's opinion: amendment 82
    Article 4 - Definitions
    (8) ‘the data subject's consent’ means any freely given specific, informed and explicit unambiguous indication of his or her wishes by which the data subject , either by a statement or by a clear affirmative action, signifies agreement to personal data relating to them being processed. Silence or inactivity does not in itself indicate consent ;

    (How to read an amendment: added to the initial text / deleted from the initial text)
  • 10. Amendments 757, 758, 760, 762, 764, 765 & 766, tabled in LIBE by:
    Lidia Joanna Geringer de Oedenberg (S&D - Poland)
    Adina-Ioana Vălean (ALDE - Romania)
    Jens Rohde (ALDE - Denmark)
    Louis Michel (ALDE - Belgium)
    Sarah Ludford (ALDE - United Kingdom)
    Charles Tannock (ECR - United Kingdom)
    Timothy Kirkhope (ECR - United Kingdom)
    Axel Voss (EPP - Germany)
    Seán Kelly (EPP - Ireland)
    Wim van de Camp (EPP - Netherlands)
    Hubert Pirker (EPP - Austria)
    Monika Hohlmeier (EPP - Germany)
    Georgios Papanikolaou (EPP - Greece)
    Véronique Mathieu Houillon (EPP - France)
    Anna Maria Corazza Bildt (EPP - Sweden)
    Agustín Díaz de Mera García Consuegra (EPP - Spain)
    Teresa Jiménez-Becerril Barrio (EPP - Spain)
  • 11. Tor is a free software and an open network that helps you protect yourself against a form of network surveillance that threatens personal freedom and privacy, confidential business activities and relationships, and state security known as traffic analysis.
  • 12. DuckDuckGo is an Internet search engine that uses information from crowdsourced websites such as Wikipedia to obtain its results. The search engine policy says that it protects privacy, and does not record user information.

May 13 2013

Rapport Lescure, le catalogue répressif de l'industrie

Paris, 13 mai 2013 — Le rapport Lescure rendu public ce lundi s'inscrit dans la même philosophie répressive que la loi Hadopi. Au lieu d'entamer une réforme en profondeur des politiques culturelles pour les adapter à l'ère numérique, notamment en autorisant le partage des œuvres entre individus, ce rapport poursuit la fuite en avant répressive qui caractérise l'approche des pouvoirs publics français et européens depuis plus de dix ans. En pérennisant les missions répressives de la Hadopi, notamment au travers du maintien du délit de « négligence caractérisée » et des sanctions pécuniaires, et en encourageant la censure privée sur Internet sous couvert d'en appeler à « l'auto-régulation » des hébergeurs, fournisseurs d'accès, moteurs de recherche ou des services de paiement en ligne, le rapport Lescure représente une grave menace pour la protection des droits fondamentaux sur Internet.

Dans le texte qui suit, La Quadrature du Net analyse les mesures répressives proposées dans le rapport (qui sont largement inspirées des récents travaux de la Hadopi) et souligne les effets délétères qu'elles auraient sur les droits fondamentaux si elles étaient mises en œuvre. Le refus de légaliser le partage non-marchand des œuvres culturelles sur Internet est également dénoncé.

   Les missions de la Hadopi pérennisées et le contrôle du Net par le CSA
   Vers le renforcement de la censure privée par les hébergeurs
   La banalisation du blocage de sites Internet
   Des taxes au profit d'intérêts particuliers sans droits réels pour le public ni pour les auteurs
   Conclusion

Les missions de la Hadopi pérennisées et le contrôle du Net par le CSA

Christine Albanel et Pierre Lescure
Christine Albanel et Pierre Lescure

Si l'annonce de la disparition de la Hadopi et de la sanction de déconnexion de l'accès à Internet font croire à la fin de la répression instaurée par la loi Création et Internet, il n'en est rien. La mission Lescure propose de pérenniser le délit de « négligence caractérisée » dans la surveillance de l'accès Internet, en imposant une obligation de moyen. La machine à spam qu'est la Hadopi continuera donc à tourner sous l'autorité du CSA, alors que ce dernier pourra reprendre à son compte la dangereuse tentative d'imposer des outils de « sécurisation des accès Internet »1 (propositions 55, 56 et 57).

Ensuite, alors que le Conseil national du numérique préconisait, dans son avis de mars dernier, de protéger la neutralité du Net au sein de la loi de 1986 – destinée à réguler l'audiovisuel et ainsi parfaitement inadaptée à la structure du réseau –, la mission Lescure propose à son tour de soumettre Internet et sa culture au CSA (propositions 17, 18 et 19). Cette démarche est viciée d'avance en ce que le rôle du CSA a toujours été de contrôler des contenus diffusés sur des canaux limités et centralisés. Appliquer les logiques et réflexes qu'il en a développés à Internet – somme décentralisée d'une infinité de canaux, où chacun peut être son propre canal de distribution – ne peut conduire qu'aux résultats les plus dangereux.

Ainsi, le rapport propose que le CSA puisse octroyer aux hébergeurs et diffuseurs de contenus culturels des conventions « engagements-bénéfices ». Ces conventions seraient attribuées selon des conditions fixées par le CSA : mise en avant et financement des créations françaises et européennes, puis mise en œuvre de systèmes de protection des droits d'auteur. En contrepartie, le rapport propose d'augmenter les aides publiques et sectorielles des intermédiaires remplissant ces conditions voire, « pour les plus "vertueux", une priorité dans la gestion des débits pourrait même être envisagée » – une parfaite atteinte à la neutralité du Net, proposée noir sur blanc, sans détour, par la mission Lescure. On atteint une absurdité absolue avec la recommandation de charger le CSA de l'observation des pratiques culturelles sur Internet2. Dans le passé, le CSA a démontré qu'il n'était même pas capable de suivre l'activité des radios et télévisions associatives, alors que dire de sa capacité de comprendre et analyser les pratiques de millions d'internautes.

À rebours des propositions du rapport Lescure et de celles du Conseil supérieur de l'audiovisuel lui-même, le gouvernement doit délimiter précisément les compétences du CSA et les circonscrire aux services de radio et de télévision faisant l'objet d'autorisations administratives. Quant aux missions de la Hadopi et au délit de négligence caractérisée dans la surveillance de l'accès Internet, elles doivent être abrogées.

Vers le renforcement de la censure privée par les hébergeurs

Le rapport Lescure prône une censure privatisée des contenus sous couvert d'autorégulation. En effet, il propose que les pouvoirs publics contribuent à généraliser les technologies de détection automatique et de filtrage (proposition 64) qui font d'ores et déjà peser une grave menace sur la liberté de communication des utilisateurs d'Internet. Les dispositifs de ce type déjà déployés, tels que le système Content-ID de YouTube, présentent en effet un risque de blocage de contenus parfaitement licites et compromettent gravement l'application effective des exceptions et limitations au droit d'auteur3.

En prônant « l'autorégulation » et l'inscription de clauses relatives à la lutte contre la contrefaçon dans les « conditions générales d'utilisation » de ces services en ligne (proposition 63), il s'agit pour les auteurs du rapport de contourner l'interdiction faite aux pouvoirs publics en vertu des droits français et européen d'imposer aux hébergeurs la surveillance généralisée des communications sur Internet4, notamment au travers de dispositifs techniques dont la CJUE a estimé dans son arrêt SABAM c/ Netlog du 12 février 2012 qu'ils ne respectaient ni la liberté d'expression, ni le le droit au respect de la vie privée. Une telle incitation pour les entreprises du Net à mettre en œuvre, par voie contractuelle, des dispositifs de surveillance des communications et des utilisateurs en vue d'appliquer des sanctions est parfaitement contraire à l'État de droit et attentatoire aux libertés fondamentales.

Par ailleurs, s'agissant des intermédiaires financiers, des régies publicitaires et de la mise en place d'une « liste noire » tenue par les « CyberDouanes », le rapport Lescure reprend en les adaptant certaines des dispositions proposées dans le cadre du projet de loi PIPA/SOPA et rejetées l'an dernier aux États-Unis. Là encore, il est question de négocier des « chartes de bonne pratique » visant de fait à couper les entrées financières des services en ligne (propositions 66 et 67). Or, même s'il est bien évidemment préférable du point de vue de la liberté d'expression d'intervenir au niveau des flux financiers que des flux d'information, le fait que les dispositifs proposés s'inscrivent dans un cadre extra-judiciaire les rend inacceptables.

Plutôt que d'encourager cette régulation extra-judiciaire des communications sur Internet, qui concerne également les moteurs de recherche (proposition 65), les pouvoirs publics doivent au contraire encadrer plus étroitement de tels mécanismes et en décourager l'utilisation, pour ainsi faire en sorte que la compétence de l'autorité judiciaire soit réaffirmée chaque fois que la liberté d'expression est en cause et le droit au procès équitable protégé par l'article 6 de la CEDH.

La banalisation du blocage de sites Internet

Comme le rapport Hadopi, et dans la droite ligne des demandes formulées par les ayants droit à l'occasion de l'affaire AlloStreaming, le rapport Lescure propose d'élargir le blocage de sites Internet, notamment des sites miroirs (proposition 61).

Tout en reconnaissant que les dispositions législatives en vigueur5 sont extrêmement larges6, et bien qu'il évoque les dangers de ces mesures pour la liberté de communication, le rapport défend le recours à cette méthode. Il propose d'étendre les mesures de blocage à tout site miroir répliquant le contenu d'un site ayant précédemment fait l'objet d'une ordonnance judiciaire de blocage. Il s'agit selon le rapport de lutter contre « l'effet Streisand » et de prendre acte de la jurisprudence actuelle7.

La Quadrature du Net ne peut que rappeler les carences inhérentes à ce mode de régulation des communications sur Internet, à la fois inefficace puisque pouvant être aisément contourné, et dangereux pour la liberté d'expression puisqu'aucune technique de blocage ne permet d'écarter le risque de sur-blocage, c'est-à-dire de blocage de contenus parfaitement licites8. Élargir ces mesures de blocage en permettant à l'autorité administrative (en l'occurrence le service national de douane judiciaire) d'ordonner aux fournisseurs d'accès le blocage de sites miroirs revient à accroître les dangers inhérents au blocage, et ce alors que les sites miroirs sont souvent utilisés à des fins d'expressions politiques par des citoyens souhaitant dénoncer la censure d'un site, comme ce fut le cas dans l'affaire Copwatch.

Le gouvernement doit au contraire s'engager dans un moratoire concernant les mesures de blocage de sites Internet, amender la loi française pour revenir sur le vocable extrêmement large qu'elle emploit (« toutes mesures propres à »), et imposer aux juridictions un contrôle de proportionnalité rigoureux des mesures limitant la liberté de communication sur Internet.

Des taxes au profit d'intérêts particuliers sans droits réels pour le public ni pour les auteurs

Le rapport Lescure recommande une extension considérable des prélèvements obligatoires sur les dispositifs et services techniques (« smartphones » et tout dispositif connecté, fournisseurs d'accès, hébergement « cloud », etc.). Ces prélèvements alimenteraient soit les répartiteurs de la copie privée actuelle soit un fonds de soutien à la transition numérique des industries culturelles. En d'autres termes, au lieu de financer la culture numérique vivante et ses millions de contributeurs, on taxera pour aider à la survie d'acteurs dont les modèles inadaptés sont responsables de leurs relatives difficultés et des plateformes de services en ligne qui n'ont d'autre ambition que d'être les équivalents nationaux ou européens des acteurs américains dominants.

En ce qui concerne le contrat d'édition, les recommandations s'inspirent de la loi sur les œuvres indisponibles sans paraître s'aviser qu'elle fait l'objet d'un rejet majeur de la part des auteurs qui s'estiment spoliés et viennent de la contester dans un recours pour excès de pouvoir. Même alignement sur des dispositions contestées en ce qui concerne la durée de cession des droits pour l'édition numérique et l'absence de clauses de rémunérations minimales.

L'exigence d'effectivité des exceptions dans la sphère numérique doit être saluée de même que la demande de « clarification » du statut fiscal des contributions au financement participatif ou l'introduction d'une définition positive du domaine public. Mais aucun droit n'est créé ou réaffirmé pour le public, qu'il s'agisse d'usagers ou des centaines de milliers d'auteurs et contributeurs de valeur à la création aujourd'hui absents des revenus du droit d'auteur et des droits voisins. Dans son obsession de garantir la survie des industriels de la rareté, le rapport Lescure passe à côté du vrai défi de la culture à l'ère d'Internet : comment rendre soutenables les pratiques d'un nombre très accru de contributeurs aux activités créatives et d'expression publique ?

Le partage non-marchand d'œuvres culturelles entre individus doit être légalisé. Alors que l'introduction de cette problématique dans le rapport est intéressante, les arguments avancés pour la rejeter retombent dans les pires effets rhétoriques, par exemple lorsque le rapport compare le produit d'une contribution créative au chiffre d'affaires total des industries de la musique et de la vidéo enregistrée, alors qu'il vient pourtant de reconnaître que le partage n'est nullement incompatible avec la consommation numérique. Contrairement à ce qui est affirmé, la mise en place de financements mutualisés n'implique nullement une surveillance des échanges, intrusive pour les individus, alors que c'est ce qui va perdurer avec le système d'amendes recommandées.

Conclusion

En reprenant à son compte les positions de l'industrie du divertissement qui entachaient déjà l'accord ACTA ou les projets de loi PIPA/SOPA aux États-Unis, la mission Lescure fournit un nouvel exemple de l'impasse démocratique et juridique à laquelle conduisent les conflits d'intérêts récurrents dans les débats touchant au droit d'auteur.

Le gouvernement doit renoncer à ces propositions qui perpétuent la logique répressive qui perdure depuis plus de dix ans, et qui met gravement en cause la protection des droits fondamentaux sur Internet.

  • 1. Le délit de négligence caractérisée contribue également à décourager le partage des accès WiFi, qui pourrait jouer un rôle important dans le développement de réseaux collaboratifs. Ces derniers ont pourtant un potentiel important pour contribuer à la réduction de la fracture numérique et à encourager l'innovation en matière d'accès Internet sans-fil. Voir notamment : Pour une politique des fréquences au service de l'innovation et de la démocratie
  • 2. Voir la proposition opposée formulée par La Quadrature du Net dès 2008 de créer un observatoire indépendant de ces pratiques.
  • 3. Voir notamment : https://www.laquadrature.net/en/like-nina-fight-privatized-censorship-of-culture
  • 4. Voir l'article 15 de la directive eCommerce et l'article 6-I-7 de la LCEN, qui disposent que les hébergeurs et les FAI ne sont pas soumis « à une obligation générale de surveiller les informations qu'elles transmettent ou stockent, ni à une obligation générale de rechercher des faits ou des circonstances révélant des activités illicites ».
  • 5. Article 6-I-8 de la Loi pour la confiance dans l'économie numérique et article 336-2 du Code de la propriété intellectuelle
  • 6. Aussi bien l'article 6-I-8 de la loi pour la confiance dans l’économie numérique de 2004 que l'article 336-2 du Code de la propriété intellectuelle utilisent la même expression, à savoir : « Le tribunal de grande instance, statuant le cas échéant en la forme des référés, peut ordonner à la demande des titulaires de droits sur les œuvres et objets protégés, de leurs ayants droit, des sociétés de perception et de répartition des droits visées à l'article L. 321-1 ou des organismes de défense professionnelle visés à l'article L. 331-1, toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser une telle atteinte à un droit d'auteur ou un droit voisin, à l'encontre de toute personne susceptible de contribuer à y remédier. »
    Cette formule – « toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser une atteinte au droit d'auteur » – est de portée extrêmement générale, tandis qu'aucune « jurisprudence constante » n'a déjà entériné sur son fondement une mesure équivalente à la mesure sollicitée. La loi française sur laquelle se fonde le blocage ne peut donc être considérée comme satisfaisante du point de vue du droit européen comme préalable, claire et précise.
    Par ailleurs, dans son opinion concordante dans l'arrêt Yildrim c. Turquie du 18 décembre 2012, le juge de la CEDH Pinto De Albuquerque notait que « ni les dispositions ou clauses générales de la responsabilité civile ou pénale ni la directive sur le commerce électronique ne constituent des bases valables pour ordonner un blocage sur l'Internet ».
  • 7. Le TGI de Paris ayant indiqué dans son ordonnance dans l'affaire Copwatch II qu'il « n’appartient pas à l’autorité judiciaire gardienne constitutionnelle des libertés individuelles de déléguer des prérogatives de son pouvoir juridictionnel sans qu’un texte législatif ne l’y autorise expressément. ».
    Voir : affaire Copwatch
  • 8. Voir la note de LQDN : Le filtrage d'Internet viole l'État de droit

May 07 2013

Privacy Alert: #0 Introduction

Paris, 7 May 2013 — For more than a year, the EU Parliament have been examining the Proposal for a Regulation of the EU Commission aimed at reforming the European data protection legal framework. Until now, the parliamentary committees examining the Proposal have so far proposed to restrict the protections of our fundamental right to privacy. As a crucial vote is approaching1 in the “Civil Liberties” (LIBE) Committee, La Quadrature du Net launches a series of analysis dealing with key points, stakes, development and threats of the reform.

Viviane Reding
Viviane Reding

In the face of the development of dangerous practices to the detriment of our privacy, in January 2012, the EU Commission introduced a Proposal for a Regulation – meant to reform the 1995 Directive – intended to supervise collection, processing and trade of European citizens' personal data. This Regulation, which should come into force in 2015, will be immediately enforceable in all EU Members States and will replace every current national law relating to this matter2. As proposed by Viviane Reding, Commissioner for Justice, Fundamental Rights and Citizenship, it could constitute a real advance for the protection of our privacy.

If the Regulation was adopted as it stands, it would;

  • allow to significantly strengthen citizens' rights, businesses' obligations and powers of supervisory authorities, such as the CNIL3 in France;
  • define a wider scope for this legal framework, which would apply to any companies – regardless of its geographical location – monitoring the behavior of European citizens or offering them goods or services.

An unprecedented lobbying campaign

In response to the proposal of the EU Commission, powerful companies, mainly based in United States (banks, insurances and Internet services), have led an unprecedented lobbying campaign4. Their goal is to make withdraw from the final version of the Regulation those proposals aimed at protecting citizens' personal data. As the Internet website LobbyPlag has clearly showed, some key MEPs have directly cut and pasted those requests made by US lobbies in their amendments.

Lobbyplag

Four committees5 of the EU Parliament have already given their opinion about modification to be made to the Proposal. Directly influenced by lobbies, they have all voted to weaken of the data protection legal framework and to limit companies' obligations with regards to the personal data they collect.

However, those opinions have a mere consultative value, which means the situation can still be reversed. The amendments the EU Parliament will adopt during the plenary session at the end of the year shall be previously adopted by the MEPs sitting in “Civil Liberties” (LIBE) Committee during a voting session which should likely take place before the end of June.

Act now!

Before this vote, we have to make certain that LIBE MEPs will not break under lobby pressure, like their colleagues in committees for opinion. We need guarantees regarding the efficient implementation of the regulation and on the other good points proposed by the EU Commission, rather than shattering them. As from now and until the vote, EU citizens must contact their MEPs to lay claim to a real protection of their fundamental right to privacy. As the ACTA rejection demonstrated last summer, citizens' calls for protecting the general interest rather than the private interest of the few can be heard by MEPs, as long as the citizen mobilization is significant, sustained and relayed enough.

In order to allow everyone to seize the stakes and key points of the debate, La Quadrature du Net is starting the release of a series of analysis focused on the major aspects of the Proposal. Each analysis will illustrate how the proposals made by the EU Commission would represent a real improvement of the current legal framework, why big companies are opposing to them and what positions MEPs set so far.

To get more information and discuss this, you can visit our forum.



Privacy Alert: #1 Explicit consent

The first analysis (coming soon) of the series will address the “explicit consent” issue and its importance for the control over our personal data.

  • 1. The LIBE committee vote was scheduled for 29-30 May but should finally take place before the end of June.
  • 2. The European Commission is the European Union institution detaining the right of legislative initiative. The European Parliament and the Council of the EU (composed by ministers of each Member State) can amend the legislation proposed by the Commission, which may come into force if they manage to agree on a text.

    Two kind of legislative acts can be adopted through this process: directives, setting principles and purposes each Member State must implement into its national law, and that may require to pass a new law; or regulations, which are immediately enforceable in all Member States simultaneously.

    The choice of a Regulation seems to be the better one to regulate personal data flow on Internet which is cross-border by nature. Indeed, the current European law – the 1995 directive – suffers from disparate implementations and interpretations among Member States, which some companies are playing on.

  • 3. The Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (National Committee for Information Technologies and Liberties) is a French independent administrative authority. It is in charge of monitoring Internet for online services to be at citizens' service and they do not threaten neither human identity, nor privacy, nor individual and public liberties, nor any other Human Rights.
  • 4. See La Quadrature's wiki page listing many documents sent to MEPs by private companies.
  • 5. Before voting in plenary session, MEPs work within committees, each dealing with specific issues (civil liberties, employment, agriculture…) and gathering a few dozen of MEPs. Those committees examine legislative bills proposed by the EU Commission and table amendments the whole Parliament votes during the plenary session.

    The “Consumer” (IMCO), “Employment” (EMPL), “Industrie” (ITRE) and “Legal Affairs” (JURI) Committees have all proposed amendments to the “Civil Liberties” (LIBE) Committee, which is in charge of drafting the report the Parliament will vote on.

    Visit La Quadrature's wiki for a precise analysis of the most dangerous amendments proposed by those committees: IMCO; ITRE; JURI.

May 06 2013

Privacy Alert : #0 Introduction

Paris, 7 mai 2013 — Depuis plus d'un an, le Parlement européen étudie la proposition de règlement de la Commission européenne qui vise à réformer la législation encadrant la protection des données personnelles au niveau européen. Jusqu'à présent, les différentes commissions parlementaires ayant travaillé sur ce projet se sont exprimées pour l'assouplissement des règles protégeant notre vie privée. Alors qu'un vote crucial approche1 au sein de la commission « libertés civiles » (LIBE), La Quadrature du Net commence la publication d'une série d'analyses abordant les points clefs, enjeux, progrès et dangers de cette réforme.

Viviane Reding
Viviane Reding

Face au développement de pratiques dangereuses pour notre vie privée de la part d'entreprises peu scrupuleuses, et afin d'encadrer la collecte, le traitement, et la vente des données personnelles des citoyens européens, la Commission européenne a présenté en janvier 2012 une proposition de règlement destinée à réformer la législation en vigueur, datant de 1995. Ce règlement, qui devrait entrer en vigueur en 2015, sera directement applicable dans l'ensemble des États membres de l'Union européenne et se substituera immédiatement à toutes les lois nationales existantes en la matière2. Tel que proposé par Viviane Reding, commissaire à la Justice, aux Droits fondamentaux et à la Citoyenneté, il pourrait constituer une réelle avancée pour la protection de notre vie privée.

Adopté en l'état, le règlement permettrait de :

  • renforcer considérablement les droits des citoyens, les obligations des entreprises et les pouvoirs conférés aux autorités de contrôle, à l'instar de la CNIL3 en France ;
  • définir plus largement la portée de ce cadre légal afin de couvrir les activités de toute entreprise – quelque soit sa situation géographique – analysant les comportements des citoyens européens ou leur proposant des biens ou des services.

Une campagne de lobbying sans précédent

En réponse à la proposition de la Commission, de puissantes entreprises, principalement américaines (banques, assurances et services Internet), ont mené une campagne de lobbying sans précédent4 afin de faire exclure de la version finale du règlement les propositions destinées à protéger les données personnelles des citoyens. Comme l'a clairement démontré le site Internet LobbyPlag, certains députés européens clés ont ainsi recopié mot pour mot les demandes des lobbies dans leurs propositions d'amendements.

Lobbyplag

Quatre commissions5 du Parlement européen ont déjà exprimé leur avis sur les modifications à apporter à la proposition de la Commission. Directement influencées par les lobbies, elles se sont chaque fois exprimées en faveur de l'affaiblissement du cadre législatif protégeant la vie privée des citoyens européens et de la réduction des responsabilités incombant aux entreprises.

Ces avis n'ont cependant qu'une valeur consultative, et la situation peut encore être renversée : la liste des amendements que le Parlement européen dans son ensemble pourra adopter lors de la première lecture du texte, prévue pour la fin de l'année 2013, doit être adoptée par la commission « libertés civiles » (LIBE) lors d'un vote devant avoir lieu avant la fin du mois de juin.

Agissons !

Avant ce vote, nous devons nous assurer que ces députés ne céderont pas aux pressions des lobbies, comme ont pu le faire ceux des commissions ayant déjà exprimé leur avis, mais qu'ils garantiront une mise en œuvre efficace des avancées proposées par la Commission. Dès à présent et jusqu'au moment du vote, les citoyens doivent contacter leurs députés européens et réclamer une réelle protection de leur droit fondamental à la vie privée. Comme l'a démontré le rejet d'ACTA l'été dernier, les appels des citoyens à protéger l'intérêt général plutôt que les intérêts privés de quelques uns peuvent être entendus par les élus, à condition que cette mobilisation citoyenne soit suffisamment importante, soutenue et relayée.

Pour permettre à tous de s'approprier les enjeux et points clés de ce débat, La Quadrature du Net démarre la publication d'une série d'analyses présentant les principaux aspects du projet de règlement. Chacune abordera les avancées que pourraient constituer les propositions de la Commission, les raisons pour lesquelles les lobbies de l'industrie s'y opposent et les positions exprimées par les députés européens jusqu'à présent.

Pour plus d'informations et en discuter, vous pouvez vous rendre sur notre forum.

 



Privacy Alert : #1 Le consentement explicite

La première analyse (à venir) de cette série abordera la question du « consentement explicite » et son rôle central dans le contrôle de nos données personnelles.

  • 1. Le vote de la commission LIBE était initialement prévu pour les 29-30 mai, mais devrait finalement avoir lieu au mois de juin.
  • 2. La Commission européenne est l'institution disposant de l'initiative législative au niveau européen. Le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne (formé de ministres des différents États membres) peuvent amender les textes législatifs proposés par la Commission jusqu'à arriver à un accord sur le texte à adopter, qui entrera alors en vigueur, ou à le rejeter.
    Au terme de ce processus, deux types d'actes législatifs peuvent être adoptés : une directive, qui pose des objectifs et des principes que chaque État membre devra intégrer dans son droit national, quitte à adopter une loi nouvelle ; ou un règlement, qui s'appliquera directement à l'ensemble des États membres.
    Le choix du règlement semble particulièrement adapté pour contrôler la circulation des données personnelles sur Internet, qui est par essence transfrontalière. L'actuelle réglementation européenne en la matière – la directive de 1995 – pâti, entre autres, d'une transposition et d'une interprétation hétérogènes au sein des différents pays membres de l'Union européenne, dont certaines entreprises peu respectueuses de la vie privée profitent.
  • 3. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) est une autorité administrative indépendante française. La CNIL est chargée de veiller à ce que l’informatique soit au service du citoyen et qu’elle ne porte atteinte ni à l’identité humaine, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques, ni à aucun autre droit de l’Homme. (Source)
  • 4. Voir la page du wiki de La Quadrature [en] recensant un grand nombre des documents envoyés aux députés européens par des entreprises privées.
  • 5. Avant de voter en formation plénière, les députés du Parlement européen travaillent au sein de commissions parlementaires, chacune chargée de thèmes différents (libertés civiles, emploi, agriculture, etc) et composées de quelques dizaines de membres. Ces commissions parlementaires étudient les propositions législatives faites par la Commission européenne et proposent les amendements que l'ensemble du Parlement européen votera lors des sessions plénières.
    Les commissions « consommateurs » (IMCO), « emploi » (EMPL), « industrie » (ITRE) et « affaires juridiques » (JURI) ont chacune proposé des amendements à la commission « libertés civiles » (LIBE), chargée de rédiger le rapport destiné à l'ensemble du Parlement.
    Voir le wiki de La Quadrature pour une analyse détaillée des amendements les plus dangereux proposés par chaque commission : pour IMCO [en] ; pour ITRE [en] ; pour JURI [en].

March 22 2013

Les failles fatales de la neutralité du Net selon le CNNum

Dans son avis rendu le 12 mars 2013, le Conseil National du Numérique (CNNum) invite le gouvernement à faire reconnaître le principe de neutralité du Net « comme un principe fondamental nécessaire à l’exercice de la liberté de communication et de la liberté d’expression ». Que les autorités publiques semblent prendre conscience de la nécessité de consacrer ce principe essentiel apparait comme une bonne nouvelle, toutefois la proposition de mise en œuvre formulée par le CNNum, via la loi de 1986 concernant la télévision, semble vouée à l'échec.

La neutralité du Net « au plus haut niveau de la hiérarchie des normes » ?

Afin de protéger la neutralité du Net, le CNNum propose d'intégrer un « principe de neutralité » dans la loi de 1986, ce qui le placerait, prétend-il, « au plus haut niveau de la hiérarchie des normes ».

Une telle proposition se fonde sur le postulat selon lequel « la liberté d'expression n'est pas suffisamment protégée dans la loi française ». En se focalisant sur l'édifice législatif, le CNNum semble oublier l'article 111 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, tout comme son appartenance au bloc de constitutionnalité. Le CNNum semble oublier aussi que la liberté d'expression est d'ores et déjà sollicitée par le juge, qu'il soit européen, administratif, judiciaire ou constitutionnel, notamment pour faire contrepoids à des mesures disproportionnées visant à la protection de la propriété intellectuelle.

La loi de 19862 est une loi ordinaire qui n'a jamais fait partie du bloc de constitutionnalité3 - le seul et unique « plus haut niveau de la hiérarchie des normes ». Il est donc faux de prétendre qu'y inscrire le principe de neutralité du Net suffise à hisser ce dernier au dessus des lois. Le législateur ne pourrait parvenir à ce résultat qu'en enclenchant la lourde procédure de révision de la Constitution, ce qui serait peu probable en la matière, et ce que l'avis n'envisage de toute façon pas.

Chercher à introduire un principe général de neutralité dans une loi ne suffit pas à répondre au problème posé, qui est celui de la sanction des atteintes à la liberté d'expression.C'est avant tout en établissant une définition claire d'infractions et de sanctions dissuasives que la neutralité du Net pourrait être garantie, ce que le CNNum s'abstient de proposer4, préférant placer ce principe au sein d'une loi datée qui n'a pas été conçue pour le recevoir.

La neutralité du Net bridée par les règles inadaptées taillées pour la télévision


Jean-Marc Ayrault et Fleur Pellerin - © MaxPPP

Dans son avis, le CNNum propose d'insérer le principe de neutralité dans le premier article5 de la loi de 1986. Si le CNNum a précisément choisi cet article de cette loi, c'est parce qu'il y est établi que « la communication au public par voie électronique est libre », et que la neutralité du Net devrait devenir une composante de cette liberté.

Or, dans sa conception, l'objet de la loi de 1986 ne fut pas de garantir cette liberté mais, au contraire, d'encadrer le secteur de l'audiovisuel qu'elle libéralisait en le soumettant à des règles strictes et en le plaçant sous le contrôle du CSA. Ainsi, dès son premier article et à peine le principe de liberté de communication proclamé, la loi s'empresse de dresser la liste exhaustive des valeurs pouvant justifier qu'elle soit limitée.

Parmi ces exceptions, on retrouve « le respect de la dignité de la personne humaine, […] de la propriété d'autrui [et] la protection de l'enfance », autant de valeurs qui, bien qu'exigeant une attention certaine, sont constamment invoquées afin de justifier toutes les atteintes portées aux libertés fondamentales sur Internet. Et la loi de 1986 les définit si largement que les opérateurs télécom et autre acteurs industriels n'auraient aucun mal à les exploiter devant le juge, afin de justifier n'importe quelle restriction d'accès à Internet. Ainsi, l'exception pour « protection de la propriété d'autrui » sera inévitablement utilisée par les industries du divertissement, au nom de leurs droits d'auteur, pour déroger à la neutralité du Net.

Plus grave encore, l'article prévoit que la liberté de communication peut être limitée par « les contraintes techniques inhérentes aux moyens de communication ». Nul doute que les opérateurs sauraient parfaitement se saisir de ce concept particulièrement flou, qu'ils sont les premiers à pouvoir définir, afin de porter atteinte à la neutralité des réseaux, à la liberté d'expression, à l'innovation et à l'équité au nom de contraintes techniques et économiques. Bref, tout est déjà dans la loi de 1986 pour permettre aux opérateurs de maintenir le statu quo actuel justifiant toutes les restrictions d'accès par de plus ou moins fumeuses raisons techniques.

Et il n'est en rien surprenant que cette loi soit parfaitement inadaptée à accueillir le principe de neutralité lorsque l'on sait combien le secteur auquel elle est destinée - la télévision - se distingue, par sa nature centralisée et par la rareté des canaux de communication, du fonctionnement même de l'Internet - ce que le CNNum reconnaît6 lui-même dans son rapport.

L'audiovisuel ne se compose que de communications unilatérales en nombre fini, auxquelles le concept de neutralité n'a pas lieu de s'appliquer, quand Internet est la somme de communications multilatérales et illimitées. Imposer les règles de la gestion de la rareté des communications télévisuelles comme limitation de l'organisation de l'abondance des communications Internet serait un contre-sens historique.

La définition de la mise en œuvre de la neutralité du Net abandonnée au pouvoir judiciaire

L'inscription de la neutralité du Net dans une loi pré-existante souligne la volonté du CNNum de ne pas créer un cadre juridique nouveau, spécifique et adapté, afin de protéger la neutralité du Net. L'avis l'explique d'ailleurs clairement : « le principe de neutralité doit venir compléter et éclairer les dispositions juridiques existantes » et n'a donc pas vocation à être protégé en tant que tel.

Or, la neutralité du Net est un enjeu majeur pour notre société, un enjeu politique, qui dépasse de loin le cadre des procédures judiciaires, individuelles et isolées. C'est au législateur seul de définir les infractions et sanctions - avant tout dissuasives -, en fonction d'exceptions précises et limitées permettant de déroger à la neutralité du Net et de rendre légitime une restriction d'accès à Internet.

En abandonnant ces choix politiques au pouvoir judiciaire, une mise en œuvre des proposition du CNNum laisserait les puissants avocats des opérateurs obtenir par la jurisprudence la liberté de s'engouffrer dans les larges exceptions que leur offre la loi de 1986 et de justifier tous les abus. D'ailleurs, le CNNum ne laisse encore une fois pas de place au doute. Pour lui, « il convient de mettre en place des indicateurs pour mesurer le niveau de neutralité des réseaux et des services ouverts au public ». Que l'on ne s'y trompe pas. Un opérateur s'abstient ou non de contrôler et de prioriser le contenu qu'il véhicule. Il ne peut s'abstenir à moitié. L'idée qu'il y aurait une échelle de neutralité est inconciliable avec l'idée même de neutralité.

Il faut espérer que le gouvernement fasse preuve de courage en allant plus loin que le Conseil national du numérique ne l'y invite : qu'il ne se contente pas d'inscrire le principe de neutralité dans une loi inadaptée qui le priverait de tout effet, mais propose un cadre juridique nouveau qui le protégerait spécifiquement, en sanctionnant sévèrement les entorses7.

Si cet avis marque le début d'une prise en compte des enjeux de la neutralité du Net par les pouvoirs publics, les citoyens doivent plus que jamais rester vigilants, pour que ce principe essentiel ne soit pas vidé de sa substance par le législateur, résultat qui serait bien pire que de n'avoir aucune loi sur la question. Les travaux à venir entre les différents ministères (Ayrault, Pellerin, Taubira, Valls), et l'examen d'un éventuel projet de loi au Parlement devront faire l'objet d'une attention toute particulière, afin que nos libertés en ligne soient efficacement protégées.

Pour plus d'informations et en discuter, vous pouvez vous rendre sur notre forum.

  • 1. Article XI de la Déclaration universelle des droits de l'homme : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi. »
  • 2. La « loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication », dite « loi Léotard », libéralisa le secteur de la téléphonie mobile et de la télévision par câble, ce qui permit notamment la privatisation de TF1 l'année suivante. Afin d'encadrer ce nouveau secteur privé, elle institua une Commission nationale de la communication et des libertés, qui deviendra rapidement le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

    Dans son premier article, la loi proclame que « la communication au public par voie électronique est libre », reprenant la jurisprudence du Conseil constitutionnel qui reconnaissait, dès 1982, la valeur constitutionnelle du principe de « liberté de communication des pensées et des opinions par les moyens audiovisuels », directement tiré de l'article 11 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen.

  • 3. Le bloc de constitutionnalité réunit l'ensemble des normes placées au sommet de l'ordre juridique français - auxquelles aucune loi ni traité international ne peut déroger. Ces normes sont celles de la Constitution de 1958, de son préambule, du préambule de la Constitution de 1946, de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 et de la charte de l'environnement, ainsi que les « principes fondamentaux reconnus par les lois de la République » dégagés par le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État et les principes et objectifs reconnus de valeur constitutionnelle par le Conseil constitutionnel.
  • 4. Le CNNum s'abstient de proposer toute sanction alors même qu'il regrette, dans son rapport, que la résolution du Parlement européen adoptée en 2011 en faveur du principe de neutralité « se refus[e] à demander une action législative immédiate ou des sanctions à l'encontre des opérateurs qui restreignent l'accès à Internet de leurs abonnés ».
  • 5. Article 1 de la loi de 1986 :
    « La communication au public par voie électronique est libre.

    L'exercice de cette liberté ne peut être limité que dans la mesure requise, d'une part, par le respect de la dignité de la personne humaine, de la liberté et de la propriété d'autrui, du caractère pluraliste de l'expression des courants de pensée et d'opinion et, d'autre part, par la protection de l'enfance et de l'adolescence, par la sauvegarde de l'ordre public, par les besoins de la défense nationale, par les exigences de service public, par les contraintes techniques inhérentes aux moyens de communication, ainsi que par la nécessité, pour les services audiovisuels, de développer la production audiovisuelle.

    Les services audiovisuels comprennent les services de communication audiovisuelle telle que définie à l'article 2 ainsi que l'ensemble des services mettant à disposition du public ou d'une catégorie de public des œuvres audiovisuelles, cinématographiques ou sonores, quelles que soient les modalités techniques de cette mise à disposition. »

  • 6. Le CNNum reconnaît dans son rapport que « en matière de droit de la communication et de l'expression sur les réseaux numériques[,] la bidirectionnalité intrinsèque diffère radicalement des réseaux de communication analogiques que régule, entre autres, la loi de 1986 sur la liberté de communication ».
  • 7. Paradoxalement, le rapport admet que, quant à la définition du principe de neutralité, « l’objectif à atteindre est toujours clairement décrit comme le contrôle des pratiques de filtrage, de blocage, de censure ou de ralentissement de l’accès à l’information par le public », mais que cet objectif « implique toujours un grand nombre d’exceptions tels quel l’intérêt économique des acteurs, la lutte contre le spam ou le maintien de la qualité du réseau ».

    Pour échapper à cette approche qui, bien qu'ayant « l’avantage de la simplicité,[...] a l’inconvénient d’être pratiquement inopérante », le rapport reconnaît qu'il faut « définir le principe de neutralité de façon positive ». Or, il ne propose aucune mesure pour y parvenir : l'insertion du principe dans la loi de 1986 est l'approche simple et inefficace, et la définition positive aurait été la création d'un cadre nouveau, accompagné de sanctions efficaces.

    Assez étrangement, le CNNum semble inviter le gouvernement à aller plus loin que ce qu'il ne lui propose, et intitule l'un des titres de son rapport « Un cadre juridique nouveau posant un principe fort de neutralité [...] » alors qu'il ne propose, dans son avis, que d'inscrire ce principe dans un cadre juridique ancien et inadaptée.

June 27 2012

L'Arcep se condamne à l'inefficacité sur la Neutralité du Net. Il faut une loi !

Dans le cadre de ses commentaires sur le projet de rapport de l'Arcep relatif à la neutralité du Net, La Quadrature du Net publie aujourd'hui un aperçu des restrictions d'accès au Net imposées par les opérateurs français. Recueillies sur la plate-forme RespectMyNet, ces dernières montrent la banalisation des discriminations (filtrage, blocage, priorisation) des communications, et l'urgente nécessité d'une loi venant protéger Internet des immixtions illégitimes des opérateurs.

La semaine dernière s'achevait une consultation de l'Arcep sur le projet d'un rapport sur la neutralité du Net, qui sera prochainement soumis au Parlement et au gouvernement. Dans ce document, l'Autorité fait le point sur les différents travaux engagés sur ce sujet, et estime avoir entre les mains tous les outils nécessaires pour protéger la neutralité, alors même que l'an dernier, un rapport parlementaire appelait à une loi en la matière.

L'illusoire transparence

De fait, La Quadrature ne partage pas l'optimisme de l'Arcep. Comme rappelé dans les commentaires transmis, l'approche actuelle aux niveaux français et européen est avant tout fondée sur la concurrence entre fournisseurs d'accès Internet, la transparence des restrictions imposées aux abonnés et le recours éventuel à l'imposition d'un niveau de « qualité de service minimum », une notion qui reste floue. Mise en avant depuis 2009 au niveau européen comme une alternative à l'imposition de la neutralité du Net par le législateur, cette approche corrective n'est en aucun cas suffisante, et condamne à des remises en cause durable de l'universalité d'Internet.

En effet, si l'on persiste dans la trajectoire actuelle, les importants effets de réseaux et l'inertie des choix d'infrastructure ou de modèles commerciaux font qu'il sera extrêmement difficile de remédier efficacement aux atteintes à la neutralité. Nous sommes surpris que le régulateur ne prenne pas en compte cette propriété bien connue des outils et réseaux informationnels.

Par ailleurs, le groupe de travail récemment mis en place par le gouvernement et l'Arcep pour mieux définir les obligations de transparence des opérateurs, donne le sentiment d'accorder un blanc-seing aux opérateurs, et paraît trop déconnecté de l'objectif de protection de la neutralité. C'est pourquoi La Quadrature du Net vient de mettre un terme à sa participation à ce groupe de travail.

L'Arcep désarmée

Quant aux 10 propositions de l'Arcep en matière de neutralité Net, elles semblent incapables de produire réellement leurs effets. D'une part parce qu'il manque au régulateur les outils permettant d'enquêter sur les restrictions d'accès et un pouvoir de sanction dissuasif dans ce domaine. Et d'autre part, parce que ces propositions n'ont pas de base juridique suffisamment solide.

Le recours des opérateurs Verizon et AT&T devant le Conseil d'État, visant à faire échec à toute tentative de l'Arcep de collecter des données sur le marché de l'interconnexion, donne un avant goût de ce qui attend cette dernière si elle tente d'appliquer ses propositions sur la neutralité. On notera, au passage, l'ironie cruelle de cette action en justice, menée par des opérateurs défendant justement la sacro-sainte « transparence » comme alternative à toute régulation pro-active !

L'urgence d'une loi sur la neutralité

Or, il y a beaucoup à faire. Les signalement recueillis sur RespectMyNet, présentés en annexe des commentaires de La Quadrature, montrent que les fournisseurs d'accès dominants violent allègrement la neutralité du Net en discriminant les communications de leurs utilisateurs (blocage, filtrage, priorisation des flux...). La situation reste critique. Certains abonnés rapportent même des cas de blocage du réseau d'anonymisation TOR ou d'outils de chiffrement tels que les VPN, des outils pourtant essentiels pour ceux qui souhaitent protéger la confidentialité de leurs communications.

Une loi est donc nécessaire, d'autant que le sujet fait l'objet d'une alliance trans-partisane entre la nouvelle majorité et l'opposition au Parlement, comme l'illustrent le rapport des députées Laure de La Raudière (UMP) et Corinne Erhel (PS) ou la proposition de loi de Christian Paul (PS). La Quadrature appelle donc le gouvernement, et en particulier les ministres Arnaud Moutebourg et Fleur Pellerin, à prendre urgemment des mesures législatives concrètes, pour que la liberté de communication et l'innovation sur Internet soient garanties.

Reposted bycheg00 cheg00

April 30 2012

Une étude appelle les régulateurs européens à libérer les ondes radio

La Commission européenne a publié une étude importante sur le partage de l'accès au spectre radio. Menée par SCF Associates Ltd, elle appelle à une réforme de la politique des communications sans-fil visant à libérer l'accès aux ondes, notamment afin d'ouvrir la voie à la création de réseaux « super WIFI ». Alors que ne cesse de se creuser le retard de l'Union européenne sur les États Unis en la matière, cette étude doit susciter une véritable prise de conscience chez les décideurs publics.

L'occasion manquée de l'Union européenne pour réformer sa politique des fréquences

En début d'année, le législateur européen a échoué à s'engager fermement en faveur de l'ouverture des fréquences à l'occasion de l'adoption d'un programme en matière de politique du spectre radio (ou RSPP, pour Radio Spectrum Policy Programme).

Les choses se présentaient pourtant plutôt bien. Au printemps 2011, le Parlement européen avait adopté d'importants amendements appelant la Commission européenne et les États membres à autoriser la création de réseaux « super WIFI » en ouvrant l'accès à de nouvelles fréquences du spectre radio1, et en particulier aux « espaces blancs » ou fréquences interstitielles (les bandes de fréquences inutilisées par les radio-diffuseurs2).

Ces amendements étaient particulièrement novateurs. De tels accès ouverts aux fréquences radio permettraient en effet à tous, citoyens, communautés, ou entreprises, de mettre en place leurs propres réseaux Internet, et d'envoyer et de recevoir le contenu, les applications ou services de leur choix sans risque d'être ralentis ou bloqués par un opérateur. En plus de protéger la neutralité du Net, l'ouverture des fréquences faciliterait le déploiement à moindre coût des réseaux haut-débit dans les zones rurales ou difficile d'accès, et de réduire ainsi la « fracture numérique ».

Malheureusement, les vieilles habitudes ont la vie dure. Lors des négociations avec le Parlement sur le RSPP, les États membres ont vidé de leur sens ces amendements, refusant tout engagement contraignant en faveur de la libéralisation des ondes radio, et protégeant ainsi le contrôle des opérateurs titulaires de licences sur cette ressource cruciale.

L'étude montre l'urgente nécessité d'un changement de politique

Alors que la Commission européenne s'apprête à adopter une communication sur le « partage de l'accès au spectre radio » cet été, la publication de cette étude rappelle la nécessité de rompre avec l'approche dépassée des politiques actuelles. Elle interpelle les décideurs publics européens au moment même où les États Unis finalisent leur nouveau cadre réglementaire pour l'accès aux espaces blancs.

Selon les auteurs de l'étude, alors même que le trafic Internet sans-fil connaît une forte augmentation, les principes de régulation qui mettent l'accent sur l'évitement des interférences entre utilisateurs conduisent à une importante sous-utilisation du spectre. L'étude montre par exemple que sur Paris, seules 7% des fréquences situées entre 400MHz et 3Ghz sont effectivement utilisées ! Il est donc temps de rompre avec ces postulats dépassés, qui servent à justifier un contrôle accru des utilisateurs et des types d'usages, pour privilégier une approche plus flexible, permettant d'ouvrir l'accès aux fréquences à un bien plus grand nombre d'acteurs et de services.

L'étude met aussi clairement en lumière le fait que plus l'accès aux fréquences est partagé, plus les bénéfices socio-économiques de la politique du spectre sont importants. Rappelant le succès du WIFI, qui supporte aujourd'hui beaucoup plus d'utilisateurs qu'initialement envisagé et auquel les opérateurs mobiles ont de plus en plus recours pour décharger leurs propres réseaux, les auteurs appellent à l'extension de mode d'accès « non-soumis à licence » à de nouvelles bandes de fréquences. Ils proposent ainsi que 100MHz de fréquences soient ouverts à de nouveaux accès non-soumis à licence, et que 400MHz soient ouverts à des accès partagés entre un plus grand nombre d’utilisateurs et de services au lieu d'être alloués selon un modèle d'exclusivité3. Tout comme le Parlement européen, l'étude appelle également à la mise en place rapide d'un cadre adéquat pour l'utilisation des espaces blancs et pour le développement de technologies de radio cognitive, qui permettent la coexistence de plusieurs utilisateurs sur la même fréquence radio. Il est grand temps que les décideurs européens et français se saisissent du dossier.

« L'Union européenne ne peut plus feindre d'ignorer l'urgente nécessité d'une réforme ambitieuse des politiques du spectre. L'approche actuelle, qui s'appuie largement sur les licences exclusives, n'est pas efficiente et est totalement incapable d'absorber la croissance du trafic de données. S'en tenir au statu quo reviendrait à signer un chèque en blanc aux opérateurs mobiles pour leur permettre de mettre en œuvre des restrictions d'accès au Net, et donc de violer la neutralité du Net au prétexte de lutter contre la congestion. L'Union européenne doit agir rapidement pour libérer l'accès aux fréquences afin que citoyens et entrepreneurs puissent construire à moindre coût des réseaux qui répondent à leurs besoins et ainsi déployer des services innovants. À l'occasion de ses travaux sur le spectre, la Commission européenne doit afficher un soutien clair à l'ouverture des fréquences en rappelant leur potentiel pour lutter contre la fracture numérique et lancer une nouvelle vague d'innovation dans les communications sans-fil », déclare Félix Tréguer, chargé de mission à La Quadrature du Net.

Télécharger l'étude.

March 20 2012

Pour une politique des fréquences au service de l'innovation et de la démocratie

En dehors des accès WiFi, l'Internet sans-fil que nous vendent les opérateurs télécoms est un Internet truffé de restrictions d'accès, de bridages et de blocages en tous genres, qui portent atteinte au principe fondamental de neutralité du réseau1 et restreignent notre liberté de communication. Cet Internet sans-fil auquel nous accédons n'est qu'un ersatz d'Internet, géré par quelques opérateurs télécoms suffisamment puissants pour récolter les licences accordées par les pouvoirs publics, qui eux-mêmes exercent un monopole sur la ressource publique qu'est le spectre hertzien (c'est-à-dire les ondes radio)2.

Le 17 janvier dernier, l'Arcep délivrait aux opérateurs télécoms dominants les autorisations d'utilisation de la plus belle partie du « dividende numérique » permis par le passage à la TNT3 : les fréquences « en or », qui offrent un rapport particulièrement intéressant entre la propagation des ondes et la bande passante disponible, et donc une couverture maximale à moindre coût. Orange, SFR, Bouygues se sont ainsi vus accorder des blocs de fréquences dans la bande 800 MHz en vue du déploiement de leurs réseaux 4G.

Les pouvoirs publics se sont félicités de cette opération : les recettes perçues par l'État en échange de ces attributions s'élèvent à 2,6 milliards d'euros, qui viendront s'ajouter aux 936 millions déjà engrangés à l'occasion de la première série d'attributions de fréquences 4G dans la bande des 2,6 Ghz, en octobre dernier.

L'ouverture des fréquences : un sujet tabou ?

Ces manœuvres d'apparence technique se déroulent sans que personne ou presque ne remette en cause le bien fondé de cette logique de valorisation patrimoniale qui dicte l'attribution de cette ressource publique.

Certes, la 4G peut permettre de développer des réseaux très haut débit et amener l'Internet sans fil dans des territoires encore mal desservis, grâce aux engagements pris par les opérateurs. Certes, l'attribution de ces licences pourrait engendrer un nouveau cycle d'investissement permettant de réduire la congestion des réseaux sans-fil, et les opérateurs ne pourraient alors plus invoquer cette excuse pour justifier les restrictions d'accès endémiques qui gangrènent l'Internet mobile et violent la neutralité des réseaux. Et pourtant...

Faute d'un débat ouvert sur la politique du spectre radio en France et en Europe, nous nous privons d'autres options politiques, plus porteuses encore pour l'innovation et la compétitivité de notre économie, pour la démocratisation de nos réseaux de communication, pour l'intérêt général.

Quelles sont ces options ? L'élargissement d'une politique initiée il y a 30 ans avec les radios amateurs et relancée à la fin des années 1990 avec le lancement du WiFi, en autorisant l'accès libre – c'est-à-dire non soumis à l'octroi préalable d'une licence – à de nouvelles parties du spectre. Certaines fréquences sont particulièrement prometteuses pour élargir ces politiques : les « fréquences en or » issues du dividende numérique, celles attribuées aux opérateurs WiMax (dont nombre font l'objet d'une mise en demeure de l'Arcep pour manquement à leurs obligations), ou encore les fréquences situées dans les « espaces blancs » (ces fréquences attribuées aux chaînes de télévision mais laissées vacantes afin de créer des zones tampons évitant les interférences entre les émissions des différentes chaînes).

Un potentiel encore insoupçonné

Plutôt qu'un mode centralisé d'administration des fréquences hertziennes, où l'on accorde à une seule entité la possibilité de développer des réseaux, le modèle d'accès ouvert décentralise l'infrastructure des communications sans-fil. De là, chacun peut construire un réseau moyennant le respect de certaines normes techniques, notamment grâce aux petits émetteurs radio (femotocells ou picocells, dont le prix ne cesse de baisser), ainsi qu'aux technologies de réseaux maillés – où chaque récepteur radio est aussi émetteur et constitue un nœud du réseau.

Une fois l'accès aux fréquences ainsi ouvert, un grand nombre d'applications deviennent possibles, dont bon nombre sont encore insoupçonnées. Au niveau local, les fournisseurs d'accès associatifs et autres citoyens passionnés qui œuvrent pour un accès élargi à Internet, telles que Tetaneutral ou Sames Wireless, pourraient utiliser de nouvelles parties du spectre pour construire à moindre coût des réseaux de plus grande échelle, reliant un village isolé au reste de l'Internet, ou déployant un réseau sans-fil très haut débit à l'échelle d'une ville entière.

Au-delà des télécoms, dans le domaine de l'e-santé, de la logistique, de la fourniture d'énergie, de nombreux secteurs bénéficieraient également d'un accès ouvert aux fréquences pour innover et développer de nouveaux services. Yochai Benkler, professeur à Harvard, rappelle ainsi dans une étude récente qu'aux États-Unis, lorsqu'elles ont le choix, seule une minorité des entreprises de ces secteurs optent pour un accès sous licence pour leurs différentes applications, le plus souvent en s'octroyant les services d'un des opérateurs télécoms dominants, tels que l'opérateur historique AT&T. De quoi relativiser fortement les arguments qui voient dans un mode d'administration centralisé du spectre la garantie de la qualité de service. Même dans le secteur télécom, les opérateurs titulaires des licences ont eux-mêmes recours au WiFi pour décharger leurs réseaux saturés. D'après certaines estimations, d'ici à 2015, l'« offloading » (« déchargement » des réseaux 3G et 4G vers les réseaux WiFi) atteindra 30% du trafic « data » des opérateurs !

Un rendez-vous manqué pour l'Europe

Comme le suggèrent ces chiffres, les États-Unis sont en train de prendre une longueur d'avance sur l'Europe en matière de communications sans-fil, alors que la FCC s'apprête à parachever le cadre de régulation technique et juridique pour autoriser des accès libres aux espaces blancs et que le Congrès vient d'adopter une loi sanctuarisant ces politiques.

Au printemps 2011, le Parlement européen a bien tenté d’enclencher le mouvement, à l'occasion du débat sur le programme politique européen en matière de gestion du spectre. Les eurodéputés ont ainsi appelé la Commission européenne et les États-membres à œuvrer pour l'ouverture des fréquences. Malheureusement, les gouvernements des États membres, réunis au sein du Conseil de l'Union européenne, ont invoqué la défense de leurs prérogatives nationales dans ce domaine pour opposer une fin de non recevoir aux demandes du Parlement. Bien que les eurodéputés aient obtenu un engagement symbolique de la part du Conseil, aucune disposition contraignante n'a finalement été retenue.

Par conservatisme, les gouvernements européens, et notamment le gouvernement français, se refusent à débattre sérieusement de l'ouverture des fréquences. Aucune trace d'un tel débat dans le rapport de la Commission pour le dividende numérique, chargée en 2007 de proposer des orientations en matière de politique du spectre en France. Tout juste une courte référence aux espaces blancs dans le rapport « France numérique 2012 », présenté en 2008. Le rapport prenait acte du leadership américain dans ce domaine et affirmait :

Ces espaces blancs ou “white spaces” permettraient à une nouvelle génération de terminaux connectés de voir le jour et ainsi contribuer à la diversification des offres et services. La France pourrait devenir l’un des pays moteurs en Europe pour l’utilisation harmonisée des espaces blancs, et créer, à l’instar du dividende numérique, un vrai projet industriel au niveau européen.

Pour donner corps à ces bonnes résolutions, le rapport annonçait que l'Agence nationale des fréquences remettrait ses conclusions pour le 1er janvier 2009 sur l’utilisation de ces « espaces blancs » pour le très haut débit, en lien avec l'Arcep… Des conclusions que l'on attend toujours.

Le spectre radio, un bien commun à réhabiliter

L'attribution récente des fréquences en or, avec plus de 3,5 milliards d'euros de recettes escomptées, est évidemment présentée par les pouvoirs publics comme une opération réussie : l'État met ainsi la main sur une manne financière importante, en particulier en ces temps de disette budgétaire, et le secteur privé peut amorcer le déploiement de nouveaux réseaux sans-fil censés permettre la diversification des services et une meilleure couverture du territoire.

Pourtant, le principe même de l'attribution centralisée des fréquences repose sur des postulats et considérations archaïques, qui interdisent des politiques ambitieuses. Pourquoi ne pas, par exemple, conditionner l'octroi de ces fréquences à un engagement fort en matière de tarif social ou de respect de la neutralité du Net ? Et surtout, pourquoi ne pas accepter qu'au moins une partie de ces fréquences puisse faire l'objet d'un accès non soumis à licence ? Évidemment, les lobbies des opérateurs s'y opposent, souhaitant maintenir leur mainmise sur le secteur de l'accès à l'Internet sans-fil. Et il semble qu'ils soient entendus, puisque le gouvernement a fait le choix du statut quo, compromettant ainsi une politique de long terme plus porteuse pour l'innovation, le développement économique et la démocratisation de nos réseaux de communication.

Dans l'audiovisuel comme dans les télécoms4, la réalité de la politique du spectre actuelle est celle d'une ressource publique largement mise à disposition d'acteurs privés, souvent sans que l'intérêt général n'ait été réellement pris en compte. Face au potentiel de réduction de la fracture numérique, face au potentiel d'innovation et de gains de compétitivité que laisse entrevoir l'ouverture de l'accès aux fréquences, l'État semble à nouveau enfermé dans une logique de régulation qui favorise les acteurs industriels les mieux établis. Il est grand temps d'ouvrir sérieusement ce débat sur la politique des fréquences, afin de rééquilibrer nos politiques du spectre en faveur d'un accès partagé et citoyen à cette ressource essentielle pour nos sociétés en réseau.

  • 1. La neutralité du Net ou la neutralité du réseau est un principe qui garantit l'égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet. Ce principe exclut ainsi toute discrimination à l'égard de la source, de la destination ou du contenu de l'information transmise sur le réseau. http://fr.wikipedia.org/wiki/Neutralit%C3%A9_des_r%C3%A9seaux
  • 2. Une onde radio est classée en fonction de sa fréquence exprimée en Hz ou cycles par seconde; l'ensemble de ces fréquences constitue le spectre radiofréquence. https://fr.wikipedia.org/wiki/Onde_radio#Spectre_radiofr.C3.A9quence
  • 3. Le dividende numérique est l'ensemble des fréquences libérées suite au passage à la télévision numérique terrestre et à l'arrêt de la télévision analogique. http://fr.wikipedia.org/wiki/Dividende_num%C3%A9rique
  • 4. En matière audiovisuelle également, on est en droit de se demander s'il est bien raisonnable que le CSA se lance dans l'attribution de fréquences à 6 nouvelles chaînes TNT en haute définition, alors même qu'on observe une concentration rampante du secteur. De même, nous assistons à des comportements spéculatifs de certains groupes, à l'image de Bolloré qui s'apprête à engranger d'importantes plus-values financières en revendant à Canal + une partie de ses chaînes Direct 8 et Direct Star, chaînes qui n'ont pu se développer que grâce à l'octroi gracieux de fréquences par l'État.

January 20 2012

October 20 2011

02mydafsoup-01
Video: Datenspuren 2011 - Vortrag über den Bundestrojaner

Constanze Kurz und Frank Rieger vom CCC erklären technische Details zum Staatstrojaner "0zapftis" und üben heftige Kritik an den Reaktionen der Politik.

Reposted byra-tm-an ra-tm-an

October 03 2011

02mydafsoup-01

The Shock of Victory by David Graeber | theanarchistlibrary.org 2007


The biggest problem facing direct action movements is that we don’t know how to handle victory.

This might seem an odd thing to say because of a lot of us haven’t been feeling particularly victorious of late. Most anarchists today feel the global justice movement was kind of a blip: inspiring, certainly, while it lasted, but not a movement that succeeded either in putting down lasting organizational roots or transforming the contours of power in the world. The anti-war movement was even more frustrating, since anarchists and anarchist tactics were largely marginalized. The war will end, of course, but that’s just because wars always do. No one is feeling they contributed much to it.

I want to suggest an alternative interpretation. Let me lay out three initial propositions here:

  1. Odd though it may seem, the ruling classes live in fear of us. They appear to still be haunted by the possibility that, if average Americans really get wind of what they’re up to, they might all end up hanging from trees. It know it seems implausible but it’s hard to come up with any other explanation for the way they go into panic mode the moment there is any sign of mass mobilization, and especially mass direct action, and usually try to distract attention by starting some kind of war.

  2. In a way this panic is justified. Mass direct action — especially when organized on democratic lines — is incredibly effective. Over the last thirty years in America, there have been only two instances of mass action of this sort: the anti-nuclear movement in the late ‘70s, and the so called “anti-globalization” movement from roughly 1999-2001. In each case, the movement’s main political goals were reached far more quickly than almost anyone involved imagined possible.

  3. The real problem such movements face is that they always get taken by surprise by the speed of their initial success. We are never prepared for victory. It throws us into confusion. We start fighting each other. The ratcheting of repression and appeals to nationalism that inevitably accompanies some new round of war mobilization then plays into the hands of authoritarians on every side of the political spectrum. As a result, by the time the full impact of our initial victory becomes clear, we’re usually too busy feeling like failures to even notice it.

Let me take the two most prominent examples case by case:

[...]

-------------------------

oAnth:

this entry is part of the OccupyWallStreet compilation 2011-09/10, here.

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl