Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

Facetia , motto , Geschwenck … le développement de la facétie en France ne peut être envisagé sans ces parents européens dont souvent elle s’inspire, et au contact desquels elle se cherche, s’élabore. Parmi les pratiques de traduction et d’adaptation qui assurent ces échanges à la Renaissance, la traduction du mot d’esprit est un observatoire privilégié pour le développement et la codification du genre en Europe. Traduire le bon mot d’un texte latin, italien ou allemand, ce défi bien connu des traducteurs et des traductologues, confronte le conteur de la Renaissance à l’inadéquation irréductible de deux langues, parfois de deux cultures, et le conduit à proposer les solutions les plus diverses: trouvaille linguistique, mot à mot, mais aussi, en vertu du statut particulier de la translation à la Renaissance, réécriture radicale ou omission concertée. Dans leur diversité et leur inventivité, les solutions de traduction élaborées offrent alors une réflexion implicite sur les codes de la facétie, tout en révélant les fondements culturels des formes littéraires du rire.À l’articulation de la traductologie et de l’histoire littéraire, le colloque international qui se déroulera à Clermont-Ferrand du 9 au 11 octobre 2014, dans le cadre du programme FACEF (MSH Clermont-Ferrand) et de l’Atelier XVI e siècle de l’Université Paris-Sorbonne, se propose d’envisager la littérature facétieuse à l’aune de ses enjeux linguistiques et culturels. Il s’agira de croiser les regards du traducteur, du traductologue et de l’historien de la littérature pour confronter les problèmes linguistiques posés par la traduction du comique verbal aux solutions spécifiques apportées par les recueils facétieux, et d’en dégager les implications poétiques, génériques et culturelles au sens large.ProgrammeJeudi 9 octobre20149h00 Ouverture du colloque(Mireille Huchon, Dominique Bertrand)9h15 Présentation générale (Nora Viet)9h30 Tom Conley(Harvard University) , conférence inaugurale : «Traduire: mot d’esprit»10h30 PauseSession 1 . Le mot d’esprit dans la traduction humaniste10h45 Bérangère Basset (Université Toulouse Le Mirail): «Érasme, passeur de bons mots? »11h15 Paola Cifarelli et Piero Andrea Martina (Università degli Studi di Torino) :«Pratiques de transmission du rire chez Guillaume Tardif: le cas des Dits des Sages Hommes »11h45 Marie-Claire Thomine (Université Paris-Sorbonne):«Du latin à l’italien, du latin au français: quelques appropriations facétieuses chez Guichardin et Du Fail»12h15 DiscussionSession 2. Le bon mot aux frontières de l’EuropeLes pérégrinations de Pogge14h00 Étienne Wolff (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) :«La traduction des mots d’esprit dans les Facéties du Pogge et les Colloques d’Érasme»14h30 Stefano Pittaluga (Università di Genova) :«I primi volgarizzamenti italiani delle Facezie di Poggio Bracciolini»15h00 Discussion et pauseJoke books européens 15h30 Louise Amazan (Université Paris-Sorbonne) : «D’une frontière l’autre: place, traduction et interprétation des mots d’esprits dans les Comptes du monde Adventureux d’A.D.S.D. (Paris, Groulleau, 1555)»16h00 Sebastian Coxon (University College London) :«Rire et traduire dans la réception européenne de l’ Ulenspiegel »16h30 Discussion et pause17h00 Table ronde : le défi de traduireVendredi 10 octobre2014Session 3. Mobilité et malléabilité du mot d’espritSur les routes du livre9h15 Jelle Koopmans (Universiteit van Amsterdam):«Bons mots et mauvaises plaisanteries en Europe»9h45 Anne Réach-Ngô (Université de Haute Alsace , Mulhouse) :«Comment l’esprit vient au mot. Le Trésor des récréations (1600), un manuel facétieux?»10h15 Discussion et pause Aux frontières de la facétie : le mot d’esprit dans la satire11h00 Bernd Renner (City University of New York) :«“Plus me arrestant aux sentences que aux dicts”: les Nefs des fols comme première satire universelle»11h30 Dominique Bertrand (Université Blaise Pascal , Clermont-Ferrand) :«“Sous le signe du facessieux”: la première adaptation française de l’ Encomium Moriae d’Érasme»12h DiscussionSession 4. La traduction, ouvroir de littérature facétieuseFacéties verbales et inventions romanesques14h30 Mireille Huchon (Université Paris-Sorbonne) : «“Ô belle mentule, voire diz je, memoire”, les colliguances de Rabelais»15h00 Elsa Kammerer (Université Charles de Gaulles-Lille) :«Traduire ou filer le mot d’esprit? la traduction allemande des jeux de mots de Rabelais par Johann Fischart (1575-1590)»15h30 Yen-Maï Tran-Gervat (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : «Les facéties de Sancho: la transposition de quelques bons mots dans la première traduction française de Don Quichotte (C.Oudin, 1614; F. de Rosset, 1618)»16h Discussion et pauseLe mot d’esprit en scène16h30 Claire Lesage (Université Rennes 2) :«Le mot d’esprit dans I Suppositi (1509) de l’Arioste et dans sa traduction française»17h00 Rolf Lohse (Universität Bonn) : «Le mot d'esprit sur les scènes italiennes et françaises»17h30 DiscussionSamedi 11 octobre2014Session 5. Traduire le mot d’esprit, inventer le bien direSous le signe du Courtisan09h15 Florence Bistagne (Université d’Avignon) :«Castiglione traducteur dans le Libro del Cortegiano »09h45 Serge Stolf (Université Stendhal , Grenoble) :«Le traducteur traduit»10h15 Karine Abiven (Université Paris-Sorbonne) : «“Le bon mot accompagné de narration”: l’héritage de la Renaissance italienne dans le discours sur la civilité en français»10h45 Pause et discussionLe mot d’esprit, pierre de touche du style11h15 Jean Balsamo (Université de Reims) : «Montaigne traducteur et la pratique du ‘bon mot’»11h45 Dominique Brancher (Universität Basel) :«La Dendrologie de James Howell (1641, 1648). Les défis de l’éloquence végétale»12h15 Discussions et conclusions du colloqueL’organisation de ce colloque s’inscrit conjointement dans le projet FACEF de la MSH de Clermont-Ferrand (dir. D. Bertrand) et dans le cadre de l’Atelier XVI e siècle de l’Université Paris-Sorbonne (dir. M. Huchon). Il bénéficie du soutien du Labex COMOD (Constitution de la Modernité) de l’Université de Lyon, du CERHAC (Centre d’études sur les Réformes, l’Humanisme et l’Âge Classique) de l’Université Blaise Pascal, ainsi que de l’équipe STIH (Sens Texte Informatique Histoire), de l’École doctorale “Concepts et Langages” et du Conseil Scientifique de l’Université Paris-Sorbonne.Comité scientifique : Dominique Bertrand (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand), Florence Bistagne (Université d’Avignon, IUF), Mireille Huchon (Université Paris-Sorbonne, IUF), Jelle Koopmans (Université d’Amsterdam), Marie-Claire Thomine (Université Paris-Sorbonne), Nora Viet (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand).
Reposted from02myhumsci-01 02myhumsci-01

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl