Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

August 26 2013

Snipers fire at UN convoy traveling to Syria chemical attack site

Snipers fire at UN convoy traveling to Syria chemical attack site
http://english.al-akhbar.com/content/un-begins-probe-damascus-chemical-attack

Snipers shot at United Nations experts Monday forcing them to pull back from an attempt to investigate a chemical weapons attack near Damascus, a spokesman said.

No injuries were reported when the first vehicle in a UN convoy was hit as it headed for Ghouta, east of the Syrian capital, but the team had to head back toward their base, said UN spokesman Martin Nesirky.

“The first vehicle of the chemical weapons investigation team was deliberately shot at multiple times by unidentified snipers in the buffer zone area,” Nesirky said.

“As the car was no longer serviceable, the team returned safely back to the government checkpoint,” he added.

“The team will return to the area after replacing the vehicle.”

The UN spokesman gave no other details on the venue of the sniper attack or from where the shooting came from.

August 25 2013

Syria lets U.N. inspect gas attack site, Washington says too late | Reuters

Syria lets U.N. inspect gas attack site, Washington says too late | Reuters
http://www.reuters.com/article/2013/08/25/us-syria-crisis-idUSBRE97K0EL20130825

(Reuters) - Syria agreed on Sunday to let the United Nations inspect the site of a suspected chemical weapons attack, but a U.S. official said such an offer was “too late to be credible” and Washington was all but certain the government had gassed its own people.

The U.S. remarks appeared to signal that a military response was more likely. A senior senator said he believed President Barack Obama would ask for authorization to use force when Congress returns from recess next month.

Syria, Assad, and the History of Chemical Weapons : The New Yorker

Syria, Assad, and the History of Chemical Weapons : The New Yorker
http://www.newyorker.com/online/blogs/newsdesk/2013/08/syria-assad-and-the-history-of-chemical-weapons.html

Un bon rappel,

One of the first tweets I saw about the news said that Syria now had its “Halabja”—a reference to the chemical-weapons attack on the insurgent Kurdish town of Halabja by Saddam Hussein’s military in 1988, which killed as many as five thousand civilians. At the time, Saddam was a tacit ally of the West, fighting a gruesomely bloody conflict against neighboring Iran, in an earlier version of the lethal Sunni-Shiite split which has now made Syria its central battleground. Saddam initially denied responsibility for Halabja, although it later emerged that his cousin Ali Hassan al-Majid—or, as his enemies knew him, “Chemical Ali”—had carried it out, just as he had many other chemical attacks in the war from 1980 to 1988, in which as many as a million Iranians and Iraqis died. The reaction of the Reagan Administration, which had been providing Saddam’s military with information of the Iranian troop concentrations from AWACS surveillance in order to assist his missile-targeting against them, was initially to side with Saddam by suggesting that Iran had also used chemical weapons in the fighting. It was a shameful attempt at disinformation. Before long, when the facts of the attack became obvious, the U.S. position was amended.

The Halabja episode is an example of the nettlesome moral politics that arise whenever there are allegations of chemical-weapons use.

Voir aussi http://seenthis.net/messages/142500

Reposted byiranelection iranelection

New-York - Moscou *“““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““* Armes chimiques :…

New-York - Moscou
“““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

Armes chimiques : l’ONU commencera à enquêter lundi en Syrie
http://www.romandie.com/news/n/_Armes_chimiques_l_ONU_commencera_a_enqueter_lundi_en_Syrie_88250820131646

NEW YORK (New York) - Les experts de l’ONU se préparent à commencer dès lundi leur enquête sur place sur les allégations d’usage d’armes chimiques près de Damas, à la suite du feu vert donné par le gouvernement syrien, ont annoncé les Nations unies dimanche.

La mission se prépare à mener des activités d’enquête sur place, à compter du lundi 26 août, précise le communiqué de l’ONU.

Le gouvernement syrien avait annoncé auparavant qu’il donnait son feu vert à cette enquête avec effet immédiat.

Dans la foulée, un responsable américain a qualifié de pas crédible l’accès proposé par Damas aux inspecteurs.

Selon le communiqué de l’ONU, le secrétaire général Ban Ki-moon a donné instruction à la mission conduite par le Dr (Aake) Sellström, qui se trouve actuellement à Damas, de concentrer son attention sur la détermination des faits concernant l’incident du 21 août avec une priorité absolue.
(...)
M. Ban note que le gouvernement syrien affirme qu’il fournira la coopération nécessaire y compris le respect de la cessation des hostilités aux endroits relatifs à l’incident du 21 août, ajoute le texte.

(©AFP / 25 août 2013 16h44)

“““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

Moscou appelle l’opposition syrienne à permettre à la mission de l’ONU d’enquêter en toute sécurité
http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Moscou_appelle_l_opposition_syrienne_a_permettre_a_la_mission_de

MOSCOU - La Russie a appelé dimanche l’opposition syrienne à permettre aux inspecteurs de l’ONU d’enquêter en toute sécurité sur les allégations d’usage d’armes chimiques près de Damas.

Il est important que l’opposition armée, qui contrôle une partie de la Ghouta orientale, instaure les conditions nécessaires pour un travail en toute sécurité de la mission des experts et ne se livre pas à des provocations armées contre eux, comme ce fut le cas avec la mission des observateurs de l’ONU l’été dernier, a déclaré le porte-parole de la diplomatie russe dans un communiqué, appelant ceux qui ont une influence sur les rebelles à faire pression sur eux.

(©AFP / 25 août 2013 16h35)

August 24 2013

ETATS-UNIS / SYRIE: Syrie: l'exemple du Kosovo pour justifier une intervention militaire américaine

Des conseillers de Barack Obama cités par le New York Times évoquent l'étude du cas Kosovar. L'intervention militaire de 1999 par l'Otan contre les forces de Slobodan Milosevic est un cas d'école : c'est la première fois que l'on s'est passé d'un accord au Conseil de sécurité. Malgré des similitudes, la crise qui frappe la Syrie se déroule pourtant dans un contexte diplomatique et international très différent.
Les destroyers américains déployés en Méditerranée sont armés de missiles Tomahawk, capables d'atteindre le sol syrien avant le lancement d'une éventuelle opération aérienne.
US Navy
Standard
Reposted fromsigalonfrance sigalonfrance

De la banlieue au Nord, la même main destructrice... | Scarlett Haddad

De la banlieue au Nord, la même main destructrice... | Scarlett Haddad
http://www.lorientlejour.com/article/829442/de-la-banlieue-au-nord-la-meme-main-destructrice.html

La source du 8 Mars affirme, dans ce même contexte, que la théorie du 14 Mars après l’attentat de Roueiss selon laquelle il s’agit d’un moyen de pression sur le Hezbollah pour le pousser à retirer ses troupes de Syrie est aussi tombée, puisque la violence aveugle a frappé hier les fidèles sunnites à la sortie de la mosquée dans une volonté évidente de les pousser à s’en prendre aux chiites ou aux alaouites de Baal Mohsen. Le plan est donc clair, selon la source du 8 Mars, et il faut avoir le courage de le dénoncer en se plaçant au-dessus des considérations purement confessionnelles. C’est dans ce sens que Nasrallah avait invité les différents protagonistes à ne pas assurer de couverture politique ni d’environnement social favorable aux takfiristes, qui seraient donc, selon la source du 8 Mars, derrière le double attentat d’hier.
 
Cette thèse n’est pas partagée par certains courants de Tripoli, notamment par Daiya Chahhal, qui a refusé de porter une accusation contre les takfiristes, se demandant même comment ils pourraient se faire sauter eux-mêmes, dans une allusion au fait que la première charge a explosé devant la mosquée al-Taqwa dont l’imam est le cheikh salafiste Salem Rafei connu pour ses positions hostiles au régime syrien. Cheikh Chahhal n’a donc pas lancé d’accusations précises, mais il a repris la théorie de la communauté sunnite (Ahl al-Sounna) prise pour cible... 
 
Ce qui signifie que le sang qui coule dans la banlieue sud de Beyrouth et à Tripoli ne parvient pas à unifier les Libanais qui sont pourtant à bord du même bateau en train de se noyer. La solution pour éviter le naufrage ? La source du 8 Mars pense que même avec la plus grande fermeté et vigilance du monde, l’armée et les services de sécurité ne peuvent pas totalement enrayer le terrorisme s’ils ne sont pas soutenus par une initiative politique. Le sauvetage passe donc forcément par la formation d’un gouvernement rassembleur qui regrouperait toutes les parties, pour leur permettre de s’entendre sur les questions vitales, en laissant de côté les dossiers conflictuels liés à la crise syrienne. Mais comment y arriver avec le refus du 14 Mars de la participation du Hezbollah au gouvernement ?

Le Liban tremble sous les secousses du conflit syrien - Libération

Le Liban tremble sous les secousses du conflit syrien - Libération
http://www.liberation.fr/monde/2013/08/23/le-liban-tremble-sous-les-secousses-du-conflit-syrien_926730
Au lendemain de l’attentat de tripoli, Jean-Pierre Perrin dans Libération développe une analyse exactement symétrique de celle citée par Scarlett Haddad dans l’OJ (cf.http://seenthis.net/messages/167411 @nidal ), qui est également celle du Hezbollah (http://seenthis.net/messages/167384 @nidal itou), sauf que l’on retrouve, en grand manitou de la violence interconfessionnelle, la Syrie de Bachar en lieu et place de Bandar.

La colère a ensuite saisi une partie des habitants des quartiers touchés, qui ont accusé le régime syrien et le Hezbollah d’être derrière la double attaque. « Nous sommes au début d’une tempête, nous devons en être conscients et essayer de protéger la nation. Cette tempête est devenue un immense et grave danger », a déclaré de son côté Ashraf Rifi, l’ancien chef des Forces de sécurité libanaises (FSI, l’équivalent de la gendarmerie), dont la maison à Tripoli a été ravagée par le second attentat.

Si la double explosion permet de détourner l’attention internationale, elle apparaît aussi comme « une réponse du berger à la bergère », pour reprendre l’expression d’un politologue franco-libanais, étant survenue huit jours après l’attentat de Roueiss, dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah. Le lendemain, le chef suprême du parti de Dieu, Hassan Nasrallah, avait accusé les partis sunnites radicaux d’être impliqués et s’était déclaré prêt à aller combattre personnellement en Syrie les extrémistes musulmans. L’attentat apparaît dès lors comme une riposte. Une sorte d’équilibre par la terreur.

Haine. Mais rien n’est jamais simple à Tripoli. Selon une source sécuritaire libanaise, le périmètre de Roueiss, où la voiture piégée a explosé, était au cœur de la forteresse ultrasécurisée du Hezbollah, le complexe Sayyed al-Chouhada, l’endroit même où Nasrallah a prononcé la plupart de ses discours. Et quand on sait à quel point la sécurité est obsessionnelle pour le Hezbollah, confronté à des menaces israéliennes permanentes, et les mesures draconiennes qu’il prend, on se demande comment les groupuscules sunnites jihadistes qui, au Liban, ne représentent une force ni organisée ni importante, ont pu mener à bien une opération aussi complexe. D’où l’hypothèse que l’attentat, revendiqué par un groupe sunnite inconnu, les Brigades d’Aicha, a pu être commandité par Damas, même s’il a frappé le fief de son allié. La raison : aggraver la haine entre sunnites (largement acquis à la rébellion syrienne) et chiites (favorables au régime alaouite, une secte issue du chiisme), et faire déborder ainsi la guerre syrienne au Liban. C’est un des objectifs déclarés d’Al-Assad, et il l’a plusieurs fois répété. C’est donc la stratégie du pire que le régime syrien entend développer au pays du Cèdre. La crainte concerne à présent le secteur chrétien du Liban qui pourrait être à son tour frappé par des attentats. Pour précipiter encore un peu plus le pays dans la guerre.

#Tripoli
#Liban
#Syrie
#terrorisme

August 23 2013

Ce qu'écrivait Scarlett Haddad il y a quinze jours : _Deux mois difficiles en Syrie... et au Liban_

Ce qu’écrivait Scarlett Haddad il y a quinze jours : Deux mois difficiles en Syrie... et au Liban
http://www.lorientlejour.com/article/827206/deux-mois-difficiles-en-syrie-et-au-liban.html

La source diplomatique du Brics estime ainsi que face à l’échec de sa tentative de rallier la Russie et l’Europe à son projet, le puissant émir Bandar aurait décidé de lancer une offensive déterminante en Syrie contre les forces du régime et il aurait annoncé que des résultats significatifs seraient visibles sur le terrain au cours des prochains mois. Il aurait donc décidé de créer un nouvel équilibre des forces sur le terrain en Syrie, en faveur de l’opposition, pour contraindre la Russie et ses alliés à sacrifier Assad dans le cadre de nouvelles négociations internationales. En même temps, l’émir Bandar souhaite mettre en difficulté l’Irak et le Hezbollah qui sont en train d’aider le régime d’Assad. D’où ses instructions aux parties libanaises avec lesquelles il est en contact pour les pousser à refuser tout gouvernement dans lequel participerait le Hezbollah, qui accorderait le tiers de blocage au 8 Mars et à ses alliés, et qui adopterait dans sa déclaration ministérielle la fameuse formule « armée-peuple-résistance ». Même si cela devait retarder la formation d’un nouveau gouvernement, favoriser la multiplication des incidents sécuritaires ou encore pousser vers la formation d’un gouvernement de fait accompli, qui constituerait un nouveau défi et une nouvelle source de problèmes pour le Liban.

Syria: Photos of Chemical Weapons

On Brown Moses Blog more evidence illustrating what is believed to be the devices which have been used in the “Chemical Weapons attack” on 21/08/2013 in Damascus suburbs, Syria, has emerged. The blog claims that they are similar to those previously recorded in the conflict and reportedly launched by government forces in Daraya, Adra, and Khalidiya.

Photograph of the munition taken in Ein Tarma 21th Aug 2013. Source: ‎EinTarma Coordinating‎'s FaceBook Page

Reposted bycheg00 cheg00

Syrie : nous pensons que c'est une attaque chimique du régime Assad

Syrie : nous pensons que c’est une attaque chimique du régime Assad
http://www.romandie.com/news/n/_Syrie__nous_pensons_que_c_est_une_attaque_chimique_du_regime_Assad__RP_23

LONDRES (Angleterre) - Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a déclaré vendredi, dans une allocution télévisée, que, selon Londres, les bombardements près de Damas mercredi avaient été une attaque chimique du régime Assad.

Nous pensons que c’est une attaque chimique du régime d’Assad de grande ampleur, mais nous voulons que les Nations unies puissent l’établir, a déclaré le chef de la diplomatie britannique dans une intervention diffusée sur Sky News et la BBC.
(...)
Il a rejeté toute hypothèse suggérant que l’attaque aurait pu être truquée par les rebelles syriens pour faire accuser à tort le régime d’Assad.
(...)
Notre priorité en ce moment est de nous assurer que l’équipe des Nations unies peut enquêter sur le terrain pour établir les faits, a également dit M. Hague.

Elle n’a pas encore été en mesure d’y aller et il semble que le régime d’Assad ait quelque chose à cacher. Pour quelle autre raison n’a-t-il pas autorisé l’équipe onusienne à se rendre sur place, s’est-il interrogé.
(...)
Une offensive a eu lieu mercredi dans la Ghouta orientale et à Mouadamiyat al-Cham, des secteurs à la périphérie de Damas aux mains des rebelles, qui a fait un nombre de victimes encore indéterminé.

“““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
Syrie/attaque chimique : l’opposition entrave l’enquête (Moscou)
http://fr.rian.ru/world/20130823/199093284.html

MOSCOU, 23 août - RIA Novosti
L’opposition syrienne ne se montre pas disposée à garantir la sécurité des experts de l’ONU, ce qui entrave le lancement d’une enquête sur l’utilisation présumée d’armes chimique dans le pays, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

« L’opposition refuse de donner des signaux si nécessaires aujourd’hui, y compris en ce qui concerne sa disposition à assurer la sécurité et le travail efficace des experts onusiens », lit-on dans la déclaration du porte-parole mise en ligne sur le site de la diplomatie russe.

Ce comportement « empêche de lancer une enquête objective sur les affirmations faisant état de l’usage présumé d’armes chimiques en Syrie », a indiqué M. Loukachevitch, ajoutant qu’il s’agissait d’une « enquête réclamée par différents pays, y compris par la Russie ».

August 22 2013

Selon le Figaro, des « commandos israéliens » en Syrie, ainsi que des « hommes de la CIA ». _Syrie :…

Selon le Figaro, des « commandos israéliens » en Syrie, ainsi que des « hommes de la CIA ». Syrie : l’opération anti-Assad a commencé
http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/22/01003-20130822ARTFIG00438-syrie-l-operation-anti-assad-a-commence.php

Selon les informations recueillies par Le Figaro, les premiers contingents syriens formés à la guérilla par les Américains en Jordanie seraient entrés en action depuis la mi-août dans le sud de la Syrie, dans la région de Deraa. Un premier groupe de 300 hommes, sans doute épaulés par des commandos israéliens et jordaniens, ainsi que par des hommes de la CIA, aurait franchi la frontière le 17 août. Un second les aurait rejoints le 19. Selon des sources militaires, les Américains, qui ne veulent ni mettre de soldats sur le sol ­syrien, ni armer des rebelles en partie contrôlés par les islamistes radicaux, forment discrètement depuis plusieurs mois, dans un camp d’entraînement installé à la frontière jordano-syrienne, des combattants de l’ASL, l’Armée syrienne libre, triés sur le volet.

(Évidemment, via Angry Arab.)

August 19 2013

As Islamist rebels rise in Syria, liberal activists take a step back

As Islamist rebels rise in Syria, liberal activists take a step back
http://www.washingtonpost.com/world/as-islamist-rebels-rise-in-syria-liberal-activists-take-a-step-back/2013/08/17/fa95d2e2-043a-11e3-bfc5-406b928603b2_story.html

As the war has progressed, many of the young liberals who organized protests and beamed their images to the world as the winds of change first reached Syrian soil more than two years ago complain that they have been marginalized. They now have to fight on two fronts, they say — not just against the government, but also against extremist Islamist rebel groups, which, despite their supposedly shared aims, are increasingly targeting secular activists.

August 17 2013

Tel Aviv : “Axis of Evil” Cannot Be Allowed to Win in Syria

Tel Aviv: “Axis of Evil” Cannot Be Allowed to Win in Syria
http://english.al-akhbar.com/content/tel-aviv-%E2%80%9Caxis-evil%E2%80%9D-cannot-be-allowed-win-syria

Tel Aviv is increasingly worried about the developments taking place in Syria. They want the West to be more involved, particularly as Washington seems less certain about how far it should go in supporting the opposition there.

This prompted Israel’s minister of war Moshe Yaalon to make his concerns known to his visitor from Washington, chairman of the Joint Chiefs of Staff Martin Dempsey, for all the media to hear: “The axis of evil, which extends from Tehran to Damascus and Beirut, cannot be allowed to win in the ongoing war in Syria.”

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl