Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

Anina Ciuciu, ex-mendiante Rom, future juge - ouest-france.fr

Anina Ciuciu, ex-mendiante Rom, future juge - ouest-france.fr
http://www.ouest-france.fr/actu/Magazine_detail_-Anina-Ciuciu-ex-mendiante-Rom-future-juge_3639-2188738
Juste parce que ça fait du bien de lire autre chose.

Anina reconnaît qu’elle doit beaucoup à sa famille, qui a toujours eu la volonté d’échapper au triste destin des Roms de l’Est, « considérés comme des sous-hommes ». Son grand-père tenait une épicerie, son père était comptable, sa mère aide-soignante dans un hôpital. Des emplois obtenus moyennant le fait d’avoir caché leurs origines, et perdus le jour où celles-ci ont été découvertes. « Des Roms qui réussissent, là-bas, il y en a. Mais on ne le sait pas, parce qu’ils se sont fondus dans la masse. »

Un jour de 1997, alors qu’Anina a 7 ans, elle s’entasse avec ses parents et ses deux soeurs dans la guimbarde d’un passeur. Direction la France, « pays des oranges et des mandarines ». Après de multiples péripéties, la famille atterrit par hasard à Bourg-en-Bresse, dans l’Ain. Elle vit d’abord dans une camionnette. Le père vend des journaux, la mère et les enfants mendient. Là, au marché, une passante qui deviendra une amie les guide vers des associations. De fil en aiguille, ils obtiennent un logement HLM, les parents arrivent peu ou prou à travailler.

Anina, qui a toujours aimé l’école, se montre très douée. « J’avais envie de montrer que bien que Roumaine, je n’étais pas forcément malhonnête. » Pas toujours facile. « On m’a parfois traitée de sale Rom. Ma mère me donnait des bonbons pour que je me fasse des copines. Elles prenaient les bonbons et elles partaient ! » Au collège, les choses changent. « J’avais toujours droit à des moqueries, mais parce qu’on me considérait comme une intello ! »

Aujourd’hui, après de brillantes études de droit à Bourg-en-Bresse, antenne de l’université de Lyon, la jeune femme veut plus que jamais devenir magistrate. Elle a « une très forte envie de combattre les injustices ». Elle a accepté de raconter son histoire dans un livre, parce qu’elle veut « faire changer le regard sur les Roms ». Pas parce qu’elle considère qu’il est exceptionnel qu’une Rom réussisse ! « Les Roms ont les mêmes capacités que tout le monde. »

Elle ne nie pas qu’il y ait des problèmes de délinquance. « Comme dans toutes les communautés ! Mais je ne sais pas d’où la police sort ses chiffres. Et c’est la misère qui pousse à ces comportements, ce n’est pas intrinsèque aux Roms. Il y a aussi des réseaux qui profitent des familles, exploitent des enfants. »

#racisme #exclusion

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl