Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

October 04 2011

Ainsi vivent les Cubains

La population cubaine savait que M. Fidel Castro avait cédé la présidence du pays à son frère Raúl. Le 22 mars, elle a découvert qu'il lui avait également confié la direction du Parti communiste depuis... cinq ans. Le cadet aborde ainsi le 6e congrès du parti, prévu à la fin d'avril, en situation d'imposer son « pragmatisme » économique.

- 2011/04 / Capitalisme, Communisme, Économie, Finance, Idéologie, Monnaie, Mutation, Cuba, Socialisme, Commerce, reportage, 2011/04 - Cuba

Les forces armées, laboratoire du changement

Comme la veille, l'avant-veille et le jour précédent, le journaliste décroche son téléphone : « C'est au sujet de ma demande d'entretien avec un représentant des forces armées... » La réponse ne varie pas : « Oui, j'ai bien noté, mais je crois que cela va être difficile. » Discrète, l'armée n'en est pas moins omniprésente à Cuba. Et pas uniquement depuis l'arrivée au pouvoir de celui qui fut ministre de la défense de 1959 à 2006, le général Raúl Castro.

Jusqu'au début des années 1990, Cuba avait compté sur l'Union soviétique pour ses équipements militaires. Soudain, l'armée doit s'autofinancer. Pour y parvenir, elle diversifie ses activités : gestion d'hôtels, tourisme, industrie, construction, immobilier, banque et services financiers, chaînes de boutiques en devises, production de cigares, location de voitures…

Affaiblie militairement — les effectifs, d'environ trois cent mille soldats au début des années 1960, ont plongé à environ quarante-cinq mille au début des années 2000 (1) —, l'armée déploie en revanche son influence sur les plans politique et économique. M. Raúl Castro a remplacé la quasi-totalité des ministres nommés par son frère aîné, leur préférant souvent d'anciens officiers ou des militaires détachés. Attentive à la politique extérieure, l'armée craint avant tout qu'un rapprochement politique avec le Venezuela ne conduise à une situation de dépendance, comme à l'époque de l'Union soviétique. Foin d'idéologie, il s'agit de multiplier les partenaires : Brésil, Chine ou Russie.

Même si aucun chiffre officiel n'est disponible, le ministère de la défense (Minfar) contrôlerait plus ou moins directement 50 % de l'économie cubaine. Sans hésiter à puiser dans les techniques du management moderne des grandes entreprises occidentales, le Minfar a mis au point son propre modèle de gestion — le perfeccionamiento empresarial ou optimisation d'entreprise — d'une redoutable efficacité.

Célébrées par The Economist comme les « pionnières du capitalisme cubain (2) », les forces armées se présentent comme un laboratoire pour la « modernisation » de la société. Le 29 janvier 2011, un éditorial de Granma dénonce une fois de plus la bureaucratie. Mais, précise-t-il, le remède existe : « Pour notre plus grande chance, à nous Cubains, nos forces armées ont su trouver un antidote contre ce mal que nous n'avons pas réussi à extirper de la société. »


(1) « Paymaster generals », The Economist, Londres, 13 décembre 2001.

(2) « Fading away », The Economist, 3 août 2006.

Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl